3,3 milliards d’êtres humains exposés au changement climatique : le nouveau rapport du GIEC est sans appel

Rapport 2 du GIEC

Après le rapport du Groupe de travail I (WGI) en août 2021, le 2ème rapport est enfin sorti !

Alors que le premier rapport traitait de la compréhension physique du système climatique et du changement climatique, ce nouveau rapport (le 2eme sur 3) porte sur les impacts, l’adaptation et la vulnérabilité des sociétés humaines et des écosystèmes au changement climatique. Comparé aux précédentes versions, ce rapport intègre davantage l’économie et les sciences sociales, et souligne plus clairement le rôle important de la justice sociale dans l’adaptation au changement climatique.

Cet article se concentre sur le SPM (résumé à l’intention des décideurs), et le résumé technique. Il y a des mots très forts dans ce rapport, des concepts très importants, validés par les gouvernements (SPM). Ce rapport insiste sur les structures sociales et politiques, ce qui montre bien, encore une fois, que nous avons notre avenir climatique entre nos mains. De nombreux leviers d’actions sont présentés dans le rapport et ces connaissances doivent absolument être mises à disposition du plus grand nombre.

Avant-propos

Avant de lire la suite, il est indispensable que vous sachiez ce qu’est le GIEC, comment sont sélectionnés les auteurs qui rédigent le rapport, quel est le processus de sélection des articles scientifiques, qui le finance, etc. Si vous le savez, tant mieux, sinon, lisez cet article synthétique. Je vous encourage vivement à lire le résumé du premier rapport, un vrai plus pour comprendre ce deuxième volet.

A retenir tout de même sur le 2eme rapport :

  • Ce rapport est la synthèse d’environ 34 000 papiers scientifiques. Les 269 autrices et auteurs principaux ont répondu à 62 418 commentaires des gouvernements et d’experts (!!!!). Le résumé à l’intention des décideurs a été validé ligne par ligne par les gouvernements, après deux semaines de délibération sur chaque phrase.
  • Il existe 3 versions :
    • le résumé à l’intention des décideurs (SPM, 36 pages)
    • le résumé technique (TS, 96 pages)
    • le rapport complet (FR, 3675 pages).
      Conseil : lisez le résumé, plusieurs fois s’il le faut, lisez le résumé technique si possible également. Le rapport complet doit plus vous servir d’encyclopédie : vous souhaitez approfondir un point ? -> plongez dans le rapport complet. Libre à vous de le lire entièrement bien sûr…
  • Le GIEC a une liste de qualificatifs utilisés, fonction du niveau de confiance (indiqué en italique dans les rapports, même vocabulaire que l’AR5) :
  1. quasiment certain (probabilité de 99 à 100 %)
  2. très probable (90 à 100 %)
  3. probable (66 à 100 %)
  4. à peu près aussi probable qu’improbable (33 à 66 %)
  5. improbable (0 à 33 %)
  6. très improbable (0 à 10 %)
  7. exceptionnellement improbable (0 à 1 %).

Enfin, il faut se rendre compte des sacrifices que cela représente de s’engager dans la rédaction d’un rapport du GIEC. Les scientifiques travaillent bénévolement, prennent très souvent sur leur temps personnel, ont passé quelques soirées et nuits blanches pour que ce rapport puisse être le plus qualitatif possible et accessible à tout le monde, à travers notamment le SPM et le résumé technique.

Les deux dernières semaines de séances plénières furent longues et intenses. La guerre en Ukraine a malheureusement contraint les scientifiques ukrainiens à quitter les séances de validation du SPM. Voilà les conditions exceptionnelles dans lesquelles s’est terminé ce rapport. A nouveau, merci à toutes et à tous, immense respect.

Les points clefs du nouveau rapport du GIEC

Avant de plonger en détails dans certains points, voici les principales conclusions du nouveau rapport du GIEC (synthèse SPM+TS).

Impacts, risques observés et projetés du changement climatique

Impacts observés du changement climatique

  • B.1 : Le changement climatique induit par l’homme, notamment l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes extrêmes, a eu des effets néfastes généralisés et a entraîné des pertes et des dommages pour la nature et les personnes, au-delà de la variabilité naturelle du climat. Certains efforts de développement et d’adaptation ont permis de réduire la vulnérabilité.
  • Dans toutes les régions du monde, les personnes et les systèmes les plus vulnérables sont affectés de manière disproportionnée. L’augmentation des extrêmes météorologiques et climatiques a entraîné des effets irréversibles, les systèmes naturels et humains étant poussés au-delà de leur capacité d’adaptation (confiance élevée).
Figure 2 SPM du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Vulnérabilité et exposition des écosystèmes et des personnes

  • B.2 : La vulnérabilité des écosystèmes et des populations au changement climatique varie considérablement d’une région à l’autre et au sein d’une même région (confiance très élevée), sous l’effet de schémas de développement socio-économique croisés, l’utilisation non durable des océans et des terres, l’inégalité, la marginalisation, les schémas historiques et permanents d’inégalité tels que le colonialisme, et la gouvernance (confiance élevée).
  • Environ 3,3 à 3,6 milliards de personnes vivent dans des contextes très vulnérables au changement climatique (confiance élevée).
  • Une forte proportion d’espèces est vulnérable au changement climatique (confiance élevée). La vulnérabilité de l’homme et des écosystèmes sont interdépendantes (confiance élevée). Les modèles actuels de développement non durable augmentent l’exposition des écosystèmes et des personnes aux risques climatiques (confiance élevée).

Risques à court terme (2021-2040)

  • B.3 : Un réchauffement mondial qui atteindrait +1.5°C à court terme entraînerait une augmentation inévitable de nombreux risques climatiques et présenterait des risques multiples pour les écosystèmes et les êtres humains. Des actions prises sur le court terme permettront de limiter les pertes et dommages, mais ne pourront pas toutes les éviter.
Nouveau rapport du GIEC Figure TS5 B1 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2
Figure TS5 B1 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Risques à moyen et long terme (2041-2100)

  • B4 : Au-delà de 2040 et en fonction du niveau de réchauffement de la planète, le changement climatique entraînera de nombreux risques pour les systèmes naturels et humains (confiance élevée). Pour 127 risques clés identifiés par le GIEC, les impacts évalués à moyen et long terme sont jusqu’à plusieurs fois plus élevés que ceux observés actuellement (confiance élevée).
  • L’ampleur et le rythme du changement climatique et des risques associés dépendent fortement des mesures d’atténuation et d’adaptation à court terme, et les effets néfastes prévus ainsi que les pertes et les dommages qui en découlent s’intensifient avec chaque augmentation du réchauffement climatique (confiance très élevée).
Figure SPM 3 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Risques complexes, composés et en cascade

  • B5 : Les impacts et les risques liés au changement climatique deviennent de plus en plus complexes et difficiles à gérer. De multiples dangers climatiques se produiront simultanément, et de multiples risques climatiques et non climatiques interagiront, ce qui entraînera une aggravation du risque global et des risques en cascade dans les secteurs et les régions. Traduisez « risques en cascade » par ‘plusieurs en même temps’ (canicule, suivie de mégafeux par exemple, comme au Canada en juin 2021).
  • B6 : Si le réchauffement climatique dépasse transitoirement 1.5°C au cours des prochaines décennies ou plus tard (dépassement), de nombreux systèmes humains et naturels seront confrontés à des risques supplémentaires graves par rapport à un maintien au-dessous de 1.5°C. En fonction de l’ampleur et de la durée du dépassement, certains impacts seront irréversibles, même si le réchauffement climatique est réduit (confiance élevée).

Mesures d’adaptation et conditions favorables

L’adaptation actuelle et ses avantages

  • C1 : Des progrès dans la planification et la mise en œuvre de l’adaptation ont été observés dans tous les secteurs et toutes les régions, générant des avantages multiples (confiance très élevée). Toutefois, les progrès en matière d’adaptation sont répartis de manière inégale, avec des écarts d’adaptation observés (confiance élevée).
  • De nombreuses initiatives donnent la priorité à la réduction des risques climatiques immédiats et à court terme, ce qui réduit les possibilités d’adaptation transformationnelle (confiance élevée).

Options d’adaptation futures et leur faisabilité

  • C2 : Il existe des options d’adaptation réalisables et efficaces qui peuvent réduire les risques pour les personnes et la nature. La faisabilité de la mise en œuvre des options d’adaptation à court terme diffère selon les secteurs et les régions (confiance très élevée). Des solutions intégrées, multisectorielles, qui s’attaquent aux inégalités sociales, qui différencient les réponses en fonction du risque climatique et qui traversent les systèmes, augmentent la faisabilité et l’efficacité de l’adaptation dans de multiples secteurs (confiance élevée).
Nouveau rapport du GIEC Figure SPM 4 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2
Les réponses au changement climatique et les options d’adaptation, organisées par Transitions du système et Risques clés représentatifs (RKR), sont évaluées pour leur faisabilité multidimensionnelle à l’échelle mondiale, à court terme et jusqu’à 1.5°C de réchauffement climatique.
Source : Figure SPM 4 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Les limites de l’adaptation

  • C3 : Les limites “souples” de certaines adaptations humaines ont été atteintes, mais elles peuvent être surmontées en s’attaquant à une série de contraintes, principalement financières, de gouvernance, institutionnelles et politiques.
  • Les limites “strictes” de l’adaptation ont été atteintes dans certains écosystèmes (confiance élevée). Avec l’augmentation du réchauffement climatique, les pertes et les dommages vont augmenter et d’autres systèmes humains et naturels atteindront les limites de l’adaptation (confiance élevée).
Source : Figure TS.7 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2
Carte exprimant les différentes vulnérabilités, basées sur les moyennes nationales. Cette carte ne montre pas les différences à l’échelle locale. C’est pourquoi vous retrouvez sous la carte quelques exemples de populations vulnérables.
Source : Figure TS.7 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Éviter la maladaptation

  • C4 : Maladaptation : les réponses inadaptées au changement climatique peuvent créer des verrouillages de la vulnérabilité, de l’exposition et des risques qui sont difficiles et coûteux à changer et exacerbent les inégalités existantes.
  • La maladaptation peut être évitée par une planification et une mise en œuvre flexibles, multisectorielles, inclusives et à long terme de mesures d’adaptation présentant des avantages pour de nombreux secteurs et systèmes (confiance élevée).

Développement résilient au changement climatique

Conditions pour un développement résilient au changement climatique

  • D1 : Les impacts observés, les risques projetés, les niveaux et les tendances de la vulnérabilité, et les limites de l’adaptation, montrent qu’il est plus urgent d’agir en faveur d’un développement résilient au climat à l’échelle mondiale que précédemment évalué dans le 5eme rapport du GIEC. Des réponses globales, efficaces et innovantes peuvent exploiter les synergies et réduire les compromis entre adaptation et atténuation.
  • D2 : Le développement résilient au climat est possible lorsque les gouvernements, la société civile et le secteur privé font des choix de développement inclusifs qui donnent la priorité à la réduction des risques, à l’équité et à la justice, et lorsque les processus décisionnels, les financements et les actions sont intégrés à tous les niveaux de gouvernance, dans tous les secteurs et dans tous les délais (confiance très élevée).
  • Le développement résilient au climat est facilité par la coopération internationale et par les gouvernements en travaillant à tous les niveaux avec les communautés, la société civile, les organismes de formation, les institutions scientifiques et autres, les médias, les investisseurs et les entreprises, et en développant des partenariats avec les groupes traditionnellement marginalisés, notamment les femmes, les jeunes et les populations autochtones, les communautés locales et les minorités ethniques (confiance élevée).
Le développement résilient (CRD) est le processus de mise en œuvre de mesures d’atténuation et d’adaptation des gaz à effet de serre pour soutenir le développement durable.
Cette figure s’appuie sur la figure SPM.9 du RE5 WGII (décrivant les voies de résilience climatique) en décrivant comment les voies de CRD sont le résultat de choix sociétaux cumulatifs.
Source : SPM WG2 figure 5

Développement résilient au climat pour les systèmes naturels et humains

  • D3 : Les interactions entre l’évolution de la forme urbaine, l’exposition et la vulnérabilité peuvent créer des risques et des pertes induits par le changement climatique pour les villes et les établissements humains. Toutefois, la tendance mondiale à l’urbanisation offre également une opportunité cruciale à court terme, pour faire progresser le développement résilient au climat (confiance élevée).
  • La planification et l’investissement intégrés et inclusifs dans la prise de décision quotidienne concernant les infrastructures urbaines, mais aussi les infrastructures sociales, écologiques et grises/physiques, peuvent considérablement augmenter la capacité d’adaptation des établissements urbains et ruraux.
  • La justice sociale et climatique contribue à des avantages multiples pour la santé, le bien-être et les services écosystémiques, y compris pour les autochtones et les communautés marginalisées et vulnérables (confiance élevée).
  • D4 : La sauvegarde de la biodiversité et des écosystèmes est fondamentale pour un développement résilient au climat, compte tenu des menaces que le changement climatique fait peser sur eux et de leur rôle dans l’adaptation et l’atténuation (confiance très élevée). Le maintien de la biodiversité et des services écosystémiques à l’échelle mondiale dépend de la conservation efficace et équitable d’environ 30 à 50 % des terres, des eaux douces et des océans de la planète, y compris les écosystèmes actuellement proches de l’état naturel (confiance élevée).
Source : Figure SPM 1 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Réaliser un développement résilient au changement climatique

  • D5 : Les choix et les actions de la société mises en œuvre au cours de la prochaine décennie déterminent la mesure dans laquelle les trajectoires à moyen et long terme permettront un développement résilient au changement climatique plus ou moins important (confiance élevée).
  • Il est important de noter que les perspectives de développement résilient au changement climatique seront de plus en plus limitées si les émissions de gaz à effet de serre ne diminuent pas rapidement, en particulier si le réchauffement climatique de 1.5°C est dépassé à court terme (confiance élevée).

Analyse détaillée sur certains points du nouveau rapport

Il faut toujours du temps pour digérer un tel rapport. On se rend très vite compte de la complexité des effets du changement climatique sur nos sociétés lorsque l’on plonge plus en détails dans le résumé technique, et dans le rapport lui-même. Même s’il est toujours difficile de faire une sélection, voici quelques éléments qui ont retenu mon attention.

Le changement climatique tue déjà aujourd’hui et depuis plusieurs années

L’augmentation des vagues de chaleur, des sécheresses et des inondations dépasse déjà les seuils de tolérance des plantes et des animaux, entraînant la mort massive d’espèces telles que les arbres et les coraux. Ces phénomènes météorologiques extrêmes se produisent simultanément, entraînant des répercussions en cascade de plus en plus difficiles à gérer.

Ils ont exposé des millions de personnes à une insécurité alimentaire et hydrique aiguë, notamment en Afrique, en Asie, en Amérique centrale et du Sud, dans les petites îles et dans l’Arctique. Pour éviter des pertes de vies humaines, de biodiversité et d’infrastructures de plus en plus importantes, il faut prendre au plus vite des mesures ambitieuses et accélérées pour s’adapter au changement climatique.

La France sera-t-elle épargnée ?

En parcourant certaines cartes du rapport, vous pourriez vous dire que la France sera plutôt épargnée comparé à d’autres pays. Il est certes probable que la France souffre moins que Madagascar ou le Cambodge. Mais nous ne serons pas épargnés par le changement climatique ! Et nous n’y sommes pas préparés. Ou en tout cas, très mal.

Nous serons touchés par les sécheresses, les inondations, les canicules, les mégafeux… et certaines régions plus durement, comme les DOM-TOM et la Méditerranée (un chapitre y est consacré). Concernant les DOM-TOM, Virginie Duvat (autrice principale du 6ème rapport) les identifie comme des territoires aux avant-postes, qui seront particulièrement marqués par le changement climatique.

Figure TS.5 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Pertes et dommages

On considère les Loss and Damage (Pertes et dommages) comme le 3e volet important du changement climatique, après l’atténuation et l’adaptation. C’est un point important demandé par de nombreux pays qui sont déjà impactés par le changement climatique, et qui exigent réparation des aléas climatiques pour lesquels il est impossible de s’adapter.

Dans ce rapport, les références aux pertes et dommages sont nombreuses. En espérant que cela donnera plus de poids aux négociations lors de la prochaine COP27, rattrapant le comportement minable des pays du Nord lors de la COP26. Les montants demandés sont totalement justifiés, faisant écho à la justice climatique : les pays les plus émetteurs doivent payer pour les dégâts qu’ils provoquent et provoqueront.

Colonialisme et justice climatique

Cela a peut-être échappé à vos yeux, mais vous avez bien lu : le GIEC a évoqué le colonialisme comme un signe de non-soutenabilité ! Même si c’est évident, pourquoi c’est si important que cela soit dans un rapport du GIEC ? Car c’est toute une littérature scientifique parfois calomniée que nous retrouvons ici dans le résumé pour les décideurs, et donc validée par les gouvernements.

B.2 : La vulnérabilité des écosystèmes et des populations au changement climatique varie considérablement d’une région à l’autre et au sein d’une même région (confiance très élevée, sous l’effet de schémas de développement socio-économique croisés, l’utilisation non durable des océans et des terres, l’inégalité, la marginalisation, les schémas historiques et permanents d’inégalité tels que le colonialisme, et la gouvernance (confiance élevée).

Les causes profondes de la vulnérabilité sont en partie liées aux contextes politiques, économiques et sociaux, à la fois présents mais aussi hérités. L’équité suppose de tenir compte à la fois des inégalités actuelles et des héritages, notamment de la période coloniale pour comprendre les inégales capacités d’adaptation de certains Etats et plus précisément encore de certains peuples ou territoires à l’intérieur de ces Etats.

Il faut rappeler que la plupart des données disponibles le sont à l’échelle nationale. Elles ne rendent pas compte des fortes inégalités qui existent au sein des continents, des Etats, voire des régions ou des villes. En d’autres termes, il existe des Sud, y compris au sein des Nord, et quelque soit les territoires sur lequel on se trouve, il est établi que plus les individus ou les groupes sociaux souffrent d’exclusion, de discrimination, de privation d’accès aux ressources économiques, sociales et culturelles, moins elles ont de capacités à s’adapter.

L’équité et la justice climatique supposent donc non seulement de répartir les coûts et les bénéfices, mais de compenser d’une façon ou d’une autre ces inégalités de départ.

Santé mentale et physique

Un accent important est mis sur la santé mentale, pourtant complètement oubliée par les pouvoirs publics… quand ce n’est pas moqué par certains pour dire que les écolos dramatisent. Et pourtant. Voici deux paragraphes sur lesquels nous aurons l’occasion de revenir dans d’autres articles, consacrés à la santé mentale.

TS. B5 : Le changement climatique a déjà porté atteinte à la santé physique et mentale des êtres humains (confiance très élevée). Dans toutes les régions, les impacts sur la santé sapent souvent les efforts de développement inclusif. Les femmes, les enfants, les personnes âgées, les populations autochtones, les ménages à faible revenu et les groupes socialement marginalisés dans les villes, régions et pays sont les plus vulnérables (confiance élevée).

TS. B.5.2 : Les problèmes de santé mentale augmentent avec le réchauffement des températures (confiance élevée), le traumatisme associé aux conditions météorologiques extrêmes (confiance très élevée), et la perte des moyens de subsistance et de la culture (confiance élevée).

Migrations et changement climatique

Depuis le dernier rapport du GIEC, il y a de plus en plus de preuves que les risques associés aux aléas climatiques agissent comme des moteurs directs de migrations et de déplacements involontaires, par la détérioration des moyens de subsistance sensibles au climat (confiance élevée, TS B.6).

Rappelons que la plupart des déplacements et migrations liés au climat se produisent à l’intérieur des frontières nationales, les mouvements internationaux se produisant principalement entre des pays aux frontières contiguës. Depuis 2008, une moyenne annuelle de plus de 20 millions de personnes ont migré à l’intérieur de leur pays en raison d’aléas climatiques. Les facteurs les plus récurrents sont les sécheresses, les tempêtes tropicales et les ouragans, les fortes pluies et inondations (confiance élevée).

Enfin, les effets des facteurs climatiques sur les migrations sont très spécifiques au contexte et interagissent avec les facteurs sociaux, politiques, géopolitiques et économiques (confiance élevée).

Le continent Africain enfin mis en lumière

Le GIEC a vraiment mis l’accent sur les impacts régionaux du changement climatique. Nous le savons, un réchauffement mondial de +2°C par exemple n’a pas du tout les mêmes impacts selon l’endroit où vous vivez dans le monde.

L’Afrique est l’un des continents qui a le moins contribué aux émissions de gaz à effet de serre, alors que plusieurs régions ont déjà été sévèrement affectées par les effets du changement climatique. En outre, le continent est l’un des plus exposés au changement climatique :

Source : Figure TS 4 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Cette exposition se conjugue avec une très forte vulnérabilité, liée à la très grande pauvreté et aux multiples inégalités d’accès à la santé, à l’éducation, à la sécurité alimentaire et à l’instabilité politique. L’échelle continentale ne rend toutefois pas compte des inégalités très fortes au sein du même continent.

Attention : la figure 7 du résumé technique (ci-dessus) montre que l’Afrique est le continent qui est globalement le plus vulnérable. Cela ne veut pas dire que les autres continents sont à l’abri ! Le rapport met en évidence que tous les continents seront bel et bien concernés et sont très en retard dans leurs politiques d’adaptation.

Limiter le réchauffement à +1.5°C n’est pas une option

Limiter le réchauffement de la planète à 1.5 °C devrait permettre de réduire considérablement les dommages causés aux économies, à l’agriculture, à la santé humaine et à l’environnement. Au-delà de 2 degrés, les coûts de l’adaptation deviendront prohibitifs et inaccessibles pour des millions de personnes.

La biodiversité est également omniprésente dans ce rapport. À des niveaux de réchauffement supérieurs à 2°C, les risques de disparition, d’extinction et d’effondrement des écosystèmes augmentent rapidement (confiance élevée). Le groupe 1 avait été très clair en août 2021 (et depuis des années) : chaque tonne émise participe au réchauffement climatique. Si nous souhaitons éviter des points de bascule à répétitions et maintenir une Terre habitable pour une majorité de ses habitant(e)s, l’atténuation et l’adaptation ne sont plus des options.

Figure SPM 3 du 6eme rapport du GIEC, groupe 2

Rappelons-le, insistons : si nous échouons à maintenir un réchauffement planétaire à +1.5°C, la prochaine cible n’est pas +2°C, mais +1.51°C.

Le mot de la fin

Ce nouveau rapport du groupe de travail 2 du GIEC apporte beaucoup de confirmations, des mauvaises nouvelles… mais aussi des nouvelles encourageantes. Non, “tout n’est pas foutu, nous n’allons pas tous mourir“. Nous avons notre avenir climatique entre nos mains, il ne tient qu’à nous de réduire drastiquement nos émissions, rapidement, et de façon durable.

A nouveau, c’est la première fois dans l’histoire qu’un rapport scientifique a et aura autant d’importance, tant sur le plan scientifique, politique, géopolitique et économique. Ses conclusions seront entre autres déterminantes pour les négociations à venir de la COP27.

Je le répète : je conseille à tout le monde de lire au moins le résumé à l’intention des décideurs. Tout le monde doit se l’approprier et creuser les sujets. Les conclusions du rapport sont limpides et suffisamment claires pour être comprises par tout le monde. La dernière phrase du rapport pour les décideurs conclut à merveille la richesse de ce rapport qui ne laisse plus aucun doute sur l’aspect politique du changement climatique.

Les preuves scientifiques cumulées sont sans équivoque : Le changement climatique est une menace pour le bien-être humain et la santé planétaire. Tout retard supplémentaire dans l’action mondiale concertée et anticipée en matière d’adaptation et d’atténuation des effets du changement climatique manquera une brève occasion, qui se referme rapidement, de garantir un avenir vivable et durable pour tous.


BONUS : une infographie en 12 points qui résume le rapport (à télécharger en HD pour imprimer ici)

BONUS : lire la couverture médiatique du rapport du GIEC (c’est…pas terrible)

BONUS 3 : le 3ème et dernier rapport du GIEC vient d’être publié !

GIEC GROUPE 2 INFOGRAPHIE 12 POINTS

Bon Pote est un média 100% indépendant, uniquement financé par les dons de ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

25

  1. Laure 2 March 2022

    Merci infiniment pour le travail de rédaction de cet article !!

    Reply
  2. Ddu 1 March 2022

    Si Poutine en décide autrement, nous n’aurons peut-être même pas la “chance” de voir les conséquences du changement climatique…
    Bref, il n’y a plus rien qui va et c’est assez désespérant.
    J’espère me tromper…

    Reply
    1. bdd13 2 March 2022

      Ne vous enfermez pas dans un désespoir stérile. Vous êtes en vie, dans un pays libre. Je sors d’une réunion communale (ville de 40 000 habitants). Il est intéressant de voir à quel point, en quelques années, un élu peut intégrer quelques notions de base, qui suffisent à orienter une politique de ville vers davantage de résilience. Tout n’est pas parfait, loin de là, mais portés par une population convaincue, qui manifeste son désir de voir disparaître le négationnisme, les élus vont finir par évoluer.
      Ne vous laissez pas désespérer par Poutine. Il y a fort à faire, une urne à remplir en avril, et manifester votre souhait d’un meilleur monde à chaque instant. Vous n’en serez que plus satisfait, plus énergique, plus positif, et vous échapperez à bien des maux.

      Reply
      1. François 2 March 2022

        La politique de l’autruche et la méthode Coué ne mènent à rien.

        Il est impératif de ne plus utiliser ni du gaz russe, ni du pétrole russe, à n’importe quel prix. Cf. les centrales à charbon et nucléaires allemandes qui vont reprendre du service.

        Sinon, demain, ce sera au tour des pays baltes (Déjà annoncé). Apres demain la Pologne, l’ex Tchécoslovaquie et l’Allemagne de l’est. Et dans 3 jours, on ne sait pas encore.

        Accessoirement, la Biélorussie vient de modifier sa constitution pour autoriser l’installation d’armes nucléaires.

        Reply
      2. Ddu 4 March 2022

        Je vous rassure bdd13, tout va bien pour moi. Je continue de faire le colibri mais je pourrais faire beaucoup plus.
        Par contre, quand je pense aux millions de litres d’essence qui sont brûlés dans cette guerre inutile, au réarmement brutal à venir de l’Europe, je me dis que l’on ne va pas dans la bonne direction.
        Je pourrais me dire que tout va bien et que tout ira bien dans le meilleur des mondes possibles de Pangloss, mais je trouve cela assez contre-productif.

        Reply
  3. Selim Youssry 1 March 2022

    Merci Bon Pote. Pour ceux qui le cherchent en français vous pouvez faire une traduction automatique sur Google Translate, onglet Documents, ici https://translate.google.fr/?hl=fr&sl=en&tl=fr&op=docs. Pas parfait mais mieux que rien !

    Je l’ai fait et mis à dispo ici pour qui veut https://drive.google.com/file/d/1NBFBvUWamIIv2YwRaYzwWV2rDnTkmZnF/view?usp=sharing

    Reply
    1. Selim Youssry 1 March 2022

      Avec l’original à lire en parallèle pour les graphiques qui ont mal marché dans la traduction.

      https://www.ipcc.ch/report/ar6/wg1/downloads/report/IPCC_AR6_WGI_SPM_final.pdf

      Reply
      1. Arno37 1 March 2022

        Impec’ Merci Selim, je vais regarder ça avant d’arroser les décideurs.

        Reply
    2. Roxandyo 2 March 2022

      C’est génial, bravo et merci ! Je vais le partager sur mon insta (@roxandyo) souhaites tu être mentionné ?

      Reply
  4. Arno37 1 March 2022

    Si jamais quelqu’un a une traduction française du résumé pour les décideurs, sera t-il possible de la faire passer svp?
    Je vais arroser les élus autours de chez moi (conseil municipale, agglomération , futur députés, conseil départementale/régionale) ainsi que le directeur de ma société…
    Faut que ça bouge et ils ne pourront plus dire “je ne savais pas”

    Reply
    1. Jacques 11 March 2022

      Bonjour, le collectif Nîmes-en-Transition en a effectué une traduction “citoyenne” (y compris les graphiques dont les trois premiers piqués sur BonPote). Nous remettrons ce samedi cette version à la Préfète du gard et au Maire de Nîmes.
      C’est librement téléchargeable ici : https://nimesentransition.org/doc/GIEC-WGII-AR6-fr.pdf

      Reply
      1. Arno37 13 March 2022

        Super le boulot Jacques bravo à toute l equipe des nimois….

        Reply
    2. Apgancar 29 March 2022

      Je vais en faire autant
      Merci

      Reply
  5. Polo 1 March 2022

    Il reste encore une grosse étape à franchir pour le GIEC à mon sens : montrer qu’une société capitaliste basée sur la croissance est incompatible avec les budgets carbone restants à l’humanité déjà relevés par le GIEC dans les précédents rapports. Malheureusement, cela ne fait pas encore consensus dans la communauté scientifique et encore moins dans la communauté politique. Surement parce que beaucoup croient au mythe de la technologie “salvatrice”. Mais au regard des vitesses des pénétrations technologiques passées et au regard des pressions actuelles et futures sur les ressources et les personnes (identifiées à nouveau dans ce rapport AR6), est-ce bien raisonnable de croire à ce capitalisme ?

    Autrement dit, est-ce que le capitalisme associé à son dogme de croissance perpétuelle ne devrait pas démontrer par A+B qu’il saura répondre aux enjeux climatiques pour que nous continuons à poursuivre dans cette voie ? Dès lors, tout système éco-politique devrait démontrer son aptitude à répondre aux budgets carbone avant que l’on ne s’y engage.

    ça serait con de mettre 10 ans à faire scientifiquement et politiquement ce constat alors qu’on peut le faire dès aujourd’hui (parce que d’ici 10 ans, les +1,5°C seront plus que dépassés … ).

    Reply
    1. bdd13 2 March 2022

      C’est une perche tendue pour les négationnistes du Climat qui crient au complot de la gauche anticapitaliste. Et c’est donc une difficulté pour le GIEC.
      Même si vous avez (avec un grand niveau de confiance 😉 raison.

      Reply
    2. Apgancar 29 March 2022

      Totalement d’accord !
      La croissance à tout va et dans tous domaines, vient parasiter et freiner les avancées en matière de réduction carbone

      Reply
  6. jarchington 1 March 2022

    Bonjour

    y a-t-il une définition scientifique du mot “grave” ou de la “force d’un impact” ?

    si oui, laquelle, et sinon, comment fait-on pour quantifier par exemple le nombre de personnes subissant des conséquences “graves” ?

    Reply
  7. Olivier 1 March 2022

    Je ne suis pas certain de bien saisir “Limiter le réchauffement à +1.5°C n’est pas une option”. Le texte semble plutôt indiquer que 2°C n’est pas une option.

    Reply
  8. Benoit 1 March 2022

    Bonsoir,

    Il me semble que niveau de confiance et probabilites sont deux choses differentes, tel que le rapport du Giec l’entend.
    La probabiite est liee a la probabilite d’occurence (sic.) alors que le niveau de confiance est lie a “…la nature, la qualite , la quantite et la coherence…” des donnees.
    C’est en tout cas ce qui etait indique dans le rapport AR5 – WG1 – Technical Summary, encadre TS.1 (ou RT1 sur la version francaise).
    Je n;ai pas trouve l’equivalent dans le rapport 6. Mais j’ai peut-etre ete un peu feignant.

    Merci et bravo pour votre travail en tout les cas.

    Reply
  9. Rebecca 28 February 2022

    Merci pour tout. Juste une erreur dans B3 “tous” et non pas “toutes”. Maintenant je vais lire le rapport. Bonne continuation !

    Reply
  10. Paul Charon 28 February 2022

    Super article, merci Thomas.
    Petite question : dans tout l’article, on voit des niveaux de confiance indiquées entre parenthèses (confiance élevée, confiance très élevée…) qui ne correspondent pas à l’échelle de probabilité décrite en haut de ton article (quasiment certain, très probable, probable…).
    Est-ce normal que les termes utilisés soient différents ? Je trouve que cela ne facilite pas la lecture.
    Merci encore pour ton travail.

    Reply
  11. Roxandyo 28 February 2022

    Hello, merci beaucoup pour ce travail ! Sais-tu s’il existe déjà une version française du résumé pour les décideurs ?

    Reply
    1. Bon Pote 28 February 2022

      Non, et pas avant plusieurs mois malheureusement.

      Reply
      1. Roxandyo 28 February 2022

        OK merci ! Sais-tu si on peut proposer une traduction au GIEC ?

        Reply
      2. bdd13 2 March 2022

        Alors doublement merci pour ce travail important (dans tous les sens du terme). Cela permet de proposer le lien de cet article vers beaucoup de monde (Fresqueurs par exemple), des gens convaincus, enthousiastes, parfois peu scientifiques, et qui ont vocation à vulgariser, porter la parole, informer, mais que la lecture directe rebute (anglais, terminologie, longueur).
        Donc, tes résumés accompagnés de commentaires ou d’analyse nous aident beaucoup à intégrer les éléments essentiels.
        De plus, la rapidité de mise à disposition est impressionnante. Chapô 😉

        Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS