Comment calculer son empreinte carbone

empreinte carbone

Comment calculer son empreinte carbone, ou autrement dit, son empreinte climat ? Comment savoir si votre consommation est compatible avec un monde soutenable ?

Si vous vous posez la question, c’est déjà que vous avez passé une étape et que vous êtes très certainement soucieux de l’environnement. Félicitations ! Pour vous faciliter le travail, j’ai testé plusieurs calculateurs et fait le choix du ‘meilleur‘. L’objectif est de pouvoir calculer son empreinte carbone en 5 minutes et de connaître rapidement les axes d’amélioration à mener.

Avant propos : définitions et objectifs

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

L’empreinte carbone est un calcul des émissions de GES associées à la consommation au sens large (demande finale intérieure) d’un pays, quelle que soit l’origine géographique de la production des biens et services destinés à satisfaire cette consommation. Cette approche se distingue de l’inventaire national du bilan carbone, qui mesure les émissions sur le territoire (appelée approche territoriale).
Le gouvernement donne cette définition : “L’inventaire des gaz à effet de serre (GES) d’un pays donné est un tableau par grands secteurs qui présente les émissions sous une forme simple exploitable par toute personne qui souhaite un panorama objectif. Les inventaires sont réalisés en appliquant les principes méthodologiques définis par le GIEC.

Illustration : en France, comme nous importons plus de produits que nous n’en exportons, notre empreinte carbone est supérieure à l’inventaire national. En 2014, avec 720 Mt CO2 éq, l’empreinte carbone présente un niveau supérieur de 66 % à celui de l’inventaire national (graphique 4). Elle se compose à 45 % d’émissions intérieures et à 55 % d’émissions importées :

Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2020-01/datalab-essentiel-204-l-empreinte-carbone-des-francais-reste-%20stable-janvier2020.pdf

Objectif : passer de 12 à 2t CO2eq/ an !

Si vous découvrez seulement ce chiffre, vous risquez d’être secoué : il va falloir en moyenne diviser par 6 vos émissions ! En d’autres termes, diviser votre confort énergétique par 6. Citons la stratégie nationale bas carbone, page 43 :

Rapportée à l’habitant, en 2015, l’empreinte carbone des Français est légèrement supérieure à celle de 1995 : 11 tonnes de CO2eq par personne. En termes d’évolution, l’empreinte carbone des importations a augmenté de 2 % par an en moyenne lors des 5 dernières années, et les émissions
du territoire métropolitain ont baissé de 2,5 % par an. Or, pour limiter l’augmentation des températures à + 2 °C, il faut viser dès les prochaines décennies une empreinte carbone à l’échelle mondiale de 2 tonnes de CO2eq par personne.

Voici deux graphiques qui représentent bien les efforts à faire. Tout d’abord, l’évolution de l’empreinte carbone moyenne par habitant. Elle est relativement stable depuis 20 ans, comparée à l’inventaire national (évidemment, puisque nous avons délocalisé nos industries polluantes. Habile !)

Source : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2020-01/datalab-essentiel-204-l-empreinte-carbone-des-francais-reste-%20stable-janvier2020.pdf

Voici maintenant l’empreinte carbone moyenne des français, et l’objectif. Avec des chiffres de 2017, ce graphique de l’étude “Faire sa part” de Carbone 4 illustre bien l’effort à faire :

empreinte carbone en détail selon Carbone 4
Source : http://www.carbone4.com/wp-content/uploads/2019/06/Publication-Carbone-4-Faire-sa-part-pouvoir-responsabilite-climat.pdf

NB : Selon les sources, vous verrez ce chiffre évoluer de 10.8t CO2eq à 12. Prenez en compte l’année de la source, et surtout, gardez bien en tête que ce qui est important ici, ce sont les ordres de grandeur. Libre à vous de creuser pour affiner et mieux comprendre les calculs.

Pourquoi est-il important de calculer son empreinte carbone ?

Connaître l’empreinte carbone de la France est une chose, connaître son empreinte carbone en est une autre. Sans surprise, il y a des disparités très fortes et ce sont les ménages français ayant les plus hauts revenus qui ont l’empreinte carbone la plus importante :

empreinte carbone selon les revenus en France


C’est donc en fonction de votre empreinte carbone que vous devrez ajuster votre quotidien et faire des efforts, afin d’avoir un mode de vie soutenable. 12t CO2eq n’est qu’une moyenne : le breton végétarien qui se déplace à vélo n’a pas la même empreinte carbone que le parisien qui part en week-end à Marrakech tous les mois. Il aura par conséquent beaucoup moins d’efforts à faire.

Calculateur d’empreinte carbone : le verdict !

Après avoir testé plusieurs calculateurs, j’ai arrêté mon choix sur celui qui me paraît être aujourd’hui le meilleur : le simulateur Nos Gestes Climat de l’ADEME !

Vous pouvez obtenir votre empreinte carbone en cliquant sur ‘Faire le test‘ (et/ou aller en bas de cet article pour avoir le simulateur intégré dans l’article) . Voici mon résultat :

empreinte carbone du Bon Pote ;)

Vous noterez que dans le simulateur, le poste d’émissions “services publics” est égal pour tout le monde (1 284 kgCO2e). Il prend en compte l’ensemble des émissions de CO2 qui résultent de l’ensemble des services publics (santé, routes, éducation, justice, défense…). Pour un végétarien qui se balade en vélib, je m’en sors pas trop mal !

Pourquoi ce simulateur plutôt qu’un autre ?

Avant tout chose, il est public. Il n’appartient pas à une entreprise privée, qui va chercher à en faire son business. Calculer son empreinte carbone devrait être un service public afin d’aider tous les citoyens à baisser leur empreinte carbone. Ensuite, la transparence des sources est totale, le calculateur est open source. Vous pouvez les consulter ici, et joindre les développeurs si vous avez une suggestion.
Ce calculateur est le digne successeur du formidable travail d’AvenirClimatique et son simulateur MICMAC.

Pour info, j’ai également testé les calculateurs de GoodPlanet, WWF, Reforestaction, Footprintcalculator, CoolClimate, Selectra. Tous sont louables, mais je préfère celui d’ECOLAB.

Limites et axes d’amélioration du calculateur

Lorsque vous utiliserez ce calculateur (remarque valable pour tous les calculateurs), gardez bien en tête que ce n’est qu’un outil pédagogique qui a forcément certaines limites. En attendant d’avoir un meilleur algorithme pour calculer son empreinte carbone, ce simulateur utilise par exemple des ratios monétaires. Exemple avec le textile : le même ratio est utilisé pour un T-shirt Zara Made in Vietnam qu’un tee-shirt en lin Made in France.
Autre exemple, l’avion : un Paris-New York qui fait escale à Amsterdam peut être 2x moins cher qu’un direct, mais émettre 1.3x plus. A ce stade, difficile d’affiner, mais cela viendra !

Il n’est aujourd’hui pas possible de connaître avec précision son empreinte carbone. Pour cela, vous devriez être capable de savoir d’où provient chaque produit consommé, comment il a été fait (quelles matières, énergies utilisées, selon le mix énergétique du pays)… Vous voyez bien la difficulté de l’exercice. A l’instar des créateurs de l’application North de Tomorrow qui ont dû arrêter l’aventure, faire un calculateur fonctionnel n’est pas à la portée du premier venu.

L’utilité de calculer son empreinte carbone est surtout de donner des ordres de grandeur. C’est ce qu’il manque le plus aujourd’hui aux français, et les remarques et réponses (voire insultes) de certaines personnes seraient toutes autres avec les bons ordres de grandeur en tête.

Ordres de grandeur, quand tu nous tiens…

Maintenant que vous connaissez votre empreinte carbone, vous savez quels sont les postes d’émissions sur lesquels vous devez agir en priorité. Chaque geste compte, et si jamais vous pensez être seul(e) à faire ces efforts en vain, n’oubliez jamais le point de bascule afin de rester optimiste. Si vous souhaitez savoir comment agir rapidement et simplement pour baisser votre empreinte carbone, voici quelques excellentes lectures :

Cet excellent travail de compilation de données par Regis Janvier permet aussi de visualiser rapidement les postes les plus importants :

empreinte carbone des français en détails
Source : http://ravijen.fr/?p=440

Maintenant que vous êtes experts en ordre de grandeur, vous vous rendez bien compte que :

  • Le parisien qui part à Bali 10 jours pour nettoyer des plages n’a rien compris
  • Il est moins grave de prendre une douche 3 fois plus longue que de manger un morceau de viande rouge
  • Trier ses déchets est une très bonne chose, mais aller les déposer dans la benne à bord de son SUV, c’est ridicule
  • Le choix de la banque pour votre épargne a un impact : il est évidemment 10 fois pire d’avoir son épargne chez BNPP qu’au Crédit Coopératif
  • Préférer le train à l’avion ou à sa voiture personnelle est une évidence
  • Faire des allers-retours à Dubaï pour le week-end est une connerie.

Le mot de la fin

L’objectif de cet article était d’avoir la possibilité de calculer son empreinte carbone. Maintenant que vous l’avez fait, vous savez ce que vous devez faire pour l’abaisser facilement (moins/plus d’avion, moins/plus de viande…). Ne comptez pas sur la technologie pour vous sauver et garder votre mode de vie. Si votre empreinte carbone est 12t CO2eq, il va falloir réduire ce chiffre. En un mot : sobriété.

J’anticipe déjà quelques remarques. ”C’est liberticide, pffff que des interdits”. Ma réponse est simple. Ce n’est pas interdit de prendre l’avion, c’est juste tout simplement IMPOSSIBLE de diviser vos émissions de GES par 6 sans diminuer drastiquement le transport aérien. Voir cela comme une interdiction, c’est que vous ne réalisez toujours pas ce que signifie d’avoir une empreinte carbone de 2T CO2eq. C’est également que vous ne comprenez pas les conséquences du Business as Usual, si nous ne changeons rien : réfugiés climatiques, famines, manque d’eau, conflits armés, guerres civiles, etc.. Si vous pensez que j’exagère, je vous invite à lire n’importe quel rapport du GIEC et à en tirer vos propres conclusions. En d’autres termes, changez, ou le changement viendra à vous.

Aussi, évidemment, les actions individuelles ne suffiront pas. Voter avec son argent ne suffira pas. C’est un changement systémique dont nous avons besoin. Nous sommes si peu à avoir un mode de vie compatible à l’heure actuelle qu’il faudra un effort collectif, notamment des ménages les plus riches. A l’échelle européenne, c’est sans appel :

empreinte carbone en Europe selon le revenu

Quant aux personnes qui vont me dire ”ouais mais les français c’est que 1% des émissions mondiales alors que les chinois c’est 27%”, vous tombez en plein dans le whataboutisme : excuse typique de l’inaction climatique. J’insiste, lisez cet article.

Si vous souhaitez approfondir ces sujets :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenez moi sur tipeee !!

Restez informé des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

30 Comments

  1. Patrice BORGOGNO 29 septembre 2020

    Bonjour,

    Je suis consultant en agroécologie. Les agriculteurs sont les seuls capable d’inverser directement leur bilan carbone en favorisant le stockage de CO2 par les engrais verts et couverts végétaux, par la bonne gestion des prairies ou des systèmes d’agroforesterie voir mieux agro-sylvo-pastorals…
    Notre société s’est tellement éloigné de la nature que presque tous le monde oublie qu’il est possible de sequestrer du carbone avec des plantes et des arbres. L’agroecologie et la permaculture ne sont pas une utopie, ces principes et ces pratiques naturelles sont l’unique solution pour inverser la tendance.

    Répondre
  2. Maxime 29 septembre 2020

    Et avec mission-climat.io, on peut faire des scénarios à échelle national 😉

    Répondre
  3. Matthieu 23 septembre 2020

    Bonjour Bonpote, 2 remarques.
    Dans le graphe montrant l’empreinte en fonction des revenus en France (source INSEE BDF 2011), le premier décile est déjà au-dessus de 15T. Ce n’est pas cohérent avec le reste des données.
    Sinon, méthodologiquement parlant, ce n’est pas si simple de compter son empreinte. Pour qu’un produit soit consommé, il faut qu’il soit 1) financé ; 2) produit ; 3) acheté. On contribue donc de 3 manières : 1) par notre épargne (ex: acheter des actions Total) ; 2) par notre travail de production (ex: bosser pour Total); 3) en faisant notre plein chez Total. On compte potentiellement son empreinte 3 fois pour la même chose. Qu’importe selon moi, car on a des leviers d’action sur les 3. Dans mon cas (pb de riche !), je me suis rendu que c’était le levier n°1 !

    Répondre
  4. Archi3 19 septembre 2020

    Le problème n’est pas que les Chinois représentent 27 % du total. Le problème est surtout les 50 % du monde qui vivent bien moins bien que les chinois (indiens, africains), et qu’on ne voit pas très bien comment et pour quelle raison les empêcher de consommer à notre place ce qu’on économiserait. Mais continuons à faire l’autruche , c’est plus pratique pour le confort intellectuel.

    Répondre
  5. Antoine 13 septembre 2020

    Pas très bien foutu ce test. On précise qu’on a pas de voiture et le test nous force tout de même à rentrer une consommation de voiture ?

    Répondre
    1. Bon Pote 13 septembre 2020

      Mais dans ce cas, indiquez 0 non ?

      Répondre
    2. Fabien 18 septembre 2020

      Certains roulent en voiture de location, covoiturage, etc.

      Répondre
  6. Feelgood2 12 septembre 2020

    Vive la F1 !
    Non à la vue en caverne.
    Broum/broum yeah !

    Répondre
  7. Jean 10 septembre 2020

    La question de la cigarette n’est pas abordée, étrange !
    Ça doit quand même bien compté dans un bilan carbone.

    Répondre
  8. Jean-Brandon 9 septembre 2020

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour ce calculateur !

    Sur la forme, comme on répond aux questions dans l’ordre, est-ce possible de préciser dans la question : « combien de kilomètres faites-vous en train ? » que cela exclut les trajets de type métro/RER quotidiens ? Je suis revenu en arrière pour corriger ce champ.
    De même, est-ce possible de préciser que les « divers » excluent les composants informatiques ?

    Sur le fond, pour le smartphone et l’ordinateur, la distinction neuf/reconditionné est-elle pertinente ? Si c’est le cas, est-ce possible de l’ajouter ?

    Merci d’avance !

    Répondre
    1. Bon Pote 9 septembre 2020

      Bonjour, je ne travaille pas pour ECOLAB (ceux qui ont fait l’application), il faut les contacter directement avec les liens dans l’article. Je les informe de votre message

      Répondre
  9. Archi3 9 septembre 2020

    Deux remarques :
    la première, c’est que si on met 1,4 t à tout le monde pour les services publics, la production personnelle est en moyenne à 10,7 et non pas 12,1 , et doit passer à 0,6 et non pas 2.: ce n’est donc pas une division par 6 mais par … 15, sauf si l’empreinte carbone des services publics est diminuée d’autant (mais la police sans voiture et les hopitaux sans ambulances , ça n’a pas la même efficacité).

    La deuxième remarque, c’est que l’objectif des 2t /hab est … faux. Cet objectif est calculé pour ramener la production mondiale de CO2 à la moitié de l’actuelle (en supposant que tout le monde ait la même, ce qui est illusoire, mais passons). La justification est que comme la moitié du CO2 est absorbée , si on diminue par 2 les émissions, alors tout sera absorbé et le CO2 n’augmentera plus. Mais cet argument est incorrect et fondé sur une mauvaise compréhension du mécanisme d’absorption. En fait il y a toujours eu la moitié des émissions absorbées même quand les émissions étaient la moitié de celles actuelles, le CO2 montait quand meme ! l’absorption réagit aussi aux émissions. Si on baissait de moitié les émissions, l’absorption baisserait aussi et le CO2 continuerait à monter. Pour arrêter de le faire monter il faut … zéro émissions nettes, ce qui mis à part la séquestration, correspond à zéro consommation de fossiles. Et il est illusoire de penser qu’on pourrait vivre dans une société moderne avec zéro émissions de fossiles. On peut s’amuser avec les calculateurs, la réalité est qu’on consommera de toutes façons les fossiles accessibles et qu’aucune mesure d’économie ne l’empechera .

    Répondre
    1. Bon Pote 9 septembre 2020

      Je vous invite, comme chaque semaine, à écrire votre propre papier expliquant la neutralité carbone et dire pourquoi ces fameux 2 tonnes sont faux.
      Ecrivez au gouvernement pour dire que ce qu’ils font, est faux (mon article utilise la source de la SNBC). Ecrivez au GIEC pour dire que leur modèle sont pas terribles (cf vos précédents commentaires).
      Au plaisir de lire votre papier.

      Répondre
      1. Archi3 9 septembre 2020

        malheureusement, cher bon pote, si les hommes politiques connaissaient les théories physiques et mathématiques élémentaires et ne disaient jamais de contradiction, ça se saurait.

        Vous etes tres au courant de la littérature et donc vous connaissez surement la notion de “budget carbone”. Un budget carbone, c’est un montant limité de carbone qu’on peut bruler. Expliquez moi comment limiter un budget si on continue chaque année à bruler 5 Gt de carbone … les scénarios respectant un budget carbone se terminent toujous par une emission NULLE. Päs 2 Gt CO2/hab/an, mais : zéro.

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_carbone

        Ce n’est pas tres compliqué à comprendre qu’une fonction d’intégrale finie tend forcément vers zéro … (bon mathématiquement ce n’est pas vrai, mais de façon réaliste c’est vrai).

        Répondre
  10. sylvain 9 septembre 2020

    Bonjour, je prends le vélo pour aller au taff, je n’ai pas vu cette option (voiture, train, bus). n’ayant pas su répondre (j’ai mis 0) cela peut modifier le compteur.
    cdt

    Répondre
    1. Bon Pote 9 septembre 2020

      Bonjour, ils vont modifier pour clarifier ce point. La question est plutôt l’amortissement du vélo, mais si on s’en tient aux ordres de grandeur, le vélo c’est rien du tout et une très bonne solution pour atteindre 2T !

      Répondre
  11. Zohor 8 septembre 2020

    Bonjour,

    quelle est la part d’empreinte d’une berline moyenne hybride?

    Merci et bravo pour votre travail

    ZG

    Répondre
    1. Bon Pote 9 septembre 2020

      Pour le détail, si vous le l’avez pas sur le simulateur, vous l’aurez certainement en lien dans le comparatif dans cet article : https://bonpote.com/pourquoi-arreter-lavion-ne-devrait-plus-etre-un-debat/

      Répondre
  12. Cyrille 8 septembre 2020

    Bonjour,

    Je viens de faire la simulation de l’ADEME et force est de constater qu’on a un gros problème. Si l’objectif est de 2 tonnes alors que les services publics en émettent déjà 1,3 ; il nous reste que 700 kg de marge. Dans mon cas, cela signifie rester assis devant mon poêle à buche jusqu’à ce que mort s’en suive (de faim).

    Répondre
    1. Bon Pote 9 septembre 2020

      Bonjour Cyrille, la bonne nouvelle c’est que l’empreinte carbone des services publics n’est pas de votre ressort, l’Etat doit faire en sorte que ce soit neutre en carbone. En revanche pour tout le reste, à vous de jouer !

      Répondre
  13. JOT 8 septembre 2020

    Bonjour,
    Je viens au travail en moto, mon bureau est situé au centre d’une grande ville, j’habite en banlieue (environ 18 Kms)

    Peut être a tort, mais j’ai l’impression de beaucoup moins polluer que les voitures car meme a consommation équivalente, 1 moto ne bouchonne pas, donc le temps d’émission de CO2 en ville est beaucoup plus court non?

    Existe t’il la meme chose que le calculateur de l’ademe avec option moto qui prendrait en compte ces élements?
    Merci, et bravo pour vos travaux.

    Cdt

    Répondre
    1. Bon Pote 8 septembre 2020

      Bonjour, merci pour votre message. Dans cet article (https://bonpote.com/pourquoi-arreter-lavion-ne-devrait-plus-etre-un-debat/) vous avez les travaux d’Aurélien Bigo qui donne le détail par transport. Vous devriez trouvez les réponses à vos questions dans les liens.

      Répondre
    2. Hesseru 9 septembre 2020

      Difficile de tout comptabiliser, mais n’oubliez pas que les émissions de polluants des motos sont bien supérieures à celle de voiture (Cf article du Monde https://www.lemonde.fr/blog/transports/2019/09/11/motos-scooters-beaucoup-plus-polluants-que-voitures/) … et le bruit. Ces deux facteurs ne rentrent toutefois pas dans le calcul de cette empreinte carbone.

      Pas de bouchons pour les motos parce qu’elles s’affranchissent du code de la route (interligne, ligne blanche, occupation indue du sas vélo, …) mais c’est un autre sujet, d’autant qu’en contrepartie les motards paient un lourd tribut en accident de la route.

      Répondre
      1. JOT 10 septembre 2020

        bizarre…ma moto, qui date de 2019, a 1 pot échappement d’origine homologué, et est classée Euro 5 polluerait plus qu’une voiture?
        il faut voir quelle voiture et quelle moto a mon avis.
        Ca m’interesse d’en savoir plus, au dela de debats ideologiques…
        Car pour ce qui est de l’occupation indue du sas velo, et du code de la route, je vois le style…:-) et c’est vrai que les vélos ( a batteries??….) sont irréprochables, tout comme les trottinettes ( a batteries?….)

        Répondre
        1. r 14 septembre 2020

          Les vélos sont loin d’être irréprochables, sinon ça se saurait ! Par contre, dans tous les cas, ils font moins de bruit.
          La pollution de l’air des véhicules (voiture, car, motos, …) est effectivement très variable en fonction de l’age du véhicule. Euro5 a priori c’est plutot pas trop mal. La motorisation, comme vous le savez, n’est pas le seul facteur de pollution, le freinage notamment génère nombre de particules, même si c’est un moteur électrique qui préside aux destinées du véhicule.
          Les voitures bouchonnent en ville parce qu’elles doivent rester dans les couloirs imposés, et passent plus de temps à se garer parce qu’elles doivent en général se stationner sur des places dûment identifiées, et pas sur un trottoir. Je reconnais qu’il s’agit de généralités, et qu’en l’occurrence vous avez sans doute un comportement différent moins générateur de CO2.

          Répondre
  14. Christophe 8 septembre 2020

    Bonjour, Merci pour cette synthèse comme toujours très documentée. Existe-t-il des outils aussi simples pour les TPE /PME car le bilan GES est un outil démesuré et trop précis (et très chronophage) pour des sociétés de petite taille qui souhaitent également avoir des notions “d’ordre de grandeur”.

    Répondre
    1. Bon Pote 8 septembre 2020

      Bonjour Christophe, oui je vous recommande le site Avenir Climatique qui a mis à disposition pas mal d’outils pour cela.

      Je prépare un article sur le sujet de la comptabilité carbone, je vais essayer de le sortir dans le mois (explication des scopes 1 2 et 3, les limites etc)

      Répondre
      1. Christophe 8 septembre 2020

        merci

        Répondre
  15. Bruno 8 septembre 2020

    Bonjour, merci pour ce nouvel article ! Je partage tout à fait l’argument « open source / public » en faveur de l’Ademe (au-delà bien sûr de l’exactitude des calculs !).
    J’avais compris que vous regarderiez aussi des ou ils comme Greenly/ Hello carbo (calcul « en live » sur les dépenses effectives): vous ne les mentionnez pas dans le comparatif, avez-vous pu finalement les regarder et qu’en pensez-vous ? Je trouve le côté « suivi en live » intéressant car cela permet d’avoir un retour rapide sur ses dépenses (même si on pourrait rêver d’inclure directement le prix carbone dans le prix des biens)

    Répondre
    1. Bon Pote 8 septembre 2020

      Je n’ai pas mentionné Greenly mais j’aurais pu, l’un des fondateurs m’a répondu tout de suite et avec une réponse complète ! Comme mentionné, c’est vraiment le côté “”public'” où j’ai tranché. Le suivi en live j’en ai pas vraiment besoin, et donner mes données je n’aime pas ça (dit-il en utilisant google, un Iphone, Facebook twitter and co…)

      Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS