Présidentielle 2022 : course à la nullité des candidat(e)s

Presidentielle 2022

Entre les décroissants et les écomodernistes, il existe 50 nuances de vert. Vous retrouverez quotidiennement des expert(e)s énergétiques et militant(e)s écologiques s’écharper sur les réseaux sociaux. En effet, bien que le constat sur le changement climatique d’origine anthropique soit unanimement partagé, nous n’avons pas forcément les mêmes solutions à proposer pour résoudre l’urgence climatique.

Mais s’il y a bien une chose sur laquelle nous nous rejoignons, c’est que les candidat(e)s à la présidentielle 2022 ne sont pas au niveau, notamment sur les sujets énergétiques. Plus nous nous rapprochons du premier tour de l’élection présidentielle, plus les candidat(e)s cherchent à exister médiatiquement. Pour cela, ils se sont lancés depuis des semaines dans un concours de celui ou celle qui dira la plus grosse bêtise. Remplacez ainsi “pas au niveau” par “d’une nullité aussi affligeante qu’inquiétante“, c’est exactement pareil.

Le hic, c’est qu’on ne dirige pas un pays à coup de punchlines et de petites phrases bien placées. On travaille ses sujets, on planifie le moyen et long terme, on anticipe. Pour l’instant, c’est une catastrophe. Une étude approfondie de chaque programme viendra plus tard sur Bon Pote. En attendant, je vous propose un florilège de ces dernières semaines, avec une accélération record vers le mensonge et la connerie.

Préambule : liste des candidat(e)s à la présidentielle 2022

Difficile de savoir exactement le nombre de candidat(e)s à l’élection présidentielle 2022. Entre celles et ceux qui l’ont annoncé, celles et ceux qui ne le sont pas encore officiellement (Macron, Zemmour, etc.)… on compte tout de même plus de 20 candidat(e)s déclaré(e)s.

Souhaitant à tout prix éviter la loi de Brandolini et une analyse de chaque programme, nous ne citerons ici que les candidat(e)s au-dessus de 5% d’intention de votes. D’ailleurs, ne cherchez pas vraiment de logique au tableau ci-dessous. Les sondages ne valent pas grand chose, et beaucoup de candidat(e)s devraient être classé(e)s à droite. Si Emmanuel Macron, qui déclare “Nous devons anticiper et nous protéger contre des flux migratoires irréguliers importants” quand les Talibans envahissent Kaboul, n’est pas de droite, personne n’est de droite.

Source : Harris Interactive

Marine Le Pen, la récidiviste

Même si l’extrême-droite n’est pas historiquement connue pour son combat écologique, nous pourrions imaginer qu’ils soient au moins au point sur les sujets énergétiques. Marine Le Pen nous prouve qu’on peut être en politique depuis des décennies, vouloir devenir présidente, et n’avoir toujours rien compris aux enjeux énergétiques.

Elle dit au micro d’RTL “J’arrête toute nouvelle construction de parc éolien et je lance un grand chantier pour les démonter“. Ecoutez ces 98 sec, cela suffira à vous donner une idée du niveau :

Les faits : aucune publication d’experts n’évoque l’arrêt des parcs éoliens, voire le démantèlement de ces derniers. Même les pro nucléaire les plus farouches ne souhaitent pas cela. C’est dire la totale déconnexion de Marine Le Pen.

N’oublions pas qu’en début d’année, elle arrivait à dire trois grosses bêtises en 20 secondes, en plaçant notamment la France comme meilleur élève écologique (c’est faux) et en confondant mix électrique et mix énergétique. Heureusement que c’est Jordan Bardella qui est aujourd’hui président du Rassemblement National le temps de la campagne, lui qui avait déclaré en juin dernier que “Le C20 a été divisé par 1000 depuis les années 60“. Une équipe prête à diriger la France, sans aucun doute.

Jean-Luc Mélenchon, l’écologie spectacle

S’il y a bien un candidat qui illustre à la perfection la politique des punchlines, des incantations et des petites phrases relayées sur les réseaux sociaux, c’est Jean-Luc Mélenchon.

Mais lorsqu’il s’agit de mettre en pratique les paroles, c’est un tout petit peu plus compliqué. Il y a un an, il proposait déjà de sortir du nucléaire en “inventant une autre énergie bas-carbone“. Le débat énergétique mérite mieux que d’attendre qu’Harry Potter nous sorte une énergie verte de son chapeau. Toujours dans la politique spectacle, il annonce mi-octobre deux énormités :

50, ou 100, mais jamais 150 milliards

Premièrement, le Grand Carénage ne coûte pas de 150 milliards comme annoncé, mais plutôt 50 milliards. Il a débuté en 2014 et se finit en 2025. Nous avons donc bien avancé dans ses travaux et les 50 milliards sont déjà majoritairement dépensés.

Il est parfois évoqué 100 milliards, à la suite d’un rapport de la Cour des comptes en 2016. Il s’agit en réalité d’un périmètre différent, et d’une période différente (la première allant jusqu’en 2025, l’autre en 2030). Le chiffre 150 milliards n’est quant à lui dans aucun rapport officiel, juste un chiffre balancé par des politiques peu scrupuleux des faits et prêts à exagérer les chiffres par pur intérêt électoral.

“Fermer 22 centrales nucléaires en 5 ans” !

Le deuxième point fallacieux, voire mensonger, est la durée de vie de 40 ans des centrales. Cette limite n’existe pas, les centrales peuvent être prolongées après 40 ans. Chaque fois qu’un politique parle de cette limite, il ou elle ment.

Ensuite, fermer 22 centrales en 5 ans est non seulement quasi irréalisable techniquement, mais en plus, cela aurait de graves conséquences pour nos émissions de CO2 et le respect de nos objectifs climatiques. Ci-dessous, la part de la production brute d’électricité en France. Imaginez une seule seconde vous passer de 22 centrales :

L’Allemagne se retrouve dans la même impasse, avec environ autant de réacteurs en 12 ans (arrêt complet du nucléaire prévu en 2022), qui mèneront hélas vers une hausse de la consommation de gaz et de charbon pour compenser. En aucun cas le gaz n’est une énergie “de transition” pour atteindre la neutralité carbone en 2050 (argument avancé à droite comme à gauche d’ailleurs).

Après une semaine de critiques, Jean-Luc Mélenchon a rétropédalé et a affirmé qu’il s’alignait finalement sur le scénario Negawatt qui étale les fermetures des centrales entre 40 et 50 ans. Une correction qui comme d’habitude fera moins de bruit, les éléments sourcés et justifiés étant moins en vogue que les grandes incantations.

Yannick Jadot et le sens des priorités

Face à Sandrine Rousseau, Yannick Jadot a remporté de justesse la primaire écologiste le 28 septembre dernier. Si je devais illustrer Yannick Jadot en une phrase, c’est ce tweet : “La base, c’est de réduire la consommation d’électricité” :

C’est évidemment une énorme bêtise et un contresens total. La base, c’est de réduire la consommation d’énergies fossiles ! Environ 67% de l’énergie consommée en France provient des ressources fossiles. La priorité, c’est de sortir du charbon, du pétrole et du gaz, pas de réduire la consommation d’électricité.

Non seulement la SNBC prévoit une augmentation de la consommation d’électricité dans les années à venir, mais même le scénario le plus poussé vers la sobriété (celui de Negawatt) table sur une consommation de 530 TWh en 2050 contre 475 TWh aujourd’hui, soit une augmentation de +12%.

Si vous ne voulez pas ou plus de nucléaire, expliquez comment, et pour quelles conséquences. Mais il serait temps de revoir les priorités et de laisser de côté les dogmes qui nous emmènent chaque jour un peu plus vers un réchauffement climatique plus important.

Macron, Zemmour et les autres

Outre les candidats LR qui ont inscrit dans leur programme la croissance verte et l’écologie punitive, il y a les candidat(e)s déclaré(e)s, et celles et ceux qui vont l’être. Je ne vais pas ici pointer toutes les incohérences et mensonges du gouvernement Macron, voire de Macron lui même. Cela prend des heures, et je pense que personne n’aurait le culot d’annoncer que le programme écologique des quatre dernières années est une réussite.

Puisque les sondages le placent comme un candidat sérieux pour le second tour de la présidentielle, nous pourrions également passer du temps sur le programme écologique d’Eric Zemmour. Ce sera fait quand il sera officiellement candidat. En attendant, il est inutile d’y passer plus de 30 secondes. Une personne qui parle de “grand réchauffement” en parlant du réchauffement climatique (débat BFM avec JL. Mélenchon) devrait perdre toute crédibilité auprès des électrices et électeurs.

Mais que voulez-vous. En 2021, on peut raconter n’importe quoi sur l’Histoire, sur les émissions de CO2 de la France, être condamné plusieurs fois par la justice et être le chouchou des médias.

Le mot de la fin

Le problème des candidats à l’élection présidentielle 2022, c’est qu’ils se comportent comme des nouveau-nés : vous finissez de repérer la première bêtise et de nettoyer, ils en ont déjà fait une autre.

Chaque jour qui passe cette course à la nullité 2022 m’inquiète de plus en plus. Avoir des convictions, c’est très bien. Encore faut-il pouvoir les justifier. Ce qui nous attend dans l’état actuel des choses, c’est le non respect de nos engagements climatiques et le non respect de l’Accord de Paris.

Je me doute que certain(e)s politiques ne sont pas aussi idiot(e)s qu’ils et elles pourraient nous le laisser croire. Mais permettez-moi d’avoir quelques doutes concernant les compétences de certain(e)s. Que ce soit par pur électoralisme ou bêtise, ces politiques jouent avec nos vies, notre avenir. Il serait temps de se mettre au niveau qu’exige une transition énergétique réussie. Les Françaises et les Français méritent mieux qu’une politique spectacle où les petites phrases remplacent les arguments de fond.

Bon Pote est un média 100% indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

20 Comments

  1. Kaizen 21 novembre 2021

    Sinon vous avez l’adresse d’un bon psy ? Parce que entre un Macron – Le Pen ou un Macron – Zemmour au second tour, ma solastalgie a de beaux jours devant elle…

    Répondre
    1. Bon Pote 22 novembre 2021

      Faut avoir de l’humour, c’est tout ce qu’il nous reste 😉

      Répondre
  2. Stephanie 3 novembre 2021

    Néanmoins, même si la priorité n’est pas de réduire la consommation d’électricité (versus d’autres énergies), il serait judicieux peut-être de ne pas l’augmenter non plus inutilement. Internet est devenu une source supplémentaire de pollution, numérique celle-ci d’abord car on y trouve tout et n’importe quoi, et surtout la vérité et son contraire, et tout ceci est joyeusement stocké dans des datacenters qui nécessitent électricité à gogo et grandes quantités d’eau pour fonctionner. Jeff, Mark, Et bien d’autres ont largement contribué à cette situation une fois encore et tout le monde se jette à cerveaux perdus dans les solutions qu’ils proposent. Ca me fatigue. Bravo pour cet article.

    Répondre
  3. Cautain 27 octobre 2021

    La pauvreté des politiques est telle que il vaut mieux ne rien attendre .
    Je recommande cependant après avoir lu le premier livre magistral de jean Christophe Anna ” le climat n’est pas le bon combat ” , son second livre. Volontairement utopique réaliste sur le comment traiter la situation de catastrophe. Par une révolution citoyenne .

    https://archipelduvivant.org/nos-livres/ecrivons-ensemble-un-nouveau-recit-pour-sauver-la-vie/

    Répondre
  4. 6komore 27 octobre 2021

    Malheureusement, ce constat n’est pas surprenant…
    Aux vues de la cacophonie et de l’ignorance de nos chers candidats, il est normal que le débat ne se porte pas aux devants de la scène médiatique. Ce n’est pas encore assez clivant, assez punchy pour faire de l’audience ….
    On oublie, ou ne savons pas pour certains, que les conflits au proche et moyen sont pour la plupart liés soit au pétrole soit aux pénuries alimentaires dûes au changement climatique. Leurs impacts sont visibles dans nos sociétés mais il est plus facile d’incriminer la religion que nos modes de vie occidentale. C’est plus facile quand c’est la faute de l’autre …
    Certains candidats sont probablement conscients de ça, mais c’est encore trop compliqué de parler aux citoyens comme à des personnes responsables dans un système “démocratique” à la papa. Infantiliser les masses est sans doute le meilleur et plus doux moyen aujourd’hui pour conserver ou acquérir le pouvoir.
    Le débat est trop complexe pour être réduit à des punch lines, malheureusement le dictat médiatique impose son paradigme.
    Et si une autre voie était possible ?
    Et si je, si chaque français responsable se présentait en tant que député ? Il y a peu d’obstacles à cette démarche.
    Faire son pas, sa part, est nécessaire mais pas suffisant. Il faut que chacun aille plus loin dans le collectif. La politique est aujourd’hui la voie qui permet cela. Elle est à réinventer !!!

    Répondre
  5. Loic 26 octobre 2021

    Une candidature à suivre (via la Primaire Populaire) et dont on parle trop peu, est celle de l’Eurodéputé Pierre Larrouturou. Il me semble se détacher de tous ces autres candidats par ses convictions réelles en matière de justice climatique et sociale (cf. sa grêve de la faim pour le projet de “taxation de la spéculation” l’été dernier). Il parle et s’associe beaucoup aux jeunes et multiplie les appels au rassemblement à gauche. Tout ca pour dire qu’une petite Interview chez Bon Pote de Mr Larrouturou, ce serait cool 😉

    Répondre
  6. Cyrille 25 octobre 2021

    On a les politiciens qu’on mérite. Quand on voit la bronca provoquée par une simple proposition de la CCC de réduire la vitesse MAX sur autoroute d’un malheureux 20 km/h, on ne peut s’étonner de voir le politique naviguer à vue ou marcher sur des œufs.

    Répondre
    1. Justin 25 octobre 2021

      Les citoyens de la CCC n’étaient pour les 110km/h que d’une très courte majorité (genre 55%) alors qu’ils étaient formés aux enjeux (formation que n’ont pas reçu les candidats)

      Répondre
  7. Sauve Béranger 25 octobre 2021

    Le gros problème c’est les médias et leur censure. Le développement des STE c’est l’arrêt de toutes les centrales nucléaires d’ici 10 ans, c’est à dire 2032. Il ne restera plus que Flamenville à la condition que l’EPR soit un jour mis en service. Je demande depuis 2 ans au gouvernement qu’une commission scientifique examine et valide ou non le dossier. Ce refus ce n’est pas le plus grave, ce qui est grave c’est que tous les médias français refusent d’informer sur cette demande faite au gouvernement. Jean Marc Jancovici qui a reçu le dossier refuse de s’exprimer à ce sujet, il ne veut s’exprimer que sur les dossiers qui vont dans le sens de ses idées.

    Répondre
  8. Ddu 25 octobre 2021

    Politiques d’une nullité crasse, francais qui veulent continuer de consommer plus d’essence plus d’électricité… C’est l’effondrement des cerveaux humains qui précède l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle…

    Répondre
  9. Justin 24 octobre 2021

    le dernier scénario NEGAWATT est corsé aussi.
    En vrac:
    – Hausse du bois bioénergie exclusivement comme coproduit de Bois/poutre et en même temps baisse du Bois/poutre…
    – x2 pour les paturages (soit + 11 millions d’hectares) alors que les vaches bouffent déjà ~64% d’herbe… il faudra donc augmenter le cheptel alors qu’il disent qu’il faut le réduire (à noter aussi que les bouses de vache dans les champs vont balancer leur méthane dans l’air, alors que les mêmes bouses dans des étables pourront servir pour le biométhane)
    – +25000 éoliennes et x millions de voitures électriques MAIS -95% de cuivre… curieux… et aussi seulement +50% de lithium et -95% de cobalt => y’aura pas de batteries pour tout le monde…
    – et j’en passe

    Répondre
  10. Dominique 24 octobre 2021

    Et si on passait à la tyrannie ? Grecque, s’entend. Un écologiste autoritaire au pouvoir, avec un mandat de 20 ans, qui pourrait agir sans aucun enjeu électoral durant toute cette période, sans être obligé de mater les sondages pour déclarer “moi moi moi”, et qui pourrait donner aux entreprises comme aux citoyens une orientation stricte de descente écologique. Ça vaudrait mieux pour l’avenir de nos enfants, non ?

    Répondre
    1. Cautain 24 octobre 2021

      Absolument Dominique !! Ça fait un moment que je pense à ça sérieusement ! Car en fait il n’ y aurait pas d autre choix que cette radicalité autoritaire pour sauver ces français cocoones et dorlotés a la sainte croissance fossile . Sans une ” dictature verte bienveillante ” ce pays n aura jamais le temps de modifier correctement une trajectoire verte et économe ‘ . Car une dictature verte bienveillante c est maintenant pas demain !! On évite ainsi les palabres. Pseudo démocratiques dévoreuses de temps pour finir en eau de boudin ..
      Le blème c’est que la France toute seule c’est peanuts … En Chine ok , mais chez les yankees ….oups ….on oublie .. donc retour à la case départ et au gouffre .

      Répondre
  11. Cautain 24 octobre 2021

    ….par ailleurs , question énergie , il va bien falloir que les français ( et l humanité ) acceptent obligatoirement de se serrer la ceinture sur leur empreinte énergétique. Et qui coûtera de toute façon de plus en plus chère !!! Inévitablement !

    Quel candidat va expliquer ça clairement et aussi radicalement sans que ça génère une guerre civile ou des grèves ?? Voyez l état du Liban …. Une belle vision de l effondrement qui nous attend .

    Et c est évidemment pas un Zemmour a la gomme qui s’en tape royalement ( puisque pour lui la France est supérieure à l humanité ) ou une lepen ignarde , ni la gauche utopique , ni la droite pro croissance , qui vont nous tirer de la …..

    Alors qui ??

    Répondre
  12. Cautain 24 octobre 2021

    Tout à fait ok avec bon pote ! C est lamentable ! Y compris auprès de Jadot qui veut sortir bêtement du nucléaire !!!
    Comment est il possible que des prétendants a la présidence soientt ignorant du point vital de l énergie et puisse endormir le peuples avec leur conneries et leur ignorance ?
    On sait parfaitement et simplement ce qu il faut faire :
    – déployer toutes les sources d ENR possible et les mettre en synergie avec le nucléaire
    – recarener toutes les centrales nucléaires pour les prolonger
    -. Favoriser l émergence des mini centrales nucléaires ( Macron a raison sur ce point ,) notamment pour faire face à une explosion d une demande électrique via parc automobile qui va s électrifier
    – renforcer massivement toutes les économies d énergies ( isolation habitat par ex );
    -. Inciter forcément a la décroissance
    -. Inciter fortement l autonomie énergétique de chaque foyer
    – etc ….

    Bref c’est pourtant simple sur le papier , mais quel candidat propose tout cela ? Qui ? Je n en vois pas .

    Je pensais voter écolo , mais impossible avec Jadot , ce petit garçon en culotte courte qui papillone encore avec sa sortie du nucléaire .
    Alors qui ???? ……..blanc …..??? ppppfffff !!

    Répondre
  13. Ségolène 24 octobre 2021

    Merci! Et merci pour ce site en général, première fois que je commente mais je suis une lectrice assidue 🙂 En effet pas de candidats super crédibles sur ce sujet. Personnellement je voterai Jadot, car au moins il y a un affichage écolo clair et je pense que c’est important. Même s’ils disent des conneries (sur le nucléaire par exemple, mais ils ont quand même mis de l’eau dans leur vin avec une politique du stop nucléaire mais quand on le pourra, l’urgence étant la baisse du CO2) les écolos sont largement au dessus de tous les autres dans leurs réflexions. Jadot n’était pas du tout mon choix à la base, j’avais voté Batho, mais ils forment un front globalement uni (sauf Rousseau) et c’est pas mal. Mélenchon je subodore de l’électoralisme pur et dur, et qu’au fond l’écologie n’est pas son problème principal. En 2017 il était avec une équipe de campagne intéressante et ils me semblaient plus crédibles. Enfin bon je ne me fais pas trop d’illusions vu qu’un tiers des gens à l’heure actuelle disent qu’ils vont voter pour MLP ou EZ et que les thèmes abordés dans les débats sont bien loin de la transition énergétique et de la décroissance.

    Répondre
  14. Luc 24 octobre 2021

    Hello Bonpote,
    Merci pour ton article.
    Avoir l’avis d’un expert sur le sujet des présidentiels peut être très précieux. L’impact de notre choix électoral aura forcément de grandes conséquences sur la capacité de la France à faire sa part pour lutter contre le réchauffement climatique.
    Je me pose juste une question concernant ta remarque sur Jadot. Son tweet est focus sur l’électrique et n’est pas incompatible avec la réduction des énergies fossiles non ? La sobriété peut s’appliquer également à l’électrique ? J’imagine qu’il pense aussi bien l’un que l’autre d’ailleurs.
    Peut être que je me trompe mais comme ton influence est importante, il ne faudrait pas que les gens pensent que pour Jadot, sa priorité absolue est la réduction de la consommation d’électricité et qu’il s’en fiche des énergies fossiles…

    Répondre
    1. Bon Pote 24 octobre 2021

      Nous allons baisser notre consommation énergétique, c’est prévu. Je souhaite juste que les candidats soient très clairs sur les conséquences de leur programme. Typiquement, si Jean-Luc Mélenchon souhaite suivre le programme Newagatt, c’est son choix, très bien. je ne suis pas sûr que toutes les personnes qui votent pour lui aient bien lu les efforts à consentir pour cela.

      Répondre
  15. Christophe 24 octobre 2021

    Intéressant, comme d’habitude. Mais peut-être un peu trop rapide. Je peux seulement relever, en ce qui concerne Mélenchon, que le programme s’appuie sur le scénario Négawatt depuis au moins 2017. De mon point de vue, la question n’est pas de savoir s’il faut garder le nucléaire, mais à quel échéance on pourra s’en passer. Parce qu’il n’est évidemment pas question de le remplacer par des énergies plus polluantes. Bref, j’attends encore de voir un programme plus radical et raisonnable, d’un point de vue climatique, que celui de la FI.

    Répondre
  16. Weemix 24 octobre 2021

    J’ai bien conscience qu’ils sont tous nuls à ce sujet, s’ils étaient compétents ils ne seraient pas écoutés car trop restrictifs et pas suffisamment porteurs d’espoirs. Ca n’intéresse pas les gens qui ne sont pas assez informés sur le sujet.

    Du coup, on s’abstient ? On vote pour le “moins pire” ? On fait la révolution ?

    Sinon,, j’ai pas bien suivi l’histoire de la primaire populaire, j’ai vu qu’il y avait Mélenchon et Jadot dedans. Ca veut dire qu’il n’y en aura qu’un des deux à se présenter ?

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS