5 lois de la stupidité

Les 5 lois universelles de la stupidité

Plus c’est long, plus c’est bon ? Pas forcément. En 1976, le professeur Cipolla publie un essai de 60 pages décrivant les lois fondamentales d’une force qu’il percevait comme la plus grande menace existentielle de l’humanité : la stupidité. Il divise l’humanité en quatre grandes catégories : les intelligents, les bandits,  les ‘abusés’ et les stupides (Intelligent, Bandit, Helpless, Stupid).  Toutes sont définies sur la base d’un concept gagnant/perdant, faisant légèrement écho au dilemme du prisonnier. La question est : dans quelle catégorie êtes vous ?

Loi 1 : Tout le monde sous-estime toujours et inévitablement le nombre d’individus stupides en circulation

Peu importe le nombre d’idiots dont vous soupçonnez être entouré, vous êtes invariablement en train de sous-estimer le total. Ce problème est aggravé par l’hypothèse biaisée selon laquelle certaines personnes seraient intelligentes en raison de facteurs superficiels comme leur emploi, leur niveau d’éducation ou d’autres caractéristiques qui, à notre avis, excluent la stupidité. On exclut par exemple Nabilla parce qu’elle est multimillionnaire. Et pourtant… Ce qui nous amène à la 2ème loi :

Loi 2 : La probabilité qu’une personne soit stupide est indépendante de toute autre caractéristique de cette personne.

Cipolla postule que la stupidité est une variable qui reste constante dans toutes les populations. Toutes les catégories que l’on peut imaginer – sexe, origine ethnique, nationalité, niveau d’éducation, revenu – possèdent un pourcentage fixe de personnes stupides. Des professeurs d’université peuvent être stupides. Il y a des présidents des Etats-Unis qui ont été et/ou sont stupides.

Un mec stupide, accompagné d’un bandit.

Enfin, il y a des gens stupides dans chaque nation sur Terre. Combien existe-t-il d’idiots parmi nous ? Impossible d’y répondre (500 selon la police, 3 millions selon les syndicalistes, 65 millions selon Manu). De plus, n’importe quelle supposition violerait certainement la première loi.

Loi 3. Une personne stupide est une personne qui cause des pertes à une autre personne ou à un groupe de personnes alors qu’elle-même n’en tire aucun profit et peut même subir des pertes.

Cipolla l’appelle la loi d’or de la stupidité. Une personne stupide, selon l’économiste, est une personne qui cause des problèmes aux autres sans aucun avantage clair pour elle-même. L’oncle n’a pas pu s’empêcher de poster de faux articles sur Facebook ? Il est stupide. L’accueil de votre hôtel qui vous garde au téléphone pendant une heure, vous raccroche au nez deux fois et réussit quand même à faire foirer votre réservation ? Stupide².

Cette loi introduit également trois autres phénotypes qui, selon Cipolla, coexistent avec la stupidité. Il y a d’abord la personne intelligente, dont les actions profitent à la fois à elle-même et aux autres. Puis vient le bandit, qui s’enrichit aux dépens des autres. Et enfin, l’abusé, la personne sans défense, dont les actions enrichissent les autres à ses propres dépens. Cipolla imaginait les quatre types le long d’un graphique, comme ceci :

l’amateur de Bonneteau en haut à gauche, Jean Jouzel en haut à droite, Balkany en bas à droite, et Bush Junior en bas à gauche.

Explication : si Tom fait une action et subit une perte tout en produisant un gain pour Romain, la marque de Tom tombera dans le champ Helpless : Tom a été abusé. Si Tom fait une action par laquelle il fait un gain tout en cédant un gain également à Romain, la marque de Tom tombera dans la zone I : Tom a agi intelligemment. Enfin, si Tom prend une action par laquelle il fait un gain causant une perte à Romain, la marque de Tom tombera dans la zone B : Tom a agi comme un bandit. La stupidité est liée à la zone S et à toutes les positions sur l’axe Y au-dessous du point O.

Fréquence de distribution

Les non-stupides forment un groupe imparfait et incohérent. Nous agissons parfois intelligemment, parfois nous sommes abusés, ou des bandits égoïstes… Et parfois nous sommes un peu des deux. Les stupides, en comparaison, sont des modèles de cohérence, agissant en tout temps avec une idiotie inébranlable.

Cependant, la stupidité constante est la seule chose constante à propos de la stupidité. ‘C’est ce qui rend les gens stupides si dangereux‘. explique Cipolla.

Les gens essentiellement stupides sont dangereux et nuisibles parce que les gens raisonnables trouvent difficile d’imaginer et de comprendre un comportement déraisonnable. Une personne intelligente peut comprendre la logique d’un bandit. Les actions du bandit suivent un modèle de rationalité : une rationalité méchante certes, mais toujours rationnelle. Le bandit veut un avantage pour son compte. Puisqu’il n’est pas assez intelligent pour trouver des moyens d’obtenir le plus ainsi que de vous fournir un plus, il va produire son plus en faisant apparaître un moins sur votre compte. Tout cela est mauvais, mais c’est rationnel et si vous êtes rationnel, vous pouvez le prévoir. Vous pouvez prévoir les actions d’un bandit, ses manœuvres méchantes et vous pouvez par conséquent construire vos défenses.

Avec une personne stupide, tout cela est absolument impossible, comme l’explique la troisième Loi fondamentale. Le ou la stupide vous harcèlera sans raison, sans avantage, sans aucun plan, aux moments et aux endroits les plus improbables. Vous n’avez aucun moyen rationnel de dire si, quand, où, comment et pourquoi il ou elle vous attaquera. Face à un individu stupide, vous êtes complètement à sa merci.

Cette analyse mène à la loi numéro 4 :

Loi 4 : Les gens non stupides sous-estiment toujours le pouvoir destructeur des individus stupides.

En particulier, les personnes non stupides oublient constamment qu’en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance, traiter et/ou s’associer avec des gens stupides s’avère toujours être une erreur coûteuse. Nous sous-estimons les idiots, et nous le faisons à nos risques et périls. Cela nous amène à la cinquième et dernière loi :

Loi 5 : Une personne stupide est le type de personne le plus dangereux.

Et sa conséquence directe : une personne stupide est plus dangereuse qu’un bandit.

On ne peut rien faire pour les idiots. La différence entre les sociétés qui s’effondrent sous le poids de leurs stupides citoyens et celles qui les transcendent est la composition des non-stupides. Celles qui progressent malgré leur stupidité possèdent une forte proportion de personnes qui agissent intelligemment, ceux qui contrebalancent les pertes des stupides en apportant des gains pour eux-mêmes et leurs semblables.
Les sociétés en déclin ont le même pourcentage de personnes stupides que les sociétés prospères. Mais ils ont aussi un pourcentage élevé de personnes sans défense et, ‘une prolifération alarmante des bandits avec des accents de stupidité‘. Coucou Laurent Alexandre…

‘Il n’y a pas de défense contre la stupidité. La seule façon pour une société d’éviter d’être écrasée par le fardeau de ses idiots est que les non-stupides travaillent encore plus dur pour compenser les pertes des personnes stupides. Quand on fait le parallèle avec l’environnement, et certains qui essayent de compenser les conneries des autres, Cipolla n’était pas loin de la vérité.

Ségolène Royal, qui accuse le décalage horaire de sexisme. Et elle a failli être présidente…

Le mot de la fin

Ce livre a fait autant d’effet sur moi que la lecture de L’art d’avoir toujours raison de Schopenhauer. C’est très court, mais terriblement efficace. En préparant cet article, je me suis rendu compte qu’il était très facile de trouver les 3 premières catégories. Des abusés ? J’en vois tous les jours. Une personne intelligente, qui gagne et fait gagner la société ? Facile : Jean Jouzel. Prix Nobel, a fait de sa passion sa vie, et fait tout pour que le monde entier soit plus écologique. Je pense également à n’importe quel écrivain qui nous permet de nous échapper de notre quotidien. Sylvain Tesson a parlé de son livre ‘Dans les forêts de Sibérie’ comme un remède… Et bien pendant que j’achète ton livre et te permets de continuer à vivre, tu es mon remède quand je prends le métro le matin pour mon bullshit job.

Des bandits ? Pensez aux Balkanys. En revanche, une personne stupide, c’est extrêmement rare. Mis à part mon ancienne collègue qui m’assurait qu’Hiroshima avait eu lieu pendant la guerre du Viet-Nam, je n’ai pensé à personne. Mais cela revient bien à la première loi de la stupidité : tout le monde sous-estime toujours et inévitablement le nombre d’individus stupides en circulation.

Share

One Ping

  1. Pingback: Propos 1 : La croissance verte et le développement durable n'existent pas Bon Pote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *