Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Aidez-nous à grandir et à imposer l’écologie dans les médias !

Moins de 1% de nos lecteurs et lectrices soutiennent Bon Pote !

Pour multiplier nos analyses et enquêtes tout en conservant la rigueur indispensable pour une information de qualité, nous avons besoin de vous.

3000

4000

Plus que 30 Jours

Bon Pote est un média indépendant et sans publicité, entièrement financé par ses lectrices et lecteurs. 

A celles et ceux qui hésitent à faire barrage pour le Nouveau Front Populaire

Publication :
Mis à jour :
Nouveau Front Populaire choix vote credit Julien de Rosa
©Crédit Photographie : Julien De Rosa
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article
Getting your Trinity Audio player ready...

« Hitler n’en a peut-être pas tué assez »
« La France reste un peuple de race blanche »
« On va casser du pédé »
« Bougnoules »

Des livres qui nient l’existence de la Shoah, un hommage au Maréchal Pétain, propos sexistes, conspirationnistes, climatosceptiques… Par qui sont tenus ces propos ? Par des candidats du Rassemblement National, ce parti d’extrême droite qui tente de faire oublier ses origines et ce qu’il est vraiment.  Un parti co-fondé par des nazis, où l’on jette et tue des arabes dans la Seine et où l’on pense que les chambres à gaz ne sont qu’un détail de la seconde guerre mondiale. Et des exemples il y en a par centaines.

C’est pourtant le Nouveau Front Populaire qui concentre les critiques de la majorité des médias et des politiques, du gouvernement Macron à l’extrême droite. On reproche au Nouveau Front populaire (NFP) d’être d’extrême gauche, d’être antisémite, d’être à la botte de Jean-Luc Mélenchon, d’avoir un programme non réalisable et/ou non finançable et de ne pas prendre en compte l’insécurité, notamment celle des femmes.

Nous allons répondre à ces critiques une par une. Il est normal qu’il y ait des inquiétudes et l’enjeu du second tour des législatives 2024 est bien trop important pour ne pas répondre à ces interrogations.

A l’instar de la déclaration de la candidate Ensemble de la 1ere circonscription de la Somme Albane Branlant, arrivée 3e, qui se désiste pour faire barrage au RN, il s’agit ici de “faire la différence entre les adversaires politiques et les ennemis de la République“.

“Le Nouveau Front Populaire, c’est l’extrême gauche, c’est LFI, c’est Mélenchon qui décide de tout”

Même si elles sont parfois légitimes, les critiques contre la gauche ne sont pas nouvelles. Il y a plus de 40 ans, François Mitterrand essuyait déjà les mêmes critiques pour son programme dans les médias mainstream, avec un programme plus radical que ce que propose aujourd’hui le Nouveau Front Populaire.

L’extrême droite et l’extrême gauche : est-ce vraiment la même chose ?

La première critique qui revient fréquemment, c’est de qualifier le Nouveau Front Populaire d’extrême gauche et de l’opposer à l’extrême droite. De dire que c’est la même chose.

Depuis la dissolution de l’Assemblée nationale, Yannick Jadot, Raphaël Glucksmann, Carole Delga etc. seraient donc toutes et tous devenus d’extrême gauche ?

Nadia Hai, député Renaissance et candidate à sa réélection, a même déclaré que son adversaire était d’extrême gauche… son adversaire pour les législatives étant Aurélien Rousseau, l’ancien Ministre de la Santé il y a à peine 6 mois, avec qui elle collaborait à l’Assemblée nationale.

Lundi 1er juillet 2024, le candidat Les Républicains aux législatives Francis Dubois appelait à faire barrage à l’extrême gauche… son adversaire politique est François Hollande. Le Gorafi aurait pu faire cette plaisanterie.

Rappel du Conseil d’Etat

Nous avions défini l’extrême gauche et l’extrême droite sur Bon Pote avant de rappeler que le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction de l’ordre administratif, avait confirmé que le Rassemblement National est d’extrême droite et que La France Insoumise (LFI) et le Parti Communiste (PC) ne sont pas d’extrême gauche.

Difficile d’être plus clair. Malheureusement, cette tactique politique bien huilée a extrêmement bien fonctionné.

En opposant l’extrême droite à toute la gauche, les Françaises et Français n’auraient alors qu’un seul choix raisonnable : voter Emmanuel Macron. “Le choix de la raison”. Le choix de la raison où depuis 7 ans, la France a été épinglée par l’ONU pour les discriminations raciales et les violences policières. Où les mouvements sociaux, des gilets jaunes aux pompiers, ont été réprimés. Où la criminalisation des activistes climat n’a jamais aussi été forte et où la liberté de la presse est en chute libre dans les classements. Tout ceci est sourcé et en aucun cas des inventions. Le choix de la raison, donc.

L’idée n’est pas d’affirmer que les partis de gauche sont parfaits ou irréprochables. Mais il n’y a aucune comparaison possible avec l’extrême droite, un parti dont la politique raciste et climatosceptique représente le plus grand danger actuel pour la France.

Voter Nouveau Front Populaire, ce n’est pas voter La France Insoumise

La dernière tendance est de dire que voter Front Populaire équivaut à voter France Insoumise. Que ce serait La France Insoumise qui aurait entièrement décidé du programme et imposé son programme.

Il est factuellement faux de dire que le programme de la France Insoumise est le même que celui du Nouveau Front Populaire. Nous avons analysé le programme du NFP et il existe des différences majeures dans les deux programmes. Les personnes qui disent que c’est la même chose, n’ont probablement pas lu ce qui est dit sur l’international, l’Europe, l’énergie, etc.

Dire que Nouveau Front Populaire = LFI, c’est aussi invisibiliser des partis comme EELV, le PC, Place Publique, les Socialistes, etc. Dire que c’est la même chose permet de simplifier la vérité, de comparer LFI à l’extrême gauche et ensuite de mettre sur le même plan les deux extrêmes.

C’est par ailleurs ce que le chercheur au CNRS David Chavalarias et son équipe ont démontré dans leur étude “Minuit moins dix à l’horloge de Poutine“. Favoriser la montée des discours extrêmes, polariser, puis opposer, c’est la recette de l’ingérence russe.

L’étude quantitative des messages sur Twitter permet également de mieux comprendre l’instrumentalisation du conflit israélo-palestinien. Pendant que des innocents meurent, des personnes sans scrupules en profitent :

D’un côté le Kremlin s’efforce d’amplifier la perception des horreurs de Gaza auprès de la communauté LFI afin qu’elle impose le cadre du conflit israélo-palestinien aux législatives avec son corollaire sur la monté d’attitudes hostiles envers l’islam. Cela favorise sa radicalisation et, en conséquence, la polarisation politique entre extrême gauche et extrême droite. De l’autre les communautés juives traumatisées par le 7 Octobre et la droite ont été matraqués depuis des années par le narratif sur les « islamo-gauchistes » (qui ne peuvent qu’être antisémites) et l’équivalence « Nouveau front populaire = LFI ».

Pour couronner le tout, la perception de la montée de l’antisémitisme et son caractère anxiogène ont été amplifiés par le Kremlin via des actions sur le territoire telles que les tags de l’étoile de David sur les murs de Paris et les tags de “mains rouges” sur le Mémorial de la Shoah.

Comment la Russie manipule les élections législatives en soutenant l'extrême-droite
Figure 16: Cœur de la twittosphère politique post-dissolution. Colorisation selon la sphère d’influence (comptes liés aux seconds voisins) du compte @FRN (en rouge) et des comptes préoccupés par la montée de l’antisémitisme en France et les actes terroristes du Hamas (en bleu).
Ces délimitations ne sont pas ‘exactes’, au sens où certains comptes à la frontière peuvent tout à fait avoir été mal catégorisés. Source

Oui mais Mélenchon ! Jamais je veux qu’il soit Premier ministre

Avant toute chose, démystifions une fake news. Il est impossible mathématiquement que LFI soit majoritaire à l’Assemblée nationale. Il est revanche mathématiquement possible que le Rassemblement National (rejoint par les Républicains d’Eric Ciotti) ait la majorité absolue à l’Assemblée nationale. Si une personne hésite entre voter pour une ou un candidat(e) LFI face au Rassemblement National, elle prend le risque in fine d’avoir le Rassemblement National au pouvoir.

Notons également qu’à la suite du désistement de plusieurs candidates et candidats NFP, il est désormais mathématiquement impossible que le NFP obtienne la majorité absolue à l’Assemblée. Jean-Luc Mélenchon ne peut pas être Premier ministre.

C’est aussi vite oublier que le Nouveau Front Populaire est un groupe où plusieurs partis politiques résident et que plusieurs dirigeant(s) de partis ont déjà déclaré que le potentiel Premier ministre ne serait pas Jean-Luc Mélenchon, que ce soit son souhait ou non. Ce dernier a déclaré qu’il se sentait prêt, mais a aussi déclaré à plusieurs reprises qu’il y avait plein de personnes tout à fait capable d’accéder à ce poste. Les faits, rien que les faits.

C’est Jean-Luc Mélenchon, mais cela aurait bien pu être un(e) autre

A titre personnel, je ne porte pas Jean-Luc Mélenchon dans mon cœur. Et cela depuis plus de 10 ans. J’observe en revanche le traitement médiatique qui lui est réservé et il faut reconnaitre une chose : il subit bien plus d’attaques et de fake news que n’importe quel politique en France.

Bon Pote a par exemple reçu plusieurs dizaines de messages privés qui déclaraient que “Mélenchon appelle à tuer les policiers”, avec l’image suivant du Journal du Dimanche :

En vérifiant, c’est une citation fausse extraite d’une interview. Jean-Luc Mélenchon dit même le contraire : « je dis que c’est absurde. On a le droit de rigoler. Pas sur la mort des gens bien sûr, car ce n’est pas drôle. » Ce n’est pas la première fake news d’envergure du JDD, média devenu d’extrême droite après son rachat par le milliardaire Vincent Bolloré. Même si quelques personnes ont rectifié l’information sur les réseaux, trop tard, la fake news a été diffusée, le mal est fait.

BFM TV n’est pas en reste. Le titre du bandeau ci-dessous est abominable : “Mélenchon au pouvoir, fini pour les juifs“.

Même Jean-Marie Le Pen, qui a pourtant déclaré que les chambre à gaz sont un “point de détail de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale“, n’a jamais eu droit à un tel traitement médiatique. Est-ce que Jean-Luc Mélenchon a fait plusieurs sorties désastreuses ces dix dernières années ? Oui. Ne pas le reconnaître serait malhonnête. Mérite-t-il un tel traitement médiatique ? La réponse est non.

Quand EELV subissait le même traitement médiatique

Dernier point et non des moindres. Une gauche (ou des écolos) apparentée comme “extrême” est un grand classique en politique, repris depuis plusieurs années par le gouvernement en place, la droite et l’extrême droite. Si Jean-Luc Mélenchon concentre la majorité des critiques et sert à la fois de paratonnerre ou d’épouvantail selon le bord politique, il faut se rappeler que lorsqu’il était moins en vue, des accusations similaires étaient formulées sur d’autres partis et personnes.

Qui se souvient quand EELV était comparé à des islamo-gauchistes en 2020 ? Après plusieurs mois de polémiques, il avait fallu une publication du CNRS pour rappeler que “l’islamogauchisme n’est pas une réalité scientifique“. Combien de fois les écolos ont été comparés à des khmers verts ? des Staline verts en puissance ? Un parti anti-républicain ? Vous rappelez-vous d’Eric Zemmour qui déclarait que le “vert des Verts, correspond comme par hasard au vert de l’Islam” ?

Le système politico-médiatique souhaitant faire perdurer le business as usual n’accueillera jamais à bras ouverts un programme politique qui souhaite un changement profond et radical du système, pourtant nécessaire pour respecter nos objectifs climatiques.

PS : si vous ne pensez pas qu’un changement profond soit nécessaire, je vous invite à lire les travaux de synthèse du GIEC, et notamment les travaux du groupe 3 sur l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre.

“La gauche est antisémite”

Nous sommes à un moment de l’histoire médiatique française où c’est la gauche française qui doit répondre à des accusations d’antisémitisme. Des accusations venant principalement du gouvernement Macron, de la droite et de l’extrême droite… Oui, de l’extrême droite, un parti co-fondé par un Waffen SS et dont l’ancien président Jean-Marie Le Pen a été condamné pour antisémitisme.

De nombreux textes et tribunes ont d’ores et déjà été écrits pour parler de l’antisémitisme à gauche, notamment cette tribune de Vincent Edin sur Bon Pote. Deux extraits qui résument bien la situation :

Que les choses soient claires : qu’il y ait de l’antisémitisme parmi les électeurs de gauche radicale, c’est certain. Qu’il y ait de la haine qui déborde au-delà de Netanyahu parmi les manifestants pour la paix à Gaza, bien sûr. Que Mélenchon ait dit beaucoup d’atrocités, c’est certain. Sa dernière sortie sur “l’antisémitisme résiduel” est irresponsable et quelqu’un qui manie la langue comme lui ne peut l’ignorer. Personne ne doit nier cela.

Tout cela est vrai. Pour autant il n’existe pas une mesure, un acte, une décision des dirigeants politiques de gauche qui soit motivé par l’antisémitisme. La lutte contre l’antisémitisme mérite mieux que ces procès d’intention sur quelques phrases montées en épingle. 

Oui, la gauche n’est pas parfaite sur la question de l’antisémitisme, c’est indéniable. Il faut être intraitable sur la question et ne rien laisser passer. Le Nouveau Front Populaire a par ailleurs publié une charte pour combattre l’antisémitisme et toutes les formes de racisme, partagée ici par Fabien Roussel :

Une charte publiée et des engagements tenus. Reda Belkadi, candidat NFP (LFI) avait publié des tweets à caractère antisémite il y a six ans et la France Insoumise a retiré son investiture aux élections législatives dans le Loir-et-Cher.

Une décision responsable qui devrait être généralisée à tous les partis, pour toutes les formes de racisme. Si le Rassemblement National adoptait la même rigueur, des dizaines de candidats et candidates devraient retirer leur candidature.

Encore une fois, l’instrumentalisation de l’antisémitisme est une abomination utilisée par des personnes peu scrupuleuses, à l’instar de la Russie qui a profité des élections législatives 2024 pour semer le trouble, comme le rappelle l’équipe du CNRS du chercheur David Chavalarias :

Pour couronner le tout, la perception de la montée de l’antisémitisme et son caractère anxiogène ont été amplifiés par le Kremlin via des actions sur le territoire telles que les tags de l’étoile de David sur les murs de Paris et les tags de “mains rouges” sur le Mémorial de la Shoah.

Attention au traitement médiatique. Le 2 juillet 2024, nous apprenions que Ludivine Daoudi, candidate RN à Caen, retirait sa candidature après la diffusion d’une photo d’elle portant une casquette nazi, tout en reconnaissant les faits :

Source : Capture d’écran du compte Facebook Berlu lulu

Ce que ne dit pas l’article de France Info, c’est que la candidate RN à la casquette nazie est aussi membre d’un parti raciste et antisémite, Parti de la France, comme le rélève Street Press. Bien sûr, impossible pour le Rassemblement National d’être au courant ?

N’oublions jamais les idées nauséabondes de l’extrême droite, même avec une cravate. Les déclarations antisémites de l’extrême droite sont légions, sourcées, il y a eu plusieurs condamnations, mais c’est la gauche qui est systématiquement pointée du doigt sur ce sujet.

Aux personnes qui ne souhaitent pas faire barrage uniquement pour le sujet de l’antisémitisme à gauche, pensez-vous, préférez-vous prendre le risque d’avoir un parti d’extrême droite au pouvoir comme le Rassemblement National pour faire disparaitre l’antisémitisme en France ?

“Oui mais le programme économique n’est pas viable”

La viabilité du programme économique a été l’un des sujets phares des trois dernières semaines, avec des questions parfois légitimes. Même si le programme du Nouveau Front Populaire a été défendu par des économistes mondialement connus, qu’il est le seul chiffré (contrairement aux programmes de Renaissance et le Rassemblement National), c’est le seul programme qui a été attaqué quotidiennement et sans relâche.

Un “délire total” selon le Ministre de l’Economie Bruno Le Maire, qui malgré l’augmentation de la dette française record de 1 000 milliards en 7 ans, la hausse des inégalités et de la pauvreté en France, une croissance en berne et une économie loin de suivre le chemin nécessaire à la décarbonation du pays afin de respecter nos objectifs climatiques, se permet de donner des leçons d’économie.

Pour répondre aux interrogations les plus courantes, l’économiste Timothée Parrique a rédigé un article complet que vous retrouverez ici, avec le plan ci-dessous :

Des centaines de commentaires sous les réseaux Bon Pote ont indiqué ne pas pouvoir voter pour le Front Populaire à cause “des impôts”. Et cela, malgré la probabilité que le Rassemblement National, un parti à la politique raciste et climatosceptique, arrive au pouvoir. Les impôts feraient-ils plus peur que le racisme ?

“Le Front populaire est incapable de réduire l’insécurité pour les femmes”

L’un des derniers sujets avancés par des personnes qui hésitent à voter pour le Front Populaire face au Rassemblement National serait que le Nouveau Front Populaire serait incapable de réduire l’insécurité pour les femmes.

Premièrement, l’insécurité n’est pas un sujet réservé à la droite ou l’extrême droite, tout comme l’écologie n’est pas un sujet réservé à la gauche. Dire que la sécurité des Français n’est pas un sujet pris en compte par le NFP est faux. Le sujet est bien évoqué dans le programme qui a toute une partie dédiée à la sûreté, la sécurité et la justice.

A nouveau, il faut une sacrée dose de culot à Jordan Bardella pour déclarer que le parti du Rassemblement National est le parti qui protègera le plus les femmes. Si la politique du gouvernement Macron est très loin d’être exemplaire sur le sujet, les votes et déclarations des membres du Rassemblement National sont à l’exact inverse de ce qu’ils prétendent, à savoir « garantir de manière indéfectible » à chaque femme de France « ses droits et ses libertés ».

Quelles mesures pour les droits des femmes ?

Contrairement au RN, le Nouveau Front Populaire, après avoir consulté plusieurs associations féministes, souhaite porter le budget pour lutter contre les violences sexistes et sexuelles à 2,6 milliards d’euros. L’ensemble des mesures pour les droits des femmes dans le programme sont ci-dessous :

Il faudrait un article dédié pour également mettre en lumière toutes les fake news de l’extrême droite sur l’immigration. Même chose sur l’insécurité en France qui aurait “explosé”. Quand vous regardez en détails les chiffres pour l’année 2023 et en tendance sur les 10 dernières années, c’est faux.

En revanche le nombre de violences sexuelles a énormément augmenté depuis 2017, mais cette hausse doit être recontextualisée dans le mouvement de libération de la parole autour de ce sujet. D’autres indicateurs, comme les vols avec armes, les vols violents ou sans violence sont en baisse.

Loin de nier ces violences, se baser sur les faits et non des faits divers permettrait d’améliorer la qualité des débats, avant de comparer les mesures envisagées par les différents partis politiques. Mais mettre sur le même plan le programme du Nouveau Front populaire et celui du Rassemblement National en matière de droits humains et notamment les droits des femmes n’a aucun sens.

Le Rassemblement National, c’est le recul du droit des femmes, et au premier chef de l’avortement ; des droits des homosexuels et des LGBT ; des droits syndicaux, de la liberté de manifester, de la liberté d’expression. C’est l’abandon des sans-abris, des réfugiés, des plus précaires. Jamais dans l’histoire l’extrême droite n’a permis aux plus pauvres, aux plus fragiles et aux exclus de mieux vivre. Ni la violence, ni la désignation de boucs émissaires, ni le recul des droits humains et sociaux n’ont permis d’améliorer le sort du peuple.

Pas un mariage, pas de l’amour, mais une responsabilité

Le programme du Nouveau Front Populaire est-il parfait ? Non. Les candidates et candidats sont-ils toutes et tous irréprochables ? Non plus. Mais il n’y a aucune comparaison possible entre ce programme et les membres du Nouveau Front Populaire et ce que propose Le Rassemblement National.

Inutile d’aimer 100% du programme ou les membres du Nouveau Front Populaire. Ce n’est ni un mariage, ni un engagement pour la vie. C’est en revanche un choix responsable si le risque en face, c’est d’avoir le Rassemblement National au pouvoir.

Comme lors de la présidentielle 2022, choisissez votre ennemi politique. Il est beaucoup plus facile de critiquer et de se faire entendre par un gouvernement qui allie toutes les gauches que par un gouvernement d’extrême droite.

La formule utilisée par Cécile Duflot est plutôt juste : “il faut hiérarchiser les emmerdes“. Pour la santé des Français, le pouvoir d’achat, le climat, les inégalités, la lutte contre l’antisémitisme, les violences sexistes et sexuelles, il n’y a aucune hésitation à avoir entre le Nouveau Front Populaire et le Rassemblement National.

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

29 Responses

  1. Bah voilà, on y est.

    -Semi victoire pour NFP, certes en majorité relative, mais tout seul contre la majeure partie de l’AN.
    -Score record pour le RN.
    -Macron qui prend le pays en otage juste pour pas reconnaître sa défaite.
    -Victoire idéologique du RN, avec une vague de violences haineuses pendant l’entre deux tours.

    Clément Viktorovitch ne lui donne pas 3 mois d’espérance de vie.

    Au passage, il faut arrêter avec la rhétorique du “faire barrage”, ça fait des années que ce discours ne marche plus.

  2. Il y a une différence de nature entre grosso modo la pensée de droite et la pensée de gauche. Au fond la nuance est bien plus fine que gauche droite (on est davantage proche à gauche d’un étatisme progressiste et à droite d’un libéralisme conservateur). A conflict of visions de Thomas Sowell explique bien mieux que moi tout ça.

    Ce que je veux dire c’est que ce sont deux manières opposées de voir le monde. Totalement différentes. Pas la même langue.

    Bref ce genre d’article extrêmement fouillé, détaillé, “rationnel” même s’il y a son lot de cherry picking participe au fond à polariser encore plus le débat et à renforcer chacun des deux camps dans son antagonisme.

    Nier le monde tel qu’il est perçu et vécu par l’autre bord ne peut faire qu’envenimer le débat.

    J’apprécie ce site parce qu’il me permet d’avoir un point de vue argumenté précis avec un rationnel de gauche. J’essaie de mieux comprendre ce qui fait qu’autant de mes concitoyens se sentent concernés par l’urgence climatique (je ne sais pas si ce sont les bons termes je ne cherche pas à être agressif ou ironique, je suis ce que vous appelleriez un bon gros climatosceptique / réassuriste).

    Il n’empêche que si tous les gens “de droite” percevaient le monde de la même manière que vous ils seraient déjà convaincus 😉

    De mon point de vue l’écologie politique risque d’être une catastrophe au niveau économique et par ricochet provoquer indirectement des conflits / morts bien pires que le monde actuel. Après des années d’étude, des entreprises lancées, des dizaines d’emplois en CDI créés en France avec progression régulière des salaires, etc. etc. le communisme / communautarisme / absence totale de pragmatisme entre la volonté de contrôler les flux de capitaux mais pas les flux humains ET en même temps d’accroître la taille d’un Etat providence totalement obèse et qui finira par imploser m’apparaît inhérent au programme du NFP et un danger mortel pour la France (qui n’est pas si pire que celui de Macron qui n’était pas si pire que celui de Sarkozy).

    Bref. Continuez le boulot de fond ça me permet de battre en brèche l’idée que les gens de gauche sont moins rationnels que les gens de droite (et ça fait toujours du bien de voir le monde avec un point de vue différent du sien) mais je pense que le score du RN au premier tour n’est que le début et clairement pas la fin. L’élection de Trump en 2016 a révélé une pensée de droite qui parle à un nombre considérable de la population des pays occidentaux et qui ne se voyait pas vraiment jusqu’à présent. Bon courage à vous je pense que vous n’apprécierez pas le monde qui vient (en ce qu’il devrait être pire sur quasiment tous les aspects que le monde actuel que vous essayez de changer) mais bon la vie est longue et qui sait de quoi demain sera fait !

    1. « je suis ce que vous appelleriez un bon gros climatosceptique / réassuriste »

      Okay, donc vous ne croyez pas en la science. À partir de là tout est dit, évidemment que l’écologie politique n’a aucun attrait pour vous.

      1. Un scientifique sans scepticisme au sens littéral du terme (je n’ai pas dit mauvaise foi !) n’est juste pas un scientifique mais un béni oui-oui ou un opportuniste en quête de financements…

  3. Encore le coup des électeurs qui votent mal et du fait qu’il faut tout faire, y compris des alliances contre-nature pour que leur choix ne soit pas respecté. Aucune remise en question sur les origines de cette vague et sur comment répondre aux préoccupations des électeurs du RN, à part leur expliquer qu’ils ont mal voté. Je n’ai aucune envie que le RN arrive au pouvoir mais j’ai vraiment l’impression qu’on fait tout pour. Plus que savoir qui est vraiment extrême ou qui protège le mieux les LGBTQI+, les vraies questions sont plutôt :

    – Pourquoi la gauche fait-elle aussi peu dans les zones péri-urbaines et rurales de France ?
    – Pourquoi ne parle-t-elle jamais de ces zones alors que le déclassement et la pauvreté sont présents et que beaucoup moins de moyens sont donnés qu’aux banlieues ?
    – Ces français sont-ils représentés dans les grands médias, quasiment tous parisiens ?
    – Pourquoi les écologistes sont aussi peu présents et audibles dans ces territoires ? (parlons écologie quand même sur ce média…)
    – Pourquoi LFI, qui mène le NFP quoi qu’on en dise, parle autant du conflit au proche orient ? Qu’en ont à faire les français, en particulier ceux de ces territoires ?

  4. Il est facile de convaincre un convaincu, en revanche il est plus difficile de convaincre le français de droite qui fait travailler son capital au travers de plans d’épargne, d’investissement immobilier et autres niches fiscales mise en place par notre système libéral. Ce français qui de n’a pas vraiment de problème d’insécurité (sauf si il allume sa TV ou ses réseaux sociaux), qui n’a pas de problème d’immigration puisqu’il est Français depuis 2-3 générations et qui n’est même pas raciste…
    Par contre quand il entend parler d’un programme allant chercher l’argent ou il se trouve, il se sent viser (normal il le sera). Car le système dans lequel il est lui a promis toujours plus, pourquoi l’arrêter? Pour l’écologie, c’est utopique de le croire ! Il est donc plus facile pour lui de voter RN (parti libéral), son patrimoine en souffrira moins et tant pis pour les valeurs et l’histoire.
    Vous pouvez avoir le meilleur argumentaire possible, ce français là vous ne l’aurez pas. Cette société individualiste montre bien ses limites et encore ce n’est que le début.

    1. Vous avez sans doute raison, une grande partie de l’électorat ne pourra pas être convaincu par les idées de gauche. Mais il y a encore un réservoir de voix chez des personnes aux sensibilités de gauches qui se seraient abstenu, je pense que ce sont ces personnes-là qui sont ciblées + celles qui hésitent, si elles existent.

    2. Allez on continue dans les clichés au lieu de parler des attentes des électeurs (cf. mon post au dessus).

      Donc là on est sur le français de droite rentier grâce à notre système libéral (celui qui dépense 57% du PIB mais soit, on peut toujours faire plus). Donc s’il est visé par les augmentations d’impôts, c’est qu’il est dans les 8% les plus riches puisque le NFP promet que cela ne change rien pour 92% des français. Au vu de la répartition des revenus en France, il doit en grande majorité habiter dans les centres-villes ou les banlieues cossues de celles-ci et là, zut, j’ai cherché mais des duels NFP / RN au second tour où cet individualiste de droite va devoir bien choisir et bien je n’en trouve pas beaucoup, voire pas du tout…

  5. Plus je réfléchis aux causes de la situation politique actuelle et plus je me dis qu’il n’y a rien de rationnel. Vos arguments sont infaillibles mais ils ne suffiront pas à faire basculer la balance du bon côté, même s’ils étaient largement diffusés. Nous subissons un lavage de cerveau permanent et structuré pour nous influencer. Les plus cultivés et capables de réfléchir résistent aux soi-disantes menaces qui vont tous nous détruire si on vote pas RN, mais les autres foncent tête baissée dans le piège. Nous ne sommes plus dans une argumentation comme dans votre article, nous sommes dans la manipulation de masse, pour laquelle je ne connais pas de contre-mesure….

  6. Il semblait pourtant assez simple pour le NFP de ne pas s’acoquiner avec les fascites de LFI et le NFP aurait eu un boulevard pour se faire élire. Forcément quand on joue sur le populisme et la démagogie on se s’aborde soi même. Jean Luc Mélanchon est un homme mégalo, dangereux, porté par le communautarisme sur lequel il sème pour récolter au mieux des voix, au pire la révolte. Malheureusement, si le RN est élu, nous constaterons avec désarroi que sous les encouragements de LFI, une horde de sauvages viendra tout casser dans nos rues.

  7. Rien à dire sur le fond, mais avant de partager sur Facebook, où la plupart des gens lisent les titres en diagonales, je trouve que “faire barrage pour le NFP” est un titre qui peut être mal interprété.

    Peut-être quelque chose plus clair comme:
    “A celles et ceux qui hésitent à voter pour le Nouveau Front Populaire pour faire barrage.”
    Comme ça plus de confusion possible.

  8. Ce n’est sans doute pas la priorité mais j’aimerais vraiment que l’on m’explique (gentiment) en quoi parler d’« antisémitisme résiduel » est irresponsable et condamnable. Ça ne me paraît, au pire, qu’être une méconnaissance ou un déni de la triste réalité. Que JLM ait parfois des outrances ça ne fait aucun doute mais dans ce cas précis je ne comprends pas la polémique. On a souvent entendu des personnes assurer que « non, les Français ne sont pas racistes » or, bien que cela soit hélas faux pour une grande partie de la population, je ne crois pas que l’on ait accusé les personnes ayant tenu ces propos (faussement rassurants) de racistes ? Donc, pourquoi ces traitements différents ? Expliquez moi la nuance, svp.

  9. Tout ce que vous dites est vrai et documenté. Et pourtant, l’enfumage ça marche.
    La question qui me semble la plus urgente à éclaircir : comment le mensonge a-t-il pris une place telle dans la vie publique en France (et peut-être ailleurs) ? Plusieurs média ont développé depuis de nombreuses années des rubriques destinées à démêler le vrai du faux, à dénoncer les “fake news”… Mais rien n’y fait. J’ai tendance à penser que tous les acteurs sociaux ont une responsabilité : les politiques qui parlent à tort et à travers, mentent effrontément ou se damneraient pour un “bon” mot, les médias douteux qui colportent n’importe quoi sans vérifier, sans recul, les citoyens qui se complaisent dans cette atmosphère de haine recuite.
    Autre question : comment y remédier, lorsque l’on sait que les lecteurs des médias qui résistent à ce flot de mensonges sont pour la plupart déjà convaincus du danger, développent des stratégies de contrôle de l’information ?

  10. La gauche depuis des années méprises le rural et la France périphérique (cf les travaux de Christophe Guilluy).
    Elle ne s’y rend plus, elle ne se souci pas des problématiques qui sont spécifiques à ce monde, elle n’écoute pas l’avis et la parole des gens qui y vivent. Pourtant le rural, c’est les abandonnés de la politique, c’est depuis des décennies des gens qui ne vont pas voter. Le RN l’a compris, et quand bien même ça serait des paroles en l’air, ils sont allés leur parler et ont réussi à les récupérer, pendant que la gauche a fait des choix bien différents.

    Et aujourd’hui, après des années d’ignorance et de mépris, vous vous réveillez et vous voulez que ces gens votent pour vous ? Que les électeurs RN (dans le pire des cas) et les abstentionnistes décident de voter pour des gens qui n’ont jamais daigné venir les voir ?
    Bah fallait se réveiller avant. Non, je ne sortirai pas de l’abstention, et je ne dirai pas à mes proches qui votent RN de ne pas le faire. Ils ont supporté 7 ans de Macron, et ils préfèrent 100x supporter le RN (qui ne fera pas pire que Macron pour eux) encore 2 ans plutôt que de voter pour des gens qui les ont ignoré et leur font aujourd’hui un odieux chantage “votez pour nous, même si on se fiche de vous, sinon vous êtes racistes”.
    Et bien tant pis, considérez nous comme raciste. Peut-être que pour la prochaine fois les parties de gauche comprendront que les gens pauvres ne sont pas que dans les banlieues, qu’il y a des effacés politiques dans les campagnes qui subissent un déclassement depuis des décennies et ont aussi des choses à dire.

    1. Bonjour,

      Quand vous dites “qu’on vote pour vous”, vous réfléchissez comme s’il y avait deux camps et je trouve que c’est le début des malentendus. On peut avoir ses différends et j’entends totalement les déçus de la gauche et ceux qui se sentent abandonnés, mais personnellement quand je vais voter, je ne vote pour un camp, je vote pour “nous”, je fais en sorte de en pas saboter le monde dans lequel je veux vivre demain.

      Je voterai toujours contre le RN parce que je pense que le discours abstentionniste qui proclame que “le RN ne fera pas pire” repose sur une énorme illusion qui floue à peu près tout le monde, sauf les classes blanches aisées. Le RN fera pire que le macronisme et que les gouvernements précédents, en terminant de casser le service public ; pour ne citer qu’un exemple au sujet des gens des campagnes, qui sont déjà touchés par les déserts médicaux, ils auront encore plus de mal à se soigner (je parle depuis la Sarthe où les déserts médicaux sont une réalité concrète). Pour ne rien dire de l’école, ni de cette catastrophe qu’est la privatisation de l’audiovisuel public, qui permettra à Bolloré & Cie de nous brainwasher sur le long terme pour continuer à diviser la société, et qui permettra même sans doute au RN de se faire réélire par une population qui finira par s’habituer à voir l’extrême-droite au pouvoir, comme Orban en Hongrie.

      Et puis vous savez, dans les campagnes il y a aussi des personnes lgbt, des femmes et des gens qui vont souffrir à court terme de l’arrivée du RN au pouvoir. C’est le seul parti qui soit lié à des ratonnades, à ma connaissance ; et on voit déjà des groupes fascistes, en cette période d’élections, qui ne se sentent plus et qui vont “casser du pd” et des arabes, comme le rappelle Bon Pote en début d’article. J’ai des proches LGBT ET issus de l’immigration, j’ai littéralement peur pour leur intégrité physique dans un monde RN.

      Alors je ne connais pas votre histoire et vos raisons, il y en a sûrement de très légitimes. Mais vous voyez, la situation actuelle me fait l’effet de voir un immeuble qui brûle avec tous les gens que j’aime à l’intérieur, et les abstentionnistes, ce serait ces gens qui regardent l’incendie en croisant les bras en refusant d’aider à éteindre le feu. Que vous soyez vous-mêmes des victimes, je ne le nie pas, mais que vous ne perceviez pas l’urgence du moment ni l’enjeu de solidarité, je n’arrive vraiment pas à comprendre, et ça me fait hurler à l’intérieur.

      1. Je trouve l’image de la fin fallacieuse, parce qu’elle impliquerait que les gens regardent sans raison.
        Comme je l’ai dit, c’est beaucoup trop facile d’avoir ignoré pendant des années un électorat, niant son existence et ses difficultés, pour ensuite venir dire “Faut votez pour nous sinon c’est le fascisme”.
        Ca fait 15 ans que le RN est venu chercher nos voix. Et à ce moment là, ça fait déjà un moment que le France périphérique ne croit plus en la politique. C’est de là que part cette montée du RN, écouter le prolétaire de milieu rural et périurbain, pour adapter le discours et le programme à ses problèmes.
        Pendant ce temps, la gauche s’en fout. C’est confirmé avec Hollande et sa stratégie Terra Nova, et c’est par la suite entretenu par Mélenchon et LFI, qui ne mettront pas un pied en campagne pour préparer leurs programmes, ni pour discuter. Mélenchon dernièrement va même exclure les milieux ruraux de ses prises de paroles, témoignant encore d’un énième mépris.

        Je suis désolé, mais la gauche est consciente qu’elle méprise l’électeur moyen du milieu rural. Ils ne s’intéressent pas à nous volontairement, ça leur a été remonté en 2017 et en 2022. Comment je peux vouloir ne serait-ce que penser à voter pour un mouvement qui assume de me mépriser, en me disant droit dans les yeux “Oui je m’en fiche de toi, mais si c’est pas moi, c’est les nazi”. C’est un comportement de pervers narcissique, quelle différence avec l’homme qui rabaisse sa femme en lui disant “T’es bonne à rien, soit contente que je m’intéresse à toi parce que tu trouveras jamais mieux que moi” ?

        On ne marchera pas là dedans, si la gauche veut le vote de cette France périphérique, qu’elle fasse le travail pour venir le chercher. On a d’autres réalités, d’autres priorités, d’autres problèmes, d’autres projets de vie, on représente une partie non négligeable de la population française, on a le droit d’être considéré aussi. Ils ont montré qu’ils pouvaient le faire pour les banlieues.

        Oui l’ED présente des risques. Mais faire porter la responsabilité de leur élection à des gens qui sont volontairement effacés de la politique depuis des décennies alors qu’ils ne demandent qu’à être écoutés et représentés, c’est ignoble. Depuis des années, on attend juste des excuses et une réaction.
        On ne compte pas rentrer dans ce chantage, la montée du RN ne date pas d’hier, il y avait des réactions possibles avant.

        1. Etant donné l’urgence climatique, voter pour le RN est 100% irresponsable. Rien que pour ça vous devriez voter NFP, pour avoir un peu plus de chance que la planète reste habitable pour tous dans les décennies qui arrivent.

    2. Votre positionnement ne m’étonne pas du tout. Comme je vis dans une zone rurale je côtoie le même style de personnes que vous j’imagine : des personnes des classes populaires, aux revenus modestes voire faibles et qui se sentent, à raison, méprisés par les urbains diplômés. Ceux là même qui ont théorisés l’abandon des classes populaires pour des raisons électorales (voir le think tank Terra Nova). Je trouve que quelqu’un comme François Ruffin à LFI a quand même bien analysé ça et a tenté de ramener la gauche vers les zones rurales et vers les ouvriers, il n’a malheureusement pas été suffisamment écouté.
      Par contre je pense que vous faites une erreur de diagnostic sur l’extrême droite. Le RN n’est pas un parti comme un autre, et une fois qu’il aura pris le pouvoir il sera très difficile de l’en déloger. C’est ce que l’on constate en Hongrie, ou en Pologne. Entre temps ils détruisent la liberté de la presse, criminalisent les oppositions, suppriment des droits, et installent une ambiance de paranoïa perpétuelle contre des ennemis de l’intérieur ou de l’extérieur qui tenteraient de les envahir ou les anéantir. Donc avant de voter pour eux, ou de s’abstenir il vaut mieux être conscient des risques.

      1. Je suis bien conscient des risques. Mais comme répondu au précédent commentaire, je ne suis pas sado-masochiste. Des années qu’on est méprisé, qu’on constate que la gauche peut faire des efforts titanesques quand il s’agit de prendre la défense de toutes les minorités, des banlieues, et en même temps, nous rire au nez quand on dit qu’on a aussi des besoins.
        En 2017, j’entends des gens à gauche à dire “Oui on est pas bon sur le rural, on va travailler ça”.
        En 2022, j’entends encore ces gens dire “On est pas sur le rural, ça profite au RN, on va vous écouter”.
        2 ans plus tard, rien n’a changé. On est toujours méprisé, pendant que LFI a déployé encore plus de moyens pour aller chercher le vote dans les banlieues. On s’est fait traiter de racistes, de fachistes. On voit notre réalité niée de partout par des gens qui n’ont jamais mis un pied en campagne.

        Alors oui il y a un risque. Mais ce risque n’est pas nouveau, et je refuse qu’on attribue la responsabilité de ce risque aux votants RN/abstentionnistes de France rurale et péri-urbaine, parce que ce risque est connu depuis des années, la solution l’était tout autant, et ils n’ont pas voulu réagir. Je ne compte pas aller voter pour un parti qui m’a regardé avec mes problèmes, et au mieux s’est contenter de regarder, au pire à rigoler, et qui aujourd’hui m’appelle à voter pour lui. C’est indécent, parce que je sais que si je vote NFP, absolument rien ne changera et mes problématiques resteront les mêmes.

  11. Merci pour cet article. L’émotion exacerbée, le fanatisme, les procès d’intention, la peur sont les plus grands mots de notre démocratie. En débranchant la télé, la vie est plus belle.

  12. “Média indépendant sur l’environnement”, comme indiqué à côté du logo de Bon Pote? Et bien non, si j’en juge par la tournure des derniers articles de Bon Pote, média que je pensais au-dessus des “partis-pris”. Ce genre de diatribe partisane ou “anti-l’autre qui ne pense/vote pas comme nous” ne fait que ruiner tout votre travail et celui des écologistes. On ne peut pas convaincre les Français à adopter les travaux de l’écologie scientifique en l’affiliant de façon partisane à un parti politique ou pire en niant la réalité du vote de “ceux d’en face”. Mélanger l’idéologie et l’écologie crée une confusion préjudiciable à la cause écologique, c’est se tirer une balle dans le pied. Je suis déçu de constater que finalement, Bon Pote est un énième “canal pastèque”, vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur qui ne parvient pas à prendre de la hauteur ni du recul et se laisser happer par la mêlée populiste et idéologique. Quel recul en arrière!

    1. “Canal pastèque” ZERO argumentation sur le fond, ne dites pas pour qui vous allez voter, on a compris je crois.

    2. Plusieurs choses:
      -Indépendant ne veut pas dire sans prises de positions
      -Ce qui va ruiner le travail des écologistes c’est un gouvernement d’extrème droite
      ->Un média engagé sur l’écologie est donc engagé dans la lutte contre l’extrème droite et appelle donc au barrage républicain, tout est logique et de bon sens.

    3. Un média indépendant n’est pas apolitique, cela veut juste dire que sa parole n’est pas dictée par le pouvoir de l’argent ou la pression d’un gouvernement. Pour ma part je trouve que cet article prend de la hauteur et du recul. Il faut avoir le courage d’affirmer l’arrivée au pouvoir du RN est une catastrophe. On ne peut pas se préoccuper d’écologie sans comprendre que donner carte blanche aux milliardaires n’est pas une solution.

    4. – “On ne peut pas convaincre les Français à adopter les travaux de l’écologie scientifique en l’affiliant de façon partisane à un parti politique”

      En gros, on a des scientifiques qui nous donnent un recette de gateau et nous expliquent que la meilleure façon de le préparer, c’est de mélanger les ingrédients avant d’enfourner.

      Demander aux gens de voter pour le parti qui choisit de suivre la recette établie par la science n’est pas “partisan”, c’est logique.
      Surtout quand les autres alternatives sont basées sur “on économise en mettant la moitié des ingrédients et on espère que ça marche” (Macron) ou encore mieux “pas de gateau mais vous verrez, vous serez plus heureux comme ça” (RN).

  13. Il reste 338 candidats NFP au second tour, auquels il faut ajouter les 32 déja élus.
    La majorité absolue étant a 289 elle est mathématiquement possible pour le NFP, très peu probable, mais possible.

  14. Il va falloir qu en tant que journaliste, donc censé avoir un niveau intellectuel au dessus de la moyenne, le mot “détail” correspond à l’infime partie d’un tout. Soit vous ne connaissez donc pas la signification de ce terme, soit vous n’avez pas étudié la 2nde guerre mondiale qui est loin, malheureusement, de se résumer aux seules chambres a gaz.
    Cela n’enlève en rien l’horreur qu’elles ont été, c’est clair ! Un détail peut être très important en effet

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Thomas Wagner
Prendra sa retraite quand le réchauffement climatique sera de l’histoire ancienne

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

29 Responses

  1. Bah voilà, on y est.

    -Semi victoire pour NFP, certes en majorité relative, mais tout seul contre la majeure partie de l’AN.
    -Score record pour le RN.
    -Macron qui prend le pays en otage juste pour pas reconnaître sa défaite.
    -Victoire idéologique du RN, avec une vague de violences haineuses pendant l’entre deux tours.

    Clément Viktorovitch ne lui donne pas 3 mois d’espérance de vie.

    Au passage, il faut arrêter avec la rhétorique du “faire barrage”, ça fait des années que ce discours ne marche plus.

  2. Il y a une différence de nature entre grosso modo la pensée de droite et la pensée de gauche. Au fond la nuance est bien plus fine que gauche droite (on est davantage proche à gauche d’un étatisme progressiste et à droite d’un libéralisme conservateur). A conflict of visions de Thomas Sowell explique bien mieux que moi tout ça.

    Ce que je veux dire c’est que ce sont deux manières opposées de voir le monde. Totalement différentes. Pas la même langue.

    Bref ce genre d’article extrêmement fouillé, détaillé, “rationnel” même s’il y a son lot de cherry picking participe au fond à polariser encore plus le débat et à renforcer chacun des deux camps dans son antagonisme.

    Nier le monde tel qu’il est perçu et vécu par l’autre bord ne peut faire qu’envenimer le débat.

    J’apprécie ce site parce qu’il me permet d’avoir un point de vue argumenté précis avec un rationnel de gauche. J’essaie de mieux comprendre ce qui fait qu’autant de mes concitoyens se sentent concernés par l’urgence climatique (je ne sais pas si ce sont les bons termes je ne cherche pas à être agressif ou ironique, je suis ce que vous appelleriez un bon gros climatosceptique / réassuriste).

    Il n’empêche que si tous les gens “de droite” percevaient le monde de la même manière que vous ils seraient déjà convaincus 😉

    De mon point de vue l’écologie politique risque d’être une catastrophe au niveau économique et par ricochet provoquer indirectement des conflits / morts bien pires que le monde actuel. Après des années d’étude, des entreprises lancées, des dizaines d’emplois en CDI créés en France avec progression régulière des salaires, etc. etc. le communisme / communautarisme / absence totale de pragmatisme entre la volonté de contrôler les flux de capitaux mais pas les flux humains ET en même temps d’accroître la taille d’un Etat providence totalement obèse et qui finira par imploser m’apparaît inhérent au programme du NFP et un danger mortel pour la France (qui n’est pas si pire que celui de Macron qui n’était pas si pire que celui de Sarkozy).

    Bref. Continuez le boulot de fond ça me permet de battre en brèche l’idée que les gens de gauche sont moins rationnels que les gens de droite (et ça fait toujours du bien de voir le monde avec un point de vue différent du sien) mais je pense que le score du RN au premier tour n’est que le début et clairement pas la fin. L’élection de Trump en 2016 a révélé une pensée de droite qui parle à un nombre considérable de la population des pays occidentaux et qui ne se voyait pas vraiment jusqu’à présent. Bon courage à vous je pense que vous n’apprécierez pas le monde qui vient (en ce qu’il devrait être pire sur quasiment tous les aspects que le monde actuel que vous essayez de changer) mais bon la vie est longue et qui sait de quoi demain sera fait !

    1. « je suis ce que vous appelleriez un bon gros climatosceptique / réassuriste »

      Okay, donc vous ne croyez pas en la science. À partir de là tout est dit, évidemment que l’écologie politique n’a aucun attrait pour vous.

      1. Un scientifique sans scepticisme au sens littéral du terme (je n’ai pas dit mauvaise foi !) n’est juste pas un scientifique mais un béni oui-oui ou un opportuniste en quête de financements…

  3. Encore le coup des électeurs qui votent mal et du fait qu’il faut tout faire, y compris des alliances contre-nature pour que leur choix ne soit pas respecté. Aucune remise en question sur les origines de cette vague et sur comment répondre aux préoccupations des électeurs du RN, à part leur expliquer qu’ils ont mal voté. Je n’ai aucune envie que le RN arrive au pouvoir mais j’ai vraiment l’impression qu’on fait tout pour. Plus que savoir qui est vraiment extrême ou qui protège le mieux les LGBTQI+, les vraies questions sont plutôt :

    – Pourquoi la gauche fait-elle aussi peu dans les zones péri-urbaines et rurales de France ?
    – Pourquoi ne parle-t-elle jamais de ces zones alors que le déclassement et la pauvreté sont présents et que beaucoup moins de moyens sont donnés qu’aux banlieues ?
    – Ces français sont-ils représentés dans les grands médias, quasiment tous parisiens ?
    – Pourquoi les écologistes sont aussi peu présents et audibles dans ces territoires ? (parlons écologie quand même sur ce média…)
    – Pourquoi LFI, qui mène le NFP quoi qu’on en dise, parle autant du conflit au proche orient ? Qu’en ont à faire les français, en particulier ceux de ces territoires ?

  4. Il est facile de convaincre un convaincu, en revanche il est plus difficile de convaincre le français de droite qui fait travailler son capital au travers de plans d’épargne, d’investissement immobilier et autres niches fiscales mise en place par notre système libéral. Ce français qui de n’a pas vraiment de problème d’insécurité (sauf si il allume sa TV ou ses réseaux sociaux), qui n’a pas de problème d’immigration puisqu’il est Français depuis 2-3 générations et qui n’est même pas raciste…
    Par contre quand il entend parler d’un programme allant chercher l’argent ou il se trouve, il se sent viser (normal il le sera). Car le système dans lequel il est lui a promis toujours plus, pourquoi l’arrêter? Pour l’écologie, c’est utopique de le croire ! Il est donc plus facile pour lui de voter RN (parti libéral), son patrimoine en souffrira moins et tant pis pour les valeurs et l’histoire.
    Vous pouvez avoir le meilleur argumentaire possible, ce français là vous ne l’aurez pas. Cette société individualiste montre bien ses limites et encore ce n’est que le début.

    1. Vous avez sans doute raison, une grande partie de l’électorat ne pourra pas être convaincu par les idées de gauche. Mais il y a encore un réservoir de voix chez des personnes aux sensibilités de gauches qui se seraient abstenu, je pense que ce sont ces personnes-là qui sont ciblées + celles qui hésitent, si elles existent.

    2. Allez on continue dans les clichés au lieu de parler des attentes des électeurs (cf. mon post au dessus).

      Donc là on est sur le français de droite rentier grâce à notre système libéral (celui qui dépense 57% du PIB mais soit, on peut toujours faire plus). Donc s’il est visé par les augmentations d’impôts, c’est qu’il est dans les 8% les plus riches puisque le NFP promet que cela ne change rien pour 92% des français. Au vu de la répartition des revenus en France, il doit en grande majorité habiter dans les centres-villes ou les banlieues cossues de celles-ci et là, zut, j’ai cherché mais des duels NFP / RN au second tour où cet individualiste de droite va devoir bien choisir et bien je n’en trouve pas beaucoup, voire pas du tout…

  5. Plus je réfléchis aux causes de la situation politique actuelle et plus je me dis qu’il n’y a rien de rationnel. Vos arguments sont infaillibles mais ils ne suffiront pas à faire basculer la balance du bon côté, même s’ils étaient largement diffusés. Nous subissons un lavage de cerveau permanent et structuré pour nous influencer. Les plus cultivés et capables de réfléchir résistent aux soi-disantes menaces qui vont tous nous détruire si on vote pas RN, mais les autres foncent tête baissée dans le piège. Nous ne sommes plus dans une argumentation comme dans votre article, nous sommes dans la manipulation de masse, pour laquelle je ne connais pas de contre-mesure….

  6. Il semblait pourtant assez simple pour le NFP de ne pas s’acoquiner avec les fascites de LFI et le NFP aurait eu un boulevard pour se faire élire. Forcément quand on joue sur le populisme et la démagogie on se s’aborde soi même. Jean Luc Mélanchon est un homme mégalo, dangereux, porté par le communautarisme sur lequel il sème pour récolter au mieux des voix, au pire la révolte. Malheureusement, si le RN est élu, nous constaterons avec désarroi que sous les encouragements de LFI, une horde de sauvages viendra tout casser dans nos rues.

  7. Rien à dire sur le fond, mais avant de partager sur Facebook, où la plupart des gens lisent les titres en diagonales, je trouve que “faire barrage pour le NFP” est un titre qui peut être mal interprété.

    Peut-être quelque chose plus clair comme:
    “A celles et ceux qui hésitent à voter pour le Nouveau Front Populaire pour faire barrage.”
    Comme ça plus de confusion possible.

  8. Ce n’est sans doute pas la priorité mais j’aimerais vraiment que l’on m’explique (gentiment) en quoi parler d’« antisémitisme résiduel » est irresponsable et condamnable. Ça ne me paraît, au pire, qu’être une méconnaissance ou un déni de la triste réalité. Que JLM ait parfois des outrances ça ne fait aucun doute mais dans ce cas précis je ne comprends pas la polémique. On a souvent entendu des personnes assurer que « non, les Français ne sont pas racistes » or, bien que cela soit hélas faux pour une grande partie de la population, je ne crois pas que l’on ait accusé les personnes ayant tenu ces propos (faussement rassurants) de racistes ? Donc, pourquoi ces traitements différents ? Expliquez moi la nuance, svp.

  9. Tout ce que vous dites est vrai et documenté. Et pourtant, l’enfumage ça marche.
    La question qui me semble la plus urgente à éclaircir : comment le mensonge a-t-il pris une place telle dans la vie publique en France (et peut-être ailleurs) ? Plusieurs média ont développé depuis de nombreuses années des rubriques destinées à démêler le vrai du faux, à dénoncer les “fake news”… Mais rien n’y fait. J’ai tendance à penser que tous les acteurs sociaux ont une responsabilité : les politiques qui parlent à tort et à travers, mentent effrontément ou se damneraient pour un “bon” mot, les médias douteux qui colportent n’importe quoi sans vérifier, sans recul, les citoyens qui se complaisent dans cette atmosphère de haine recuite.
    Autre question : comment y remédier, lorsque l’on sait que les lecteurs des médias qui résistent à ce flot de mensonges sont pour la plupart déjà convaincus du danger, développent des stratégies de contrôle de l’information ?

  10. La gauche depuis des années méprises le rural et la France périphérique (cf les travaux de Christophe Guilluy).
    Elle ne s’y rend plus, elle ne se souci pas des problématiques qui sont spécifiques à ce monde, elle n’écoute pas l’avis et la parole des gens qui y vivent. Pourtant le rural, c’est les abandonnés de la politique, c’est depuis des décennies des gens qui ne vont pas voter. Le RN l’a compris, et quand bien même ça serait des paroles en l’air, ils sont allés leur parler et ont réussi à les récupérer, pendant que la gauche a fait des choix bien différents.

    Et aujourd’hui, après des années d’ignorance et de mépris, vous vous réveillez et vous voulez que ces gens votent pour vous ? Que les électeurs RN (dans le pire des cas) et les abstentionnistes décident de voter pour des gens qui n’ont jamais daigné venir les voir ?
    Bah fallait se réveiller avant. Non, je ne sortirai pas de l’abstention, et je ne dirai pas à mes proches qui votent RN de ne pas le faire. Ils ont supporté 7 ans de Macron, et ils préfèrent 100x supporter le RN (qui ne fera pas pire que Macron pour eux) encore 2 ans plutôt que de voter pour des gens qui les ont ignoré et leur font aujourd’hui un odieux chantage “votez pour nous, même si on se fiche de vous, sinon vous êtes racistes”.
    Et bien tant pis, considérez nous comme raciste. Peut-être que pour la prochaine fois les parties de gauche comprendront que les gens pauvres ne sont pas que dans les banlieues, qu’il y a des effacés politiques dans les campagnes qui subissent un déclassement depuis des décennies et ont aussi des choses à dire.

    1. Bonjour,

      Quand vous dites “qu’on vote pour vous”, vous réfléchissez comme s’il y avait deux camps et je trouve que c’est le début des malentendus. On peut avoir ses différends et j’entends totalement les déçus de la gauche et ceux qui se sentent abandonnés, mais personnellement quand je vais voter, je ne vote pour un camp, je vote pour “nous”, je fais en sorte de en pas saboter le monde dans lequel je veux vivre demain.

      Je voterai toujours contre le RN parce que je pense que le discours abstentionniste qui proclame que “le RN ne fera pas pire” repose sur une énorme illusion qui floue à peu près tout le monde, sauf les classes blanches aisées. Le RN fera pire que le macronisme et que les gouvernements précédents, en terminant de casser le service public ; pour ne citer qu’un exemple au sujet des gens des campagnes, qui sont déjà touchés par les déserts médicaux, ils auront encore plus de mal à se soigner (je parle depuis la Sarthe où les déserts médicaux sont une réalité concrète). Pour ne rien dire de l’école, ni de cette catastrophe qu’est la privatisation de l’audiovisuel public, qui permettra à Bolloré & Cie de nous brainwasher sur le long terme pour continuer à diviser la société, et qui permettra même sans doute au RN de se faire réélire par une population qui finira par s’habituer à voir l’extrême-droite au pouvoir, comme Orban en Hongrie.

      Et puis vous savez, dans les campagnes il y a aussi des personnes lgbt, des femmes et des gens qui vont souffrir à court terme de l’arrivée du RN au pouvoir. C’est le seul parti qui soit lié à des ratonnades, à ma connaissance ; et on voit déjà des groupes fascistes, en cette période d’élections, qui ne se sentent plus et qui vont “casser du pd” et des arabes, comme le rappelle Bon Pote en début d’article. J’ai des proches LGBT ET issus de l’immigration, j’ai littéralement peur pour leur intégrité physique dans un monde RN.

      Alors je ne connais pas votre histoire et vos raisons, il y en a sûrement de très légitimes. Mais vous voyez, la situation actuelle me fait l’effet de voir un immeuble qui brûle avec tous les gens que j’aime à l’intérieur, et les abstentionnistes, ce serait ces gens qui regardent l’incendie en croisant les bras en refusant d’aider à éteindre le feu. Que vous soyez vous-mêmes des victimes, je ne le nie pas, mais que vous ne perceviez pas l’urgence du moment ni l’enjeu de solidarité, je n’arrive vraiment pas à comprendre, et ça me fait hurler à l’intérieur.

      1. Je trouve l’image de la fin fallacieuse, parce qu’elle impliquerait que les gens regardent sans raison.
        Comme je l’ai dit, c’est beaucoup trop facile d’avoir ignoré pendant des années un électorat, niant son existence et ses difficultés, pour ensuite venir dire “Faut votez pour nous sinon c’est le fascisme”.
        Ca fait 15 ans que le RN est venu chercher nos voix. Et à ce moment là, ça fait déjà un moment que le France périphérique ne croit plus en la politique. C’est de là que part cette montée du RN, écouter le prolétaire de milieu rural et périurbain, pour adapter le discours et le programme à ses problèmes.
        Pendant ce temps, la gauche s’en fout. C’est confirmé avec Hollande et sa stratégie Terra Nova, et c’est par la suite entretenu par Mélenchon et LFI, qui ne mettront pas un pied en campagne pour préparer leurs programmes, ni pour discuter. Mélenchon dernièrement va même exclure les milieux ruraux de ses prises de paroles, témoignant encore d’un énième mépris.

        Je suis désolé, mais la gauche est consciente qu’elle méprise l’électeur moyen du milieu rural. Ils ne s’intéressent pas à nous volontairement, ça leur a été remonté en 2017 et en 2022. Comment je peux vouloir ne serait-ce que penser à voter pour un mouvement qui assume de me mépriser, en me disant droit dans les yeux “Oui je m’en fiche de toi, mais si c’est pas moi, c’est les nazi”. C’est un comportement de pervers narcissique, quelle différence avec l’homme qui rabaisse sa femme en lui disant “T’es bonne à rien, soit contente que je m’intéresse à toi parce que tu trouveras jamais mieux que moi” ?

        On ne marchera pas là dedans, si la gauche veut le vote de cette France périphérique, qu’elle fasse le travail pour venir le chercher. On a d’autres réalités, d’autres priorités, d’autres problèmes, d’autres projets de vie, on représente une partie non négligeable de la population française, on a le droit d’être considéré aussi. Ils ont montré qu’ils pouvaient le faire pour les banlieues.

        Oui l’ED présente des risques. Mais faire porter la responsabilité de leur élection à des gens qui sont volontairement effacés de la politique depuis des décennies alors qu’ils ne demandent qu’à être écoutés et représentés, c’est ignoble. Depuis des années, on attend juste des excuses et une réaction.
        On ne compte pas rentrer dans ce chantage, la montée du RN ne date pas d’hier, il y avait des réactions possibles avant.

        1. Etant donné l’urgence climatique, voter pour le RN est 100% irresponsable. Rien que pour ça vous devriez voter NFP, pour avoir un peu plus de chance que la planète reste habitable pour tous dans les décennies qui arrivent.

    2. Votre positionnement ne m’étonne pas du tout. Comme je vis dans une zone rurale je côtoie le même style de personnes que vous j’imagine : des personnes des classes populaires, aux revenus modestes voire faibles et qui se sentent, à raison, méprisés par les urbains diplômés. Ceux là même qui ont théorisés l’abandon des classes populaires pour des raisons électorales (voir le think tank Terra Nova). Je trouve que quelqu’un comme François Ruffin à LFI a quand même bien analysé ça et a tenté de ramener la gauche vers les zones rurales et vers les ouvriers, il n’a malheureusement pas été suffisamment écouté.
      Par contre je pense que vous faites une erreur de diagnostic sur l’extrême droite. Le RN n’est pas un parti comme un autre, et une fois qu’il aura pris le pouvoir il sera très difficile de l’en déloger. C’est ce que l’on constate en Hongrie, ou en Pologne. Entre temps ils détruisent la liberté de la presse, criminalisent les oppositions, suppriment des droits, et installent une ambiance de paranoïa perpétuelle contre des ennemis de l’intérieur ou de l’extérieur qui tenteraient de les envahir ou les anéantir. Donc avant de voter pour eux, ou de s’abstenir il vaut mieux être conscient des risques.

      1. Je suis bien conscient des risques. Mais comme répondu au précédent commentaire, je ne suis pas sado-masochiste. Des années qu’on est méprisé, qu’on constate que la gauche peut faire des efforts titanesques quand il s’agit de prendre la défense de toutes les minorités, des banlieues, et en même temps, nous rire au nez quand on dit qu’on a aussi des besoins.
        En 2017, j’entends des gens à gauche à dire “Oui on est pas bon sur le rural, on va travailler ça”.
        En 2022, j’entends encore ces gens dire “On est pas sur le rural, ça profite au RN, on va vous écouter”.
        2 ans plus tard, rien n’a changé. On est toujours méprisé, pendant que LFI a déployé encore plus de moyens pour aller chercher le vote dans les banlieues. On s’est fait traiter de racistes, de fachistes. On voit notre réalité niée de partout par des gens qui n’ont jamais mis un pied en campagne.

        Alors oui il y a un risque. Mais ce risque n’est pas nouveau, et je refuse qu’on attribue la responsabilité de ce risque aux votants RN/abstentionnistes de France rurale et péri-urbaine, parce que ce risque est connu depuis des années, la solution l’était tout autant, et ils n’ont pas voulu réagir. Je ne compte pas aller voter pour un parti qui m’a regardé avec mes problèmes, et au mieux s’est contenter de regarder, au pire à rigoler, et qui aujourd’hui m’appelle à voter pour lui. C’est indécent, parce que je sais que si je vote NFP, absolument rien ne changera et mes problématiques resteront les mêmes.

  11. Merci pour cet article. L’émotion exacerbée, le fanatisme, les procès d’intention, la peur sont les plus grands mots de notre démocratie. En débranchant la télé, la vie est plus belle.

  12. “Média indépendant sur l’environnement”, comme indiqué à côté du logo de Bon Pote? Et bien non, si j’en juge par la tournure des derniers articles de Bon Pote, média que je pensais au-dessus des “partis-pris”. Ce genre de diatribe partisane ou “anti-l’autre qui ne pense/vote pas comme nous” ne fait que ruiner tout votre travail et celui des écologistes. On ne peut pas convaincre les Français à adopter les travaux de l’écologie scientifique en l’affiliant de façon partisane à un parti politique ou pire en niant la réalité du vote de “ceux d’en face”. Mélanger l’idéologie et l’écologie crée une confusion préjudiciable à la cause écologique, c’est se tirer une balle dans le pied. Je suis déçu de constater que finalement, Bon Pote est un énième “canal pastèque”, vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur qui ne parvient pas à prendre de la hauteur ni du recul et se laisser happer par la mêlée populiste et idéologique. Quel recul en arrière!

    1. “Canal pastèque” ZERO argumentation sur le fond, ne dites pas pour qui vous allez voter, on a compris je crois.

    2. Plusieurs choses:
      -Indépendant ne veut pas dire sans prises de positions
      -Ce qui va ruiner le travail des écologistes c’est un gouvernement d’extrème droite
      ->Un média engagé sur l’écologie est donc engagé dans la lutte contre l’extrème droite et appelle donc au barrage républicain, tout est logique et de bon sens.

    3. Un média indépendant n’est pas apolitique, cela veut juste dire que sa parole n’est pas dictée par le pouvoir de l’argent ou la pression d’un gouvernement. Pour ma part je trouve que cet article prend de la hauteur et du recul. Il faut avoir le courage d’affirmer l’arrivée au pouvoir du RN est une catastrophe. On ne peut pas se préoccuper d’écologie sans comprendre que donner carte blanche aux milliardaires n’est pas une solution.

    4. – “On ne peut pas convaincre les Français à adopter les travaux de l’écologie scientifique en l’affiliant de façon partisane à un parti politique”

      En gros, on a des scientifiques qui nous donnent un recette de gateau et nous expliquent que la meilleure façon de le préparer, c’est de mélanger les ingrédients avant d’enfourner.

      Demander aux gens de voter pour le parti qui choisit de suivre la recette établie par la science n’est pas “partisan”, c’est logique.
      Surtout quand les autres alternatives sont basées sur “on économise en mettant la moitié des ingrédients et on espère que ça marche” (Macron) ou encore mieux “pas de gateau mais vous verrez, vous serez plus heureux comme ça” (RN).

  13. Il reste 338 candidats NFP au second tour, auquels il faut ajouter les 32 déja élus.
    La majorité absolue étant a 289 elle est mathématiquement possible pour le NFP, très peu probable, mais possible.

  14. Il va falloir qu en tant que journaliste, donc censé avoir un niveau intellectuel au dessus de la moyenne, le mot “détail” correspond à l’infime partie d’un tout. Soit vous ne connaissez donc pas la signification de ce terme, soit vous n’avez pas étudié la 2nde guerre mondiale qui est loin, malheureusement, de se résumer aux seules chambres a gaz.
    Cela n’enlève en rien l’horreur qu’elles ont été, c’est clair ! Un détail peut être très important en effet

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

soutenez-nous pour de l’information à la hauteur des enjeux climatiques

Bonpote est un média 100% indépendant, en accès libre et repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs.

À lire également