Bon Pote fête ses 3 ans ! Retour sur une année unique et pleine de surprises

3 ANS

Cela fait déjà trois ans que l’aventure Bon Pote a commencé et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’année est passée très vite ! Plus de 100 articles, 400 posts sur les réseaux sociaux et 2 millions de lectures plus tard… 2021 fut pleine de surprises.

Je vous propose donc de faire le bilan, calmement, en s’remémorant chaque instant, parler des histoires d’avant comme si on avait 50 ans.

Virage professionnel et sortie de l’anonymat

L’entrée dans la 3ème année de Bon Pote a été un tournant puisque j’ai enfin pu consacrer 100% de mon temps à l’écriture.

J’étais jusqu’alors dans une position très inconfortable (et épuisante) de travailler toute la journée, puis de passer mes soirées et week-end sur Bon Pote. Ce ne fut pas sans remous, mais je peux le dire aujourd’hui : quitter mon travail fut très certainement la meilleure des décisions de ma jeune carrière. La dissonance cognitive devenait trop forte, voire insupportable. Je n’ai certes jamais autant travaillé de ma vie depuis, mais je mesure la chance d’une personne privilégiée qui a le bonheur de savoir pourquoi elle se lève le matin.

Etre anonyme était un réel plaisir. N’être jugé que sur ses écrits, son travail, et non sur sa personne ou son passé était assez jouissif, dans une époque où l’on adore réduire une personne à son intitulé de poste, son physique ou son genre.

Mais quand vous multipliez les échanges, il devient difficile (et étrange) de ne donner ni son nom ni de montrer son visage. C’est tout de même ce que je continue de faire 99% du temps. Le plus important, c’est que les idées se diffusent.

Partenariat CNRS et loi de Brandolini

Juste après la sortie d’anonymat, on m’a proposé quelque chose qui m’aurait fait sourire un an auparavant : travailler avec le CNRS. Objectif : démystifier les idées reçues sur le climat.

J’étais d’abord réticent, puisque j’anticipais une belle loi de Brandolini. Vous savez, ce sentiment qu’il faut plusieurs heures de travail pour réfuter une bêtise racontée en 5 secondes, comme “l’Homme s’est toujours adapté“. Et… je ne me suis pas trompé. Pour le premier article de la série, le consensus scientifique sur le réchauffement climatique est-il de 100%, j’ai passé 3 semaines à lire sur le consensus, sa construction, mais aussi des sites climatosceptiques pour comprendre d’où venaient leurs arguments fallacieux. Et puis quand c’est Jean Jouzel qui valide votre article, vous essayez de vous appliquer, quand même un peu.

Les articles ont très vite eu du succès et nous avons décidé de pousser jusqu’à 20 articles au total. C’est un travail collectif, rendu possible grâce à l’aide indispensable d’Anne Brès et de tous·tes les scientifiques qui nous ont aidé. La rigueur des articles est exceptionnelle pour des écrits non revus par les pairs. Il est même parfois arrivé d’avoir une équipe entière de relecteurs, comme pour l’article sur les glaciers et le changement climatique. Petite anecdote : l’article donnait les conclusions du futur rapport du GIEC sur les glaciers plusieurs mois à l’avance…. Mais impossible de l’écrire ! Frustré, j’avais fini par mettre en introduction “synthèse exclusive des travaux les plus à jour sur les glaciers” 😉

Les articles sont tous à retrouver dans l’onglet IDEES RECUES

Je reviendrai plus longuement sur cette expérience dans un autre article. Mais si nous ne devions collectivement faire qu’une chose, c’est écouter les scientifiques. Nous avons des personnes incroyables en France qui ne comptent pas leurs heures et travaillent pour l’intérêt public ! La moindre des choses serait de relayer leur message, même si cela n’apporte pas que des bonnes nouvelles. Rassurez-vous, s’il y a bien des personnes qui souhaiteraient avoir tout faux dans leurs projections, ce sont bien les climatologues. Malheureusement, ce n’est pas le cas

Les réseaux sociaux : un mal indispensable

Les réseaux sociaux sont un enfer pour les uns, un bonheur pour les autres. Pour Bon Pote, c’est un mal indispensable. De nombreuses personnes ont connu Bon Pote via les réseaux sociaux. J’y ai rencontré des personnes formidables, et j’espère bien que cela continuera longtemps. Certains réseaux sont tout de même passés de “500 followers” à plus de 40000 ! Ce n’est pas encore Nabilla ou Kilian MBappé, mais c’est un bon début.

Vous verrez de tout sur les réseaux sociaux : du bon et du moins bon. J’y apprends personnellement autant en lisant des posts éducatifs que les commentaires “un peu moins éducatifs” de certains… Un véritable BINGO quotidien, les mêmes commentaires depuis 3 ans :

La version 36 cases est prête pour Noël…

Les critiques et remarques sont souvent les mêmes : soit “ça pollue“, soit “si tu veux vraiment être écolo t’as qu’à pas être sur les réseaux sociaux“. Au contraire. Dans l’urgence écologique dans laquelle nous sommes, se passer des réseaux sociaux pour alerter sur la situation semble impensable. Etre absent, c’est laisser le champ libre aux personnes qui font tout pour que rien ne change.

Bien sûr, ces réseaux sont pleins de défauts. Notamment le fait que l’indignation et le “clash” soit ce qui génère le plus de réactions. Mais même si des personnes s’attèlent à trouver des solutions, en attendant, la communication via ces réseaux reste et restera très certainement indispensable. Nous ne sommes pas en position d’attendre qu’un monde parfait nous tombe dans les bras. Si on souhaite que les choses changent, il va falloir faire quelques compromis.

Le chercheur François Gemenne, auteur principal du prochain rapport du GIEC (WG2), s’est par exemple rendu sur le plateau d’Hanouna cet été dans cette optique. L’expérience fut intéressante et enrichissante : 10 min où c’était plutôt calme sur le plateau et où ça ne parlait pas de Zemmour…

Si ce n’était pas encore clair : suivez Bon Pote sur les réseaux sociaux ! Vous ferez une bonne action et pourrez compenser vos émissions en plantant un arbre.

Source : Twitter

PS : en parlant de compromis, certaines choses ne seront tout de même jamais tolérées sur Bon Pote. Premièrement, les climatosceptiques et climatorassuristes. La situation est trop grave pour que des médias leur déroulent le tapis rouge. Deuxièmement, les personnes qui copinent avec eux, ou l’extrême-droite, lorsque cela sert leurs intérêts. “Dis-moi René, tu viens de partager Valeurs Actuelles là…”.. “Oui mais ils disent que le nucléaire est une énergie propre et que la France ne représente que 0.9% des émissions mondiales alors ça va !

Les convictions qui s’arrêtent lorsque les intérêts commencent. Pratique non ?

Objectifs et raison d’être

Malgré tous les changements observés cette année, il y a bien un élément qui n’a pas changé du tout : la raison d’être de Bon Pote. Les 2 objectifs depuis le début sont très clairs : 1) informer, pousser à la réflexion et 2) agir, en réduisant individuellement et collectivement notre empreinte sur le vivant.

C’est pour cela que l’accent est mis sur la vulgarisation de la littérature scientifique. En “démocratie”, nous devrions tous être au même niveau d’information. Ce n’est pas le cas. En plus des articles, qui sont le cœur de Bon Pote, multiplier les formats (écrit, vidéo, podcasts) a aussi été une bonne idée. La synthèse du rapport du groupe 1 du GIEC est l’article le plus lu de l’année, et d’après certains retours, c’est l’infographie qui a donné envie d’en savoir plus.

Vous avez été plusieurs dizaines à la coller partout (bureaux, bars, aéroports…) et chaque photo reçue fut un réel plaisir.

L’occasion de rappeler que toutes les infographies et ordres de grandeur sont disponibles dans l’onglet VISUELS en page d’accueil du site Bon Pote.

Le programme de la 4ème année

Il est impossible de vous dire à l’avance le contenu exact de ce que vous verrez sur Bon Pote les douze prochains mois. Cette année, tout changeait tous les 2 mois, au fil des rencontres, nouvelles idées et opportunités. Ce qui est en revanche certain, et sans vouloir révéler la suite (pas de spoil !), c’est que l’année à venir dépendra de plusieurs éléments. Tout d’abord, les finances.

Bon Pote est financé entièrement par les lectrices et lecteurs, via des dons sur Tipeee. L’objectif était de pouvoir payer les charges avant le 31 décembre, c’est le cas les 3 derniers mois. Super nouvelle donc ! Si la tendance se confirme, je pourrai continuer à écrire et à travailler sereinement en 2022. Précision nécessaire : le montant affiché est bien BRUT (il faut enlever la commission Tipeee, les charges, les impôts…).

Je ne souhaite toujours pas mettre de publicités sur le site. Ce serait aller à l’encontre des valeurs prônées. De plus, se retrouver dans la situation très inconfortable d’écrire un article pour réduire notre dépendance aux énergies fossiles et avoir une publicité pour Total ou Aramco sur le côté… merci mais non merci.

Aussi, le site restera une année de plus accessible dans sa totalité, sans accès limité. Je continue de penser que tout monde, sans exception, devrait pouvoir s’informer sur les changements à venir, et les risques que notre société encoure.

Concernant les aides et un possible recrutement : c’est l’un des objectifs 2022. Des personnes formidables ont aidé Bon Pote en 2021. En 2022, l’objectif est de passer à la vitesse supérieure. Je suis déjà en contact avec des personnes dont je trouve le travail génial, la suite dépendra du soutien financier.

PS : oui, les interviews vont reprendre, notamment via les podcasts, c’est prévu !

Et les sujets ?

Passons au plus important : les sujets abordés !

Avant toute chose, rassurez-vous : il y a assez de sujets sur le feu jusqu’en 2030. En regardant à l’instant, 134 articles sont d’ores et déjà en cours d’écriture, sans compter les idées pas encore couchées sur papier…

Bien sûr, la présidentielle sera un sujet important, et tous les programmes seront passés à la loupe (en espérant voir des améliorations…). Les rapports du groupe 2 et 3 du GIEC sortiront également en début d’année. Ils sont très longs (plusieurs milliers de pages, rien que pour le travail du groupe 1) et très, très complets. Ce sont des milliers d’informations scientifiques à vulgariser… jusqu’au prochain.

Mais au-delà de la vulgarisation scientifique et des chiffres à la virgule prêt, j’aimerais mettre l’accent sur l’humain. Certains sujets n’ont pas ou très peu de visibilité dans les médias français et méritent bien plus d’attention. Plutôt que de parler du bilan carbone d’arrêter la viande, j’aimerais parler du “coût social” d’arrêter la viande. Quelles conséquences pour votre vie sociale ? Est-ce sans conséquence avec vos ami(e)s ? Votre conjoint ?

Les risques sur notre santé physique et mentale sont également quasiment absents des débats. L’éco-anxieté et la solastalgie sont des enjeux de santé publique, il serait temps que cela soit pris en compte dans nos politiques publiques.

Quelques articles viendront saupoudrer le tout, parlant notamment de sphères de pouvoir, de lobbies, de religion, de chasse, de désobéissance civile… et du gros mot ultime : le capitalisme.

Le mot de la fin

Comme les années précédentes, je n’ai qu’une chose à dire : MERCI !!! Le site est passé de quelques centaines de lectures par jour à plusieurs milliers, et c’est entièrement grâce au soutien des lectrices et lecteurs.

J’aimerais conclure par une note positive. Il y a des personnes formidables en France et nous aurons de plus en plus de personnes conscientes des enjeux dans les mois et années à venir. Les choses bougent certes lentement, mais ça bouge.

Il est trop tard pour éviter un changement, mais il n’est pas trop tard pour agir et éviter que la situation empire : nous avons notre avenir climatique entre nos mains. Répétons-le autant de fois qu’il le faudra : avant d’être climatique, l’inertie est surtout politique. La pseudo écologie punitive doit disparaître du champ lexical de nos politiques et laisser place aux actions concrètes. J’en ai même une qui devrait accélérer les négociations à la COP26 :

Les surprises seront belles sur Bon Pote pour cette 4ème année, vous pouvez d’ores et déjà préparer vos yeux, vos oreilles et le popcorn ! En attendant, profitez bien de la COP26. Si vous voyez que les négociations n’avancent pas, il existe toujours des solutions…

Bon Pote est un média 100% indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

8 Comments

  1. Damien Parisot 4 novembre 2021

    Joyeux anniversaire ! Travail remarquable !
    Les sujets à venir me donnent l’eau à la bouche : l’humain, l’éco-anxiété, l’impact sur notre vie-sociale et nos relations… On est confronté à ceci au quotidien (pour certains). J’en lance un autre qui pourrait aller de pair avec tout ca : la distance psychologique (en environnement) ou tenter de comprendre pourquoi on a du mal à voir loin et à agir face à tous les défis environnementaux.
    J’ai encore des articles à lire, et j’ai hâte de lire les prochains.
    Merci Thomas
    Damien

    Répondre
  2. Matthieu 3 novembre 2021

    Bonjour Bon Pote,
    Un grand merci pour le remarquable travail effectué !
    C’est toujours un grand plaisir de lire les articles et posts, et de partager ceux-ci à bon escient ;-).
    Courage et bon anniversaire !

    Répondre
    1. Bon Pote 3 novembre 2021

      Merci !

      Répondre
  3. Guillaume 3 novembre 2021

    Bravo à BonPote pour le boulot réalisé, c’est énorme et cet article permet de mieux s’en rendre compte !! Et bon courage pour la suite, il reste encore de quoi vulgariser, communiquer, et débunker pour quelques années malheureusement… !

    Si comme le Shift BonPote peut avoir besoin d’un coup de main bénévole en off pour traiter certains sujets, ce serait volontiers de mon côté (venant de l’ingénierie en énergétique, je m’intéresse et creuse pas mal de ces questions depuis plusieurs années, que je partage au maximum à mon entourage pour essayer de participer à petite échelle à cet effort collectif).

    Répondre
  4. Cautain 3 novembre 2021

    Super travail qu est bon pote . Sérieux source crédible accessible. Etc ….
    Merci aussi de ne pas avoir censuré mes commentaires doomistes et réalistes , ( combien de colibri actifs allons nous être sur 8 milliards pour faire face à l’immensité colossale du défi ? Et en avons nous le temps ??). mais qui je crois alimentent le débat .
    La magnifique interview récente de Dennis Meadows sur. “. https://www.sismique.fr/ “. Vient nous rappeller certaines réalités ….

    Belle continuation en cette 4eme année !!

    Répondre
    1. bdd13 3 novembre 2021

      Merci du lien…. énorme

      Répondre
  5. bdd13 3 novembre 2021

    Merci pour ce billet qui dévoile quelques dessous de cette aventure.
    Je ne suis pas féru de réseaux sociaux, mais chacun fait sa part en matière de diffusion à la fois des infos, mais aussi des adresses et liens vers cette mine d’informations que tu représentes.
    Je pense que chaque lecteur un peu censé ou proche des milieux scientifiques, avait reconnu la grande rigueur et le travail de “pro” qui est réalisé au fil des articles.
    Entre BonPote, Janco, la Fresque, Barreau, Keller et tous les autres, nous avons à la fois l’information, mais aussi les moyens et outils pour la divulguer, chacun à sa manière.
    Alors courage pour nos sources intarissables dans l’abnégation, en appelant au soutien, moral et financier.

    Répondre
  6. Dominique 3 novembre 2021

    Salut Bon Pote. Ton travail est précieux, et bien plus utile que celui d’un trader 😉 Bonne continuation !

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS