Julian Assange lanceur d alerte avant et après

Lanceur d’alerte : cela vaut-il vraiment le coup ?

Qu’ont en commun Snowden, Assange, Manning et Erin Brockovitch ? Ils sont tous lanceurs d’alerte. Et quelle caractéristique partagent-ils ? Ils ont tous vécu un enfer lorsqu’ils/elles ont eu le courage de révéler des scandales, parfois planétaires. Entre ceux et celles qui ont perdu leur emploi, ceux qui ont subi un harcèlement moral pendant des années, des menaces… Ou ceux qui en sont venus au suicide comme le lanceur d’alerte Gary Webb : le sort des lanceurs d’alerte n’est pas toujours très enviable. Leur vie bascule, alors qu’ils œuvrent pourtant au nom de l’intérêt général, en faisant leur devoir de citoyen. Est-ce que cela vaut vraiment le coup de tout perdre et de vivre un enfer, au nom de la démocratie ?

Qu’est ce qu’un lanceur d’alerte ?

Selon le conseil de l’Europe, un lanceur d’alerte est ‘toute personne qui fait des signalements ou révèle des informations concernant des menaces ou un préjudice pour l’intérêt général dans le contexte de sa relation de travail, dans le secteur public ou privé‘. Cette définition date de 2014, et n’apporte pas de définition très claire sur les activités ciblées. Le périmètre est par conséquent très large : cela peut aller de l’erreur judiciaire, à la corruption, au crime… Mais peut tout aussi bien concerner la santé publique ou l’environnement.

En avril 2016, les députés européens ont voté (591 voix pour/653 votants) pour une meilleure protection des lanceurs d’alerte dans toute l’Union Européenne. Il existe en effet de grandes disparités au sein de l’Europe concernant le statut des lanceurs d’alertes. Certains pays sont en avance, et d’autres, en retard, comme la Hongrie, ou… La France, qui a tenté de diminuer la portée de la protection offerte par ce texte lors des débats (soyons fiers de nos politiques…).

Suite à ce vote, chaque pays avait ensuite deux ans pour appliquer la loi à l’échelle nationale. Avant de rentrer en détails dans le texte de loi français, faisons un petit tour d’horizon des lanceurs d’alerte les plus connus… En prenant soin de préciser leur état après la révélation du scandale.

Qui sont les lanceurs d’alerte les plus connus ?

Pour rester concis, et parce qu’il y en a potentiellement des centaines, j’ai listé les 10 noms qui sont le plus souvent revenus dans la presse . Pour la plupart, il existe reportages, livres, et parfois même des films sur le sujet. Libre à vous de creuser, chaque histoire pouvant à la fois vous donner envie de vomir, et/ou vous redonner espoir en l’espèce humaine.

1. Edward Snowden, la CIA et la NSA

Commençons par Snowden, puisque son cas est un cas d’école. Cet ancien sous-traitant de la NSA avait dévoilé en 2013 l’ampleur du système de surveillance de masse établi par les Etats-Unis dans le monde. Il avait pour cela dérobé des documents secrets à son employeur et les avait transmis à des journalistes.

Edward Snowden, le plus connu des lanceurs d'alerte
Comment ça, on surveille mes conversations Whatsapp ?

Il a ce double trait de caractère qui caractérise tous les lanceurs d’alerte : considéré par les uns comme un traître, adulé par les autres. Persona non grata aux Etats-Unis, il ne peut pas rentrer sans être jugé (et très certainement condamné). Par ‘chance’, Vladimir est assez gentil pour l’accueillir depuis plus de 5 ans dans son pays. Sympas ces russes.
NB : son livre sort le 17 septembre en France !

2. Julian Assange, wikileaks

Créateur de Wikileaks, Assange est un des lanceurs d’alerte les plus médiatisés au monde. Il compte de nombreux fans, dont l’Etat américain, qui n’a pas apprécié qu’on publie des vidéos de l’armée américaine en train de tuer des civils en Irak. Depuis, il fait l’objet de poursuites judiciaires, et vit un enfer (cf sa tête en sortant de l’ambassade équatorienne en avril 2019).
Je vous recommande vivement ce reportage d’Arte très bien fait pour comprendre les tenants et aboutissants de cette affaire.

3. Liu Xiabo, lanceur d’alerte en Chine

Prix Nobel de la paix en 2010 pour ses efforts durables et non violents en faveur des droits de l’homme en Chine, Liu Xiabo a été en prison une bonne partie de sa vie. Quelle idée Liu, de dénoncer des chars qui écrasent des étudiants ? La chine est pourtant un exemple de démocratie ! Pour info, Il meurt d’un cancer en juillet 2017, en étant encore emprisonné . Il est le deuxième lauréat du prix Nobel de la paix à mourir privé de liberté après le journaliste Carl von Ossietzky, alors détenu par les nazis. Cela en dit long sur le niveau de démocratie chinoise.

4. Stéphanie Gibaud, UBS

Tout allait bien pour Stéphanie, jusqu’à ce qu’elle dénonce la fraude fiscale de plusieurs milliards de la banque UBS. S’en suivent harcèlement moral, licenciement, RSA… Que des choses sympas quand on touche aux très éthiques banques suisses ! Je vous recommande son interview sur la chaine thinkerview, si vous voulez vraiment comprendre l’enfer qui peut vous attendre si vous dénoncez des raclures.

5. Antoine Deltour contre le gouvernement luxembourgeois

Soupçonné d’être à l’origine de la divulgation d’un système d’optimisation fiscale à grande échelle (‘LuxLeaks‘), A.Deltour a été poursuivi pour ‘violation du secret des affaires’. Il a tout de même été reconnu lanceur d’alerte en 2018 par la justice luxembourgeoise.
J’en profite pour embrasser bien fort mes amis qui vivent au Luxembourg, qui y vivent très certainement pour la beauté des paysages

6. Gary Webb : la CIA et la drogue

Gary Webb est un modèle du journalisme d’investigation. Il a remporté le prix Pulitzer en dénonçant l’implication de la CIA dans différents trafics de drogue. Son livre ‘Dark Alliance’ est très complet et ne laisse absolument pas de place au doute. Je me rappelle avoir été impressionné de la précision de son travail et des dizaines de noms donnés.

La CIA, grande copine de l’Amérique Centrale et de ses vendeurs de produits récréatifs

Evidemment, quand on révèle que la CIA a distribué du crack dans les banlieues noires de Los Angeles, on ne se fait pas que des amis. La suite, on la connaît : harcèlement moral, pressions de sa hiérarchie, puis ‘suicide’. Reste à savoir si c’est le même genre de suicide que notre ami Epstein.

7. Marty Baron et les journalistes du Boston Globe

En 2001, une victime d’un acte de pédophilie commis par un prêtre du diocèse de Boston parle aux quatre journalistes de Spotlight, la cellule d’investigation du quotidien Boston Globe. Avec le soutien de leur rédacteur en chef Marty Baron, ces derniers mettent en cause 90 des prêtres de Boston, malgré les nombreuses portes fermées par les pouvoirs locaux. Leur combat a été récompensé par un prix Pulitzer, et adapté au cinéma. Rare exception, il est en vie, et en bonne santé !

8. Chelsea Manning et l’armée américaine

Chelsea Manning était analyste du renseignement dans l’armée américaine en Irak. Elle avait accès à des bases de données classifiées contenant des vidéos, des câbles diplomatiques et des journaux de guerre de l’Afghanistan et de l’Irak, qu’elle a remis à Wikileaks. Une partie du contenu décrit en détail les crimes de guerre américains en Irak, y compris l’assassinat de journalistes de Reuters et de ceux qui ont aidé les blessés.

Chelsea Manning a parlé à une connaissance en ligne de ses actions, ce qui a entraîné sa capture. Elle n’a écopé que de 35 ans de prison ! En 2017, la peine a été réduite à sept ans par le président Obama, et elle a été libérée la même année.
Moralité de l’histoire : faites attention à qui vous vous confiez sur internet.

9. Erin Brockovitch contre la Pacific gas & electric company

En 1991, cette assistante juridique d’un cabinet d’avocat commence à enquêter sur la Pacific gas & electric company (PG&E). Elle découvre que l’entreprise utilise du chrome hexavalent, un anti corrosif très toxique qui a contaminé le réseau d’eau potable de la ville d’Hinkley en Californie, responsable de nombreux cancers. Au total, les 660 plaignants réunis par Erin Brockovich obtiendront 333 millions de dollars de dommages et intérêts.

Depuis, forte de la renommée qui lui a valu un film sur son histoire, la militante a fondé Brockovich Research & consulting, qui poursuit l’instruction d’affaires similaires.

10. Khashoggi et l’Arabie Saoudite

Jamal Khashoggi est un journaliste saoudien, assez fou pour critiquer le régime Saoudien, devenu de plus en plus totalitaire sous Mohammed Ben Salmane. J’adore cette affaire car la télé française n’en parle pas, Macron fait comme s’il était sourd… C’est bien trop important de faire de l’argent en vendant des armes ! Il faut bien que l’Arabie Saoudite se défende contre les méchants Yéménites. Si vous souhaitez joindre Jamal, cela va être un peu difficile, il a été coupé en morceaux par un commando saoudien en Turquie.

10.5 bonus : Roberto Saviano et la mafia Napolitaine

Je ne pouvais pas faire une liste sans parler de Roberto Saviano. Né en 1979 à Naples, l’écrivain et journaliste italien Saviano s’est rendu célèbre pour avoir décrit précisément les milieux mafieux dans ses écrits et articles, en particulier dans son œuvre Gomorra, dans laquelle il décrit celui de la Camorra. Son livre est un chef-d’oeuvre ! En le lisant, je me rappelle m’être demandé s’il allait finir l’année, étant donné qu’il donne tous les noms de la mafia Napolitaine. Fort heureusement, il est encore vivant, publie encore des livres, mais est sous surveillance policière depuis 13 ans… 24H/24.

Maintenant que vous êtes incollables sur les lanceurs d’alerte et que vous pourrez étaler votre confiture à la pause café, passons au peigne fin la situation des lanceurs d’alerte dans notre cher pays.

La France et les lanceurs d’alertes

Suite à la loi européenne pour la protection des lanceurs d’alerte, la loi Sapin II a été votée en France en décembre 2016. Comme tout texte de loi, c’est imbuvable pour le français lambda qui n’a pas que cela à faire de lire 100 pages.
4 points sont cependant à retenir : le lanceur d’alerte bénéficie de la nullité des représailles, de l’irresponsabilité pénale, de la garantie de confidentialité de l’identité du lanceur d’alerte et est protégé de sanctions pénales et civiles.

La loi Sapin II, censée protéger le lanceur d'alerte
ça sent le ….

Nous pourrions tous nous réjouir, en tant que citoyen, d’une telle loi. Cependant, les mots utilisés dans le texte de loi et les conditions de protection sont loin d’être évidentes. Ainsi, lancer une alerte ressemble à un parcours du combattant. Il faut d’abord en parler en interne à un supérieur hiérarchique, puis à l’autorité judiciaire ou administrative, et enfin, si l’alerte n’a pas été traitée dans les trois mois, elle peut être rendue publique. ‘En cas de danger grave et imminent‘, le lanceur d’alerte peut rendre directement public son signalement. Il peut aussi, à tout moment, saisir le Défenseur des droits.

Source : transparency-france.org

Pour Stéphanie Gibaud, (la lanceuse d’alerte d’UBS) qui a obtenu un dédommagement pour harcèlement moral 8 ans après la révélation du scandale, cela reste insuffisant. ‘Comment prouver le ‘danger imminent’ ? Et signaler en interne, c’est se jeter dans la gueule du loup’.

Hypocrisie des politiques français

Sans grande surprise, il existe une hypocrisie incroyable concernant le statut du lanceur d’alerte en France, pays des droits de l’Homme. Tout d’abord, comment expliquez-vous que des députés européens aient pu être contre la protection des lanceurs d’alerte pendant les débats sur le sujet, puis voter contre ?
Ensuite, une fois la loi effective, comment expliquez-vous qu’une femme courageuse comme Stéphanie Gibaud ne soit toujours pas reconnue par l’Etat comme lanceuse d’alerte ? Dénoncer la fraude fiscale et le blanchiment d’argent de la banque UBS, subir un harcèlement moral, être licenciée, au RSA pendant plus de 3 ans, ce n’est peut-être pas assez pour nos chers politiques ? Ah oui j’oubliais presque, on ne touche pas à la Suisse, pays des coffres-forts et du secret bancaire.

Autre exemple, la position de la France concernant Snowden. Grâce à lui, nous savons que les français, et y compris nos politiques, sont mis sur écoute par la NSA. Comment expliquer le silence incroyable autour de ce scandale planétaire ? François Hollande n’avait pas dit un mot lors de son mandat, par peur de froisser nos amis américains. Macron, notre Manu national, est dans la même lignée : pas un mot, voire pis, puisqu’il condamne la Russie d’héberger Snowden. Ne lui parlez surtout pas d’Assange ! ‘Assange ? c’est quoi, une marque de shampoing ?’ L’éthique ou le courage, cela vous dit quelque chose messieurs ?

Le mot de la fin

Sans aucune exception, je suis admiratif de ces femmes et hommes qui prennent des risques pour l’intérêt général. Il faut un sacré courage pour faire face à des multinationales, voire des Etats, qui vont parfois tout faire pour vous faire taire.
Historiquement, on se rend bien compte qu’on ne peut pas compter sur L’Etat et les politiques pour nous protéger. Même si certaines lois évoluent, dans les faits, c’est un foutage de gueule royal et une hypocrisie généralisée. C’est encore une fois l’initiative citoyenne qui fera bouger les choses, afin d’être en sécurité si l’on souhaite dénoncer des pourris. Maxime Renahy est un très bon exemple. Ancien de la DGSE au sein des paradis fiscaux, il attaque des milliardaires et des multinationales via son association lanceuralerte.org.

Dernier point : certains ont des problèmes avec les lanceurs d’alertes, car ils n’aiment pas la délation, et le caractère anonyme. J’ai eu cette discussion autour de Copycomics : un collègue ne comprenait pas pourquoi le type restait anonyme. Mais quelle importance de rester anonyme ? Tu as plus à perdre qu’à gagner à dénoncer des tricheurs, alors quel est l’intérêt de se mettre en avant ? Dans l’affaire Fillon, les français se foutaient bien de savoir qui était la source, l’important, c’est son attitude scandaleuse avec sa femme. ‘Sois droit, et non redressé‘, a écrit Marc-Aurèle. Autrement dit, si tout le monde se comportait bien, les lanceurs d’alerte n’existeraient pas. Merci à eux pour leur courage et éthique, chaque scandale exposé ayant systématiquement eu des conséquences positive pour l’intérêt général.

Share

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *