Analyse : que dit vraiment le GIEC sur le nucléaire ?

GIEC nucléaire

Le GIEC recommande le nucléaire !

On adore faire dire au GIEC tout et n’importe quoi, notamment sur le rôle du nucléaire. Les pro et anti-nucléaire n’hésitent pas à faire du cherry-picking : prendre les informations qui les arrangent et communiquer dessus, sans contexte, sans prise de hauteur. Nous allons donc tenter d’y voir plus clair sur ce que nous dit le GIEC sur le nucléaire. Il y a fort à parier que cela sera utile lors des débats de la présidentielle 2022…

Rôle du GIEC

Avant toute chose, rappelons le rôle du GIEC. Ce qu’il dit, ce qu’il ne dit pas, ce qu’il fait, et ce qu’il ne fait pas. En complément de cet article ‘Peut-on faire confiance au GIEC‘, voici quelques points clefs à connaître :

  • Le GIEC ne fait pas de recherche, il passe en revue l’état des connaissances à partir de la littérature scientifique, technique et socio-économique.
  • Le GIEC ne développe pas les scénarios et ne fait pas de modélisation. Ce sont des activités de la communauté scientifique internationale, coordonnées par le World Cimate Research Programme (WCRP). Il est donc incorrect de parler de “modèle du GIEC” ou “scénarios du GIEC”. Une erreur fréquente, faite par les politiques ou représentants d’ONG sur les plateaux télés :
Source : https://twitter.com/montebourg/status/1381681783603888133?s=20
  • Le GIEC ne recommande RIEN. Il passe en revue l’état des connaissances à partir de la littérature scientifique, technique et socio-économique mais ne recommande pas, ne préconise pas. C’est d’ailleurs la même chose pour la façon de se nourrir (le GIEC ne recommande pas d’être végétarien ou végan).

Ces précisions sont très importantes. J’insiste là-dessus car j’ai déjà probablement fait l’erreur moi-même par abus de langage. Ne donnons pas au GIEC le rôle qu’il n’a pas : faire des études eux-mêmes, ou recommander X ou Y. Pour ce dernier, c’est le rôle du politique de faire ce type de choix.

4 trajectoires, un même objectif : limiter le réchauffement planétaire à 1.5°C

Plongeons-nous désormais dans l’étude de ce que dit le GIEC dans son rapport spécial 1.5 (SR15), le plus souvent cité dans les débats. Petite parenthèse : il y a une différence (moins de détails… et c’est important, nous le verrons par la suite) entre ce qu’il y a écrit dans le Résumé pour les décideurs (110 pages) et le rapport complet (630). Il est toujours préférable de lire les sources primaires et non des résumés, où nuances, détails et limites peuvent toujours être sources de mauvaise interprétation, voire de communication fallacieuse.

Ci-dessous se trouvent 4 différentes stratégies d’atténuation pouvant permettre de réduire les émissions nettes qui seraient nécessaires pour concrétiser une trajectoire qui limite le réchauffement planétaire à 1,5 °C sans dépassement ou avec un dépassement minime :

Source : SR15

Une mention importante suit ce graphique, dans l’encadré C.2.2 : “Dans les trajectoires axées sur l’objectif de 1,5 °C sans dépassement ou avec un dépassement minime, les énergies renouvelables représentent, selon les projections, 70 à 85 % (intervalle interquartile) de la production d’électricité en 2050 (degré de confiance élevé). Toujours s’agissant de la production d’électricité, la part de l’énergie nucléaire et des combustibles fossiles avec captage et stockage du CO2 (CSC) devrait, selon les modèles, augmenter dans la plupart des trajectoires axées sur l’objectif de 1,5 °C sans dépassement ou avec un dépassement minime“.

Source : SR15

En effet, d’après les modèles, l’énergie primaire issue du nucléaire à échelle mondiale devrait augmenter dans les quatre scénarios, de +59% à +106% en 2030 et de +150% à +468% en 2050, le tout par rapport à 2010, en fonction du scénario étudié (P1, P2, P3, P4).

Attention : vous noterez qu’il est écrit ‘la plupart‘ des scénarios. Il est FAUX de dire que ‘tous les scénarios prévoient une hausse du nucléaire !’ comme on peut souvent le lire ou l’entendre. Il existe en effet des scénarios où la part du nucléaire baisse. Mais pour cela, il faut aller creuser en détail dans le rapport complet, page 131 du rapport :

Image
Source : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/06/SR15_Full_Report_High_Res.pdf

Aussi, il est souvent mis en avant la progression du nucléaire dans les scénarios. Mais n’oublions pas 2 choses. Premièrement, cette progression est différente selon la géographie. Par exemple, cette progression est plus faible en OCDE qu’au niveau mondial (difficile de le faire progresser en France par exemple, où c’est déjà 70% du parc électrique français). Deuxièmement, cette part reste quoi qu’il arrive (très) faible dans le mix électrique mondial dans la plupart des scenarios :

Source : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2020/03/SR15_Errata_20200312.pdf

Pourquoi la part du nucléaire pourra difficilement dépasser les 20-25% du mix électrique mondial ? C’est ce que nous expliquons dans le paragraphe ci-dessous.

Le nucléaire : oui, mais pas pour tout le monde

Les processus politiques déclenchés par les préoccupations sociétales dépendent des moyens propres à chaque pays pour gérer les débats autour des choix technologiques et de leurs impacts environnementaux. De telles différences de perception expliquent pourquoi l’incident de 2011 de Fukushima a entraîné une confirmation ou une accélération de l’élimination progressive de l’énergie nucléaire dans cinq pays (Roh, 2017) tandis que 30 autres ont continué d’utiliser l’énergie nucléaire, parmi lesquels 13 construisent de nouvelles capacités nucléaires, dont la Chine, l’Inde et le Royaume-Uni (Yuan et al., 2017).

Le tableau ci-dessous fait l’évaluation de la faisabilité d’exemples d’options d’atténuation pertinentes pour la hausse de la température de 1.5°C. Un ombrage foncé signifie l’absence d’obstacle dans la faisabilité. Le GIEC considère 6 critères : Économique (Ec)- Technologique (Tec) – Institutionnel (Inst) – Socio-culturel (Soc)- Environnemental/Ecologique (Env)- Géophysique (Géo).

Source : https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/sites/2/2019/06/SR15_Full_Report_High_Res.pdf

Compte tenu des critères, il apparaît évident que le nucléaire n’est pas possible dans tous les pays et que des prérequis exigeants existent si l’on souhaite développer un parc nucléaire, ou tout simplement maintenir l’existant. C’est donc possible dans un environnement comme la France, mais plus compliqué dans des pays très instables politiquement et géopolitiquement.

Je passe ici outre le terme “democratic fabric” du tableau, qui n’a qu’une seule occurrence sur les 630 pages. Un peu surprenant si nous prenons un peu de recul sur certains pays qui développent le nucléaire, comme cette belle démocratie qu’est la Chine.

Les limites des scénarios présentés par le GIEC

Cette dernière partie doit permettre de mettre en perspective ce que vous venez de lire.

Le GIEC fait la synthèse des résultats, qui dépend des publications scientifiques, des postulats des scientifiques. C’est fondamental d’insister sur ce point. La prospective, ce n’est pas neutre. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que les résultats de vos modèles vont dépendre de ce que vous prenez comme hypothèses de départ.

En analysant plus en détails, on se rend compte que :

  • Ce sont 2 modèles qui semblent pousser pour une forte augmentation du nucléaire (GCAM & MESSAGE).
  • La comparaison du nucléaire entre les scénarios du SR15 ne constitue pas vraiment un échantillon uniforme d’hypothèses, de modèles, etc. En revanche, les scénarios socio-économiques partagés (SSP) permettent une comparaison beaucoup plus cohérente :
Image
Source : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0959378016301224
Data : https://tntcat.iiasa.ac.at/SspDb/dsd?Action=htmlpage&page=about
  • Le GIEC n’est ni POUR ni CONTRE le nucléaire. Cela dépend des modèles. Et pour comprendre pourquoi certains modèles aiment le nucléaire et d’autres non, il faut plonger dans les rouages de chaque modèle… Ce qu’évidemment 99.9% des commentateurs du GIEC+nucléaire n’ont jamais fait.
  • Tous les scénarios du rapport spécial 1.5 misent sur :
    • une part (trop) importante d’émissions négatives
    • des avancées technologiques utopiques qui tardent à montrer le bout de leur nez
    • une HAUSSE du PIB. Vous savez ce que cela veut dire par rapport aux objectifs climatiques ? Une belle croissance verte mondiale ! (Si vous voulez comprendre pourquoi il est dangereux de compter sur la croissance verte pour répondre aux enjeux climatiques, lisez cet article).

Enfin, les perspectives d’autres systèmes de connaissances, praticiens ou autochtones sont sous-représentées dans les évaluations du GIEC (Ford et al., 2016). Si le GIEC devait faire la synthèse des travaux en prenant plus en compte l’expérience des peuples autochtones pour limiter le réchauffement à 1.5, pas sûr que le nucléaire serait leur premier choix.

Une faible demande d’énergie apporte plus de souplesse dans la structuration du système énergétique.
Source : SR15

Le mot de la fin

Si vous pensiez avoir tout compris après avoir lu un résumé de 30 pages, c’est que vous n’avez rien compris. Il faut très certainement plusieurs années d’expérience pour avoir le recul nécessaire pour comprendre les rouages des modèles et des conclusions. Cependant, quelques dizaines d’heures peuvent suffire à comprendre les grandes lignes : l’objectif de limiter à 1.5°C, le rôle du GIEC, son travail de synthèse, et comment interpréter une donnée.

Conclusion de cet article :

  • Non, le GIEC ne recommande rien
  • Le GIEC ne fait pas de modèles
  • Le GIEC n’est ni POUR ni CONTRE le nucléaire. Cela dépend des modèles, des hypothèses de départ
  • Ce sont aux politiques de dire comment arriver à X ou Y type de société, en recommandant et en prenant des décisions. Pas au GIEC.

Vignette article : effet Tcherenkov (crédit)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenir Bon Pote sur Tipeee :

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

5 Comments

  1. Thierry Caminel 22 juin 2021

    Bonjour,
    Un paramètre important des scénarios est comment ils envisagent l’évolution de l’efficacité énergétique de l’économie, ie l’intensité énergétique du PIB. La plupart requiert une rupture, c’est à dire un découplage fort entre énergie et PIB.
    Dans un des rapports du GIEC ils disent que ce n’est pas possible, mais ce critère n’a pas été pris en considération dans SR15.

    Je recommande la lecture des travaux de Victor Cout sur ce thème : https://victorcourt.files.wordpress.com/2021/03/brockway-et-al.-2021_energy-efficiency-and-economy-wide-rebound-effects-1.pdf

    Répondre
  2. Archi3 12 juin 2021

    “Si vous pensiez avoir tout compris après avoir lu un résumé de 30 pages, c’est que vous n’avez rien compris. Il faut très certainement plusieurs années d’expérience pour avoir le recul nécessaire pour comprendre les rouages des modèles et des conclusions.”

    Il n’y a pas besoin de plusieurs années d’expérience pour comprendre que les labos de prospectives s’amusent à faire des modèles dans des mondes virtuels, ce qui permet de produire à la chaine des articles et des rapports dont la grande majorité (et probablement l’ensemble) n’a aucun rapport avec le réel. Notez bien que c’est la même chose pour les scénarios d’émissions, quand on dit qu’on fait des scénarios “BAU”, c’est de la daube, personne ne sait comment évolueront les émissions dans un scénario “BAU”, puisqu’on ne connait pas le montant des réserves qui seront exploitables économiquement à l’avenir.

    Et tout ça pour conclure à la fin .. qu’on ne conclut rien. Parce que c’est quand même extraordinaire de faire tout ce boulot pour n’arriver à aucune conclusion claire auprès des décideurs à la fin – eux ils doivent prendre des décisions, mais si la communauté scientifique n’arrive à aucune conclusion ferme, comment voulez vous qu’ils décident ?

    Répondre
  3. bdd13 9 juin 2021

    Il y a clairement de plus en plus de maturité dans les articles produits. J’adore celui-ci qui sous-tend un énorme travail préparatoire, et requiert de grandes compétences, de l’objectivité et une grande force d’analyse.
    Bravo.

    Répondre
  4. grunblatt 8 juin 2021

    “C’est ce que nous expliquons dans le paragraphe ci-dessous.” : il serait encore mieux d’écrire que ce n’est pas le GIEC qui le dit mais que c’est une interprétation de l’auteur

    Plus généralement je pense que vous devriez mettre en évidence ( couleur, italiques …?) ce qui est dit formellement par le GIEC et ce qui est de l’auteur de l’article ( par exemple une part (trop) importante d’émissions négatives; surligner, mettre en couleur… le “(trop)”

    Ceci dit , bon article

    Répondre
    1. Bon Pote 8 juin 2021

      Ce qui est dit par le GIEC est (depuis 2 ans) souvent mis entre ” “, ou en italique, ou purement mis en format citation. Cela n’a jamais gêné personne. Ce paragraphe est une critique de ce qui est présenté par le GIEC, cela me parait évident que la phrase est de l’auteur, et non du GIEC.

      Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS