La masculinité toxique sur les réseaux sociaux

réseaux sociaux

J’ai commencé cet article sur la masculinité toxique il y a un peu plus d’un an, pensant que je n’allais jamais le publier. Je pensais que cela sortait un peu de la ligne éditrice de Bon Pote. Je me trompais : c’est tout à fait à propos.

Voilà bientôt 3 ans que j’écris et que je prête attention aux personnes qui interagissent sur les réseaux sociaux. Que ce soit sur les pages Bon Pote ou ailleurs, le constat est le même : les commentaires agressifs et insultants viennent uniquement de la part d’hommes. Quand cela me concerne, je passe outre : j’ai bac+5 en troll, et j’ai plus de peine pour l’homme que je vois s’énerver en commentaire qu’autre chose. En revanche, cela blesse d’autres personnes et les empêche de s’exprimer. Remettons donc 2-3 pendules à l’heure.

C’est n’importe quoi, pas tous les hommes !

Je suis persuadé que lire “les commentaires agressifs et insultants viennent uniquement de la part d’hommes” a choqué plusieurs d’entre vous. Premièrement, je vous invite à vous rendre sur les réseaux sociaux de Bon Pote et à essayer de trouver un commentaire agressif et insultant de la part d’une femme. C’est simple, en 3 ans, vous n’en trouverez pas un seul.

En revanche, des commentaires agressifs de mecs, vous n’aurez aucun mal à en trouver. Cela n’étonnera personne d’en voir sur Twitter, jungle d’internet où l’on peut insulter, diffamer, menacer, sans vraiment être inquiété. C’est d’ailleurs à peu près la même chose sur Facebook, sur d’autres pages. Exemple récent sur la page de JM. Jancovici lorsqu’un article sur Greta Thunberg avait été posté. Une avalanche d’insultes misogynes, toutes aussi ridicules les unes que les autres :

masculinité toxique exemple 1
Source : https://www.facebook.com/jeanmarc.jancovici/posts/10159780344817281

Je suis en revanche extrêmement ‘surpris’ de voir des commentaires du même acabit sur Linkedin, un réseau professionnel. Les seuls que j’ai eu à bloquer sont des hommes. Les seuls qui insultent sont des hommes. Et j’ai de la chance, je n’ai pas à supporter les innombrables remarques sexistes que je vois sous d’autres posts, notamment de Juliette Nouel, qui fait un travail remarquable depuis plusieurs années sans avoir eu une seule remarque déplacée.

masculinité toxique exemple 2
Stéphane a courageusement effacé son commentaire depuis. Source : https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6772864799320625153/

Que se passe-t-il dans votre tête, sincèrement, pour parler à une autre personne de la sorte ? Expliquez-moi, ça m’intéresse. Vraiment.

PS : pour ceux qui viendraient me dire ‘n’importe quoi, j’ai déjà vu une femme qui‘. C’est très bien. Un exemple vs des milliers ne remet absolument pas en cause l’idée principale : la masculinité toxique. Ce n’est pas une exception qui va infirmer un problème systémique.

Masculinité toxique : toujours les mêmes profils

Vous ne serez pas surpris d’apprendre que j’ai très rarement (jamais ?) vu une femme climatosceptique en commentaire. En revanche, des génies qui viennent vous dire que le GIEC est payé par les lobbies, que le réchauffement est uniquement naturel, que ça a toujours changé… j’ai des centaines d’exemples, ne bougez pas !

Par exemple, ce post Facebook avec une photo du même glacier à environ 100 ans d’intervalle. Plus de 9000 partages, et un niveau en commentaires… C’est un best of d’hommes qui viennent vous expliquer comment ça marche, parce qu’eux évidemment, ils ont mieux compris que 5 scientifiques français spécialisés sur le sujet. Ce n’est même pas du JAITOUTCOMPRISME, c’est de la bêtise.

La masculinité toxique avec des climato sceptiques
Source : https://www.facebook.com/bonpoteofficiel/posts/445363909772640

Malheureusement, malgré le travail des scientifiques, de milliers d’articles peer-reviewed, certains continuent à nier l’évidence. N’étant pas psychologue (car ici, cela relève de la psychologie), je fais désormais confiance à la loi de Brandolini et préfère concentrer mes efforts ailleurs.

Pas touche à ma liberté !

Ce sont très souvent les mêmes profils qui réagissent sur les réseaux. Les mêmes qui crient à l’écologie punitive dès qu’on leur demander de changer. Voici une liste non exhaustive des profils rencontrés depuis 3 ans :

  • Les néolibéraux et ultralibéraux : ils vous compareront à Staline quand on demande de limiter la vitesse sur l’autoroute.
  • Les conservateurs : très souvent des hommes en bonne situation économique qui souhaitent voir perdurer le Business as Usual (le titre sur Linkedin traduit souvent une position sociale élevée)
  • Les “viandards” : ils adorent se moquer des végétariens ou végans, crient au régime totalitariste lorsqu’un maire propose de réduire la consommation de viande dans les menus des cantines, etc. En 2021, ils en sont même à poster des photos du plus gros steak possible sous les profils des végans. Et ouais, un vrai mec, ça mange de la viande, et ça le fait savoir.
  • Les défenseurs de l’avion : entre whataboutisme, mauvaise foi, argument fallacieux et insultes quotidiennes, ils ont été très virulents pendant la Covid. Suggérez qu’il faille diminuer le trafic aérien pour respecter nos engagements climatiques et vous serez forcément un “abruti qui n’a rien compris“.
  • Les amoureux du SUV : dans la vie, l’important, c’est d’avoir la plus grosse. Si possible avec un gros moteur, pour aller très vite. Les piétons et les cyclistes ? Ils nous emmerdent, ils n’ont qu’à avoir un SUV, comme tout le monde.

Certains vont bien sûr penser que j’exagère ? Peut-être. Mais avez-vous entendu parler du rolling coal ? Cette pratique qui consiste à modifier un moteur diesel afin d’émettre une épaisse fumée noire polluant l’air environnant. C’est ainsi que des hommes se filment et postent leur vidéos sur les réseaux sociaux en train d’enfumer un écolo (ou un conducteur de Tesla, parce que Tesla c’est écolo pour un américain). Imaginez le cheminement d’un homme pour qu’il se lève un matin et se dise “aujourd’hui j’vais envoyer de la fumée bien polluante sur le visage d’un écolo.” C’EST MARRANT NON ?

Mais ce n’est pas tout. Je vous ai gardé le meilleur pour la fin.

La question du genre, la goutte d’eau du vrai mâle

Sans aucune équivalence, ce qui déclenche systématiquement le plus de réactions haineuses sont les articles qui traitent de la question du genre. Je m’y attendais, mais lorsque nous avons posté l’interview de Stacy Algrain sur l’écoféminisme, ce fut un torrent d’insultes et de remarques en tout genre, notamment sur son physique. Première fois que je constatais des remarques sur le physique d’une personne interviewée. Quand vous n’avez rien à dire sur le message, attaquez le messager. Intelligent.

Maintenant que vous avez cela en tête, prêtez attention aux prochaines publications sur le genre, et/ou en lien avec l’environnement. C’est à chaque fois un sans faute. Il est par ailleurs arrivé la même chose à Michael Correia, journaliste chez Médiapart, lorsqu’il a publié un article sur la “pétro-masculinité“. Les commentaires n’ont encore pas volé bien haut :

Encore la masculinité toxique, avec un exemple sur Twitter
Source : https://twitter.com/MickaCorreia/status/1396748132499824642?s=20

La question du genre est une question de pouvoir : diminuer le privilège masculin et partager le pouvoir avec les femmes est perçu par certains comme une menace. Quand on est habitué à être privilégié, l’égalité a le goût de l’oppression. Pourquoi changer l’ordre établi depuis des millénaires ? Vous voyez bien que tout va pour le mieux non ? (Nous y reviendrons, ce sujet mérite un article entier).  

“Je vois pas le rapport, c’est pas de la science”

Ce qui me surprend le plus, c’est que plusieurs personnes qui se revendiquent ”scientifiques” ont un regard complètement biaisé sur les études de genre et les sciences sociales en général. Ce sont les mêmes profils qui tentent d’avoir raison dans le débat ENR/Nucléaire toute la journée sur les RS qui viendront vous dire que la sociologie, c’est pas vraiment une science. Pourtant, aux dernières nouvelles, les publications marchent de la même façon : système peer-review, débat, controverse, consensus, etc.

A tous les hommes qui sont venus dire en commentaire que l’intersectionnalité c’était que des conneries : saviez-vous que le GIEC traite le sujet dans le chapitre 13 du groupe de travail 2 du 5ème rapport ? Il est ainsi mis en évidence la vulnérabilité multidimensionnelle induite par les dimensions croisées de l’inégalité, des voies de développement socio-économique, et du changement climatique et des réponses au changement climatique. La vulnérabilité dépend des structures de la société qui déclenchent ou perpétuent l’inégalité et la marginalisation – pas seulement la pauvreté monétaire, le lieu ou une dimension de l’inégalité en soi, comme le genre.

Source : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/WGIIAR5-Chap13_FINAL.pdf

Encore une autre précieuse source que je vous invite à lire entièrement, cet article de Carbon Brief qui met en évidence que les femmes sont plus susceptibles que les hommes d’être touchées par l’insécurité alimentaire liée au climat et sont également plus susceptibles de souffrir de maladies mentales ou de violence conjugale à la suite d’événements climatiques extrêmes.

Source : https://www.carbonbrief.org/mapped-how-climate-change-disproportionately-affects-womens-health

Ces travaux multidisciplinaires sont là pour deux choses : comprendre pourquoi nous en sommes arrivés là (et le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les indicateurs climatiques sont dans le rouge), et comment (rapidement) changer pour ne pas reproduire les mêmes schémas. Il serait également bon d’arrêter de brandir la science quand cela vous arrange messieurs !

PS : si vous souhaitez creuser ces sujets, les travaux de Kimberlé Crenshaw sur l’intersectionnalité sont incontournables. Vous pourrez également relire les travaux dans le 5ème rapport du GIEC, en attendant le prochain rapport (AR6), qui traitera les questions du genre en profondeur.

Le mot de la fin

J’ai finalement décidé de publier cet article car je suis convaincu que tout le monde peut changer. J’ai bon espoir qu’une personne qui colle une photo d’un steak en commentaire d’une page Vegan se comporterait différemment s’il prenait 1h de son temps pour discuter avec la personne. Peut-être que ceux qui insultent les ‘écolos’ à longueur de journée finiront par se demander ‘mais au fait, pourquoi ils nous emmerdent avec le climat ?’.

Outre cette volonté de prise de conscience, il serait souhaitable que ceux qui pensent avoir la science infuse se taisent un peu. Je suis toujours choqué de constater qu’en moyenne, les hommes n’hésitent jamais à s’exprimer sur tous les sujets, qu’ils les maîtrisent ou pas d’ailleurs ! Taisons-nous un peu. Non seulement cela sera sûrement plus agréable pour tout le monde, mais peut-être que des personnes qui n’osaient pas jusqu’alors s’exprimer, le feront.

Bonus : le documentaire #SalePute sur Arte

image_pdfimage_print

Bon Pote est un média 100% indépendant, financé par ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

42 Comments

  1. Rémy Grandemange 12 juillet 2021

    Yo,

    bon ce sujet / féminisme me saoul de manière gnrl.
    On ne m’a pas élevé à traiter les femmes comme inférieures ou moins dignes de respect.
    On ne m’a pas élevé à pouvoir faire usage de la force pour m’imposer etc…
    Donc c’est blessant pour moi ces discours qui fustigent les hommes et victimisent les femmes.
    Je trouve que le féminisme actuel pousse le bouchon trop loin et ce n’est donc pas surprenant de voir des mouvements qui apparaissent en réaction.
    Bref, je me sens dans une situation assez pourrie, à la fois en opposition avec le féminisme moderne et sans me considérer contre les femmes ou misogyne…

    Bon je ne développe pas plus, mais en tout cas, l’article ne m’a pas déplu alors que le titre était loin de me donner envie de m’y plonger.

    Ces deux points me semblent importants à prendre en compte par rapport à ce qui est mis en avant dans l’article :
    a) notre médiocrité (ou manque de formation/éducation) à tous fait que dès qu’il y a conflit / opposition d’idée il y a souvent/vite insulte, qu’on soit un homme ou une femme
    b) les hommes ou femmes sont surreprésentés selon les endroits et sujets

    Après on a un environnement social qui évolue et qui fait qu’on est dans cette situation actuellement. Les femmes balancent moins d’insultes il ne s’agit pas de le nier. Et en tant que modos c’est aussi à nous et au public d’intervenir lorsque qqn fait preuve d’un comportement inapproprié. Idem IRL…

    Répondre
  2. Cautain 8 juillet 2021

    Pour Adrian : ” Certainement, il n’y à pas à insulter les femmes, mais reconnaitre que leur superficialité créé beaucoup des ennuis. ”

    ……comment est il possible en 2021 d écrire ce genre d ineptie ? ….

    Répondre
    1. Adrian 8 juillet 2021

      “2021” n’est pas argument.
      Comment démontrez vous que cela est ineptie?

      Répondre
  3. Adrian 8 juillet 2021

    Quant aux femmes…
    C’est un cercle vicieux. Disons que les femmes n’ont même comportement que les hommes, mais qu’en général, leur avancement dans le terrain de la vie commune représente un échec. Déjà parce que ces hommes insultants ont eu mère, institutrice. Donc, si le résultat final, l’adulte, n’est bon, il faut s’intéresser comment les femmes (mères, institutrices) font éducation à leurs enfants. A mon avis, il n’y a pas d’éducation, mais l’auto éducation par YouTube, médias, livres-films, bouche à l’oreille.
    Solution existe: que les femmes restent à la maison pour éduquer les enfants, ou faire l’inverse laissant l’homme à la maison et qu’elles travaillent, car même pour l’élevage des enfants est une industrie créé. Mais, c’est tout contraire, les femmes sont occupées avec l’émancipation est à démontrer qu’elles sont égales aux hommes, certaines faisant des travaux qui ne sont même pas nécessaires amplifiant une dépense d’énergie supplémentaire par travail et divorces.
    Certainement, il n’y à pas à insulter les femmes, mais reconnaitre que leur superficialité créé beaucoup des ennuis.

    Répondre
  4. Tivizio 8 juillet 2021

    Ceci est bien évidemment faux ! Comment peut-on se prétendre objectif en prétendant que l’agressivité est exclusivement masculine (exclusivement ?!?) sur les réseaux sociaux ? C’est ridicule et sexiste…

    Si vous voulez être objectif, prenez contact avec les différentes associations (et administrations) qui observent le cyber-harcèlement ou les incivilités sur Internet. Le constat est très simple :

    75 % des agressions/insultes concernent des femmes.
    80 % des agressions/insultes sont commises par des hommes (et donc : combien de % par les femmes .).

    Les ‘haters’ de genre masculin sont donc 4 fois plus nombreux : mais, cela concerne tout le monde…

    La cause : sans doute que les personnes stressées expriment différemment leur mal-être : certains se replient sur eux-mêmes et dépriment (les femmes sont plus sujettes à la dépression que les hommes) alors que les autres utilisent un exutoire comme l’incivilité, par exemple !

    Répondre
  5. Pierre 7 juillet 2021

    Ca n’a pas attendu les réseaux sociaux, c’est en 1985 que Renaud chantait son « dégoût des hommes et de leur morale guerrière » et rajoutait « dans cette putain d’humanité les assassins sont tous des frères, pas une femme pour rivaliser à part peut-être madame Thatcher »

    Répondre
  6. Epistemologue 29 juin 2021

    “Ce sont les mêmes profils qui tentent d’avoir raison dans le débat ENR/Nucléaire toute la journée sur les RS qui viendront vous dire que la sociologie, c’est pas vraiment une science. Pourtant, aux dernières nouvelles, les publications marchent de la même façon : système peer-review, débat, controverse, consensus, etc.” Bah non en fait, l’argument est pété. Peer-review, débat et controverse ne sont pas des éléments suffisants pour faire un domaine scientifique. Sinon la psychanalyse et la théologie sont aussi des sciences….
    Le problème de la scientificité des sciences sociales est un vrai sujet et il est d’autant plus présent dans les domaines qui ont émergés de la Critical Race Theory, confere l’affaire Sokal et Sokal au carré (https://en.wikipedia.org/wiki/Grievance_studies_affair).

    Répondre
  7. Matthieu 27 juin 2021

    Bonjour,

    Ça touche aux sujets que vous abordez. Je n’ai plus la source mais j’ai cru lire que les différents complots sont assez genrés, avec un sujet perçu comme technique vous allez attirer des hommes. Sur des sujets comme les vaccins, vous verrez passer plus de femmes (car ça a trait aux enfants).

    Je ne dis pas que le match est équilibré, mais si vous souhaitez vous faire aussi insulter par des femmes à propos du réchauffement climatique, abordez la question de limiter la natalité. Je crois savoir que ça n’est pas votre angle mais si vous avez besoin d’autres sujets polémique n’hésitez pas ! 🙂

    Répondre
  8. R 26 juin 2021

    Merci pour cet article. Je suis assez d’accord avec le fait qu’on devrait apprendre à s’informer avant de donner son avis et à pas toujours donner son avis (c’est peut-être ce que je devrais faire d’ailleur au lieu de poster ce commentaire 🙂 )
    Il manque selon moi deux aspects que tu aurais pu discuter. Le premier c’est que les commentaires de réseaux sociaux offrent une vue très biaisée: d’une part parce que c’est une très petite minorité d’hommes qui postent et d’autre part parce que leurs points de vue sont non représentatifs (un utilisateur de linkedin est en moyenne d’un milieu social aisé par exemple). Si on choisit de les lire et de s’y intéresser il faut essayer de débiaiser ces propos. L’autre aspect qui selon moi manque et sur lequel j’aimerais entendre des avis autre que le mien, c’est une fois qu’on a fait ce constat quelles sont les solutions qui peuvent être efficaces? Les deux extrêmes c’est de rien faire et simplement pas lire les commentaires ou de désactiver (quand c’est possible) les commentaires complétement. Entre les deux on peut le pointer du doigt (comme cet article) c’est déjà pas mal. Idéalement on résout le problème à la source en faisant changer d’avis ces gens (comme tu l’évoques) mais c’est à mon humble avis peine perdue et inefficace. Leur répondre c’est aussi à mon avis inutile et même au contraire ils se sentent renforcer dans leur virilité j’imagine. Pour moi (surtout) pour une personne avec un peu d’audience (journaliste, personalité, etc) mais aussi pour les autres, je pense que c’est utile de reporter tout commentaire abusif. ça peut paraître dérisoire et le commentaire n’est pas forcément supprimer mais petit à petit ça aura son effet parce que ça aide les réseaux à détecter les comptes abusifs et à les fermer.

    Répondre
  9. Nicolas 24 juin 2021

    Merci pour cet article. Trouver des formules qui font rire pour dire des comportements à pleurer. Tellement bien écrit, tellement pertinent… Bravo!
    C’est quoi la formation pour avoir un bac+5 en troll? 😉

    Répondre
  10. Ken 23 juin 2021

    Ton article m’a forcément fait penser à un livre qui est sorti récemment : « Le coût de la virilité » de Lucile Peytavin.
    Merci pour tes publications

    https://www.leparisien.fr/sentinelles/95-milliards-deuros-par-an-le-cout-des-mefaits-de-la-virilite-a-la-societe-05-03-2021-XEQ67O3A5ZC33C7VLARGMCU2NE.php

    Répondre
  11. C’est une plaie tout cela.

    Répondre
  12. Cautain 23 juin 2021

    Excellent article sur la connerie masculine des réseaux sociaux et pas que . Je dénonce cela sans écho depuis des années ds un deni généralisé . J affirme depuis des lustres que l homme au masculin est le vrai cancer de l humanité et que son effondrement en sera ineluctablement lié . Bien sûr on me dit au nez ……

    Répondre
    1. “l homme au masculin est le vrai cancer de l humanité”
      bel exemple de “commentaires agressifs et insultants”

      Répondre
      1. Cautain 26 juin 2021

        ” le mâle , cancer de l humanité ” ….Ben oui …..précisément , c est une réalité non acceptable pour ceux qui restent dans un deni généralisé , un tabou outrecuisant a ne pas dépasser car le cerveau ne peux l accepter . Cet article ne fait qu en refléter la partie visible qui cache l essentiel peu reluisant .
        Il suffit pourtant de regarder , sans parler le l histoire ” boucherie ” des siècles précédents , autour de soi ou d écouter la parole masculine très agressive sournoise où la compétition ( gagner en écrasant l autre ) , le sexe , le jeu , le fric , la domination , le sexisme , le racisme , la guérilla , le pouvoir a tout prix , abattre l autre , etc …. Sont monnaie courante et une ” hygiène ” de pensée toujours en cours.
        J y vois cependant deux exceptions catégorielles : les intellectuels en général et les artistes . Ceux la même qui précisément savent assumer leur riche part de féminité . Car aucune vraie masculinité ne peut exister sans une part de féminité assumée : la féminité est en réalité la vraie puissance du monde que le male depuis la nuit des temps s est évertué d écraser a tout prix …
        Il n y a aucune flèche ( le masculin ) de lancable au firmament sans un arc bien construit et solide ( le féminin ) . Le féminin c est le socle la base . . Sans les femmes le mâle n est rien , et c est bien ce qu il reste , rien : le responsable direct du futur effondrement dans lequel nous sommes déjà entré .
        Mais .. soyons bienveillant n est ce pas et aimons nous les uns les autres . ….

        Répondre
    2. Adrian 9 juillet 2021

      Sans arguments, c’est du vent.

      Écrivez des poèmes! Dans les fictions personne ne demande des arguments.

      Répondre
  13. Maude 22 juin 2021

    Bravo d’avoir abordé ce sujet avec ton audience. Je ne peux que conseiller de l’approfondir pour toutes les perdonnes qui sont curieuses ou même sceptiques. Il y a les podcasts et le livre des @couillessurlatable, ceux avec Francis Dupuis-Déri (dont Thinkerview), Un autre excellent que je suis en train d’écouter sur le spécisme et la masculinité (Nonvi radio), énormément de ressources faciles d’accès permettant de mettre le doigt sur des choses qu’on ne remarque et donc ne questionne pas, et qui pourtant contribuent à ne pas rendre ce monde meilleur pour toutes et tous.

    Répondre
  14. Linitaa 22 juin 2021

    Merci pour cet article et d’avoir le courage d’aborder ce sujet. Tout ça me rappelle une vidéo d’Heu?reka sur YouTube, lorsqu’il a publié “Les inégalités de salaires femme-homme”. Soudainement la vidéo a reçu bien plus de pouces baissés que ses autres vidéos, et le premier jour de la publication j’ai vu plus de commentaires sceptiques sur le thème traité qu’habituellement, et/ou quelques uns remettant en cause les sciences sociales sur les inégalités de genre iirc.
    “Pourquoi changer l’ordre établi depuis des millénaires ? Vous voyez bien que tout va pour le mieux non ? (Nous y reviendrons, ce sujet mérite un article entier).”
    Hâte de voir ça !

    Répondre
  15. Wolfgang Sourdeau 22 juin 2021

    Pour faire de la psychologie à bon marché (mais j’espère pas trop), de mon point de vue d’homme, c’est que c’est une question d’éducation et d’environnement. Un homme, ça ne pleure pas, c’est fort, ça domine, etc etc… Ça commence tôt, d’abord par les parents qui nous répriment ensuite nos camarades voir des papas qui nous narguent. Je ne sais pas si tous les jeunes garçons passent par là, mais pour ceux qui sont concernés. je suspecte qu’il y a un choix qui se fait entre le fait de s’en prendre dans la figure en continuant d’être droit dans ses bottes et le fait de devenir acteur de ces dynamiques sociales stupides et mortifères.
    Je crois qu’au fond d’eux, ceux qui choisissent ce chemin sont pris dans une dynamique sociale et ont peur d’être rejetés.

    Donc c’est l’inverse qu’il faut faire, les encourager à sortir d’eux-mêmes et assumer ce qu’ils ont dans le cœur et dans les tripes, et leurs montrer qu’il y a d’autres hommes qui vivent très bien sans se conduire comme des tdc.

    Concernant la viande, il y a un documentaire sur Netflix où le type qui était filmé expliquait, par rapport à la viande et au développement musculaire, qu’un bœuf c’était très fort et que pourtant ça ne mangeait pas de viande.

    Répondre
    1. Wolfgang Sourdeau 22 juin 2021

      Et j’ajouterais : un homme ça ne fait pas de compliment à un autre homme, sauf pour se foutre de lui. Pouvez-vous imaginer comme le monde serait tout de suite moins tendu si c’était possible?

      Répondre
  16. SabineNoucha 22 juin 2021

    Merci beaucoup pour tous ces articles ! J’aimais déjà beaucoup bon pote, mais depuis cette année, ce site prend vraiment à mes yeux une autre dimension ! Je l’utilise désormais pour ma veille au travail, et il est RARE qu’un article ne me donne pas envie 😉

    La route est longue en tout cas 😉

    Bonne journée

    Répondre
  17. PraiseTheSun 22 juin 2021

    Bonjour, quand je rencontre un type d’homme cité au sein de cet article, j’essaye de subrepticement conseiller la lecture de Marc-Aurèle ou Epictète. Ces deux là agissent comme une dose de sédatifs pour éléphants (testé et approuvé par moi même!)
    Y’a peu de chance que cette personne suivra le tip mais si c’est le cas c’est la manière la plus efficace de rapidement calmer les ardeurs de cette personne..
    Très bon article sur un sujet trop peu abordé d’ailleurs, merci !

    Répondre
  18. Marie.B 22 juin 2021

    Merci beaucoup pour cet article. Cela fait toujours plaisir quand des personnes – et notamment des hommes – prennent la parole sur ce sujet que beaucoup pensent éloigné des thématiques du climat/environnement alors que comme vous l’avez bien montré, ces sujets sont intimement liés.

    Répondre
  19. Piot 22 juin 2021

    Je suis enseignante-chercheure et fatiguée de cette pensée mainstream politique et médiatique qui est polarisée sur la stigmatisation des hommes et la guerre entre hommes et femmes. Encore un article qui met de l’huile sur le feu, sous couvert de propos scientifiques. Vous connaissez sans doute les propos tellement bienveillants, apaisants et constructifs d’Alice Caffin, qui se targue de l’étiquette éco-féministe. Cette mouvance est une insulte à l’être humain, dans son intelligence et sa sensibilité. Nous sommes majoritairement des mammifères décidément bien primitifs.

    Répondre
    1. PB 22 juin 2021

      Pertinent commentaire. Alice Caffin, j’exècre. Pas pour autant que je sois tout à fait en désaccord avec l’article. J’essaye de faire dans le “juste milieu”…

      Répondre
    2. Cyrille 22 juin 2021

      Bien d’accord avec vous Piot. Cette guéguerre imposée est aussi puérile que contre-productive. Les femmes aussi conduisent des SUV et je ne connais aucun dictateur célibataire. Pour autant le problème de fond n’est ni dans la conductrice ni dans l’épouse ou l’amante, ni dans la femme tout court.

      Répondre
    3. Cautain 23 juin 2021

      La première insulte de l être humain est de très loin le mâle . Il suffit d ouvrir les yeux et les oreilles tout simplement .
      C est bien lui le primitif qui n a en réalité jamais évolue ou si peu . Le machisme outrancier édulcoré est tj parfaitement bien présent ou déguisé .
      Ne pas voir ça est bien triste . Le déni n a pas de limite .
      Et le lien est absolument direct sans aucun détour entre le masculin et l effondrement qui s approche .

      Répondre
      1. b 23 juin 2021

        C’est un sujet majeur qu’un article de blog ne pourra traiter que partiellement.
        Il y a quand même des indicateurs. Quand nous avons formé une liste écologiste pour les municipales où je suis, nous avions beaucoup trop de femmes pour pouvoir respecter la parité. Il y a une sensibilité éco-feministe sans aucuns doutes.
        Le péril écologique c’est l’histoire de la prédation.

        Répondre
    4. Toto 23 juin 2021

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Puisqu’on me répète à longueur de temps que je suis un homme toxique, le mal, le méchant, etc… j’ai décidé de prôner le séparatisme, comme d’ailleurs Alice Coffin… Je n’y vois aucun intérêt, mais la société m’y oblige. Tant pis pour elle! (Autour de moi, il y a des femmes aussi toxiques, mais pas sur les réseaux sociaux, pourquoi vous restreindre aux réseaux ? Pensez vous sincèrement que les femmes sont meilleures que les hommes ? Aucune femme autour de moi ne le dirait… Quel intérêt avez vous à le faire croire? Êtes vous contre la liberté d’expression ? Votre manichéisme est fondamentalement totalitaire…)

      Répondre
      1. Cautain 24 juin 2021

        Encore un bel exemple ( toto) de déni partisan qui protège bien sa caste masculiniste . Effarant . Le doc de arte #sale pute , hier soir , doit être pure invention de journaliste …..

        Répondre
        1. toto 27 juin 2021

          Cqfd!…

          Répondre
      2. Nicolas 25 juin 2021

        “Puisqu’on me répète à longueur de temps que je suis un homme toxique”

        Et du coup vous n’en concluez à aucun moment qu’un peu d’auto-critique serait bienvenue ?

        Répondre
        1. Titi 26 juin 2021

          Cqfd…

          Répondre
          1. toto 27 juin 2021

            “un peu d’auto-critique serait bienvenue ?”: oui, on avait compris, dans un camp de rééducation?… Avec vous, aussi toxique que moi, à priori? Super!

            Répondre
          2. Nicolas 28 juin 2021

            Ça va pas bien quand-même hein 😂 Flash News : on n’est pas obligé d’envoyer les gens en camp de rééducation pour qu’ils progressent. Ils peuvent même le faire… suspense… tadaaaam !! Tout seuls 😀
            Ça devrait vous plaire comme notion, le self-made man, le dépassement de soi, tout ça tout ça. Il suffit de se poser, d’étudier les arguments de chacun, de prendre un peu de recul sur ses propres réactions, se demander d’où elles viennent, pourquoi elles sont si violentes ? Parce que quand on est sur la défensive comme ça, ça en dit plus sur nous-même que sur celui d’en face. Allez, courage. Je vous souhaite ce chemin, pour vous comme pour vos proches.

            Répondre
          1. Nicolas 28 juin 2021

            Que c’était pénible comme visionnage… Les fameux “turbo-rationnels” qui s’accordent le monopole de la rationalité, et qui renient tout un pan de la science : les sciences sociales. Mais eux ne sont pas du tout dans l’émotion hein, noooon, un mec à qui on répète qu’il est toxique sa réaction n’est absolument pas dictée par la colère ou l’orgueil, ça c’est réservé aux vilains SJW 🙂

            Trêves de sarcasmes, bien sûr qu’il y a des abus, mais il y a aussi un vrai système. Par exemple, balayer d’un revers de main le fait que la justice puisse effectivement être biaisée, ça ne me paraît pas très rationnel quand on voit la proportion de femmes ou de racisés parmi les juges et le procureurs…

            Vous pouvez rester sur vos acquis, vous réfugier auprès de Papacito et virer full mascu débile, ou bien vous remettre au moins un peu en question, interroger la possibilité que PEUT-ÊTRE vous ayez une part de responsabilité dans ce jugement (et attention, c’est pas dit, peut-être êtes-vous parfait et ce sont ceux qui vous jugent qui se trompent, c’est très impropbable, mais c’est pas impossible) et progressez. En plus se remettre en question c’est courageux, responsable, c’est prendre sa situation en main, bref c’est viril 🙂

            Répondre
          2. Obama 30 juin 2021

            L’ancien président des États-Unis Barack Obama a montré son opposition à la course à la pureté (justesse) idéologique des personnes se revendiquant « woke », qu’il juge contre-productive, ayant déclaré : « Cette idée de pureté et le fait que vous ne soyez jamais compromis et que vous soyez politiquement Woke (réveillé), et tout ça – vous devriez vous en remettre rapidement. Le monde est en désordre. Il y a des ambiguïtés. Les gens qui font de très bonnes choses ont des défauts. Des gens avec qui vous vous battez peuvent aimer leurs enfants et même, vous savez, partager certaines choses avec vous ». Barack Obama critique également les stratégies déployées en ligne par certains militants et intellectuels, s’inquiétant de cette tendance Woke, particulièrement au sein des campus universitaires : « Il y a des gens qui pensent que pour changer les choses, il suffit de constamment juger et critiquer les autres », en l’illustrant par un exemple : « Si je fais un tweet ou un hashtag ou une interview ou un livre sur ce que tu as fait de mal, ou sur le fait que tu as utilisé le mauvais mot ou le mauvais verbe, alors après je peux me détendre et être fier de moi, parce que je suis super “woke” parce que je t’ai montré du doigt. Mais ce n’est pas vraiment de l’activisme. Ce n’est pas comme ça qu’on fait changer les choses. » Obama ajoute encore : « Si tout ce que vous faites c’est de jeter des pierres (sur les réseaux sociaux ou dans les médias ou dans les livres notamment), vous n’irez probablement pas très loin ».
            Personnellement, ne vous en déplaise, je suis sur la même ligne que l’ex-président Obama, qui je suppose n’est pas plus masculiniste que moi, qui ne le suis d’ailleurs pas, et avec qui je partage le même bon sens. Je suis CONTRE toute idéologie, comme lui, et d’ailleurs, je la fuis, car elle essaie tout simplement de tordre la réalité qui, un jour, va se réimposer, car c’est naturel… Et pour finir, je n’ai absolument rien compris à votre verbiage ci-dessus qui prouve en fait que vous êtes complètement manipulé par votre idéologie mortifère: redescendez sur terre, et laissez les autres tranquille, ils feront tout aussi bien leur Bonheur sans vous, il y a plein de littérature sur comment être heureux en étant caché, ou sur l’éloge de la fuite… Moi-même, ici, dans ma cabane en Sibérie, au bord du lac Baîkal, au milieu des ourses, je me porte très bien sans vous, sans votre souci de pureté surtout pour les autres (Et pour vous? Hypocrite, va…): vous m’avez compris, ou pas? Je suis désolé, mais le séparatisme à la mode féministe (Alice Coffin: très bonne idée! Enfin une MGTOW au féminin…) ou la fuite loin de votre idéologie toxique me conviennent très bien!!! ce qui compte c’est d’être heureux, pas d’être égalitariste avec son voisin… La justice sociale c’est de l’envie, de la jalousie et de la convoitise enrobées de rhétorique ou d’idéologie! Croyez moi, ce n’est pas l’égalité qui peut rendre heureux, mais la liberté!… (Lire Soljenytsine sur le sujet…). Ah ah ah ah!!….

            Répondre
          3. Nicolas 1 juillet 2021

            La pureté militante est une posture très nocive, pour les milieux militants eux-même. C’est d’ailleurs ça la cancel culture, la vraie (et pas le fait de boycotter des livres) : certains militants se retrouvent exclus et systématiquement dénigrés par leurs homologues parce qu’ils ne sont pas assez “purs”. Ça donne des scissions très nulles dans les milieux militants féministes/LGBT principalement, parce qu’ils n’ont pas tous les même définitions.

            Mais c’est un peu facile de prendre ça comme prétexte pour invalider tout le féminisme et les discussions autour de la masculinité toxique. Parce que s’il y a bien UN truc sur lequel N’IMPORTE QUEL militant féministe (même les TERF, surtout elles d’ailleurs), LGBT, whatever, se retrouvera, c’est bien sur cette notion.
            Donc c’est assez rigolo de venir se servir de leurs points de désaccord pour disqualifier l’un des points où justement TOUS s’accordent 🙄

            Répondre
          4. tete 30 juin 2021

            “En plus se remettre en question c’est courageux, responsable, c’est prendre sa situation en main, bref c’est viril”: certes, mais quid des femmes alors? Et si en plus vous me dites que la virilité est toxique, j’y pige quedalle… Vous essayez donc de me dire que le féminisme c’est donner des avantages et des cadeaux aux femmes et plus de responsabilités et de contraintes pour les hommes? Excusez moi, mais je fuis votre féminisme!!…

            Répondre
          5. Nicolas 1 juillet 2021

            « donner des avantages et des cadeaux aux femmes » non ça c’est la journée de la femme vue par les média 😂
            « et plus de responsabilités et de contraintes pour les hommes? » non, toujours pas.
            Il s’agit de redistribuer les privilèges (notamment le privilège de ne pas avoir peur de se faire violer dans le rue le soir, le privilège de pouvoir ouvrir sa gueule n’importe où n’importe quand sans être taxé d’hystérique, etc…). Et globalement, comme toujours, cette discussion se résume à une phrase maintenant célèbre : « Lorsque vous êtes habitué au privilège, l’égalité a le goût de l’oppression. »

            Il faut vraiment faire l’effort de s’interroger sur cette phrase, “check your privileges” comme ils disent. N’empêche que c’est vrai.

            Répondre
  20. Keskhya 22 juin 2021

    Merci pour ton article. Je ne peux que partager ton avis sur la masculinité toxique.
    J’ai du faire un gros travail sur moi pour changer mon comportement. Et j’ai beaucoup de peine pour ces gens qui ne voient les relations que comme un jeu de dominance et non d’échange (c’est ce qui les caractérise le plus à mon avis).
    Bonne continuation

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS