0

Nécessité d’une éducation politique

Reading Time: 4 minutes

Vous trouverez des centaines, voire des milliers de livres sur l’éducation. En revanche, l’éducation politique est un sujet trop peu évoqué. J’essaye ici d‘en souligner la nécessité.
Cet article a été posté sur Medium il y a 2 ans, mais à l’aube des européennes, il suffit d’ouvrir BFM TV 2 mins pour comprendre que c’est malheureusement toujours d’actualité.

2007. Débat d’entre deux tours, Royal face à Sarkozy. Elle se lance : ‘Si je suis élue demain Présidente de la République, les agents publics seront protégés et en particulier les femmes. Elles seront raccompagnées à leur domicile lorsqu’elles sortent tardivement des commissariats de police’.

C’est plus possible Ségo…

Je me rappelle avoir ri. Fort. En avoir parlé le lendemain au travail, mais j’étais visiblement bien seul à en rire. Comment cette phrase, qui aurait dû décrédibiliser tout candidat à la présidentielle, car irréalisable, était passée comme une lettre à la poste ?

Nos politiques sont-ils vraiment débiles?

Même si avec certains nous pourrions très clairement se poser la question, nos femmes et hommes et politiques sont loin d’être bêtes. Loin de là.
Tout est dit, calculé à l’avance.
Si Royal s’est exprimée ainsi, c’est qu’elle pensait (ou avait été conseillée..) cette remarque ‘rentable’ sur le plan politique. Et oui, Schopenhauer et ses stratagèmes ont bien été assimilés par nos hommes politiques, l’art d’avoir toujours raison est l’essence même de leur métier.

Lister les propositions irréalisables de nos politiques des 10 dernières années prendrait du temps, beaucoup trop de temps.
Mais la vraie question est : Comment est-ce encore possible en 2019 ? A l’heure du fact checking, où toute phrase peut-être réfutée et relayée dans l’heure qui suit, comment encore proposer des réformes ou solutions que n’importe quelle personne ayant un minimum d’esprit critique balayerait d’une main ?

La réponse est simple : l’éducation.

Après quelques recherches, je me suis rendu compte que la seule tentative d’installer une éducation politique en France était dans les années 70, et fut un échec. Rien d’étonnant : quel intérêt aurait un politique d’instruire le peuple? Aucun.

Gagnants-gagnant

Ce que je souhaite, c’est une situation de WIN-WIN, gagnants-gagnant : instaurer, à l’école, une éducation politique. Pourquoi gagnants-gagnant ? D’un côté les français, plus éduqués, avec un esprit critique. De l’autre côté, un politique, qui serait là pour servir son pays, et dont l’action serait reconnue et respectée. Ce même politique n’aurait en revanche plus la possibilité de proposer tout et n’importe quoi, puisque tout le monde saurait qu’il n’est pas crédible.

Exemple : ‘y’en a marre d’entendre parler de la dette, si j’arrive au pouvoir, je supprime la dette de l’Etat !!’. Très bien. Mais si tu supprimes la dette, plus personne te prêtera de l’argent.
Et tu m’expliqueras alors comment tu feras pour vivre au-dessus de tes moyens, comme le fait la France depuis le début des années 70 (allez expliquer à votre banquier que vous êtes dans le rouge depuis 45 ans, mais que vous avez la solution : qu’il efface votre dette. N’hésitez pas à me faire part de son retour).

‘Si je suis Président? Moi la dette, je la supprime’

L’air de rien, l’idée d’un débat télévisé, où celui qui dit une connerie, sort, commence à prendre forme….

Le mot de la fin

Il faut changer la défiance ambiante envers la politique. Je me souviens que mon professeur de fiscalité disait ‘ bon c’est très simple : ma matière, plus vous en saurez, moins vous vous ferez….avoir’. Chaque jeune (et moins jeune, il n y a pas d’âge pour s’éduquer !) devrait avoir la même logique concernant la politique : plus j’en sais, moins je me ferai avoir. Cela ne résoudrait pas le problème d’abstention, mais y contribuerait grandement.

Ainsi, et plutôt que de laisser cela à des personnes qui en auraient fait le choix, nous aurions au programme de l’histoire, de la géographie, mais aussi de l’économie et des sciences sociales, du droit constitutionnel…

Un programme à adapter, fonction de l’âge des élèves. Ne pas attendre le lycée, mais commencer dès le collège, voire le primaire : le mot politique n’est pas un gros mot, et doit être compris au plus tôt. Il me parait impensable qu’un être humain refuse d’apprendre, et de comprendre quelques notions de bases, à partir du moment où il sera amené à payer des impôts tôt ou tard (sauf Thevenoud, certes) !

J’ai vu beaucoup d’hommes politiques citer Tocqueville depuis le début d’année. Tocqueville disait aussi ‘je ne crains pas le suffrage universel, les gens voteront comme on leur dira’. Il est temps que cela cesse. Il est grand temps de changer les programmes scolaires de nos enfants et de mettre en place une éducation politique, c’est dans l’intérêt de tout le monde.

PS : intéressez-vous aux Européennes, c’est eux qui décident ce qu’on bouffe, encore plus que nos politiques français….

Bon Pote

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *