Propos 4 : Oui, le nucléaire est une électricité verte

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Essayer de lutter contre le greenwashing et la désinformation, c’est un combat quotidien. Ce matin, en ouvrant un email reçu de TOTAL Direct Energie, j’ai appris dans leur vidéo que le nucléaire n’était pas une électricité verte. Un email = 4 millions+ lecteurs désinformés. Efficace. Surprenant tout de même, car en lisant des rapports de l’ADEME, du GIEC et de l’I4CE, je comprends exactement le contraire. Que le nucléaire n’émet pas de CO2 et serait un atout pour accompagner notre transition énergétique. J’hésite vraiment. Qui croire ? Le président de Total, Patrick Pouyanné, qui nous dit que ‘le débat climatique est aujourd’hui quand même beaucoup trop manichéen, trop faussé‘, ou des organismes qui alertent sur les conséquences d’une consommation d’énergies fossiles à outrance ?

Le nucléaire : 95% du débat énergétique, 5% du problème

GNAGNAGNA Il est pro-nucléaire ! GNAGNAGNA il est anti-nucléaire ! Vous me fatiguez. Le nucléaire électrise les débats depuis des décennies en France (et dans le monde !). Pourtant, 99.99% de la population maîtrise mal le sujet. A commencer par nos politiques. Je n’oublierai jamais S.Royal et N.Sarkozy annoncer tous les deux des chiffres faux sur le pourcentage du nucléaire dans la production d’électricité française lors du débat de 2007. Mais si tu n’y connais rien et n’as même pas les ordres de grandeur en tête, comment pourrais-tu prendre des décisions intelligentes et avoir une stratégie énergétique à long terme pour ton pays ?

Rappel des chiffres

Le nucléaire en France, c’est 71.6% de la production d’électricité française en 2017 :

c’est 61 points de plus que la part du nucléaire à l’échelle mondiale, où il est la 3ème source de production d’électricité dans le monde :

Un 3ème graphique, important pour comprendre la suite : les principaux pays producteurs mondiaux d’électricité d’origine nucléaire :

Très bien. Maintenant que nous avons en tête ces chiffres sur la part du nucléaire, rentrons dans le vif du sujet. Le nucléaire est-il une électricité verte, et quel est le résultat quand on le compare aux autres ?

Le nucléaire, électricité verte ?

Cela a déjà été précisé dans l’article sur la neutralité carbone, tout mesurer en terme de CO2 est une erreur. Mais ici, puisqu’il faut tenter de simplifier et de comparer aux autres énergies, le CO2 sera l’outil de mesure. Il faut donc prendre deux éléments en compte. Le premier, c’est l’émission directe de CO2. A ce jeu-là, le nucléaire fait aussi bien que ses petits copains verts, l’éolien, le solaire, et l’hydraulique :

En revanche, la ligne la plus intéressante, c’est la ligne du dessous : celle qui prend en compte l‘ACV, Analyse du Cycle de Vie. Cette fois-ci, le nucléaire l’emporte, à égalité avec l’hydraulique. En croisant plusieurs sources, et en prenant le plus mauvais chiffre trouvé, avec mauvaise gestion des déchets + aucune progression technologique (pas de prise en compte des nouveaux EPR), nous arrivons à un ACV de 66 gCO² eq/KWh.

NB : correction : l’ADEME a communiqué en disant que ce chiffre de 66 était une typo et donc surévalué. Je le laisse en l’état, puisque même à 66, cela ne change pas l’idée principale de l’article.

Maintenant que nous avons les chiffres, comment peut-on, à moins d’être intellectuellement malhonnête, ne pas considérer le nucléaire comme une électricité verte ? En me baladant sur twitter, j’ai vu cette carte animée très bien faite : je vous laisse deviner d’où provient l’électricité des pays en vert… Si un enfant de cinq ans arrive à comprendre cette carte, pourquoi l’équipe marketing de Total Direct Energie n’y arrive pas ?

#Cocorico

Pourquoi le nucléaire est-il si décrié ?

N’ayant pas (encore) passé 50h dessus, je vais répondre par deux évidences. Outre la piètre qualité de formation des journalistes sur les questions énergétiques, il faut avoir en tête 2 enjeux :

  1. Enjeu de financement

Monsieur Nodet, nous n’étions pas beaucoup à profiter de vos cours d’analyse financière, le lundi matin à 8H. Pourtant, plus de 10 ans après, s’il y a bien une chose que j’ai retenue, c’est le financement des centrales nucléaires. Lorsque vous investissez, vous souhaitez revoir votre argent le plus rapidement possible. Logique. Or investir dans le nucléaire, c’est investir beaucoup au départ, et toucher la mise des années après. Comme dans tout projet, vous savez également que le prix de départ ne sera jamais celui d’arrivée. Ensuite, toute décision d’investissement est sujette aux décisions politiques. Imaginez que vous engagiez des fonds, et que le nouveau président soit farouchement opposé au nucléaire ? C’est un risque non négligeable qui fera fuir plus d’un investisseur.

2. Enjeu politique

La stratégie énergétique d’un pays doit se penser à long terme. Or le politique, qui pourtant devrait œuvrer pour son pays, voit avant tout son intérêt à court terme, et ajuste ses convictions au rythme des élections. Le nucléaire n’ayant pas vraiment bonne presse, vous vous doutez bien que personne ne s’affichera pour le nucléaire, tant qu’il n’y a pas d’intérêt électoral à le faire. Comparez le temps de construction d’une centrale et le temps d’un mandat présidentiel, vous comprendrez très vite nos girouettes au pouvoir, soudain très fans de l’éolien.

Le mot de la fin

Il ne s’agit pas d’être pro ou anti-nucléaire. Il s’agit de comprendre les avantages et inconvénients des différentes solutions offertes, et surtout, de proposer. Pas de critiquer gratuitement comme je peux le voir depuis des années sur Twitter, Facebook, et maintenant Linkedin. Si vous ne deviez retenir qu’une idée, c’est qu’il est impossible de garder notre consommation énergétique actuelle sans nucléaire. Impossible d’accompagner notre transition énergétique sans nucléaire. C’est mathématiquement impossible. Surtout si vous croyez encore dans cette utopie qu’est la Croissance verte. La solution, et vous aurez très peu de chance qu’un politique ou Total vous l’annonce, c’est la sobriété énergétique.

PS : si vous n’êtes pas un spécialiste de l’énergie, et encore moins du nucléaire, je vous conseille vivement de regarder les vidéos des cours de JM.Jancovici aux mines et du Réveilleur. J’ai encore du mal à croire que ces deux personnes n’aient que quelques milliers de followers sur les réseaux sociaux, alors que Nabilla en a plus de 5 millions. A croire que connaître la dernière crème chauffante pour les fesses est plus important que de comprendre comment se chauffer.

Commentaires Facebook
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tu l'as lu ça ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Abonne Toi À La Lettre BON POTE

Une dose hebdo de sarcasme par email

Abonne Toi
À La Lettre BON POTE

Une dose hebdo de sarcasme par email