Fans de football : doit-on boycotter le mondial 2022 au Qatar ?

football

Parlez de sport et d’écologie et vous serez comparé à un dictateur. Parlez de football et de boycotter le Mondial 2022 et vous serez persona non grata en soirée. Comme nous sommes en plein Covid, je vais en profiter pour le faire.

Voilà un article ouvert depuis quasiment un an, que je ne souhaitais tout simplement jamais finir. En tant que fan de football, il est l’exemple parfait d’une belle dissonance cognitive. Supporter le PSG et se battre pour la justice sociale et environnementale, c’est comme aimer les animaux et en manger pendant 30 ans.. ou écrire sur l’avion alors que vos meilleurs amis habitent sur un autre continent.

Que vous soyez fan ou non, le Mondial de football au Qatar doit vous intéresser à plus d’un titre. Pas la peine d’être fan de Zidane pour comprendre les enjeux financiers, politiques et géopolitiques de cet évènement.

Amour du football, à n’importe quel prix ?

Ma dissonance cognitive du football spectacle ne date pas d’hier. Je fais partie des personnes qui prennent plus de plaisir avec un but libérateur de Pancrate à la 92ème minute en championnat de France qu’un but de Neymar en Ligue des Champions. J’étais par exemple mécontent (voire opposé) du rachat du PSG en 2011 par QSI (Qatar Sports Investments). Je savais que l’amour du maillot deviendrait secondaire et que la majorité des joueurs viendraient au PSG uniquement pour l’argent. Cette opposition a cependant vite été balayée lors de l’arrivée de joueurs prestigieux, à l’instar de Zlatan Ibrahimovic ou Thiago Silva. Même si vous savez que ces joueurs viennent pour l’argent, petit à petit, votre éthique s’envole vite avec les victoires.

Voilà 10 ans que je supporte les remarques sur le PSG et les “pétrodollars du Qatar”. Loin de nier, j’ai toujours tenté de passer outre, faisant preuve d’un whataboutisme à toute épreuve : “ouais bah les Marseillais ils ont acheté des matchs !!”. Malheureusement (ou heureusement), il arrive toujours un moment où fermer les yeux ne suffit plus et où certaines gouttes d’eau font déborder le vase. Le moins que l’on puisse dire pour ce Mondial 2022, c’est que la coupe est pleine.

Pourquoi boycotter le Mondial 2022 ?

Avant même qu’il ne commence, ce mondial 2022 a fait couler beaucoup d’encre, en ayant d’ores et déjà beaucoup de tâches à son actif.

Premièrement, son attribution. Depuis 10 ans, l’attribution de la coupe du monde au Qatar est entachée de soupçons de corruption, mêlant à la fois des politiques et des dirigeants de la FIFA. Entre Platini, Sarkozy et Zidane (qui avait reçu “plusieurs millions dont il n’a pas touché un centime, tout allant à sa fondation”), on comprend vite que les enjeux sont énormes.

Deuxièmement, les conditions dans lesquelles les stades (et les infrastructures allant avec) ont été construits. En effet, le Qatar s’est lancé dans un programme de construction sans précédent pour préparer le tournoi de football de 2022. Outre sept nouveaux stades, des dizaines de grands projets ont été achevés ou sont en cours, notamment un nouvel aéroport, des routes, des systèmes de transport public, des hôtels et une nouvelle ville, qui accueillera la finale de la Coupe du monde.

Qu’il y ait des travaux est un fait pour chaque évènement sportif de cette envergure. Ce qui est en revanche déplorable, c’est que des ONG alertent depuis 2012 sur les conditions dans lesquelles travaillent les ouvriers, en très grande majorité immigrés et exploités depuis une dizaine d’années maintenant, sans que personne ne semble s’en émouvoir. Il y a un mois, le Guardian a révélé que ces chantiers avaient coûté la vie à plus de 6500 personnes, sans qu’aucun politique d’envergure ne monte au créneau (tout en sachant que ce chiffre de 6500 est aussi fiable que le nombre de morts du Covid en Chine). Ce n’est pas forcément une surprise lorsque l’on connait les relations des politiques français (et européens) avec le Qatar, mais nous aurions tout de même pu espérer un communiqué, une indignation, un geste depuis 10 ans.

Source : https://www.theguardian.com/global-development/2021/feb/23/revealed-migrant-worker-deaths-qatar-fifa-world-cup-2022

Il serait par ailleurs très intéressant de mettre en lumière le nom des entreprises qui sont allées faire du business pendant 10 ans sur place tout en fermant les yeux. En préparant l’article, je suis tombé sur des témoignages de personnes remontant à 2014, alertant sur les conditions de vies inhumaines des ouvriers sur les chantiers, avec visiblement un niveau de racisme capable de faire pâlir un Darmanin au réveil. Ethique ou argent, les deux font rarement bon ménage.

Si vous n’êtes toujours pas choqué(e) par ce que vous venez de lire, c’est que vous pensez qu’il est normal que des joueurs de football payés plusieurs millions par an aillent jouer pendant un mois dans des stades construits par des ouvriers travaillant au péril de leur vie et payés 1€ de l’heure. Vous avez de la chance, ce n’est pas fini.

Jouer au football sous 50 degrés ?

Evidemment, personne n’avait compris l’attribution du Mondial au Qatar en 2010. Comment jouer au football quand il fait 40 degrés à l’ombre en juin, et jusqu’à 55 en plein soleil ? Pour remédier à ce problème, le Qatar a trouvé 2 solutions.

Premièrement, changer l’agenda mondial du football. Au lieu que la compétition ait lieu en juin (comme c’est le cas depuis des décennies), elle aura lieu du 21 novembre au 18 décembre 2022. Après tout, pourquoi pas. C’est déjà le cas dans d’autres sports.

Deuxièmement, s’il fait chaud, ne soyez pas bêtes : allumez la clim ! Le Qatar avait déjà commencé à climatiser les rues, pourquoi ne pas faire pareil avec les stades ? En effet, tous les stades seront climatisés pour la compétition. Il faut absolument jeter un œil sur la communication du Qatar et de la FIFA, cela vaut vraiment le détour. Les stades seront écologiques ! Comme tout le monde le sait, un stade (même démontable) n’a absolument aucun impact environnemental. Nous sommes à un niveau de communication digne de BNP Paribas qui se fait passer pour une banque verte tout en prêtant 41 milliards aux industries fossiles en 2020.

Stade démontable pour le Mondial de football 2022
Source : https://www.fifa.com/worldcup/news/sc-launches-first-ever-fully-demountable-fifa-world-cuptm-stadium-2921118?intcmp=fifacom_hp_module_news&_branch_match_id=831300425212382529

La palme du greenwashing revient tout de même au ministre de l’environnement du Qatar, qui a promis un “bilan carbone neutre” pour la coupe du Monde 2022. Je pense que même sans avoir lu l’article sur la neutralité carbone, une alarme doit s’allumer dans votre cerveau. Lors de notre interview avec Delphine Benoit-Mayou, nous apprenions que 95% de l’empreinte carbone du Mondial 2019 était liée aux spectateurs dont 75% porté par le transport aérien mondial, le reste concernant l’hébergement et la restauration. Il est évident que les dizaines de milliers de spectatrices et spectateurs vont venir en vélo au Qatar, ou à la voile…

Lorsque j’avais posé la question à Delphine “pourra-t-on dire qu’un jour une coupe du Monde sera neutre en carbone ?”, la réponse était sans appel : “Pour y arriver, il ne faut plus organiser de Coupe du Monde, et je n’y suis pas favorable bien évidemment“. La différence de communication entre le gouvernement qatari et une experte du sujet diffère donc légèrement. Dans un monde où l’urgence écologique demande une transformation rapide et inédite, il semblerait que certaines personnes n’aient pas encore compris que le greenwashing n’allait pas arranger nos affaires.

Les sportifs ne sont pas des pions

Je goûte très peu le préjugé selon lequel les artistes et les sportifs sont là pour assurer le spectacle et ne devraient pas s’aventurer sur d’autres terrains.

Au contraire. La notoriété doit être mise au service de la société, surtout quand vous avez une situation aussi privilégiée qu’un joueur de football professionnel. Le refus de parvenir ne doit pas s’arrêter au monde de l’entreprise ou aux politiques : il doit s’étendre à l’ensemble de la société, y compris aux sportives et sportifs professionnels. Prenons par exemple cette sortie de Robert Pires :

“Il est «presque cruel» d’attendre des footballeurs qu’ils boycottent un tel rendez-vous : «Il faut voir tous les sacrifices, l’abnégation, la chance et le talent qu’il faut pour en arriver là. Dès l’enfance, on est aspirés dans une course où seuls les meilleurs parviennent à décrocher ne serait-ce qu’un contrat professionnel. Nos carrières sont courtes et on est très peu, en réalité, à bien gagner notre vie. Alors disputer une Coupe du monde, ça reste un privilège sur lequel on ne peut pas cracher.»”

Ma remarque est la suivante : que vaut le sacrifice d’un sportif, payé des millions à l’année, vs l’ouvrier payé 1€ de l’heure, mort sur le chantier du stade dans lequel tu vas jouer ? La comparaison est tout simplement indécente. Aussi indécente que les footballeurs qui ont refusé de baisser leur salaire de 10% en plein Covid, pendant que leur club mettait au chômage partiel une partie de ses employés, les mettant en grande difficulté financière.

Nous devrions plutôt nous réjouir que des sportives et sportifs prennent ‘le risque‘ de s’exprimer sur des sujets de société (le racisme, le traitement des Ouïghours en Chine, etc.) en montrant l’exemple. Cela n’a rien de nouveau, Sócrates et Pelé l’ont fait il y a 50 ans, je ne vois pas pourquoi les footballeurs ne pourraient pas le faire en en 2021 ou 2022. Quand je vois le traitement des femmes arbitres lors de la remise des prix de la finale du championnat du monde des clubs au Qatar, il y a tout de même de quoi se révolter. Le saviez-vous ? La Covid est un virus féminin, s’il n’y avait pas de femmes sur Terre, nous n’aurions jamais été confinés !

Le mot de la fin

Au moment où je finis cet article, un peu plus d’un an et demi nous sépare du début du Mondial 2022 au Qatar. C’est un évènement que j’attends impatiemment tous les 4 ans, mais je dois bien admettre que même si je suis un fan absolu de football, organiser cet évènement au Qatar est une aberration écologique et sociale. C’est non seulement une erreur, mais aussi et surtout une faute morale qui ne fait que perdurer le système destructeur dans lequel nous baignons depuis maintenant des décennies.

Je ne supporte plus de voir tant d’indécence de ce monde absolument hors-sol, qui de plus commence à pratiquer le greenwashing à outrance. Dernier exemple en date, le PSG (mon club de cœur) qui annonce un engagement historique envers le climat :

Source : https://twitter.com/PSG_inside/status/1376467555934683136?s=20

C’est tout de même se moquer du monde que de parler d’un engagement historique lorsque votre équipe se déplace à l’autre bout du monde en avion pour faire un match d’exhibition. Cela doit tout simplement ne plus être possible, peu importe le nombre d’arbres que vous plantez pour compenser.

Est-ce trop tard pour boycotter, une fois que vous êtes qualifié ? La réponse est évidemment non. L’effet médiatique est à minima décuplé lorsque vous participez à l’évènement et le quittez une fois commencé. Rappelez-vous de l’actrice Adèle Haenel quittant la cérémonie des Césars après la récompense de la meilleure réalisation attribuée à Roman Polanski pour “J’accuse“. Il n’est jamais trop tard pour montrer l’exemple.

Je suivrai attentivement les informations des prochains mois en espérant qu’un sportif (ou une équipe !) boycotte ce mondial. Imaginez qu’un Kylian Mbappe, avec ses 50 millions de followers sur Instagram, boycotte le mondial 2022. Imaginez la déferlante que cela provoquerait. Au fond de moi il y a toujours cette petite lueur d’espoir que cela arrive. A moins que comme d’habitude, l’argent et la société de divertissement ne ferment les yeux sur le vivant, et sur les 6500 morts pour construire les stades.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenir Bon Pote sur Tipeee :

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

11 Comments

  1. Cévéyanh 23 mai 2021

    Je pense que c’est un genre de “fierté” que d’avoir de prestigieux joueurs au delà des victoires (voir l’enthousiasme de la venue de Neymar au PSG) et ainsi rivaliser avec les meilleures équipes qui ne le sont que grâce à l’argent. C’est dommage pour certains et certaines de perdre la vue de fierté de voir jouer son équipe qu’avec des joueurs de sa ville ou territoire (la victoire prime avant tout).

    Vous avez écrit : “tout en sachant que ce chiffre de 6500 est aussi fiable que le nombre de morts du Covid en Chine.” Vous avez l’air de supposer que la Chine cache le chiffre réel des morts par volonté. Vous avez un lien pour dire que le nombre de morts de Covid en Chine n’était pas fiable et pour quel raison n’était-il pas fiable ? Le 20 mai, Santé Publique France a annoncé que les chiffres de cas contaminés n’ont pas été fiables non plus. De plus cela remonterait depuis courant décembre 2020 à cause d’un algorithme et donc non intentionnel (https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-trois-questions-sur-la-surestimation-du-nombre-de-cas-detectes-par-sante-publique-france_4632377.html)

    La plupart des gens sont éblouis par la prouesse technologique en premier abord et ne pense pas forcément à tout que cela peut entraîner comme abérration écologique. Je pense surtout au niveau des matériaux donc à la pollution dû à tout ce qui entoure : l’extraction des minerais et la fabrication des matériaux, les transports.

    Vous avez écrit : “La notoriété doit être mise au service de la société”. Peu de gens de notoriété se lance sur ce chemin car cela pourrait nuire à leur carrière, leur gagne-pain. Il y peut avoir plein de conséquences qui en découle que le “simple” fait de dénoncer etc. Combien de sportifs et sportives sont des “vrais” citoyens et “vraies” citoyennes, de même que les artistes ? Illes (ils/elles)ne sont que le reflet de la société. Comme GG l’a souligné dans son commentaire, il est plus facile de boycotter quand les gens pensent de même et qu’il n’y aura aucune conséquences ou infimes. Je ne vois donc pas de courage de la part de Griezmann d’avoir refuser d’honorer son partenariat avec l’entreprise chinoise. Il serait peut-être mal vu s’il ne l’avait pas fait. Pour Mbappé, ce sera difficile de boycotter le mondial car déjà il travaille au PSG. Ce ne serait pas un sacrifice pour lui s’il avait la conscience que ce soit “scandaleux” d’y aller. Cela implique de peut-être perdre son travail entre-autre (mécontente juqu’à peut-être la haine de certains supporters et certaines supportrices, boycotte de certaines entreprises d’équipements sportifs…), plus que pour Griezmann par exemple.
    Pirès n’est donc que le reflet d’une société individualiste. Quand il dit : “Alors disputer une coupe du monde, ca reste un privilège sur lequel on ne peut pas cracher”. Quel privilège devrait-ils tirer si c’est une coupe fait sur la mort de plusieurs personnes et avec une sorte “d’esclavage” ?

    Répondre
  2. Lacius 5 avril 2021

    Vous écrivez : ” En tant que fan de football, il est l’exemple parfait d’une belle dissonance cognitive. Supporter le PSG et se battre pour la justice sociale et environnementale, c’est comme aimer les animaux et en manger pendant 30 ans.. ou écrire sur l’avion alors que vos meilleurs amis habitent sur un autre continent. ”
    Je ne partage pas cela d’autant que ces assertions sont biaisées, idéologiques aussi, écrites ainsi.
    Dans le système vanté ces contorsions sont évidentes et votre conclusion est la meilleure qui puisse être (une aberration écologique et sociale) mais compter sur un joueur qui dénoncera est une illusion sauf s’il emporte l’adhésion d’une immense majorité. Ce qui sera une nouvelle aberration et ainsi de suite. Qu’il soit remplacé par lui-même ou par un autre.
    À moins d’avoir le courage de dire ce que les pro-nucléaires disaient des anti (ils sont pro-bougies) et de le faire, généraliser la bougie. Je ne sais pas si cela va plaire.
    L’humanité monte comme une fusée dans les airs et il n’y a pas d’atterrissage sauf dans un seul cas, si la montée s’effectue sur une montagne…
    L’agitation actuelle ” pour la planète ” ressemble à une course folle, sans but et sans idée aucune, un peu idiote pour ne pas dire totalement idiote, une occupation plutôt qu’une pensée, une flatterie plutôt qu’une explication, toujours parcellaire parce que le contraire est impossible en cinquante ans quand il en faudrait le quadruple, à minima.
    Je fus fan de foot-ball et le jour où j’ai compris (il n’y avait pas encore les guignols débiles à millions dont Pierre Desproges leur faisaient dire : je suis content content content content -tellement leur expression était nulle), j’ai cessé de bêler pour le plus grand porte-feuilles que je n’avais pas comme pour la joie du supporter que je n’étais plus. Diminuer le nombre de fans semble la seule issue pour sauver les meubles, faut-il qu’ils le veuillent. Et ne pas compter sur les élites qui n’ont rien de l’élite.
    Société bizarre du 21ème siècle en opposition avec le 19ème qui lui cherchait des solutions plutôt que de vernir l’existant sans que l’homme ne se soit amélioré d’un iota.
    Que dire ? Vive Tito !

    Répondre
  3. jean 5 avril 2021

    Ben, je crois que les évènements sportifs pourront toujours se tenir.
    Je me souviens d’avoir vu une photo de l’équipe de France de Football s’entraînant sur le pont d’un cargo, en se rendant à la coupe du monde de 1930 en Uruguay.
    Tout est possible. Comme je vois le retour de la marine à voile dans un avenir assez proche, eh bien nos futures stars se feront enrôler comme mousses pour se rendre à leurs compétitions.
    Je suis pour

    Répondre
    1. Bon Pote 5 avril 2021

      Ah oui, si nous améliorons le transport, je suis également pour !(si le stade n’est pas été construit en exploitant des milliers d’ouvriers à 1e/heure)

      Répondre
  4. Alain L 2 avril 2021

    Sur des sujets pareils, il me semble qu’il serait toujours utile d’avoir une perspective plus large, historique et comparative : les grands rassemblements sportifs mondiaux sont sans doute comme le commerce mondial, un facteur de paix et de communication entre les peuples en même temps qu’il est, pour certains, l’expression d’un capitalisme abominable et inacceptable. Quid des premiers jeux Olympiques historiques et de ceux qui se sont succédé au XXe siècle, sous l’angle (pour n’en citer que deux, votre imagination fera le reste) de la construction de nouveaux stades (esclavage initial, main d’oeuvre d’alors, traitements des travailleurs, accidents, transports des hommes et des matériaux), d’aménagement de la montagne et de production de neige artificielle pour les sports de montagne …Etions-nous auraparavant incapables de nous poser les bonnes questions, sommes nous aujourd’hui les plus malins et les plus moraux … On ne doit pas faire table rase du passé; on ne doit pas non plus croire que nos réflexions et rejets d’aujourd’hui sont forcément mieux inspirés. Je crois …

    Répondre
  5. GG 1 avril 2021

    Bon article merci, et même si j’ignore ce que je ferais à leur place, il en effet dommage que les footballeurs bottent en touche lorsqu’on leur pose la question (voir la réponse de Lucas Hernandez la semaine dernière par exemple).

    Nous aurions là un exemple tout à fait historique (sur les 30/40 dernières années) de prise de position “risquée” de la part de sportifs.
    Parce que je ne suis pas du tout d’accord avec toi : s’exprimer sur le racisme, l’homophobie ou les Ouïghours, c’est ultra-consensuel en 2021, et pas vraiment rebelle. Et tiens, on en attend toujours un sur l’écologie 🙂

    Répondre
  6. sacrederviche 1 avril 2021

    Je me demande aussi quelle est la démarche la plus pertinente pour faire monter la pression entre ici et le mondial de la part du public. Manifestations pendant/devant les matchs ? Devant la FFF ? Banderoles ? Boycott des qualifications (ne pas regarder les matchs à la télé, ne pas suivre les programmes qui en parlent) ? Quelles assos, ONG pour porter le message ? Et surtout, que revendiquer ? Qu’exiger ? En quelque sorte, le mal est fait, les stades sont plus ou moins construits, le Mondial va se tenir… sur quoi peut-on encore agir au-delà d’insister sur le fait que c’était une énorme connerie de choisir le Qatar ? Comment justement réorienter le tir pour les CDM futures (si l’ont part du principe qu’elles continueront à se tenir) ? Ou est-ce que l’objet principal est de sensibiliser les footballeurs eux-mêmes en leur montrant que la pression du public peut les toucher eux-mêmes (moins de public = moins de revenus pub, etc…) ?

    Répondre
    1. Ddu 3 avril 2021

      Comment pourrait-on faire? On pourrait demander de l’aide au Sars-Cov-2: lui, il sait comment s’y prendre. On pourrait lui commander un petit variant pas piqué dew vers par exemple.

      Répondre
  7. Hugo 1 avril 2021

    Totalement en accord (un fan du stade rennais depuis plus de 15 ans). C’est un scandale, j’aurais du mal à la regarder je crois.

    Répondre
  8. Alex Joubert 1 avril 2021

    Le greenwashing du PSG est d’autant plus scandaleux que l’empreinte carbone générée par les trajets aériens annuels d’un seul joueur de PSG peut dépasser la barre des 50 tonnes, comme c’est le cas pour Marquinhos (https://footballpredictions.net/blog/eco-friendly-footballers). Malheureusement, ce type de communication continuera de prospérer sur le dos du manque de démocratisation en matière d’ordres de grandeur climatiques. D’aucuns considèrent que la suppression de l’utilisation du plastique jetable mentionnée dans le communiqué de presse du PSG permet de compenser une part importante des émissions inhérentes au sport de haut niveau en matière de transports. D’où l’importance du travail que tu mènes avec BonPote et on ne t’en remerciera jamais assez !

    Répondre
  9. DaMs 1 avril 2021

    “organiser cet évènement au Qatar est une aberration écologique et sociale”
    Le sport spectacle et le foot en particulier sont des aberrations écologiques et sociétales…

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS