Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Aidez-nous à grandir et à imposer l’écologie dans les médias !

Moins de 1% de nos lecteurs et lectrices soutiennent Bon Pote !

Pour multiplier nos analyses et enquêtes tout en conservant la rigueur indispensable pour une information de qualité, nous avons besoin de vous.

3000

4000

Plus que 30 Jours

Bon Pote est un média indépendant et sans publicité, entièrement financé par ses lectrices et lecteurs. 

Analyse : qu’est-ce que l’effet Laffer, et doit-on le craindre ?

Publication :
Mis à jour :
Effet Laffert vignette.png
©Crédit Photographie : Copie d’écran BFMTV
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article
Getting your Trinity Audio player ready...

Lors de la soirée débat sur BFMTV le mercredi 3 juillet, Nicolas Doze, l’éditorialiste en charge des sujets économique, a posé une curieuse question à Marine Tondelier, la candidate du Nouveau Front Populaire : « En mettant 14 tranches d’impôt sur le revenu, avec une quatorzième tranche à un taux marginal de 90 %, qui probablement avec une CSG appelée à devenir progressive, atteindrait les 100 %. Est-ce que vous ne craignez pas un effet Laffer ? » (22h05).

L’effet Laffer, une fable d’économie néolibérale

La courbe de Laffer (nommée après l’économiste américain – et non Anglais, comme l’a présenté Nicolas Doze – de l’Université de Chicago, Arthur Laffer), est une hypothèse qui postule l’existence d’un arbitrage entre le taux d’imposition et les recettes fiscales.

Selon cette théorie, au fur et à mesure que l’on augmente les taux d’imposition, les recettes augmenteraient jusqu’à atteindre un seuil maximum (le sommet de la courbe en cloche) à partir duquel une hausse supplémentaire du taux marginal d’imposition ferait baisser les recettes totales. D’où le slogan, répété à tue-tête par des générations d’économistes néolibéraux, « trop d’impôt tue l’impôt ».

La mécanisme derrière cette courbe est simple (trop simple d’ailleurs, comme on le verra bientôt) : lorsque que l’État taxe trop, les gens cessent de travailler. Pour éviter l’impôt, pas besoin de s’expatrier, explique Nicolas Doze, « il suffit juste de bosser moins ».

Et si les riches travaillent moins, l’activité économique va ralentir, nous disent les néolibéraux. Voilà l’explication qu’en donne Arthur Laffer dans un entretien en 2014: « la hausse des impôts et des dépenses publiques[…]ralentit la croissance, ce qui accroît les inégalités. A l’inverse, la croissance économique et un faible niveau d’imposition réduisent les inégalités ». On retrouve ici le mythe de la« théorie du ruissèlement »: l’enrichissement des plus riches génère de l’activité économique, et donc de l’emploi, et donc des salaires pour les plus précaires.

L’origine de la courbe de Laffer

Commençons par noter que la courbe de Laffer a été dessinée à l’arrache sur une serviette dans un restaurant à Washington lors d’un diner avec Donald Rumsfeld (chef de cabinet de la Maison-Blanche) et Dick Cheney (l’adjoint de Rumsfeld) en 1974. C’est une hypothèse controversée dans les sciences économiques avec des études empiriques contradictoires.

La serviette originale du diner de 1974, conservée dans un musée d’économie

Le taux maximum de 30 % annoncé à l’époque par Arthur Laffer n’avait aucune véritable base scientifique solide, ce qui ne l’a pas empêché de le vendre dur comme fer à Ronald Reagan comme une loi quasi-naturelle (Arthur Laffer était membre de l’Economic Policy Advisory Board de l’administration américaine de 1981 à 1989). Cela a fonctionné : en 1986, le Tax Reform Act du gouvernement Reagan abaissa le taux d’imposition sur le revenu de 50 % à 28 % – sûrement par crainte d’un « effet Laffer ».

La courbe de Laffer n’est pas « validée » par les économistes

Pour donner du sérieux à son propos, Nicolas Doze affirme que la courbe de Laffer a été « validée » par Thomas Piketty, Gabriel Zucman, et Emmanuel Saez. Fact checking : c’est faux. En 1998, Thomas Piketty a publié une étude sur la création de la tranche à 65 % de l’impôt sur le revenu dans les années 1980 qui montre précisément le contraire : la hausse de la fiscalité n’a eu aucun effet sur l’activité économique.

Plus généralement, ses travaux des dernières décennies, notamment Le Capital au XXIe Siècle (2013) et Idéologie et Capital (2019) ont démontré l’invalidité de la théorie du ruissèlement. Invoquer Thomas Piketty en défense de la courbe de Laffer serait comme invoquer Karl Marx en défense du capitalisme.

Même chose pour les deux autres économistes cités. Le chapitre 8 du livre d’Emmanuel Saez et de Gabriel Zucman (The triumph of injustice: How the rich dodge taxes and how to make them pay, 2019) s’intitule “Beyond Laffer.”

« Dans ce chapitre, nous voulons expliquer pourquoi les gouvernements démocratiques peuvent raisonnablement décider de choisir des taux d’imposition supérieurs au taux qui maximise les revenus, et pourquoi la destruction d’une partie de l’assiette fiscale peut être dans l’intérêt de la communauté » (p. 132).

Un impôt de 90 % ?

L’objectif de taux quasi-confiscatoires n’est pas de financer les caisses de l’État, mais de réduire les inégalités. Les auteurs comparent l’impôt sur le revenu avec la taxe carbone : ” L’objectif de la taxation du carbone n’est pas d’augmenter les recettes, mais de réduire les émissions de carbone.”

Il en va de même pour les taux d’imposition élevés sur les revenus les plus élevés : “Ils ne visent pas à financer les programmes gouvernementaux à long terme. Ils visent à réduire les revenus des ultra-riches » (p. 135).

Cela explique pourquoi de nombreux gouvernements choisissent des taux élevés, même si cela détruit une partie de l’assiette fiscale (91 % aux États-Unis pendant les années 1950 et 1960, 98 % en Grande Bretagne de 1941 à 1952). Dans le livre, les auteurs proposent d’ailleurs une taxe sur la richesse (une imposition à 10 % des richesses au-dessus d’un milliard de dollars) qu’ils considèrent bien au-delà de la courbe de Laffer.

Effet Laffer ou effet de serre ?

La courbe de Laffer est l’une de ces fables économiques dont la logique est tellement simpliste qu’elle perd tout correspondance avec la réalité. La courbe ne prend ni en compte les bienfaits d’une réduction des inégalités sur le vivre-ensemble, l’écologie, et la démocratie, ni les effets d’un surcroit de dépenses publiques sur le bien-être.

Comme si l’impôt était simplement confiscatoire, sans aucune contrepartie pour les contribuables. Comme si la justice sociale n’était qu’une variable d’ajustement pour optimiser les taux de croissance.

De longues minutes gaspillées à parler des gribouillages d’un économiste des années 1970 qui cherchait désespérément des raisons pour baisser les impôts. « Il n’y a aucune honte à ne pas savoir ce qu’est la courbe de Laffer puisqu’il s’agit littéralement d’un concept de pilier de bar dont l’origine est un dessin sur un coin de table au restaurant », résume parfaitement un internaute.

En attendant, pas une question sur les inégalités de richesses, pourtant bien plus importantes que les inégalités de revenus (dans l’analyse macroéconomique du programme, les recettes de la réforme de l’impôt sur le revenu ne sont que de 5,5 milliards d’euros, soit trois fois moins que les recettes de l’ISF vert). Et aucune question sur l’écologie, ce qui est pourtant la spécialité de Marine Tondelier. La question « est-ce que vous ne craignez pas un effet de serre ? » aurait été bien plus importante.

On l’aura compris, l’hypothèse de la courbe de Laffer n’est rien de plus que cela : une hypothèse. La jeter à la figure de Marine Tondelier en pleine présentation de programme est un faux pas journalistique, l’équivalent de demander à une navigatrice si elle ne craint pas de tomber du précipice d’une Terre plate en tentant de faire le tour du monde.

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

8 Responses

  1. Evidemment, cette idée n’est pas à prendre au pied de la lettre, mais elle résume bien le fait qu’une augmentation des prélèvements décourage inévitablement les gens à se faire prélever. L’histoire nous montre d’ailleurs pas mal d’exemples où cette tendance s’est révelée correcte : https://www.melchior.fr/synthese/courbe-de-laffer

    Avec des tranches de plus en plus taxées, l’effet est probablement encore plus marqué. Si l’effort de chacun croît avec le revenu (travailler plus pour gagner plus), alors atteindre des tranches de plus en plus élevées de taxation va vite décourager les gens (plus je fais des efforts, moins j’augmente mes revenus, qui a envie de ça ?). Seules options : partir, laisser tomber ou… tricher. Dans tous les cas, c’est un manque à gagner pour les recettes de l’État.

    La France étant déjà championne du monde des prélèvements, nous voyons déjà bien que tondre les citoyens ne fonctionne pas ! Augmenter les impôts est toujours un signe de faiblesse des politiques.

    1. Sylvain :” La France étant déjà championne du monde des prélèvements, nous voyons déjà bien que tondre les citoyens ne fonctionne pas ! Augmenter les impôts est toujours un signe de faiblesse des politiques. ”

      baisser les impôts des plus riches est un signe de faiblesse des politiques .
      augmenter les impôts des plus riches jusqu’à faire disparaître tous les millionnaires , milliardaires serait un signe de bonne santé des politiques , une attitude normale .

      faut relire au dessus le paragraphe sur “un impôt de 90 % ” . La fiscalité est un des outils pour gérer et pour corriger les effets de bords du mode de gestion actuel des activités humaines ( interdire et normer est un autre moyen ) . Il serait normal que cet outil serve au minimum à empêcher les gens de gaspiller des ressources limitées ( surtout celles que nous n’avons pas localement ) et éviter de définitivement dérégler l’environnement qui nous maintient en vie sur cette planète .
      Le mot effort est galvaudé . La ration alimentaire d’un être humain est entre 2000 et 3000 kcal soit environ 2.3 kwh et 3.5 kwh . Une partie sert à maintenir le corps en vie ( environ 2 kwh ) , une part résiduelle peut être utilisée pour transformer l’environnement à notre profit . de l’ordre de 1 kwh dans le meilleur des cas si il s’agit des muscles les plus puissants de notre corps ,les jambes , divisé par 10 si il s’agit des muscles les moins puissants , les bras . 1 litre d’essence = 10 kwh , passé dans un moteur à 40 % de rendement , ça donne entre 4 et 8 hommes journée de travail si on compare à une activité de transport , 40 à 80 hommes journée si on compare à une activé de filage par exemple . En moyenne mondiale , chaque humain est assisté par l’équivalent d’environ 200 esclaves énergétiques et dans les pays de l’OCDE ce serait plus proche de 600 ,donc 99% de notre niveau de vie nous le devons aux machines ( 20 ans que Jancovici l’explique ! ) . Si demain les pylônes électriques tombent , les transformateurs électriques , les dépôt de carburant et raffineries brulent , le seul horizon des premiers de cordée sera , Madame au lavoir, Monsieur au champ .

    2. Il n’y a pas que la satisfaction de l’argent pour le travail : il y a la passion de faire un travail utile à la société et à l’humain. Le toujours plus de fric, n’est pas très écolo !

    3. > atteindre des tranches de plus en plus élevées de taxation va vite décourager les gens

      Décourager de quoi ? D’investir du capital qui leur rapporte sans bouger le petit doigt ? Je suis pour.

      Les impôts sont justement là pour compenser le fait que les revenus ne sont pas proportionnel au travail que vous abattez. Si Pouyanné travaillait 9600 heures par semaines, on l’aurait remarqué depuis le temps. L’essentiel des différences de revenus sont du aux différences de capital de départ. Et même en ne regardant que les revenus du travail, les différences sont dues à la loi de l’offre et la demande, et non au nombre d’heure travaillée ou à la difficulté du travail.

      Par contre, ce que j’aimerai savoir, c’est comment, avec de tels taux d’imposition, est-il possible de ne plus avoir suffisamment de lits dans les hôpitaux, de personnel dans les écoles, de trains en province, de magistrats dans les tribunaux, de places dans les prisons ni de fonds pour financer les retraites et les allocations chômages…

  2. donc une sorte de RMA , revenu maximum d’activité . Il y a celui de Bernard friot qui propose de mémoire un revenu maximum dans les 5000 euros . ( Gaël Giraud propose un rapport de 1 à 12 dans les entreprises qui reçoivent de la commande publique . Pourquoi 12 ? C’est beaucoup 12 … mais comme Il est Jésuite ( il reverse son salaire à son ordre ) on pardonne :- )

    pourquoi 5000 euros . à cause de l’IDH* , l’indice de développement humain Il y a des courbes ( que je ne retrouve plus ) qui montre que jusqu’à environ 5000 euros il y une relation linéaire entre les revenus et cet indice . Plus le revenu est élevé plus l’idh est haut . A partir de 5000 euros il y a une asymptote horizontale , donc l’augmentation de revenus au-delà 5000 euros n’améliore plus cet indice . donc logiquement au dessus de 5000 euros la distribution supplémentaire de revenus est du “gaspillage “

  3. La courbe de Laffer induit un autre effet : l’agent économique n’est pas fixé dans un pays. Il peut partir et donc verser ses impôts dans un autre état.
    Pour vulgariser, c’est comme 7 copains qui vont au bar où à la fin l’addition de 10€ est partagée selon les revenus :
    le plus riche paie 5
    le deuxième paie 2
    le troisième, quatrième et cinquième paient 1
    Et les deux derniers ne paient pas
    La fois d’après, le bar augmente ses prix et le plus riche ne veut pas (libre arbitre) payer plus au motif qu’il contribue déjà pour moitié et donc ne vient plus.
    Tout le monde y perd donc…c’est ça le vrai effet laffer, c’est l’arbitrage des grands contribuables à ne plus contribuer à l’effort collectif localement.

    1. Moui…
      À ceci près que lorsqu’il s’agit d’une société et non d’un resto, le menu est constitué de services nécessaire au fonctionnement de cette dernière, que la place assise rapporte de l’argent, que l’addition est proportionnelle mais toujours inférieure à ce que rapporte la place, et que si le plus riche se barre il y a des millier de personnes qui font la queue à l’extérieur dans l’espoir de pouvoir s’asseoir à la table et il sera obliger de revendre ses biens non-mobiliers.

      Bref, j’ai déjà vu de meilleures métaphores.

  4. Quelle réactivité ! J’étais déjà fan …. là vous (Thimothée Parrique et Bon pote) devenez mes héros. Merci

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Timothée Parrique
Timothée Parrique est chercheur en économie écologique à l’université de Lund

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

8 Responses

  1. Evidemment, cette idée n’est pas à prendre au pied de la lettre, mais elle résume bien le fait qu’une augmentation des prélèvements décourage inévitablement les gens à se faire prélever. L’histoire nous montre d’ailleurs pas mal d’exemples où cette tendance s’est révelée correcte : https://www.melchior.fr/synthese/courbe-de-laffer

    Avec des tranches de plus en plus taxées, l’effet est probablement encore plus marqué. Si l’effort de chacun croît avec le revenu (travailler plus pour gagner plus), alors atteindre des tranches de plus en plus élevées de taxation va vite décourager les gens (plus je fais des efforts, moins j’augmente mes revenus, qui a envie de ça ?). Seules options : partir, laisser tomber ou… tricher. Dans tous les cas, c’est un manque à gagner pour les recettes de l’État.

    La France étant déjà championne du monde des prélèvements, nous voyons déjà bien que tondre les citoyens ne fonctionne pas ! Augmenter les impôts est toujours un signe de faiblesse des politiques.

    1. Sylvain :” La France étant déjà championne du monde des prélèvements, nous voyons déjà bien que tondre les citoyens ne fonctionne pas ! Augmenter les impôts est toujours un signe de faiblesse des politiques. ”

      baisser les impôts des plus riches est un signe de faiblesse des politiques .
      augmenter les impôts des plus riches jusqu’à faire disparaître tous les millionnaires , milliardaires serait un signe de bonne santé des politiques , une attitude normale .

      faut relire au dessus le paragraphe sur “un impôt de 90 % ” . La fiscalité est un des outils pour gérer et pour corriger les effets de bords du mode de gestion actuel des activités humaines ( interdire et normer est un autre moyen ) . Il serait normal que cet outil serve au minimum à empêcher les gens de gaspiller des ressources limitées ( surtout celles que nous n’avons pas localement ) et éviter de définitivement dérégler l’environnement qui nous maintient en vie sur cette planète .
      Le mot effort est galvaudé . La ration alimentaire d’un être humain est entre 2000 et 3000 kcal soit environ 2.3 kwh et 3.5 kwh . Une partie sert à maintenir le corps en vie ( environ 2 kwh ) , une part résiduelle peut être utilisée pour transformer l’environnement à notre profit . de l’ordre de 1 kwh dans le meilleur des cas si il s’agit des muscles les plus puissants de notre corps ,les jambes , divisé par 10 si il s’agit des muscles les moins puissants , les bras . 1 litre d’essence = 10 kwh , passé dans un moteur à 40 % de rendement , ça donne entre 4 et 8 hommes journée de travail si on compare à une activité de transport , 40 à 80 hommes journée si on compare à une activé de filage par exemple . En moyenne mondiale , chaque humain est assisté par l’équivalent d’environ 200 esclaves énergétiques et dans les pays de l’OCDE ce serait plus proche de 600 ,donc 99% de notre niveau de vie nous le devons aux machines ( 20 ans que Jancovici l’explique ! ) . Si demain les pylônes électriques tombent , les transformateurs électriques , les dépôt de carburant et raffineries brulent , le seul horizon des premiers de cordée sera , Madame au lavoir, Monsieur au champ .

    2. Il n’y a pas que la satisfaction de l’argent pour le travail : il y a la passion de faire un travail utile à la société et à l’humain. Le toujours plus de fric, n’est pas très écolo !

    3. > atteindre des tranches de plus en plus élevées de taxation va vite décourager les gens

      Décourager de quoi ? D’investir du capital qui leur rapporte sans bouger le petit doigt ? Je suis pour.

      Les impôts sont justement là pour compenser le fait que les revenus ne sont pas proportionnel au travail que vous abattez. Si Pouyanné travaillait 9600 heures par semaines, on l’aurait remarqué depuis le temps. L’essentiel des différences de revenus sont du aux différences de capital de départ. Et même en ne regardant que les revenus du travail, les différences sont dues à la loi de l’offre et la demande, et non au nombre d’heure travaillée ou à la difficulté du travail.

      Par contre, ce que j’aimerai savoir, c’est comment, avec de tels taux d’imposition, est-il possible de ne plus avoir suffisamment de lits dans les hôpitaux, de personnel dans les écoles, de trains en province, de magistrats dans les tribunaux, de places dans les prisons ni de fonds pour financer les retraites et les allocations chômages…

  2. donc une sorte de RMA , revenu maximum d’activité . Il y a celui de Bernard friot qui propose de mémoire un revenu maximum dans les 5000 euros . ( Gaël Giraud propose un rapport de 1 à 12 dans les entreprises qui reçoivent de la commande publique . Pourquoi 12 ? C’est beaucoup 12 … mais comme Il est Jésuite ( il reverse son salaire à son ordre ) on pardonne :- )

    pourquoi 5000 euros . à cause de l’IDH* , l’indice de développement humain Il y a des courbes ( que je ne retrouve plus ) qui montre que jusqu’à environ 5000 euros il y une relation linéaire entre les revenus et cet indice . Plus le revenu est élevé plus l’idh est haut . A partir de 5000 euros il y a une asymptote horizontale , donc l’augmentation de revenus au-delà 5000 euros n’améliore plus cet indice . donc logiquement au dessus de 5000 euros la distribution supplémentaire de revenus est du “gaspillage “

  3. La courbe de Laffer induit un autre effet : l’agent économique n’est pas fixé dans un pays. Il peut partir et donc verser ses impôts dans un autre état.
    Pour vulgariser, c’est comme 7 copains qui vont au bar où à la fin l’addition de 10€ est partagée selon les revenus :
    le plus riche paie 5
    le deuxième paie 2
    le troisième, quatrième et cinquième paient 1
    Et les deux derniers ne paient pas
    La fois d’après, le bar augmente ses prix et le plus riche ne veut pas (libre arbitre) payer plus au motif qu’il contribue déjà pour moitié et donc ne vient plus.
    Tout le monde y perd donc…c’est ça le vrai effet laffer, c’est l’arbitrage des grands contribuables à ne plus contribuer à l’effort collectif localement.

    1. Moui…
      À ceci près que lorsqu’il s’agit d’une société et non d’un resto, le menu est constitué de services nécessaire au fonctionnement de cette dernière, que la place assise rapporte de l’argent, que l’addition est proportionnelle mais toujours inférieure à ce que rapporte la place, et que si le plus riche se barre il y a des millier de personnes qui font la queue à l’extérieur dans l’espoir de pouvoir s’asseoir à la table et il sera obliger de revendre ses biens non-mobiliers.

      Bref, j’ai déjà vu de meilleures métaphores.

  4. Quelle réactivité ! J’étais déjà fan …. là vous (Thimothée Parrique et Bon pote) devenez mes héros. Merci

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

soutenez-nous pour de l’information à la hauteur des enjeux climatiques

Bonpote est un média 100% indépendant, en accès libre et repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs.

À lire également