Propos 3 : Neutralité carbone et SEQE : nouvel eldorado du greenwashing

Voilà le 4ème article que l’on m’envoie pour me parler de neutralité carbone. ‘Même Total a grave investi !!’. Total est chez moi un mot magique. Quand il y a sauveur de la planète et Total dans la même phrase, j’ai le même sentiment que si j’avais serré la main de Patrick Balkany : je recompte mes doigts. Qu’entendent-ils par neutralité carbone ? Qu’est-ce que le SEQE ? Y aurait-il une odeur de Croissance verte derrière tout cela ?

La neutralité carbone, qu’est-ce que c’est ?

Voici la définition de la neutralité carbone selon le Parlement européen : ‘La neutralité carbone implique un équilibre entre les émissions de carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère par les puits de carbone. Pour atteindre des émissions nettes nulles, toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde devront être compensées par la séquestration du carbone’.

À ce jour, aucun puits de carbone artificiel ne peut éliminer le carbone de l’atmosphère à une échelle suffisante pour lutter contre le réchauffement de la planète. Le carbone stocké dans les puits naturels, les forêts par exemple, est rejeté dans l’atmosphère par les incendies de forêt, les changements dans l’utilisation des terres ou l’exploitation forestière. Voilà pourquoi il est essentiel de réduire les émissions de carbone pour atteindre la neutralité climatique.

Qui de mieux que Total pour nous expliquer cela ?

neutralité carbone et greenwashing de total
Merci Total, merci pour votre engagement au quotidien !

SEQE & compensation carbone

Que nous propose le Parlement européen pour atteindre cette neutralité carbone ? ‘Un autre moyen de réduire les émissions et de parvenir à la neutralité carbone consiste à compenser les émissions produites par un secteur en les réduisant ailleurs. Cela peut être réalisé grâce à des investissements dans les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique ou d’autres technologies propres à faible émission de carbone. Le système européen d’échange de quotas d’émission (SEQE) est un exemple de système de compensation des émissions de carbone’.

Neutralité carbone : zoom sur le SEQE

Le SEQE-UE repose sur un principe de plafonnement et d’échange des droits d’émission. Un plafond est fixé pour limiter le niveau total de certains gaz à effet de serre pouvant être émis par les installations couvertes par le système. Ce plafond diminue progressivement afin de faire baisser le niveau total des émissions.
Dans les limites de ce plafond, les entreprises reçoivent ou achètent des quotas d’émission qu’elles peuvent échanger avec d’autres entreprises en fonction de leurs besoins. Elles peuvent également acheter un nombre limité de crédits internationaux dégagés par des projets de réduction des émissions dans le monde entier. C’est le plafonnement du nombre total de quotas disponibles qui en garantit la valeur.

À la fin de l’année, chaque société doit restituer un nombre suffisant de quotas pour couvrir toutes ses émissions, sous peine de s’exposer à de lourdes amendes‘ (ahah). Une entreprise ayant réduit ses émissions peut conserver l’excédent de quotas pour couvrir ses besoins futurs, ou bien les vendre à une autre entreprise qui en a besoin.

Quel est le prix du CO² ?

Je vais vous épargner les rapports de 40 pages en allant à l’essentiel. Sachant que le GIEC préconise un prix de 100$/t CO² eq, et cela depuis plus d’une décennie, j’étais très curieux de voir si les experts climatiques avaient été écoutés par les politiques, les régulateurs, et les marchés.
Ci-dessous un premier graphique qui vous montre l’évolution du prix après le protocole de Kyoto, Copenhague (2009), et les effets de la crise de 2008 :

neutralité carbone et évolution du prix du carbone
source : https://www.rte-france.com/sites/default/files/etude_signal_prix_du_co2.pdf

Et un deuxième graphique avec les données les plus récentes que j’ai pu trouver, jusqu’à mi 2019 :

neutralité carbone et évolution du prix du carbone

Vous retrouverez les mêmes logiques de n’importe quel marché commodities : du volume, de l’open interest, des auctions, un spread, du cost of carry… Et de la volatilité, qui fait bien sûr le bonheur de nos amis sur les marchés.
Première conclusion : le prix est TRÈS LOIN d’être au niveau recommandé par le GIEC. Sur la dernière décennie, le prix est en moyenne resté très bas, voire dérisoire. Pis, en mai 2019, plus de 75 % des émissions régulées par une tarification du carbone sont couvertes par un prix inférieur à 10 dollars US (8 euros).

Neutralité carbone : le SEQE-UE évolue par phases

Bien sûr, nos politiques et régulateurs ont bien pensé la chose. Y aller par étapes, par phases. Ainsi, le système d’échange de quotas d’émission de GES a débuté le 1er janvier 2005 :

  • 1re phase de trois ans (2005-2007),
  • 2e phase de cinq ans (2008-2012),
  • 3e phase de huit ans (2013-2020),
  • 4e phase de dix ans (2021-2030).
 graphique de l'évolution du prix carbone

La phase 3, à partir de 2013, n’a eu absolument aucun impact significatif sur les prix. Il y a eu la mise en place des enchères… Et un système qui couvre davantage de secteurs et de gaz. Ah oui forcément, quand il s’agit de faire de l’argent, il y aura toujours des évolutions. Nous sommes maintenant en 2020, permettez-moi d’être un petit peu sarcastique sur l’efficacité de ce marché à contraindre nos entreprises pollueuses, surtout quand le prix pour polluer est dérisoire.

PS : je souhaitais interviewer un contact, trader carbone, pour qu’il nous explique les coulisses de ce joli métier. Entre autres, nous présenter ses clients, qui comme vous pouvez vous en douter, sont tous là pour sauver le monde. Malheureusement, il est beaucoup plus bavard après 2 bières qu’à jeun.

‘Mais dans compensation, il y a COMPENSER non ‘ ?

Le terme qui me chagrine le plus, c’est ‘compensation’. Ce terme a une connotation extrêmement négative, et j’ai l’impression que cela ne choque personne. A commencer par Air France, qui communique dessus :

neutralité carbone et greenwashing d'air france
Faire du ciel le plus bel endroit de la Terre

Au lieu de réfléchir concrètement à comment changer de modèle et moins polluer, on s’achète une conscience, et paye le droit de continuer à polluer. Et puis ce terme ‘compenser’… On dirait le vieux connard qui vient de fauter, mais qui compense : ‘Chérie ! Bon j’ai glissé et fini sur la voisine, mais je suis passé chez Louboutin pour te faire plaisir !’

Bonus : pourquoi les gaziers poussent pour une taxe carbone ?

Il ne faudrait surtout pas croire que les vendeurs d’énergie sont les meilleurs amis du monde. Non. Ils sont en concurrence, et là pour faire de l’argent, comme tout le monde. S’il vous paraît logique que la SNCF concurrence Air France sur les déplacements en hexagone, il doit vous paraître tout aussi logique que les gaziers soient en concurrence avec les vendeurs de charbon.

Pourquoi les gaziers sont-ils ravis de voir une taxe carbone s’élever ? Si vous mettez un prix du CO² sur la production électrique, cela pénalise l’électricité au charbon vs l’électricité via le gaz. Toujours la fameuse règle des 3 questions : ‘comment c’est fait, qui est impacté, et à qui cela profite’. Et vous avez tout compris.
Ainsi, le patron de Total insiste sur le fait qu’il faille un prix du CO² sur la production électrique. 30€ la tonne. Précis. Effectivement, c’est précisément le prix qui fait basculer économiquement du charbon, vers le gaz. Habile.

En revanche, sans surprise, les mêmes gaziers sont évidemment pas très fans du nucléaire. Toujours un plaisir de creuser un peu ces sujets d’énergie et d’indépendance énergétique… Et de se rendre compte que l’intérêt général est complètement bafoué par des intérêts personnels, d’argent et de pouvoir.

Le mot de la fin

J’encourage et applaudis chaque action qui mène à la décarbonation et qui aide à atténuer le changement climatique. D’ailleurs, pour mesurer mes propos plutôt pessimistes et finir sur une note plus optimiste, le SEQE est reformé en 2020 ! En revanche, le greenwashing et la communication bulls*t, ça suffit.

Vouloir la neutralité carbone, c’est une très bonne idée. La nature a fait en sorte qu’il y ait des émetteurs de CO², et des puits pour absorber ces émissions. Mais ce n’est pas en plantant 3 arbres du jour au lendemain que nous allons régler le problème, surtout en ne prenant pas en compte la biodiversité. C’est d’une telle complexité que je peine à croire que des entreprises comme Air France ou Total aient pris en compte la biodiversité et/ou le facteur temps (les arbres n’absorbent pas la même quantité de CO² selon leur âge) dans leur calcul de neutralité carbone.

Comme le préconise Stéphane Armant, merci de remplacer le terme de ‘neutralité carbone‘ par ‘contribution à la neutralité‘. En attendant l’honnêteté et la transparence, vous pouvez compter sur moi pour ne pas vous rater chaque week-end.

Restez informé des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS