Propos 4 : Oui, le nucléaire est une électricité verte

Essayer de lutter contre le greenwashing et la désinformation, c’est un combat quotidien. Ce matin, en ouvrant un email reçu de TOTAL Direct Energie, j’ai appris dans leur vidéo que le nucléaire n’était pas une électricité verte. Un email = 4 millions+ lecteurs désinformés. Efficace. Surprenant tout de même, car en lisant des rapports de l’ADEME, du GIEC et de l’I4CE, je comprends exactement le contraire. Que le nucléaire n’émet pas de CO2 et serait un atout pour accompagner notre transition énergétique. J’hésite vraiment. Qui croire ? Le président de Total, Patrick Pouyanné, qui nous dit que ‘le débat climatique est aujourd’hui quand même beaucoup trop manichéen, trop faussé‘, ou des organismes qui alertent sur les conséquences d’une consommation d’énergies fossiles à outrance ?

Le nucléaire : 95% du débat énergétique, 5% du problème

GNAGNAGNA Il est pro-nucléaire ! GNAGNAGNA il est anti-nucléaire ! Vous me fatiguez. Le nucléaire électrise les débats depuis des décennies en France (et dans le monde !). Pourtant, 99.99% de la population maîtrise mal le sujet. A commencer par nos politiques. Je n’oublierai jamais S.Royal et N.Sarkozy annoncer tous les deux des chiffres faux sur le pourcentage du nucléaire dans la production d’électricité française lors du débat de 2007. Mais si tu n’y connais rien et n’as même pas les ordres de grandeur en tête, comment pourrais-tu prendre des décisions intelligentes et avoir une stratégie énergétique à long terme pour ton pays ?

Rappel des chiffres

Le nucléaire en France, c’est 71.6% de la production d’électricité française en 2017 :

c’est 61 points de plus que la part du nucléaire à l’échelle mondiale, où il est la 3ème source de production d’électricité dans le monde :

Un 3ème graphique, important pour comprendre la suite : les principaux pays producteurs mondiaux d’électricité d’origine nucléaire :

Très bien. Maintenant que nous avons en tête ces chiffres sur la part du nucléaire, rentrons dans le vif du sujet. Le nucléaire est-il une électricité verte, et quel est le résultat quand on le compare aux autres ?

Le nucléaire, électricité verte ?

Cela a déjà été précisé dans l’article sur la neutralité carbone, tout mesurer en terme de CO2 est une erreur. Mais ici, puisqu’il faut tenter de simplifier et de comparer aux autres énergies, le CO2 sera l’outil de mesure. Il faut donc prendre deux éléments en compte. Le premier, c’est l’émission directe de CO2. A ce jeu-là, le nucléaire fait aussi bien que ses petits copains verts, l’éolien, le solaire, et l’hydraulique :

Source : https://www.linkedin.com/company/20367540

En revanche, la ligne la plus intéressante, c’est la ligne du dessous : celle qui prend en compte l‘ACV, Analyse du Cycle de Vie. Cette fois-ci, le nucléaire l’emporte, à égalité avec l’hydraulique. En croisant plusieurs sources, et en prenant le plus mauvais chiffre trouvé (qui s’avère en plus être une coquille), avec mauvaise gestion des déchets + aucune progression technologique (pas de prise en compte des nouveaux EPR), nous arrivons à un ACV de 66 gCO² eq/KWh.

Source : http://www.bilans-ges.ademe.fr/documentation/UPLOAD_DOC_FR/index.htm?renouvelable.htm

NB : correction : l’ADEME a communiqué en disant que ce chiffre de 66 était une coquille et donc surévalué. Je le laisse en l’état, puisque même à 66, cela ne change pas l’idée principale de l’article.

Si vous deviez utiliser une source dont les chiffres n’ont pas été remis en question, voici les chiffres du GIEC dans l’AR5 :

Maintenant que nous avons les chiffres, comment peut-on, à moins d’être intellectuellement malhonnête, ne pas considérer le nucléaire comme une électricité verte ? En me baladant sur twitter, j’ai vu cette carte animée très bien faite : je vous laisse deviner d’où provient l’électricité des pays en vert… Si un enfant de cinq ans arrive à comprendre cette carte, pourquoi l’équipe marketing de Total Direct Energie n’y arrive pas ?

#Cocorico

Pourquoi le nucléaire est-il si décrié ?

N’ayant pas (encore) passé 50h dessus, je vais répondre par deux évidences. Outre la piètre qualité de formation des journalistes sur les questions énergétiques, il faut avoir en tête 2 enjeux :

  1. Enjeu de financement

Monsieur Nodet, nous n’étions pas beaucoup à profiter de vos cours d’analyse financière, le lundi matin à 8H. Pourtant, plus de 10 ans après, s’il y a bien une chose que j’ai retenue, c’est le financement des centrales nucléaires. Lorsque vous investissez, vous souhaitez revoir votre argent le plus rapidement possible. Logique. Or investir dans le nucléaire, c’est investir beaucoup au départ, et toucher la mise des années après. Comme dans tout projet, vous savez également que le prix de départ ne sera jamais celui d’arrivée. Ensuite, toute décision d’investissement est sujette aux décisions politiques. Imaginez que vous engagiez des fonds, et que le nouveau président soit farouchement opposé au nucléaire ? C’est un risque non négligeable qui fera fuir plus d’un investisseur.

2. Enjeu politique

La stratégie énergétique d’un pays doit se penser à long terme. Or le politique, qui pourtant devrait œuvrer pour son pays, voit avant tout son intérêt à court terme, et ajuste ses convictions au rythme des élections. Le nucléaire n’ayant pas vraiment bonne presse, vous vous doutez bien que personne ne s’affichera pour le nucléaire, tant qu’il n’y a pas d’intérêt électoral à le faire. Comparez le temps de construction d’une centrale et le temps d’un mandat présidentiel, vous comprendrez très vite nos girouettes au pouvoir, soudain très fans de l’éolien.

Le mot de la fin

Il ne s’agit pas d’être pro ou anti-nucléaire. Il s’agit de comprendre les avantages et inconvénients des différentes solutions offertes, et surtout, de proposer. Pas de critiquer gratuitement comme je peux le voir depuis des années sur Twitter, Facebook, et maintenant Linkedin. Si vous ne deviez retenir qu’une idée, c’est qu’il est impossible de garder notre consommation énergétique actuelle sans nucléaire. Impossible d’accompagner notre transition énergétique sans nucléaire. C’est mathématiquement impossible. Surtout si vous croyez encore dans cette utopie qu’est la Croissance verte. La solution, et vous aurez très peu de chance qu’un politique ou Total vous l’annonce, c’est la sobriété énergétique.

PS : si vous n’êtes pas un spécialiste de l’énergie, et encore moins du nucléaire, je vous conseille vivement de regarder les vidéos des cours de JM.Jancovici aux mines et du Réveilleur. J’ai encore du mal à croire que ces deux personnes n’aient que quelques milliers de followers sur les réseaux sociaux, alors que Nabilla en a plus de 5 millions. A croire que connaître la dernière crème chauffante pour les fesses est plus important que de comprendre comment se chauffer.

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir Bon Pote sur Tipeee et sur les réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenez moi sur tipeee !!

Restez informé des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

11 Comments

  1. Schmit 22 septembre 2020

    Bonjour. Dans le tableau des ACV, il y a une inversion entre fioul et gaz naturel. Et ces valeurs d’ACV correspondent aux émissions suite à transformation en électricité. C’est peut peut-être à préciser. Les résultats sont plus bas pour la combustion. Enfin, n’hésitez pas à mentionner la source de ces valeurs. En tout cas bravo pour vos articles, continuez. Bien cordialement

    Répondre
    1. Bon Pote 22 septembre 2020

      Bonjour et merci pour vos précisions. Je confirme qu’il y avait une erreur dans le premier graph ! (et pas dans les chiffres du GIEC, ce qui est plutôt rassurant 😉 J’ai mis à jour.

      Répondre
  2. Pika2503 4 août 2020

    Non bien sûr pas la fusion ou des énergies comme ça mais ce n’est juste que quand on compare ce que mettent en avant 1) les “croissance makers” et justement leur fusion et cie ou certaines personnes “vert”-ueuses et leurs énergies renouvelables avec 2) les écologistes plus sérieux comme nous qui veulent (uniquement?) amoindrir le mal notamment en acceptant ce pourquoi on luttait (le nucléaire), on a l’impression de passer d’un extrême à l’autre!
    Ne peut-il pas y avoir un milieu dans tous ça? Comme projet que penses tu d’une fusion entre Jean-marc Jancovici, Pierre Rabhi et Elon Musk?

    Répondre
    1. Bon Pote 6 août 2020

      Je demande à voir la photo de l’enfant de ces 3 personnes !

      Répondre
  3. Pika2503 3 août 2020

    Je me demande quel(s) rêve(s) énergétique(s) pourrait exciter les gens pour ce 21ème siècle, remplaçant les énergies vertes… Pourquoi ne ferait tu pas un poste dessus?

    Répondre
    1. Bon Pote 3 août 2020

      Bonsoir, je ne suis pas sûr d’avoir compris la suggestion. J’ai en tête comme ‘rêve’ la fusion. Ou encore tout ce qui tourne autour dde l’hydrogène… l’une comme l’autre, à court terme, rien de très probant, va falloir faire sans 😉 Dites moi si je n’ai pas compris, je suis toujours ouvert aux suggestions.

      Répondre
  4. MdM 24 juillet 2020

    Merci pour cet article.
    Je retiendrai le commentaire d’un Sean C, mémorable envolé lyrique et démonstration brillante.
    Le nucléaire NE PEUT PAS être vert car il produit des déchet. J’ajouterais : des déchets non compostable en plus…

    Que dire alors des fabricants de masques (nouvelle mode) ? Ou bien, de toutes cette mobilités vertes à base d’électronique, électricité et plastiques ?
    Nan, bha nan ! Eux, c’est comme le blablacar en période de COVID : parfaitement compostable ! Juste on n’a pas encore décidé de l’endroit où on entassera toute cette crotte, surement en Inde ou Afrique parce que ce qui est bien avec les déchets non nucléaire c’est qu’on peut les exporter voir, même, se faire payer pour les exporter et que des enfants puisse devenir nez en testant leur capacité sur divers plastiques…

    Autrement :
    – un réacteur moyen en France c’est 1000 Mw ou 1 Gw
    – nécessite, chaque année, 20 t d’uranium enrichi (+/- 4 % de 235) généralement obtenue à partir de +/- 80 t d’uranium naturel (0,71%)
    – produit, par campagne d’une année (moyenne) les fameux déchet de Bure : 400 kg de déchet vitrifié. Le dernier mot (vitrifié) est important : d’une part parce que le verre est ce qui existe de plus resistant chimiquement d’autre part parce que grâce à la Hague ces 400 kg sont à plus de 90 %… Du verre. Le même que les adeptes de la Pomme ont dans leur poche, sauf que là ça brille vraiment 😀

    A comparer aux :
    – 15 000 à 20 000 t qu’une centrale au charbon absorbe CHAQUE JOUR (pas année !)
    – un nombre à 6 ou 7 chiffre de m3 de gaz naturel qu’une centrale au gaz brûle chaque jour aussi…

    Allez, je n’embêterai personne plus longtemps et je vais faire comme Sean : je vais aller chez mon crémier préféré, prendre un pot contre mon plus beau sourire, demander à la jeune demoiselle de me dépanner 10 balles pour mes clopes et passer derrière le comptoirs pour des choses qui ne vous regarde pas.
    C’est un peu l’impression que me donne le traitement de ce sujet…

    Répondre
  5. Sean C. 7 avril 2020

    J’ai découvert tes articles grâce à un pote sur facebook, alors que j’ai trouvé tes autres articles sur l’environnement juste et pertinent, autant pour celui-ci tu as oublié d’enlever les œillères. Tu fais ici un raccourci que font habituellement les “laveurs de cerveau” d’EDF et leurs copains. Rassure-moi, tu ne travailles pas à Fessenheim ?

    Tu te poses la question si le nucléaire est une énergie “verte”. Verte signifie écologique, donc qui consiste à favoriser l’environnement. Indéniablement, tu le dis très bien dans ton article, d’un point de vue du CO2, le nucléaire fait partie des solutions les plus efficaces et propres. Sa quantité de rejet CO2 sur ACV est inférieure même au solaire et l’éolien, c’est une énergie non-intermittente, et le rapport surface occupée par rapport à l’énergie produite est imbattable. Par rapport au CO2 seul, le nucléaire fait clairement partie des bons élèves.

    Pourtant, et tu le dis dans ton article, “tout mesurer en terme de CO2 est une erreur”. L’impact sur l’environnement ne se limite pas au rejet de CO2. Certes, aujourd’hui, le réchauffement climatique est la priorité, mais cela ne signifie pas que demain la pollution des mers, la déforestation, la pollution des terres et de l’air ne sera pas le prochain combat.
    Tu oublies donc de citer LE PRINCIPAL défaut du nucléaire : il produit des déchets radioactifs, non recyclables, qui continue à être nocif et radioactif pendant des dizaines de milliers d’années.
    C’est assez incroyable que dans un article qui se pose la question sur les raisons pourquoi le nucléaire est décrié, il n’y a pas une seule mention des déchets radioactifs. Aveuglement volontaire ou involontaire ?

    Donc non, le nucléaire n’est pas une énergie verte, car elle produit des déchets qu’on ne sait pas traiter, qui sont très nocifs et qui sont stockés sous terre faute de mieux. Tant qu’il reste de la place ! Et imaginons si tout le monde se mettait au nucléaire, la quantité de déchet à planquer… C’est comme si tu allais chier dans ton frigo au lieu d’aller aux toilettes. Pour l’instant, pas de soucis, il reste de la place, et il restera de la place pendant quelques dizaines d’années. Au pire, quand ça déborde, ça ne sera plus notre problème, mais celui de nos enfants ! J’ai vu plus vert comme mentalité !

    Et je ne parle même pas des problèmes de santé et sécurité. Si tu considères que les accidents nucléaires n’ont pas d’impact sur l’environnement, pas besoin de remonter à Tchernobyl, je te conseille de te renseigner sur Fukushima, et ses conséquences environnementales à court et moyen terme. Tu comprendras pourquoi le nucléaire “a mauvaise presse”, et que les politiques sont pas trop chauds pour construire des nouvelles centrales…

    Et pour finir, l’uranium qui est en quantité limité, mais disons que c’est un détail…

    Alors oui, je suis d’accord avec toi, la transition énergétique ne pourra sans doute pas se faire sans nucléaire. Personnellement, je ne suis absolument pas anti-nucléaire, qui présente des avantages indéniables. La priorité la plus pressante aujourd’hui est de baisser le rejet de CO2, et le nucléaire y participe grandement. Mais comparativement aux autres énergies renouvelables (solaire, éolien, hydro, méthanisation, biomasse), qui sont VERTES, le nucléaire n’est qu’envisageable que sur le court terme, car cela pose d’autres problèmes qu’on ne peut pas négliger.

    Donc ton article est erroné, surtout la partie “Pourquoi le Nucléaire est-il si décrié ?”, qui “oublie” les véritables critiques et points faibles du nucléaire. Dommage, je considère que c’est une petite sortie de route, car le reste de tes contenus sont pour la plupart très bons ! Bonne continuation !

    Répondre
    1. Bon Pote 7 avril 2020

      Hello, merci pour ton message, mais pourquoi tu me dis que j’ai écrit ‘ENERGIE VERTE’ alors que je parle bien ‘d’ELECTRICITE verte’. Tout cela, au sens où Total le présente. C’est cela, que je souhaite réfuter.

      J’ai déjà eu ces débats de déchets nucléaires, de quantité d’uranium, et de sûreté nucléaire. Si tu es capable de m’expliquer le rationnel entre les morts des déchets nucléaires et les morts dû à la pollution / CO2 si on change le nucléaire par autre chose, je suis preneur et mettrai à jour mon article. PERSONNE n’a été capable de le faire jusqu’à aujourd’hui, même les anti nucléaires qui sont payés pour le faire.

      Au cas où, je vais le repréciser…. je suis pour la sobriété énergétique, je ne travaille pas dans le nucléaire, j’ai juste un peu de recul sur la situation : notre consommation énergétique actuelle n’est pas soutenable qu’avec des ENR et surtout, on va augmenter nos émissions de CO2 en remplaçant la part du nucléaire. Donc… SOBRIETE. Je le répète à chaque article, je ne peux pas faire plus !

      Répondre
      1. Sean C 25 avril 2020

        Effectivement, il y a moins de morts à cause des déchets nucléaire que des émissions de GES. Mais ce n’est pas le seul critère. Est-ce que tu considères que le naufrage de l’Erika, avec le déversement de milliers de tonne de pétrole sur les côtes Bretonnes, n’est pas de la pollution, sur la seule base qu’il n’y a pas eu de mort ?

        Par définition (et c’est le titre et le thème de ton article), une électricité (ou énergie) verte est une électricité qui ne produit pas de pollution. Si on ignore la pollution causée par la construction et le démantèlement (car sinon aucune électricité n’est verte, pas même l’éolien ou le solaire), il est inconcevable de dire que le nucléaire est une électricité verte, car elle produit une pollution durant son cycle de fonctionnement, contrairement aux EnR.

        Après je suis de ton avis qu’il faut choisir un moindre mal, et dans ce cas là les déchets nucléaires sont moins impactant (pour l’instant en tout cas, avec le parc actuel) que les émissions de GES. Mais cela n’est jamais abordé dans ton article. Je veux bien qu’on souhaite défendre le nucléaire à cet égard, mais pas en se voilant la face. Et de volontairement oublier les déchets radioactifs, avec l’excuse (justifiée) qu’ils sont moins impactant que le CO2, pour affirmer que c’est une électricité verte, est un sophisme.

        Mais ma conclusion est la même que la tienne : sobriété !

        Bonne continuation !

        Répondre
        1. Bon Pote 25 avril 2020

          Merci, et merci pour ton retour. Si au final on vise tous les deux la sobriété, je pense qu’on pourra toujours dialoguer ! très bon week-end

          Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS