Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Tour du monde en avion : comment brûler la planète pour des selfies

Publication :
tour du monde en avion vignette article crédit Brian Tromp
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article

Faire un tour du monde en avion en 2023 et s’en vanter sur les réseaux sociaux est-il une bonne idée ? Pardon, reposons la question autrement : est-ce une bonne idée de faire un tour du monde en avion en 2023 alors que les canicules, inondations, sécheresses et mégafeux s’enchainent à cause du changement climatique ?

Vous pourriez penser qu’aujourd’hui, tout le monde sait à quel point prendre l’avion participe au réchauffement climatique. C’est très, très loin de la vérité. Avoir déjà entendu que c’était pas super, oui, c’est possible. Mais savoir que c’est le moyen le plus efficace (donc le pire) pour exploser son empreinte carbone en quelques heures, c’est une autre affaire. C’est pour cela qu’un simulateur existe, et vous permet de connaître le résultat en 3 clics.

L’objectif de cet article est de donner les ordres de grandeur, et de montrer pourquoi faire un tour du monde en avion est vraiment problématique. Si cela permet de mettre des drapeaux de tous les pays visités sur son compte Instagram ou Tinder, ce n’est pas sans conséquence.

C’est quoi exactement, un tour du monde en avion ?

Pour devenir un tourdumondiste (oui, ce terme existe), vous avez deux solutions. Soit un billet ‘tour du monde’, soit prendre un billet pour chaque destination. Les deux solutions présentent chacune des avantages et des inconvénients, notamment la flexibilité et le coût.

Le montant du ou des billets oscille en moyenne entre 2 000 et 5 000€, et peut aller jusqu’à 20 000€ si vous voulez vous déplacer en classe affaire, ce qui augmente par ailleurs votre empreinte carbone. C’est également valable pour le ferry, le train, la voiture, etc. : plus votre confort est grand, plus vous prenez de l’espace, plus l’empreinte carbone du voyage vous sera attribuée. Logique simple : si au lieu de mettre deux sièges dans un avion, il n’y en a plus qu’un ‘confort’, c’est plus de kérosène consommé pour cette personne.

Après une recherche rapide, un tour du monde en avion correspond en moyenne à 15 escales, pour une distance entre 46 000 à 61 000 kilomètres. Nous utiliserons ici ces chiffres, bien que si vous interrogez des personnes qui ont déjà fait un tour du monde, il sera rare d’avoir exactement le même trajet ou distance.

Faire un tour du monde et s’en vanter sur les réseaux sociaux

Faire un tour du monde en avion ne s’arrête généralement pas à l’idée de découvrir d’autres pays et cultures. C’est un marqueur social puissant, s’occuper de sa bucket list, l’occasion de le mettre en avant sur les réseaux sociaux, son réseau professionnel ou personnel. Un marqueur social avant tout de privilégiés.

Rappelons que 90% des humains vivant sur Terre n’ont jamais pris l’avion, et 1% sont responsables de 50% des émissions du trafic aérien. Nous pourrions rappeler que près de 40 % des Français ne partent pas en vacances en 2023. Si vous faites un tour du monde et que vous en avez les moyens, vous faites sans aucun doute partie des plus privilégiés. Avoir le temps, l’argent, et la possibilité de l’entreprendre n’est pas donné à tout le monde.

Pour illustrer la totale déconnexion entre l’urgence climatique et les discours, voici un texte posté sur Linkedin la semaine dernière. Celui-ci est pris en exemple ici, c’est loin d’être un cas isolé sur ce réseau professionnel (de l’enfer).

Source : Linkedin

Si vous n’avez pas bondi en lisant, c’est probablement que vous ne connaissez pas encore les ordres de grandeur, et il est alors fortement recommandé de prendre cinq minutes et de simuler votre empreinte carbone.

Autrement, vous avez peut-être lu “j’ai explosé mon budget carbone, mais je bois dans une gourde“. Le fait de dire “je fais X donc je peux faire Y” est digne de Roxane Bobo dans le diner du siècle, qui dit qu’elle n’a pas d’enfant donc elle peut prendre l’avion autant qu’elle le souhaite…

Quel est le bilan carbone d’un tour du monde ?

Les sites qui vendent des billets pour faire le tour du monde en avion évoquent parfois l’impact sur le changement climatique ou sur l’environnement, mais en visitant les sites les plus connus, il est extrêmement rare d’avoir une source chiffrée, ni une explication concrète des conséquences d’un tour du monde. Les mots “climat” et “environnement” sont même absents de la page du Routard sur les billets du tour du monde en avion.

Pour connaître l’empreinte carbone d’un tour du monde en avion, nous avons utilisé notre simulateur d’empreinte carbone avion, en faisant des hypothèses :

  • Sachant que la distance est en moyenne entre 46 000 et 61 000km, nous pouvons prendre l’équivalent de 5 allers-retours Paris-New-York, soit 58 340km en avion.
  • En prenant une valeur moyenne entre 2 et 3 sur les effets hors CO2, donc 2,5
  • Rappelons que plus il y a d’escales, plus cela émet du CO2 (l’empreinte est plus forte par kilomètre sur les trajets courts). Le résultat final sera sûrement sous-estimé si nous prenons des allers-retours Paris-NY, sachant que cela ne représente que 10 vols, et qu’il y en a plutôt 15 en moyenne.

Pour un total de 58 340km, et avec un coefficient multiplicateur de 2,5 pour les effets non CO2, on obtient alors la valeur de 1,9 tonne x 5 = 9,5 tonnes.

9,5 tonnes de CO2eq, c’est environ l’empreinte carbone moyenne ANNUELLE d’un Français, et au moins 5 fois trop si nous souhaitons respecter l’Accord de Paris. En revanche c’est parfait si nous souhaitons rendre une partie de la planète inhabitable. Ajoutez ensuite tous les déplacements jusqu’aux aéroports, les autres déplacements, l’alimentation, le logement, l’achat des souvenirs, vos vêtements, etc.

Vous imaginez désormais afficher fièrement votre tour du monde en avion sur les réseaux sociaux et dire que vous n’avez utilisé que deux paires de chaussures ?

Comment limiter l’impact environnemental de son tour du monde ?

Un monde neutre en carbone ne veut pas dire ne plus voyager. L’objectif de toute personne qui entreprend de faire un tour du monde devrait être de réduire au maximum son empreinte carbone, et plus globalement son empreinte environnementale. Ainsi, vous pouvez :

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

12 Responses

  1. Je partage largement le fond du propos, par contre il y a un détail qui me gêne BEAUCOUP.

    “Rappelons que 90% des humains vivant sur Terre n’ont jamais pris l’avion” => Ce chiffre est grossièrement faux.

    La source que tu cites ne contient pas cette affirmation, au contraire : “The estimate is thus that the share of the world population that flew in 2018 is 11.1%”
    11% des humains ont pris l’avion *rien qu’en 2018*, donc fatalement bien plus au total. Et encore ça date de 2018, qui sait combien de centaines de millions de primo-volants il y a eu depuis.

    Donc Thomas, si tu me lis, je te prie de supprimer toute référence à ce chiffre (quitte à le remplacer par une périphrase qui ne mange pas de pain du genre “la majeure partie des humains n’a jamais pris l’avion”) dans cet article, dans les autres articles sur l’avion où il apparaitrait, et de ne plus en faire mention dans tes diverses publications à venir.
    Au nom de la lutte contre la désinformation que tu mènes tous les jours, et surtout au nom de tout le mal que peut faire chacune de nos approximations une fois récupérée et retournée contre nous par la meute antiécologiste.

    À part ça, merci pour la quantité et la qualité du boulot étalé <3

  2. La photo d’illustration me donne envie de partir à Tahiti ? Maldives ? Seychelles ? Philippines ? Bon bah se sera les 4 pour commencer jusqu’à ce que je retrouve l’endroit !

  3. Comme d’habitude on relèvera que ceux qui veulent contraindre le citoyen lambda sont ceux qui n’ont pas les couilles d’emmerder les patrons qui prennent leur avion perso pour n’importe quelle raison, ni les couilles de faire chier aux politiques qui bouffent encore du fric à la pelle parce qu’ils ont tenu tel ou tel mandat.
    Le tour du monde du petit citoyen qui en a les moyens vous emmerde ?
    Très bien, je m’en programme un pour l’année prochaine et vous pouvez sortir vos mouchoirs car je m’en bats les couilles de votre réchauffement climatique. La Terre disparaitra et tout le monde avec. Vous vous croyez éternels ? Bande de cons va. On va tous crever et vous feriez mieux de vous y préparer.

    1. Le réchauffement climatique n’appartient à personne il est là, il existe, c’est un fait et il est prouvé que les activités humaines en sont responsable. Effectivement on est mortel, mais avant de mourir, comment-veut-on vivre ? Dans un monde apocalyptique ou dans un monde où l’on tente de réduire les souffrances ?

  4. Une précision évidente pour toi mais je propose d’aller vraiment au bout du raisonnement pour expliquer pourquoi la classe affaires a plus d’impact :
    Si un avion qui a une empreinte de 1000 est utilisé pour un voyageur (jet privé) ce voyageur aura une empreinte de 1000 ; si 100 voyageurs (classe affaires) chacun aura une empreinte de 10 et si 333 voyageurs (classe éco), chacun 3.
    Donc plus on voyage avec un grand niveau de confort, plus on prend de la place (même logique pour la cabine du ferry) et plus on prend une grande part au moment de “partager” l’empreinte carbone du trajet de l’avion entre les passagers

  5. Équivalent à 1 an d’émission moyenne d’un français. : Donc la nana qui dit qu’elle n’a pas d’enfant donc elle peut faire le tour du monde a raison : elle peut faire 1 tour du monde par an.

    1. L’émission moyenne d’un français par an actuellement c’est trop, il faut le diviser par 2 pour 2030 et par 6 pour 2050. Donc non pas de tour du monde en avion par an, avec ou sans enfant !

    2. non … elle va aussi vivre le reste de l’année
      En supposant qu’elle a le mode de vie le reste de l’année au niveau de la moyenne des Français, son bilan avec son tour du monde sera donc deux fois la moyenne

      Et en plus Emmanuel a raison; rien que une fois est déjà trop.

  6. sujet bof- on s’en fout puisque pour le reste du temps a vivre.
    La population mondiale décroit alors a quoi sert votre empreinte carbone quand l’humain ne sera plus de ce monde.

    D’autres sujets sont plus grave : la misère des peuples est d’actualité.

    1. Après vous, viendront vos enfants et vos petits enfants, et les générations futurs. De plus, il faut entretenir la Terre pour la biodiversité qui l’habite actuellement.
      En ce qui concerne la misère des peuples, sachez que le réchauffement climatique en est une des raisons. Le réchauffement climatique rendant invivable certaines zones du planisphère contraint des populations à quitter leur pays pour s’installer ailleurs. C’est ce qu’on appelle les migrations climatiques.
      De plus, la hausse des températures et la diminution des ressources en eau ont un impact sur l’agriculture, donc la sécurité alimentaire et ainsi la santé des populations.

  7. ce qui est hallucinant, c est qu une simple taxation du kérosène permettrait de freiner ce phénomène… et de faire gagner “un pognon de dingue” à nos gouvernement….

  8. Quelle gloire y a t’il à faire un tour du monde en avion ? C’est un peu comme se vanter de monter au sommet de l’Empire State Building en prenant l’ascenseur. On doit pouvoir le faire en montant les escaliers, ce qui est une performance un peu plus impressionnante ; comme d’autres font le tour du monde à vélo et font probablement moins le buzz.

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Thomas Wagner
Prendra sa retraite quand le réchauffement climatique sera de l’histoire ancienne

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

12 Responses

  1. Je partage largement le fond du propos, par contre il y a un détail qui me gêne BEAUCOUP.

    “Rappelons que 90% des humains vivant sur Terre n’ont jamais pris l’avion” => Ce chiffre est grossièrement faux.

    La source que tu cites ne contient pas cette affirmation, au contraire : “The estimate is thus that the share of the world population that flew in 2018 is 11.1%”
    11% des humains ont pris l’avion *rien qu’en 2018*, donc fatalement bien plus au total. Et encore ça date de 2018, qui sait combien de centaines de millions de primo-volants il y a eu depuis.

    Donc Thomas, si tu me lis, je te prie de supprimer toute référence à ce chiffre (quitte à le remplacer par une périphrase qui ne mange pas de pain du genre “la majeure partie des humains n’a jamais pris l’avion”) dans cet article, dans les autres articles sur l’avion où il apparaitrait, et de ne plus en faire mention dans tes diverses publications à venir.
    Au nom de la lutte contre la désinformation que tu mènes tous les jours, et surtout au nom de tout le mal que peut faire chacune de nos approximations une fois récupérée et retournée contre nous par la meute antiécologiste.

    À part ça, merci pour la quantité et la qualité du boulot étalé <3

  2. La photo d’illustration me donne envie de partir à Tahiti ? Maldives ? Seychelles ? Philippines ? Bon bah se sera les 4 pour commencer jusqu’à ce que je retrouve l’endroit !

  3. Comme d’habitude on relèvera que ceux qui veulent contraindre le citoyen lambda sont ceux qui n’ont pas les couilles d’emmerder les patrons qui prennent leur avion perso pour n’importe quelle raison, ni les couilles de faire chier aux politiques qui bouffent encore du fric à la pelle parce qu’ils ont tenu tel ou tel mandat.
    Le tour du monde du petit citoyen qui en a les moyens vous emmerde ?
    Très bien, je m’en programme un pour l’année prochaine et vous pouvez sortir vos mouchoirs car je m’en bats les couilles de votre réchauffement climatique. La Terre disparaitra et tout le monde avec. Vous vous croyez éternels ? Bande de cons va. On va tous crever et vous feriez mieux de vous y préparer.

    1. Le réchauffement climatique n’appartient à personne il est là, il existe, c’est un fait et il est prouvé que les activités humaines en sont responsable. Effectivement on est mortel, mais avant de mourir, comment-veut-on vivre ? Dans un monde apocalyptique ou dans un monde où l’on tente de réduire les souffrances ?

  4. Une précision évidente pour toi mais je propose d’aller vraiment au bout du raisonnement pour expliquer pourquoi la classe affaires a plus d’impact :
    Si un avion qui a une empreinte de 1000 est utilisé pour un voyageur (jet privé) ce voyageur aura une empreinte de 1000 ; si 100 voyageurs (classe affaires) chacun aura une empreinte de 10 et si 333 voyageurs (classe éco), chacun 3.
    Donc plus on voyage avec un grand niveau de confort, plus on prend de la place (même logique pour la cabine du ferry) et plus on prend une grande part au moment de “partager” l’empreinte carbone du trajet de l’avion entre les passagers

  5. Équivalent à 1 an d’émission moyenne d’un français. : Donc la nana qui dit qu’elle n’a pas d’enfant donc elle peut faire le tour du monde a raison : elle peut faire 1 tour du monde par an.

    1. L’émission moyenne d’un français par an actuellement c’est trop, il faut le diviser par 2 pour 2030 et par 6 pour 2050. Donc non pas de tour du monde en avion par an, avec ou sans enfant !

    2. non … elle va aussi vivre le reste de l’année
      En supposant qu’elle a le mode de vie le reste de l’année au niveau de la moyenne des Français, son bilan avec son tour du monde sera donc deux fois la moyenne

      Et en plus Emmanuel a raison; rien que une fois est déjà trop.

  6. sujet bof- on s’en fout puisque pour le reste du temps a vivre.
    La population mondiale décroit alors a quoi sert votre empreinte carbone quand l’humain ne sera plus de ce monde.

    D’autres sujets sont plus grave : la misère des peuples est d’actualité.

    1. Après vous, viendront vos enfants et vos petits enfants, et les générations futurs. De plus, il faut entretenir la Terre pour la biodiversité qui l’habite actuellement.
      En ce qui concerne la misère des peuples, sachez que le réchauffement climatique en est une des raisons. Le réchauffement climatique rendant invivable certaines zones du planisphère contraint des populations à quitter leur pays pour s’installer ailleurs. C’est ce qu’on appelle les migrations climatiques.
      De plus, la hausse des températures et la diminution des ressources en eau ont un impact sur l’agriculture, donc la sécurité alimentaire et ainsi la santé des populations.

  7. ce qui est hallucinant, c est qu une simple taxation du kérosène permettrait de freiner ce phénomène… et de faire gagner “un pognon de dingue” à nos gouvernement….

  8. Quelle gloire y a t’il à faire un tour du monde en avion ? C’est un peu comme se vanter de monter au sommet de l’Empire State Building en prenant l’ascenseur. On doit pouvoir le faire en montant les escaliers, ce qui est une performance un peu plus impressionnante ; comme d’autres font le tour du monde à vélo et font probablement moins le buzz.

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

Pour une presse qui brave demain, votre soutien compte aujourd'hui.

Bon Pote repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs en tant que média indépendant. Chaque jour, notre équipe s’efforce d’offrir un contenu précis, de haute qualité, et accessible à tous, afin d’éclairer les enjeux majeurs de notre futur.

À lire également