Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Océan de fake news sur la voiture électrique

Publication :
fake news voiture électrique
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article

Voiture électrique ou voiture thermique ? Dans 99% des cas en France, la voiture électrique est une meilleure option d’un point de vue climatique. Ce sont les études scientifiques qui le disent, bien résumées dans un travail de synthèse exceptionnel réalisé par Aurélien Bigo, chercheur en décarbonation des transports, dans cet article.

Mais comme bien souvent, il y a un grand écart entre ce que nous pouvons trouver dans la littérature scientifique et ce que nous entendons de la part d’éditorialistes et autres toutologues habitués des plateaux TV. En tête des sujets qui concentrent le plus de désinformation, la voiture électrique est très clairement sur la première marche. C’est vrai en France, mais également en Allemagne, où le lobby automobile est le plus important de l’Union Européenne.

Communication douteuse, mensonges orchestrés : la voiture électrique n’a pas que des amis. Cet article est l’occasion de revenir sur les fake news les plus récurrentes et les plus grossières entendues depuis 18 mois.

La recherche de la solution parfaite

Le plus gros défaut de la voiture électrique est probablement de ne pas être parfaite. C’est sur cette base que la majorité des attaques se font : il y a des impacts, il faut extraire des matériaux, etc. Les critiques montrent (parfois à raison) les défauts de la voiture électrique, parfois en les exagérant à coup de cherry-picking comme le fait cet article de Reporterre, ou parfois tout simplement en les inventant.

“Non, la voiture électrique n’est pas écologique”. Merci Reporterre. Mais quelle est la conséquence d’un titre pareil et du contenu ? Cela met de côté les défauts du système actuel, c’est-à-dire un système avec des voitures thermiques et les conséquences associées. Résultat : cet article est collé partout sur les réseaux sociaux pour expliquer que non, ce n’est pas écologique, donc pas besoin de changer finalement.

La recherche de la solution parfaite est l’un des discours de l’inaction climatique. C’est ce que relève un papier de l’université de Cambridge qui a mis en exergue les 12 discours retardant l’action climatique, perçus comme les 12 excuses habituelles qui justifient l’inaction climatique.

Traduction : @EmmPont & @BonPoteofficiel
Source

Une presse pas au niveau

La difficulté pour bien présenter des chiffres sur la voiture électrique réside dans le fait d’expliquer qu’elle est indéniablement et dans 99% des cas en France une meilleure solution qu’une voiture thermique, tout en rappelant qu’elle n’est pas l’avenir de la mobilité. Cette nuance nécessaire est rappelée dans l’article d’Aurélien Bigo sur Bon Pote, qui présente une méta analyse de toutes les sources sur le sujet permettant ainsi de se faire un avis.

Mais la nuance n’est pas vraiment vendeuse. C’est ce qu’ont très bien compris certains médias qui ne s’en embarrassent pas. L’objectif premier étant de vendre du papier, conforter les préjugés et biais de ses lectrices et lecteurs, voire purement de les désinformer.

L’article ci-dessous paru dans Challenges est un cas d’école. “Une auto électrique doit rouler 200 000km pour compenser son déficit”. Sur quelles hypothèses se base ce chiffre ? Est-ce un exemple grossier de cherry-picking ou de la simple désinformation ? Car en utilisant les différents simulateurs à disposition, nous n’obtenons pas du tout le même chiffre.

De nombreuses attaques portent aussi sur “les terres rares”, la batterie et leur recyclage. Souligner que l’extractivisme est un problème, je crois que (quasi) 100% des personnes soucieuses de respecter l’environnement seront d’accord avec cela. En revanche ici, il ne suffit pas d’affirmer qu’il faut extraire des matériaux pour la voiture électrique mais de comparer avec l’existant (source Ademe et AIE)

Oui, la voiture électrique utilise plus de certains métaux comparé à un véhicule thermique. Mais la voiture thermique est aussi très consommatrice en la matière ! Cependant, même en prenant en compte la batterie et le recyclage, donc avec Analyse de Cycle de Vie, la voiture électrique reste dans l’immense majorité des cas un meilleur choix (donc moins pire) en France qu’une voiture thermique.

Exemples d’articles ou de livres qui ont été très relayés et qui ont participé à la désinformation sur la voiture électrique.

Guillaume Pitron et Aurore Stéphant, la désinformation malgré eux ?

Depuis au moins deux ans, dans les commentaires et posts de Bon Pote sur les réseaux sociaux et plus largement tous les posts qui concernant la voiture électrique, vous pouvez retrouver des vidéos de Guillaume Pitron et d’Aurore Stéphant comme preuve irréfutable que la voiture électrique est une hérésie.

Les personnes qui commentent souhaitent, à juste titre, souligner les risques de l’extractivisme et de la pollution avec la voiture électrique. Très bien. Sauf que les vidéos en lien sont truffées d’erreurs et cela n’apporte rien de constructif, comme ce commentaire sur Linkedin qui cite Aurore Stéphant : “conséquences des activités minières pour le compte de la transition écologique qui pourraient dépasser les impacts qu’on a souhaité éviter avec la mise en place des dits dispositifs“.

C’est malheureusement faux, comme de nombreux propos tenus par Aurore Stéphant sur Thinkerview concernant la voiture électrique. Rodolphe Meyer a fait une démystification sur Twitter. Concernant les impacts miniers, elle cite une étude en la présentant comme “des faits”, sauf que l’étude est au conditionnel, et n’a pas fait de comparaison entre “impact miniers et impact environnementaux”, ce qu’avance pourtant Aurore Stéphant dans l’interview.

Il y a eu aussi d’autres corrections (ici et ici et ici), mais comme toujours, la correction aura beaucoup moins d’impact que les propos tenus en direct. Conséquences : nous devons courir après les erreurs et les corriger, ce qui fait perdre beaucoup de temps et d’énergie au lieu d’avancer dans le bon sens.

Aurore Stéphant sur Thinkerview
Le fact-checking de Captain Fact sur la vidéo est quasi inexistant

Même chose pour Guillaume Pitron, journaliste et auteur de La guerre des métaux rares : la face cachée de la transition énergétique et numérique. Cette vidéo titrée Une voiture électrique pollue autant qu’un diesel, est un condensé d’arguments fallacieux et de pure désinformation, mais elle a été vue presque 400 000 fois. Même discours sur Thinkerview, avec 848 000 vues. Il suffit de lire les commentaires pour se rendre compte des dégâts que peuvent faire la désinformation sur la voiture électrique.

En rédigeant cet article, et après avoir passé des heures à lire des commentaires et mis de côté des exemples de désinformation depuis au moins 18 mois, je ne peux que confirmer que la désinformation vient autant des journaux ‘écolos’ et de personnes ‘expertes’ que des journaux comme Challenges, les Echos etc. C’est terrible, car au final, les énergies fossiles gagnent et nous sommes tous perdants.

PS : Aurore Stéphant et Guillaume Pitron ont été contactés, sans réponse. Si elle et il le souhaitent, un droit de réponse constructif est possible.

Fin de la vente des voitures thermiques en 2035 : cas d’école de pression politique et de désinformation

Sur la fin de la vente des voitures thermiques en Union Européenne en 2035, les rebondissements sont aussi forts que la désinformation sur le sujet. Sur les réseaux sociaux, sur les chaines d’infos en continu comme ici avec Pascal Perri sur LCI (chez Pujadas, toujours dans les bons coups), où les idées reçues et mensonges grossiers sont alignés un à un sans aucune contradiction.

Début mars, l’Allemagne a refusé de voter le texte qui interdit la vente des voitures à moteur thermique à partir de 2035. Est-ce une surprise ? Oui, car c’est à rebours du discours politique depuis plusieurs mois. Mais c’est cohérent avec la position du ministre des transports Volker Wissing (membre du parti libéral FDP), soutenu par la Fédération des constructeurs allemands, VDA), qui préfère construire des autoroutes plutôt que d’investir massivement dans la mobilité active.

Même chose sur les réseaux sociaux où cette date butoir devient une référence pour critiquer l’Union Européenne, qui voudrait “vendre sa souveraineté à l’Asie“. A titre d’exemple, cette carte a fait des dizaines de milliers de réactions sur tous les réseaux sociaux :

La FEDA, Fédération de la Distribution Automobile, a même fait une publicité en septembre 2022 pour expliquer pourquoi 2035 était évidemment trop tôt pour eux. Avec les arguments faux et fallacieux habituels : les classes populaires qui achèteraient des véhicules neufs, le désormais argument très classique des terres rares venant de Chine dans les voitures électriques (c’est faux)…

2035, c’est trop tard

A travers ce jeu politique nous voyons surtout des acteurs qui n’ont pas compris à temps qu’il fallait électrifier les véhicules et qui retardent autant que possible la transition écologique, peu importe les conséquences. Comme dans toutes les industries, le bon management est d’anticiper les tendances et de faire pivoter votre entreprise si besoin, plutôt que de continuer avec le même business model et d’aller dans le mur, avec les conséquences sociales inévitables.

De plus, même si 2035 paraît être trop tôt pour certains, c’est pourtant déjà trop tard, comme le rappelle Yamina Saheb, autrice principale du groupe 3 du GIEC :

Le virage industriel envers la voiture électrique a été pris il y a 10 ans. 2035 est un compromis pour permettre à ceux qui ont manqué ce virage d’essayer de se rattraper. Mais cela mettra fin à la neutralité carbone en 2050.

Étant donné que la durée de vie moyenne d’une voiture bien entretenue est de 15 ans, ce vote nous enferme dans le carbone.

Des politiques français pas au niveau

Si l’Allemagne n’est vraiment pas au niveau de l’urgence climatique, il n’y a pas vraiment de quoi se réjouir du niveau des débats en France. De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, il n’y a pas un seul parti politique qui ait clairement exprimé la nécessité de réduire le parc de voitures individuelles en France et d’électrifier autant que possible la flotte des véhicules.

En septembre 2021, Sandrine Rousseau répétait les arguments des lobbies pétroliers pour défendre la voiture thermique au micro de BFMTV. Il y a un an, le Président de la Région Auvergne Rhône-Alpes Laurent Wauquiez parlait de “folie des voitures électriques” dans un texte où il y a une fake news par paragraphe. Pas mieux du côté de Jean-Louis Thiériot, sénateur de Seine-et-Marne, qui se félicite du blocage de l’Allemagne pour la fin de la vente de véhicules thermiques en 2035.

A nouveau, les réseaux sociaux n’aident pas et nous devons courir après la désinformation. Deux exemples récents datant du mois de mars 2023. Le premier, sous une intervention du ministre des Transports Clément Beaune sur LCI et relayée sur Twitter, plus de 1000 commentaires dont l’immense majorité fait de la désinformation.

Si vous ne connaissez pas le sujet et n’avez pas lu un article qui revient sur les principales idées reçues, comment s’assurer de la véracité des propos des politiques ?

Autre exemple sur le réseau professionnel Linkedin où un post a fait plus de 1 000 réactions, avec toujours les mêmes arguments : la voiture électrique est idéologique, elle profite aux Chinois, on veut tuer l’industrie en Union Européenne, etc.

A se demander si cela n’est pas orchestré et relayé par des gros comptes (toujours les mêmes qui désinforment), comme le CNRS l’avait relevé pour les antivax complotistes qui devenaient climatosceptiques par intérêt. Mettre en exergue qui parle de la voiture électrique et comment serait particulièrement instructif.

Une désinformation mondiale sur la voiture électrique

Cerise sur le gâteau, la désinformation sur la voiture électrique dépasse très largement les frontières françaises. Dans un excellent document de Climate Action Against Disinformation (CAAD) faisant la synthèse des impacts qu’a la désinformation sur le climat et sur la perception du public, on se rend bien compte que les mêmes arguments fallacieux utilisés en France sont aussi utilisés ailleurs.

En Allemagne, 43% de la population pense qu’il ne serait pas possible de produire suffisamment de lithium pour approvisionner le monde en véhicules électriques, et 45 % pense que le réseau électrique ne sera jamais en mesure de gérer l’augmentation du nombre de véhicules électriques. Les mêmes arguments qu’en France, comme si “personne n’y avait pensé”, alors que c’est déjà prévu dans le rapport Futurs énergétiques 2050 de RTE.

La désinformation est la même concernant le lithium au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Inde, où respectivement 43%, 34% et 31% des habitants pensent qu’il n’y aura jamais assez de lithium pour construire des voitures électriques. Or le problème n’est pas un sujet de réserves, mais plutôt de flux, avec une production qui ne pourrait pas suivre un remplacement de 100% de la flotte mondiale. Ce n’est par ailleurs pas souhaitable, puisqu’il faut réduire le nombre de voitures individuelles en circulation pour respecter nos objectifs climatiques.

Il est également intéressant d’observer que ce sont encore et toujours toujours les mêmes désinformateurs aux manettes, que ce soit des climatosceptiques comme Bjorn Lomborg ou encore Michael Shellenberger, désormais grand défenseur des énergies fossiles.

Le mot de la fin

Au début du 20e siècle, les voitures à moteur thermique cohabitaient avec celles à moteur électrique. Quelques décennies plus tard, et bien aidé par un lobbying intense des compagnies pétrolières, la voiture thermique s’est imposée. Aujourd’hui, et pour des raisons écologiques, c’est la voiture électrique qui doit s’imposer face au véhicule thermique.

Rédiger cet article n’a pas été une partie de plaisir. Replonger dans la masse de désinformation sauvegardée sur la voiture électrique depuis 18 mois rappelle à quel point il est difficile de faire passer un message nuancé. “L’avenir de la voiture sera assurément électrique, mais la voiture individuelle ne doit pas être l’avenir de notre mobilité.”

Soyons toutes et tous vigilant(e)s sur ce sujet dans les semaines et mois à venir. Avec les dizaines de milliards en jeu, les intérêts politiques et l’amour de la voiture individuelle en France, il est certain que les fake news sur la voiture ne vont pas s’arrêter de si tôt.

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

68 Responses

  1. Pour quelqu’un qui se targue d’être objectif c’est râté…primo la voiture thermique ne sera pas interdite à compter de 2035, c’est un raccourci journalistique scandaleux car renseignement pris auprès de la commission européenne ce sont les moteurs thermiques émetteurs de CO2 or il existe de la R&D sur le moteurs à hydrogène thermiques (dont le défaut actuel est le stockage de l’hydrogène qui est une véritable bombe en cas d’incendie donc qui intrinsèquement présente des défauts). l’électrique pour être pertinent doit être considéré sur un cycle industriel complet (incluant le recyclage et la réutilisation des métaux), lorsque nous maîtriserons la totalité du cycle de vie et le cycle du puit à la roue alors effetivement l’électrique deviendra un outil de décarbonation pertinent (sous réserve que les moyens de production d’électricité soient décarbonés, accessibles à tous et à un tarif concurrentiel…nous en sommes loin). Le vrai problème c’est que ce sujet est clivant voire dogmatique alors qu’il devrait faire l’objet d’une planification

  2. Merci pour cet article si riche, une belle honnêteté intellectuelle (notamment beaucoup de sources !). Que pensez-vous des arguments de Jean-Marc Jancovici concernant la voiture électrique ? (Pas franchement pour)

    1. Il n’est pas contre non plus. En revanche, il est contre les gros SUV (que ce soit thermique et électrique). Il prône les petits véhicules léger (qu’ils soient essence ou électrique). Il est pour les “Downsizing”.

      1. Ça c’est du parisianisme… la mobilité varie selon son lieu de vie…arrêtez de ne voir que votre boulevard et ouvrez votre champ de réflexion sinon, vous êtes dans le camp de ceux que vous critiquez !!!

    2. Merci pour cet article si riche, une belle honnêteté intellectuelle
      tu a pas tout lu je crois ou tu n’est pas au courant des omission volontaire comme les changement de ton pack de batterie 3 foi dans la vie de ta voiture, la consommation d eau potable phénoménale de la production des batterie… , qui si sont prie en compte rende la voiture électrique plus polluante que la voiture thermique.
      Mais ça c’est des argument de complotiste

  3. Je travaille depuis bientôt 3 ans à coté de la rocade à Toulouse, je viens parfois à pied au travail et je passe sur le pont au dessus des bouchons à 7h30. Je n’étais pas particulièrement pour la voiture électrique avant de me mettre à marcher à pied en milieu urbain périphérique car j’étais, comme beaucoup de gens , dans mon habitacle automobile, isolé du bruit et des gaz d’échappement.
    Donc pas besoin de s’écharper ou d’argumenter à longueur de temps, chers concitoyens septiques, allez marcher en ville aux heures de pointes et respirez … cela vous amènera probablement comme moi à revoir votre position sur la voiture électrique car toute solution est mieux que la voiture thermique quel que soient les calculs, les faiblesse des autres solutions;
    Il faut juste aller au contact PHYSIQUE du problème pour réellement prendre conscience simplement en tant qu’^tre vivant … respirant.

  4. L’ Agence de la transition écologique (Ademe) éclaircit l’impact carbone réel de la voiture électrique. Conclusion : elle est bel et bien moins polluante qu’un modèle essence, à condition qu’elle soit légère, avec une batterie de «capacité raisonnable» et donc une autonomie limitée.
    Sur l’ensemble de sa durée de vie, une voiture électrique roulant en France a un impact carbone 2 à 3 fois inférieur à celui d’un modèle similaire thermique, si sa batterie consomme moins de 60 kWh. Avec une batterie de taille supérieure, bien plus lourde, «l’intérêt environnemental n’est pas garanti», explique l’agence.
    Voir l’avis :
    https://presse.ademe.fr/2022/10/mondial-de-lautomobile-lademe-publie-son-avis-sur-le-vehicule-electrique-une-batterie-de-taille-raisonnable-assure-une-pertinence-climatique-et-economique.html

  5. J’ai une VE et un abonnement chez Enercoop depuis 10 ans déjà ; 90% du temps je charge ma voiture le soir chez moi, en finançant donc mon fournisseur d’élec… Quelle fatigue de discuter à chaque fois avec des gens qui n’ont jamais testé autre chose que la voiture thermique mais ils s’expriment comme s’ils connaissaient déjà tout.
    Et oui, je préférerais le vélo et la marche, mais la réalité aujourd’hui et que nous avons besoin de 1 voiture (on est une famille de 4, nous avons fait le choix d’avoir une seule voiture) pour certains déplacements de la semaine (en plus du bus, de la marche, du vélo et du covoiturage qu’on pratique aussi dans la semaine). On a donc une seule voiture, électrique, et je crois vraiment que c’était le bon choix.
    A ceux qui critiquent la VE, j’attends vos solutions !

  6. Pitron et Stéphant ne cherchent pas à promouvoir la voiture thermique. C’est tout simplement fallacieux d’affirmer ça.
    Ils cherchent à démontrer que l’électrification à outrance de notre économie (éoliennes, panneaux PV, voitures électriques, numérisation de tout ce qui peut l’être, etc.) est une hérésie et ne fera qu’accentuer la dégradation du climat, de l’environnement et du social. En tous cas c’est comme ça que je le comprends. Je suis contre la voiture électrique, comme je suis contre la voiture thermique, si elle est utilisée de manière individuelle. Au lieu de promouvoir les EnRi et la voiture électrique, il faudrait mieux promouvoir le vélo et la sobriété. Les défenseurs du climat ont bien souvent des lorgnettes, car ils ne prennent pas en compte l’aspect systémique du problème (ressources, extractivisme, exploitation humaine, …).

    1. Il n’est pas écrit qu’ils font la promotion de la voiture thermique -> vous mentez, ou avez mal lu, et m’accusez d’avoir des arguments fallacieux. Quelle fatigue.

    2. Ceux qui sont contre la voiture électrique n’ont jamais de sources. Ils sortent des vidéos ou des textes ne contenant aucune source. En revanche, ceux qui sont pour la voiture électrique sont capables de te sortir énormément d’éléments et de recherches allant dans leur sens (Ademe, GIEC) pour ne citer qu’eux.

      Les arguments anti-VE sont souvent très limités. Certains ne font pas l’effort de se renseigner et d’intellectualiser leur démarche. La démarche à adopter est la suivante : quand on ne sait pas, on se renseigne. Bien évidemment, les commentaires anti-VE sur Facebook/PMU du coin ne sont pas une source fiable.

      Le débat pour ou contre la VE sera celui de demain et j’ai peur (vraiment) que cela devienne de plus en plus agressif à l’approche d’échéances comme celle de 2035. Les gens sont déjà très agressifs dans la vie réelle. Entre ceux qui viennent casser les voitures Tesla ou les insultent…

      Merci pour cet article, je le garde en favoris et il me servira à défendre la cause.

      1. Facile de sortir les arguments pmu pour faire passer chaque personne contre la voiture électrique comme des idiots qui n’aurait pas compris, maintenant expliquer moi la raison du prix honteusement plus élevé pour un modèle électrique vis à vis de son équivalent thermique, une solution pour ceux qui ne sont pas propriétaire de leurs logement et qui ne peuvent pas avoir de prise de recharge chez soit, sans parler de ceux qui n’ont pas de garage, ceux en appartement etc. Toujours marrant les pro électrique

  7. Bonjour,

    je la fais très très courte. Au sujet de Stephan et Pitron, est-ce que l’on est dans un cadre de controverse, ou d’arguments purement fallacieux, sciemment avancés ?
    > Quels en seraient les intérêts pour Stephan et Pitron ? ( je n’ai pas d’avis là-dessus, du blé, notoriété, égotrip … ? )

    > Egalement, Bon pote, si tu as des infos concernant ce que nous raconte Philippe Bihouix, qui tient la même ligne que Pitron et Stephan sur le sujet des capacités et des impacts, je suis preneur. Si l’on s’en tient à ce que tu nous avances dans ton super article, Bihouix doit être passé au crible, au fort doute même..

    Merci pour ta réponse, si tu a du temps évidemment.

    1. Je pense que la question est très mauvaise. Tout de suite, vous cherchez à connaître les intentions de la personne, comme si BonPote, moi ou quiconque étions capables de lire dans leur esprit. Peu importe leurs raisons : ils ont tord, et ils sont visibles, donc ce n’est pas bon.
      Il faut arrêter de chercher des conflits d’intérêt partout sérieusement…

  8. J’ai été un peu déçue par cet article et pourtant je suis assez fan de Bon Pote et son travail opiniâtre et d’utilité publique… Ok la VE électrique est moins mauvaise pour le climat et émet moins de CO2, et c’est d’ailleurs l’argument massue utilisé pour nous la vendre. Mais ce discours occulte presque toujours que le corollaire est de renforcer notre dépendance au nucléaire puisqu’il en est ainsi chez nous. Il n’y a pas qu’un seul problème à traiter (le climat) dans la crise écologique. La VE est donc une solution en demi-teinte et il serait honnête de l’assumer comme telle avec toute la complexité du sujet, sinon on n’avancera pas. Soulever une oeillère pour s’en coller une autre sur l’autre oeil ne me semble pas très satisfaisant. En revanche le lobby du nucléaire doit faire couler le champagne à flot en ce moment, je suppose qu’il devient même suspect et anti-patriotique de parler comme ça ! C’est fuir un problème pour se précipiter dans un autre et il me semble important de donner une vision d’ensemble. A moins que le primat de développement du nucléaire sur celui des EnR, la gabegie financière qu’il entraîne, les risques, la nécessité d’importer l’uranium… soient également de scandaleuses idées reçues (et c’est pourquoi je m’attendais à ce que l’article aborde au moins le sujet) 😉

    1. Mais, vous avez bien lu qu’il était écrit que la voiture électrique n’était pas l’avenir de la mobilité ? Que faut-il de plus ? Je m’inquiète vraiment, c’est marqué noir sur blanc.

      1. Sauf que la voiture individuelle (peu importe sa motorisation) restera l’avenir de la mobilité. Nous n’avons aucune solution technique et politique qui permettrait de changer cela. Les citoyens ne le veulent majoritairement pas, les partis politique et les entreprises non plus.
        Et je me demande ce qui permet de dire avec assurance que la VE n’est pas l’avenir de la mobilité. A moins de lire dans le marc de café, si l’on s’en tient aux efforts politiques, aux volontés du capital et à notre “culture” en général, rien ne semble montrer que cela changera (sauf catastrophe extrême).

    2. Refuser l’électrification des véhicules sous prétexte que ça va vaire les choux gras du nucléaire, c’est une abération logique. On peut refuser à la fois le nucléaire ET les GES du transport, tout en condamnant une société basée sur la voiture individuelle. Et d’ailleurs, si on regarde la figure SPM.7 du dernier rapport de synthèse du GIEC, on voit (à l’échelle mondiale au moins) que développer le nucléaire est une bien moins bonne affaire que l’éolien ou le solaire.

      Par contre je suis pessimiste sur le fait que la société se détourne à court ou moyen terme de la voiture individuelle, quelle que soit sa motorisation. Cela demanderait un énorme volonté politique afin de changer l’aménagement du territoire, opérations qui prendrait probablement plusieurs décénies. Or cette volonté est inexistante, sinon complètement inaudible. À nous de la porter !

      1. Cette absence de volonté politique est pour moi la principale raison pour laquelle la VE est néfaste, même si technologiquement parlant il est possible que son bilan carbone soit meilleur que celui de la VT. Mais elle est avant tout la réponse technologique de notre système productiviste à un problème qu’en fait il est incapable de résoudre sans se saborder. Les responsables politiques, biberonnés comme nous tous à la logique de la croissance économique infinie, entretiennent grâce à elle l’illusion qu’on va pouvoir contrôler le dérèglement climatique sans trop se préoccuper de revoir notre niveau de consommation à la baisse – et ce tout en évitant soigneusement d’évoquer les autres limites écologiques déjà plus ou moins largement dépassées. Les utilisateurs de VE contribuent certes à rendre la voie publique plus agréable en n’émettant ni bruit intempestif ni gaz malodorants, mais la liste des bienfaits s’arrête là. Pas plus qu’ils ne réduiront les embouteillages ou les risques d’accident ils n’auront d’incidence positive sur la limitation du réchauffement puisque leur choix s’inscrit dans une logique économique incompatible avec les limites écologiques de la planète Terre, et qui n’est pas près de céder la place à un système réellement soutenable.
        Une société soutenable devrait se baser sur les transports en commun et fonctionner avec peu de véhicules individuels, légers, sans gadgets, de préférence partagés et circulant dans des territoires réaménagés pour limiter les besoins en déplacement. Que voit-on actuellement? Des voitures en nombre croissant, de plus en plus grosses et lourdes, un éparpillement de l’habitat de plus en plus important, la poursuite du développement du réseau routier, et cerise sur le gâteau: la F1 électrique, qui certes permet de booster la recherche, mais qui vise avant tout à entretenir la dévotion populaire pour la voiture individuelle privée. inutile de dire que dans ce contexte, la VE n’est rien d’autre qu’un miroir aux alouettes.

    3. Le lobby nucléaire est insignifiant, comparé aux lobbies pétrolier ou gaziers. Se battre contre des énergies decarbonees (nucléaire comme vous le faites, ou enri pour d’autres) est aberrant et contre-productif.

  9. Certes, la voiture électrique émet moins de CO2 quand elle roule… Par contre, comment produire toute cette électricité? Ce ne sont hélas pas les énergies renouvelables qui vont alimenter toutes les stations de recharge.
    Les voitures électriques étant nettement plus lourdes sont également bien plus émettrices de particules fines que les voitures thermiques, l’usure des pneus étant plus importante.
    Je pense – mais qui suis-je pour penser cela? – que la voiture électrique n’est qu’une solution à court terme. Elle n’est en plus pas pour tout le monde car elle reste hors de prix. Et je pense qu’il existe d’autres alternatives: le chanteur Neil Young roule avec de vieilles américaines bien lourdes et pourtant il ne consomme pratiquement rien. Avec un ingénieur, il a mis au point un système qui permet à ses voitures de rouler au déchets organiques! (https://www.google.be/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwjI_6ud7Of9AhWLxAIHHRhNBWQQFnoECCkQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.whichcar.com.au%2Ffeatures%2Fneil-young-lincvolt-electric-1959-lincoln-continental-mark-iv&usg=AOvVaw2yGPHobP-hRCZT11K_z0Cv)
    Que ce soit pour les voitures thermiques ou les électriques, deux lobbies se font face et, sans vouloir jouer au complotiste de bas étage, personne n’a intérêt à faire rouler des voitures plus ou moins propres…

  10. Un autre sujet non abordé, que deviennent nos voitures thermiques qui ne sont pas en fin de vie ?
    Une bonne partie part polluer en Afrique et dans les pays pauvres. Ces voitures moins chères contribuent à augmenter l’usage de la voiture dans ces pays. Ca s’appelle l’effet rebond.
    Une seule solution : la décroissance matérielle, pas la croissance verte.
    Michel

  11. Merci BonPote . Je vous cite :
    “Attention, vous allez être choqués : une voiture n’a RIEN d’écologique. Donc merci d’arrêter de faire de la pub pour vos voitures vertes/ à hydrogène/etc. ( dans le etc, on pourrait évidemment mettre “électrique”) . Si Volvo veut un “Déclic nature“, qu’ils commencent par arrêter de payer des influenceuses pour jouer le jeu du Business as Usual. Je répète : une voiture n’a RIEN d’écologique. Rien.”

    “Non, la voiture électrique n’est pas écologique”. Merci Reporterre. Dites moi, c’est sympathique de critiquer Reporterre , mais au vu de votre propre texte ci-dessus, ne trouvez vous pas que c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité ?

    Un commentaire de l’article précédent , pour ce qui est de “changer sa voiture” , évoquait un sweet spot à 20 ans … alors, critiquer Reporterre par exemple en disant “cet article est collé partout sur les réseaux sociaux pour expliquer que non, ce n’est pas écologique, donc pas besoin de changer finalement.” , désolé mais thermique ou électrique, si c’est pour changer tous les deux ans, ce n’est certes pas écologique du tout …une autre façon de le dire, c’est que , la sobriété et l’écologie , en la matière, électrique ou pas, passe par augmenter la durée de vie du parc de bagnole …mais non, il faut d’urgence changer pour de l’électrique ( avec ce faisant les émissions immédiates à la construction ( 3/4 des émissions à la construction pour le VE) que cela implique …

    Bref, comme dans l’article précédent, et même si tout est à peu près dit, l’emphase , consciemment ou pas, est de fait au final plus mise sur le nécessaire passage à l’électrique ( cf les tires par exemple ) , que sur le message “L’avenir de la voiture sera assurément électrique, mais la voiture individuelle ne doit pas être l’avenir de notre mobilité.”

    Et on reste de ce fait, même si ce n’est très certainement pas intentionnel, sur une petite impression amère de “technosolutionisme”

  12. Attention, vous allez être choqués : une voiture n’a RIEN d’écologique. Donc merci d’arrêter de faire de la pub pour vos voitures vertes/ à hydrogène/etc. ( dans le etc, on pourrait évidemment mettre “électrique”) . Si Volvo veut un “Déclic nature“, qu’ils commencent par arrêter de payer des influenceuses pour jouer le jeu du Business as Usual. Je répète : une voiture n’a RIEN d’écologique. Rien.

  13. Pendant que l’Europe s’interroge et tourne en rond, ceux qui souffrent le plus de la pollution atmosphérique avancent en se posant moins de questions…

    In 2022, China’s new energy vehicles showed explosive growth, with the production and sales of 7.058 million vehicles and 6.887 million vehicles, up 96.9% and 93.4% year on year, respectively, maintaining the first place in the world for eight consecutive years; The sales of new energy vehicles accounted for 25.6% of the total sales of new vehicles, which has greatly exceeded the expected target.
    It is predicted that the total demand for electrical steel in China will increase by 22.5%~25% on average during the “14th Five-Year Plan” and even the “15th Five-Year Plan”, of which the production and sales of new energy vehicles may reach more than 10 million by 2025 and more than 30 million by 2030.

    Et ceux qui diront, à raison pour l’instant, que l’électricité chinoise est produite à partir du charbon, renseignez-vous sur les projets de production d’électricité nucléaire chinois dans les 20-30 ans à venir…

    1. Et deja sur les productions chinoises d’électricité renouvelable qui à elles seules sont plus importantes que celles réunies de l’Europe et des USA

      1. Et pourtant la Chine est devenue le plus gros émetteur de GES, ce qui signifie que les chinois ne font qu’additionner les différentes sources d’énergie, pas de remplacer les énergies carbonées par des énergies vertes.

  14. Je suis profondément déçu par Bon Pote. Initialement Bon Pote avait tendance à fédérer et à informer objectivement. Maintenant Bon Pote détient la vérité. Ceux qui doutent ne sont pas sur le bon chemin, et c’est pourtant un précepte scientifique. Bon Pote devrait le savoir dans ces affaires, les effets rebonds sont redoutables et nous ne saurons que dans quelques années qui aura eu tord ou raison ?
    Un point crucial peu évoqué : l’origine de la production électrique (fossile, nucléaire, ou renouvelable). Vérité ici, mensonge ailleurs!
    Michel (décroissant)

    1. Les propos se reposent pourtant sur des propos scientifiques… Que vous faut-t-il de plus? A part évidemment la solution parfaite?

      Un point crucial déjà évoquée à d’innombrables reprises : le mix électrique français est largement décarboné. Au passage, tous les articles que j’ai lu ventant les bénéfices des VE mentionnent spécifiquement l’origine de l’électricité comme facteur déterminant. En Chine par exemple avec leur mix actuel, avoir une VE a un impact plus important qu’une VT. EN Chine avec leur charbon, pas en France.

      La quantité de mauvaise foi et de “je lis ce que je veux et j’oublis le reste” dans les commentaires, c’est dingue.

    2. Je suis entièrement d’accord avec vous. Bonpote détient la vérité et il est inutile de discuter avec lui. Dans le cas d’Aurore Stéphant, elle amène quantité d’arguments pour expliquer les problèmes de l’électrique. Mais on ne retiendra que « Le fact-checking de Captain Fact sur la vidéo est quasi inexistant », comme si c’était une mauvaise chose…
      Bonpote déçoit.

  15. surprenant de voir bon pote tomber dans la défense du capitalisme vert et de la bagnole.

    il apparait pourtant assez clair que les changements nécessaires pour limiter le dérèglement climatique imposent de se passer de voiture, qu’elle soit dotée cd’un moteur électrique, ou d’un moteur thermique.

    Les changements à mettre en place sont bien plus radicaux que “continuons à faire pareil en remplacant un type de moteur par un autre”. On devrait plutôt être sur un axe de refondation de nos modes de vie pour ne plus dépendre de la voiture et réduire nos besoins de mobilité.

    Le véhicule individuel pour lutter contre le changement climatique est probablement électrique, mais ce n’est pas une voiture. il faut plutôt regarder du coté des vélomobiles électriques comme le faisait déjé remarquer low-tech mag il y a maintenant 13 ans: https://www.lowtechmagazine.com/2010/09/the-velomobile-high-tech-bike-or-low-tech-car.html
    l’article a été traduit en français en 2018: https://www.lowtechmagazine.com/les-v%C3%A9lomobiles-electriques-aussi-rapides-et-confortables-que-les-automobiles-mais-80-fois-plus-efficaces.html

    Une prise de position somme toute assez décevante de la part de bon pote qui nous a habitué à des publications plus qualitatives que ça. Tomber dans le piège du faux dilemme de voiture thermique ou voiture électrique, c’est oublier que ni l’une, ni l’autre ne sont des solutions viables et qu’il y a d’autres options.

    Cordialement

    1. Bonjour, c’est marqué noir sur blanc qu’il faut réduire la voiture individuelle. A un moment ce serait bien de lire, ou d’apprendre à lire, ou d’arrêter la mauvaise foi. Cordialement.

  16. Bonjour, ça serait cool de modifier la phrase : “De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, il n’y a pas un seul parti politique qui ait clairement exprimé la nécessité de réduire le parc de voitures individuelles en France et d’électrifier autant que possible la flotte des véhicules” ?

    Je ne suis pas responsable de ce que font les partis politiques autres mais en ce qui concerne EELV on a fait le taf et il est juste là : https://energie.eelv.fr/voiture-electrique-la-position-officielle-des-ecologistes/

    ou là (mais c’est la même chose) : https://transports-territoires.eelv.fr/motion-et-note-sur-la-voiture-electrique/

  17. Comme d’habitude la division sert les puissants qui ne changeront rien, ou plutôt qui laisseront faire le marché… qui lui ne nous emmènera jamais sur la bonne voie.
    La meilleure voiture c’est celle qu’on n’utilise pas.
    L’électrique j’ai pas les moyens. Changer de voiture non plus.
    Le discours sur le choix de la voiture c’est un problème de riche, vivement une vraie bonne crise économique qui nous fera tout simplement reduire… quelque soit les solutions technologiques , puisqu’on est incapable de prendre les mesures pour être au niveau d’ici 2050.

  18. Ce qui manque dans ces études, c’est que les voitures électriques – du moins leurs batteries, mais pas seulement – ont une durée de vie beaucoup plus longue que les voitures thermiques. Avec 1500 recharges complètes, une batterie d’une autonomie de 400km garde donc une bonne autonomie jusqu’à 600 000km, soit trois fois plus que la durée de vie typique d’une voiture thermique (200 000km). Et les données qu’on a sur les premières Tesla qui ont maintenant 10 ans semblent confirmer cela. Mais toutes les comparaisons font comme si les VE étaient bonnes pour la casse à 200 000km. La réduction des émissions CO2 est donc en réalité près de 3 fois plus grande que ce qui est annoncé ici.

    1. Vous êtes très optimiste, car comme beaucoup de chose, la qualité va probablement baisser pour faire baisser les coûts prohibitifs de la voiture électrique. Et n’oublions pas que le recyclage des batterie coutera très cher.

      1. Vous dites beaucoup de choses et surtout n’importe quoi .
        1) Je roule VE dejà depuis 9 ans
        2) La qualité est croissante grace à l’évolution de la technologie
        3Le recyclage coutera de moins en moins cher car de marginale il deviendra industriel !
        Je ne m’étonne pas de ne pas trouver votre nom dans le repéertoire des ingénieurs et scientifiques de France !
        Serge Rochain

  19. J’apprécie d’habitude beaucoup vos posts. Mais le problème du message nuancé par lequel vous terminez est qu’il inverse les priorités : écrivez plutôt « la voiture individuelle ne peut pas être l’avenir de notre mobilité, et ce qu’il restera de l’usage de la voiture sera assurément électrique ».
    Électrique ou non, la voiture et son monde sont une impasse écologique et un paradigme de mobilité dont nous devons urgemment sortir. L’article de Reporterre présente peut-être des idées faciles à distordre ou à récupérer, mais il n’en fait pas moins passer le point essentiel.

    1. Je le trouve pour ma part étonnement bien écrit justement par rapport à d’habitude. Par contre la mauvaise foi des commentaires…

      Non sérieusement, vous croyez vraiment à ce que vous dites? Croyez-vous VRAIMENT que les gens vont abandonner la voiture au profit des autres modalités, comme ça, après explication? Avez-vous déjà demandé à des gens d’utiliser moins la voiture? Pour la plupart, la voiture, ce n’est pas juste un produit, c’est une RELIGION. Ils pensent voiture d’abord, le reste SEULEMENT si elle déconne ou est trop chère.

      Je vous invite à vous renseigner sur la pensée magique. TLDR : ce n’est pas parce qu’on rêve de quelque chose qu’il s’accomplira.

      PS : moi aussi j’aimerai sincèrement que ces boîtes de conserve cessent de dominer les villes. J’utilise le vélo quasiment tous le temps, le train, bus et TGV pour les occasions. Leur bruit m’agasse, sentir les gaz d’échappement, la place pas possible qu’elles prennent, etc. Mais voilà, on a une économie, la pub et une culture toute entière basée sur elles.

      1. Petite réaction, la majorité des gens ne renonceront pas à la voiture individuel par choix, ils y renonceront de façon contrainte… Le prix du gasole, de l’électricité, la diminution des ressources ne feront qu’augmenter le prix. De plus, les villes renonceront de plus en plus à la place pour le voiture…

      2. Très juste, et c’est bien pour ça que la VE ne résoudra rien. Dès lors, pourquoi la défendre? J’avoue que cet article me laisse perplexe.

  20. J’aime bien la conclusion “L’avenir de la voiture sera assurément électrique, mais la voiture individuelle ne doit pas être l’avenir de notre mobilité.” ça résume bien.
    Mais le scénario “voiture thermique lowtech” a-t-il était considéré?
    On est capable de faire des voitures qui consomment 2L/100km. Et ce en France en sourçant plus localement que pour les batteries.
    Ne serait-ce pas un scénario souhaitable? (En parallèle d’un changement d’usage bien sûr) il me semble qu’il n’en est jamais question.

  21. Je suis surpris par l’assertion suivante : “Au début du 20e siècle, les voitures à moteur thermique cohabitaient avec celles à moteur électrique”. Il me semble que ce qui a tué la voiture électrique c’est le pétrole qui était infiniment plus pratique et transportable que les batteries. Dans ma compréhension (éclairée par mon activité rémunéré d’ingénieur R&D batterie pour un fabriquant de tchoutchous) C’est la batterie Li-ion qui a viabilisé la voiture électrique. Je ne crois pas qu’on puisse imputer aux lobbies pétrolier la non maîtrise de la technologie Li-ion et ses déclinaisons les plus énergétiques dans les années 1900 lorsque le moteur à combustion interne s’est imposé… Je vais écouter l’émission de France Culture que vous citez et je répondrais à ce commentaire si elle nuance ma réponse.

    Sinon pour le reste je suis tout à fait d’accord. Le problème de la voiture, c’est la voiture et de manière générale le moteur à combustion interne doit laisser sa place au moteur électrique qui leur sont infiniment superieur lorsqu’il s’agit d’utiliser l’énergie et la matière avec parsimonie. A chaque déplacement sa solution de transport optimale. Chaussures/vélo pour les petits trajets du quotidien, TC pour les axes structurants et trains pour la grande distance. Finalement une voiture c’est super efficace pour aller ponctuellement à quelques dizaines/centaines de km là où les flux sont trop faibles pour y mettre en place des moyens de transports collectifs. Pas pour aller chercher son pain, ni pour traverser la France le long d’une voie de TGV.

  22. un peu déçu par l’article, je pensais que vous alliez débunker les fake news habituelles… voici mon debunkage pour info :
    En réalité, elles sont BEAUCOUP moins polluantes que les thermiques ! Voiture électrique=30 kg de matériaux après recyclage, Voiture Thermique=17000 litres d’essence + métaux du moteur +pot catalytique rempli de matériaux rares + cobalt nécessaire au raffinage du pétrole ( https://roulezelectrique.com/le-cobalt-dans-lindustrie-petroliere/ ). AUCUN moyen de transport ne pollue pas, mais la voiture électrique pollue largement moins sur tout le cycle de vie. https://www.novethic.fr/actualite/energie/mobilite-durable/isr-rse/les-voitures-electriques-necessitent-beaucoup-moins-de-matieres-premieres-selon-transport-et-environnement-149594.html
    – on divise par deux l’énergie utilisée grâce à la voiture électrique… car son moteur est DEUX fois plus efficace que les moteurs thermiques! On consommera DEUX FOIS MOINS d’énergie au final… https://www.transitionsenergies.com/voiture-electrique-moteur-rendement/
    – Quand aux émissions de CO2, l’électrique émet de 2 à 6 fois moins de CO2 selon les études (même avec de l’électricité venant de charbon c’est inférieur!) https://fr.wikipedia.org/wiki/Voiture_%C3%A9lectrique#%C3%89missions_de_dioxyde_de_carbone
    et ceci sans compter les puits de pétrole abandonnés qui émettent en permanence! https://www.novethic.fr/actualite/economie/isr-rse/les-fantomes-du-petrole-sur-france-5-le-documentaire-qui-devoile-la-bombe-a-retardement-climatique-des-puits-abandonnes-151321.html
    – Et si vous croyez le contraire (classique) TOUTES les batteries sont recyclées EN FRANCE depuis 2006! https://get-moba.com/recyclage-batteries-voiture-electrique/
    Les nouvelles usines recycleront 97% https://fr.wikipedia.org/wiki/Recyclage_des_batteries#Efficacit%C3%A9_recyclage
    et les nouvelles batteries seront plus écologiques et moins chères!
    sodium-ion: https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1569771_voiture-electrique-recharge-eclair-et-tarif-en-baisse-grace-a-cette-nouvelle-batterie-sans-lithium
    ou fer-air: https://www.fredzone.org/form-energy-va-construire-sa-premiere-usine-pour-fabriquer-ses-batteries-fer-air-415534
    Actuellement on peut les recycler à 95%: https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1628363_vous-pensez-quil-est-difficile-de-recycler-les-batteries-des-voitures-electriques-cette-entreprise-vous-prouve-le-contraire

    Vous n’avez pas entendu parler du rétrofit?? https://www.ecologie.gouv.fr/tout-savoir-sur-retrofit-electrique
    Et elles améliorent notre santé :
    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/pollution-oui-voitures-electriques-font-baisser-pollution-air-ameliorent-notre-sante-103230/#xtor%3DRSS-8

    1. Mais quel est ce commentaire avec 150 liens alors que l’article sur la voiture électrique est dans l’intro de cet article ? C’est… je ne sais pas quoi vous dire.

      1. parce que votre article ne liste pas les fake news : j’attendais “l’océan de fake news” dont vous parliez… ce qui est le sujet, et votre article sur la voiture électrique n’est pas exhaustif sur les fake news qui tournent sur la toile. Je voulais compléter la liste car comme vous cette désinformation m’énerve.
        Quand aux “150 liens”, vous en avez 35 dans votre article, j’en ai 11. c’est… je ne sais pas quoi vous dire. Comment voulez-vous débunker des fake news sans donner de source?

        1. @seb : Vous pourriez commencer par en donner des corrects. J’ai cliqué sur un seul de vos liens (presque) au hasard «Les nouvelles usines recycleront 97% » qui ne nous apprend rien sur votre taux de 97%. On retrouve ce taux dans cet article wikipédia sous la section juste en dessous « Engagement des constructeurs automobiles ». Comme son nom l’indique, il ne s’agit pas d’un taux effectif mais d’un « engagement ». En matière de «fake-news » vous êtes sur la bonne voie. Par ailleurs, un rapport de la banque mondiale (Minerals for Climate Action: The Mineral Intensity of the Clean Energy Transition) nous dit, page 25, que « le cobalt utilisé dans les batteries doit être extrêmement pur, ce qui limite l’utilisation de matériaux recyclés pour cet usage particulier ». Alors, voyez-vous, pas trop envie de me fier à vos liens hypertextes, pas plus qu’aux promesses des industriels.

          1. Là c’est de la pure mauvaise foi… Vous ne pouvez pas affirmer sans l’ombre d’un doute que ce taux de recyclage ne sera pas effectif…
            car il est apparemment DEJA effectif chez deux constructeurs! redwood materials l’affirme: https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1628363_vous-pensez-quil-est-difficile-de-recycler-les-batteries-des-voitures-electriques-cette-entreprise-vous-prouve-le-contraire et mercedes annonce 96% (bizarrement ce lien vous l’avez zappé… car votre page ne l’a pas reconnu comme tel, et vous avez fait des conclusions hâtives) : https://www.frandroid.com/marques/mercedes-benz/1629215_mercedes-prouve-que-le-recyclage-des-batteries-des-voitures-electriques-nest-pas-un-probleme !
            où est-ce que j’ai dit que le cobalt recyclé était réutilisable? Vous inventez et me faites dire ce que je n’ai pas dit maintenant! Je parlais du cobalt utilisé pour le pétrole! Vous savez lire?
            Je suis halluciné de voir autant d’attaques infondées basées sur des détails (dignes de vrai fake news pour le coup) alors qu’on est tous d’accord sur le fait que la voiture électrique est moins polluante que les thermiques…
            Merci d’arrêter la conversation si vous êtes incapables de lire un post correctement sans attaquer la personne en inventant… FFS

          2. Je ne peux pas affirmer sans l’ombre d’un doute que ce taux de recyclage ne sera pas effectif car ce n’est pas moi qui le dit, c’est la banque mondiale. Les industriels disent le contraire. Quelle surprise ! D’ailleurs, votre second lien qui est censé prouver que ce recyclage est possible, est bourré de conditionnel : « le constructeur allemand promet » ; « Mercedes espère » ; « le constructeur pourrait » ; etc. etc. Ca me fait penser aux promesses de l’aviation qui jure qu’elle pourra s’envoyer en l’air grâce à l’hydrogène en 2050 (suffit de patienter) ou encore aux industriels du plastique qui jurent que leurs cochonneries sont recyclées alors que Greenpeace USA en fin d’année dernière qualifiait le recyclage du plastoc de « fiction ». Votre sacro-sainte bagnole électrique réussira à ne pas émettre de co2 là où elle circule précisément. Et rien d’autre. Pour reste, elle ne fera, et ce dans tous les domaines, que reproduire et amplifier les méfaits de la thermique. On va être bien avancé. Perso j’en ai juste ma claque de ce techno-solutionisme qui depuis un siècle et demi nous promet de résoudre les problèmes qu’il a lui-même engendré, le tout en pompant les richesses du sud pour le plaisir du train de vie du nord. Basta ! Dans ces circonstances, que vous ne pouvez ignorer, que diable voulez-vous que cela me fasse que toute les batteries du monde « pourraient » être recyclées ?

  23. La quasi totalité de ceux qui critiquent le VE n’en n’ont pas, n’en n’ont même jamais conduit ou plus simplement encore ne se sont jamais assis dedans, mais ils pensent tous en savoir plus que ceux qui s’en servent depuis des années.
    Serge Rochain

    1. Ça n’a rien à voir. Le fait d’être conductrice ou passagère ne vous donne aucune autorité particulière pour parler des conséquences du développement de ces voitures.

  24. “De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, il n’y a pas un seul parti politique qui ait clairement exprimé la nécessité de réduire le parc de voitures individuelles en France et d’électrifier autant que possible la flotte des véhicules.”

    Je ne pense pas que tout faire en même temps soit réalisable (vu les subventions nécessaires pour l’électrification et les investissements nécessaires pour le développement des transports en communs). De plus, quel message faire passer à la population pour les inciter à écheter électrique TOUT EN les incitant à utiliser les transports publics. Dire qu’il faut tout faire en même temps est aussi un axe de désinformation, car au final on sait que ce n’est pas possible et du coup on avance pas.

    1. “Dire qu’il faut tout faire en même temps est aussi un axe de désinformation, car au final on sait que ce n’est pas possible et du coup on avance pas.”
      J’apporterais de la nuance.
      Il n’y a pas une solution simple applicable à l’ensemble des cas particuliers.
      Donc chacun, en fonction de ses propres contraintes, doit prendre le temps de réfléchir à ce qui est possible dans son cas :
      – marche à pied
      – vélo (à assistance électrique ou pas, cargo ou pas)
      – transport en commun
      – covoiturage
      – petit VE / petit véhicule thermique
      – location ponctuelle
      – partage / copropriété

      L’idée principale, à mon sens, est de remettre en question le réflexe de prendre sa voiture quelle que soit la longueur du trajet.

      A titre personnel, depuis environ deux ans, je tente d’avancer sur plusieurs axes à la fois. Je trouve ça plus facile. Si un axe pose problème, j’en ai d’autres pour essayer d’avancer vers une réduction d’émission de GES.
      Ca passe par l’alimentation, le transport au quotidien, le transport sur de plus grandes distances.
      Profiter de ce moment pour réintroduire du temps de réflexion, d’introspection, de questionnement me semble plutôt intéressant d’un point de vue personnel et sociétal.

      1. Je suis désolé mais mettre la responsabilité sur l’individu est aussi un outil fort de la désinformation. Vous pouvez faire des efforts individuellement pour limiter votre empreinte mais tant qu’il n’y aura pas d’alternative à la voiture pour une majorité de la population, tant qu’on aura des pubs pour perpétuer un idéal de la voiture individuelle ou de la consommation de je ne sais quoi d’inutile, tant qu’il y aura des vols à 50€ pour aller à l’autre bout de l’Europe, vous vous épuiserez pour pas grand chose. Et c’est là aussi le souci: on se satisfait de nos petites actions (qui n’ont pas d’impact), et du coup on n’utilise pas cette énergie pour des actions à plus fort impact.
        J’ajouterai le recyclage aussi qui met la responsabilité sur les individus, permettant ainsi aux grands groupes de continuer à faire du jetable.
        Quoi penser des outils de mesure de l’empreinte carbone dont le pétrolier BP a fait la pub.

        1. Vous avez raison, mais vous y aller trop fort sur Bruno. Au moins, par sa démarche individuelle, ce n’est pas le style à prendre un vol à 50 euros pour aller à l’autre bout du monde ; et c’est bien ca qui compte. La démarche individuelle est inestimable dans le sens où elle nous permet de se porter dans l’action et d’avoir le sentiment de maitriser les choses à notre petite échelle. C’est bon pour le moral. Il nous faut plus de Bruno. J’en suis un.

  25. « il est difficile de faire passer un message nuancé »
    Il faut dire que votre classement doxatique et systématique des gens qui doutent et qui questionnent dans la catégorie des complotistes antivax pro pétrole anti-tout ne permet pas franchement de nuances.

    La critique sérieuse (qui devrait être entendable) de la VE repose surtout sur le fait qu’elle ne fait que remplacer un engin par un autre (et non pas un système par un autre). Rappelons que le VE est tout aussi intrinsèquement lié au PIB que le thermique. Quand Rodolphe Meyer prétend que les « modélisations » des experts prévoient une diminution du besoin de véhicule grâce à la sobriété, c’est de la pensée magique. Meyer devrait lever le nez de son écran et regarder de temps en temps par sa fenêtre.

    1. Je me suis fait la même remarque. La modélisation des experts et scientifiques est surement la voie à suivre, cependant ce n’est pas la voie que nos politiques et économistes ont l’air de prendre/souhaiter. Et je pense que c’est cela que Mme Stéphant dénonce. Ce que je comprend de son discours, c’est que changer tout le parc automobile du thermique à l’electrique 1 pour 1 (sans diminution donc) n’est pas souhaitable pour les raisons environnementales, humaines et sociales qu’elle expose. D’ailleurs elle le dit bien dans sa 2ème interview de thinkerview, si les politiques avaient un plan long terme qui a pour but de faire évoluer le système dans sa globalité (sobriété, remise en cause de la voiture individuelle, …), alors dans un plan comme cela, les VE ont un role à jouer pour des usages spécifiques (ceux qui habite loin des villes, …). Bon après, j’ai en effet un doute lorsqu’elle dit que l’impact des mines pourrait être supérieur à celui du changement climatique, mais ne se concentrer que sur ce point est un peu injuste, je trouve.

      1. Pour moi c’est exactement le même schéma : à la solution imparfaite qui passe pour pourrie et néfaste, correspond le discours d’experte imparfait qui devient désinformation et intox. Mais c’est normal que les expertes se trompent parfois et racontent des conneries. On est toutes comme ça. Et c’est pour ça qu’il faut faire vivre le débat. Pas besoin de coller des étiquettes radicales au moindre faux pas.

  26. Le problème avec la VE, c’est que le véhicule mis en avant pour être propre est le SUV électrique, qui donne bonne conscience aux bourgeois mais qui ne va pas dans le bon sens pour une Sie décarbonée . Le problème de la désinformation est donc partout. La première étape est quand même de réduire les kms parcourus, réduire le nombre de voiture, recycler les voitures existantes puis construire de petites VE. Ce n’est pas la direction qui est prise et je pense qu’il faudrait aussi avoir un article qui explique changer son mode de vie est la priorité et que la voiture doit devenir marginale.

    1. Il existe un article sur le site intitulé “10 idées reçues sur la sobriété des modes de vie” et la nécessité du changement des modes de vie est rappelée dans quasiment 100% des articles sur Bon Pote.

  27. En fait, ce n’est pas aussi simple : Aurélien Bigo présente plein d’études dans lesquelles les hypothèses de kilométrages tournent autour de 200 000 km 5la + faible étant de 180 000 km). Mais avec des résultats très nettement au-dessus de 50% de réduction. A quel kilométrage se situe la bascule ?
    On est tous d’accord pour dire qu’une petite citadine avec une petite batterie est la voiture idéale. Sauf qu’atteindre 200 Kkm avec une citadine en dehors d’un contexte professionnel s’opère en plus de 10 ans c’est clair.
    Ce qui nous manque, c’est la valeur kilométrique par type de voiture à partir de laquelle le VE devient moins impactant. C’est une valeur que l’on pourrait demander au constructeur, et de l’afficher. Mais quel modèle thermique mettre en face pour la comparaison : un modèle de même puissance, de même prix, de mêmes performances, de même poids ?
    Doit-on et peut-on légiférer ?
    Il faut aussi expliquer que la rentabilité du VE n’est pas liée qu’à un seul propriétaire : afficher par exemple 100 000 km comme point de bascule peut faire peur, car beaucoup encore aujourd’hui pensent qu’il faut remplacer un véhicule avant cette échéance. Encore une éducation à faire, en expliquant que l’avenir de la voiture passe aussi par son non-remplacement (donc garder des voitures plus longtemps), et qu’un VE revendu en occasion participe à son cycle de vie. Le véhicule atteindra donc des valeurs kilométriques largement favorables sur plusieurs propriétaires.
    Autant d’arguments à mettre en face des “électro-sceptiques”…

    1. C’est bizarre comme raisonnement. T’en connais beaucoup des gens qui changent de voiture parce que le compteur atteint un nombre magique ? En général on change de véhicule parce que le besoin a évolué ou qu’avec l’âge, l’entretien et les réparation fait exploser le budget.

  28. Chacun croit ce qu’il a envie, j’ai essayé de discuter avec un anti VE, aucun argument ne fonctionne. La réalité ne l’interesse pas. Et je pense que ce n’est pas du tout un cas isolé. Le discours tenu dans l’article peut fonctionner pour les presque convaincus, mais aujourd’hui tout le monde a déjà entendu parler de la voiture electrique.

      1. C’est vrai pour l’Amérique du Nord où là, à coup sûr, le taux de remplacement de la thermique par l’électrique sera de 1:1 comme le dit Aurore Stephant. C’est moins vrai pour l’Europe dont les villes (et ses routes départementales) n’ont pas du tout été conçues pour la voiture. Jusque dans les années 50 ou 60 quand nous nous sommes empressés de vouloir copier … l’utopie américaine.

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Thomas Wagner
Prendra sa retraite quand le réchauffement climatique sera de l’histoire ancienne

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

68 Responses

  1. Pour quelqu’un qui se targue d’être objectif c’est râté…primo la voiture thermique ne sera pas interdite à compter de 2035, c’est un raccourci journalistique scandaleux car renseignement pris auprès de la commission européenne ce sont les moteurs thermiques émetteurs de CO2 or il existe de la R&D sur le moteurs à hydrogène thermiques (dont le défaut actuel est le stockage de l’hydrogène qui est une véritable bombe en cas d’incendie donc qui intrinsèquement présente des défauts). l’électrique pour être pertinent doit être considéré sur un cycle industriel complet (incluant le recyclage et la réutilisation des métaux), lorsque nous maîtriserons la totalité du cycle de vie et le cycle du puit à la roue alors effetivement l’électrique deviendra un outil de décarbonation pertinent (sous réserve que les moyens de production d’électricité soient décarbonés, accessibles à tous et à un tarif concurrentiel…nous en sommes loin). Le vrai problème c’est que ce sujet est clivant voire dogmatique alors qu’il devrait faire l’objet d’une planification

  2. Merci pour cet article si riche, une belle honnêteté intellectuelle (notamment beaucoup de sources !). Que pensez-vous des arguments de Jean-Marc Jancovici concernant la voiture électrique ? (Pas franchement pour)

    1. Il n’est pas contre non plus. En revanche, il est contre les gros SUV (que ce soit thermique et électrique). Il prône les petits véhicules léger (qu’ils soient essence ou électrique). Il est pour les “Downsizing”.

      1. Ça c’est du parisianisme… la mobilité varie selon son lieu de vie…arrêtez de ne voir que votre boulevard et ouvrez votre champ de réflexion sinon, vous êtes dans le camp de ceux que vous critiquez !!!

    2. Merci pour cet article si riche, une belle honnêteté intellectuelle
      tu a pas tout lu je crois ou tu n’est pas au courant des omission volontaire comme les changement de ton pack de batterie 3 foi dans la vie de ta voiture, la consommation d eau potable phénoménale de la production des batterie… , qui si sont prie en compte rende la voiture électrique plus polluante que la voiture thermique.
      Mais ça c’est des argument de complotiste

  3. Je travaille depuis bientôt 3 ans à coté de la rocade à Toulouse, je viens parfois à pied au travail et je passe sur le pont au dessus des bouchons à 7h30. Je n’étais pas particulièrement pour la voiture électrique avant de me mettre à marcher à pied en milieu urbain périphérique car j’étais, comme beaucoup de gens , dans mon habitacle automobile, isolé du bruit et des gaz d’échappement.
    Donc pas besoin de s’écharper ou d’argumenter à longueur de temps, chers concitoyens septiques, allez marcher en ville aux heures de pointes et respirez … cela vous amènera probablement comme moi à revoir votre position sur la voiture électrique car toute solution est mieux que la voiture thermique quel que soient les calculs, les faiblesse des autres solutions;
    Il faut juste aller au contact PHYSIQUE du problème pour réellement prendre conscience simplement en tant qu’^tre vivant … respirant.

  4. L’ Agence de la transition écologique (Ademe) éclaircit l’impact carbone réel de la voiture électrique. Conclusion : elle est bel et bien moins polluante qu’un modèle essence, à condition qu’elle soit légère, avec une batterie de «capacité raisonnable» et donc une autonomie limitée.
    Sur l’ensemble de sa durée de vie, une voiture électrique roulant en France a un impact carbone 2 à 3 fois inférieur à celui d’un modèle similaire thermique, si sa batterie consomme moins de 60 kWh. Avec une batterie de taille supérieure, bien plus lourde, «l’intérêt environnemental n’est pas garanti», explique l’agence.
    Voir l’avis :
    https://presse.ademe.fr/2022/10/mondial-de-lautomobile-lademe-publie-son-avis-sur-le-vehicule-electrique-une-batterie-de-taille-raisonnable-assure-une-pertinence-climatique-et-economique.html

  5. J’ai une VE et un abonnement chez Enercoop depuis 10 ans déjà ; 90% du temps je charge ma voiture le soir chez moi, en finançant donc mon fournisseur d’élec… Quelle fatigue de discuter à chaque fois avec des gens qui n’ont jamais testé autre chose que la voiture thermique mais ils s’expriment comme s’ils connaissaient déjà tout.
    Et oui, je préférerais le vélo et la marche, mais la réalité aujourd’hui et que nous avons besoin de 1 voiture (on est une famille de 4, nous avons fait le choix d’avoir une seule voiture) pour certains déplacements de la semaine (en plus du bus, de la marche, du vélo et du covoiturage qu’on pratique aussi dans la semaine). On a donc une seule voiture, électrique, et je crois vraiment que c’était le bon choix.
    A ceux qui critiquent la VE, j’attends vos solutions !

  6. Pitron et Stéphant ne cherchent pas à promouvoir la voiture thermique. C’est tout simplement fallacieux d’affirmer ça.
    Ils cherchent à démontrer que l’électrification à outrance de notre économie (éoliennes, panneaux PV, voitures électriques, numérisation de tout ce qui peut l’être, etc.) est une hérésie et ne fera qu’accentuer la dégradation du climat, de l’environnement et du social. En tous cas c’est comme ça que je le comprends. Je suis contre la voiture électrique, comme je suis contre la voiture thermique, si elle est utilisée de manière individuelle. Au lieu de promouvoir les EnRi et la voiture électrique, il faudrait mieux promouvoir le vélo et la sobriété. Les défenseurs du climat ont bien souvent des lorgnettes, car ils ne prennent pas en compte l’aspect systémique du problème (ressources, extractivisme, exploitation humaine, …).

    1. Il n’est pas écrit qu’ils font la promotion de la voiture thermique -> vous mentez, ou avez mal lu, et m’accusez d’avoir des arguments fallacieux. Quelle fatigue.

    2. Ceux qui sont contre la voiture électrique n’ont jamais de sources. Ils sortent des vidéos ou des textes ne contenant aucune source. En revanche, ceux qui sont pour la voiture électrique sont capables de te sortir énormément d’éléments et de recherches allant dans leur sens (Ademe, GIEC) pour ne citer qu’eux.

      Les arguments anti-VE sont souvent très limités. Certains ne font pas l’effort de se renseigner et d’intellectualiser leur démarche. La démarche à adopter est la suivante : quand on ne sait pas, on se renseigne. Bien évidemment, les commentaires anti-VE sur Facebook/PMU du coin ne sont pas une source fiable.

      Le débat pour ou contre la VE sera celui de demain et j’ai peur (vraiment) que cela devienne de plus en plus agressif à l’approche d’échéances comme celle de 2035. Les gens sont déjà très agressifs dans la vie réelle. Entre ceux qui viennent casser les voitures Tesla ou les insultent…

      Merci pour cet article, je le garde en favoris et il me servira à défendre la cause.

      1. Facile de sortir les arguments pmu pour faire passer chaque personne contre la voiture électrique comme des idiots qui n’aurait pas compris, maintenant expliquer moi la raison du prix honteusement plus élevé pour un modèle électrique vis à vis de son équivalent thermique, une solution pour ceux qui ne sont pas propriétaire de leurs logement et qui ne peuvent pas avoir de prise de recharge chez soit, sans parler de ceux qui n’ont pas de garage, ceux en appartement etc. Toujours marrant les pro électrique

  7. Bonjour,

    je la fais très très courte. Au sujet de Stephan et Pitron, est-ce que l’on est dans un cadre de controverse, ou d’arguments purement fallacieux, sciemment avancés ?
    > Quels en seraient les intérêts pour Stephan et Pitron ? ( je n’ai pas d’avis là-dessus, du blé, notoriété, égotrip … ? )

    > Egalement, Bon pote, si tu as des infos concernant ce que nous raconte Philippe Bihouix, qui tient la même ligne que Pitron et Stephan sur le sujet des capacités et des impacts, je suis preneur. Si l’on s’en tient à ce que tu nous avances dans ton super article, Bihouix doit être passé au crible, au fort doute même..

    Merci pour ta réponse, si tu a du temps évidemment.

    1. Je pense que la question est très mauvaise. Tout de suite, vous cherchez à connaître les intentions de la personne, comme si BonPote, moi ou quiconque étions capables de lire dans leur esprit. Peu importe leurs raisons : ils ont tord, et ils sont visibles, donc ce n’est pas bon.
      Il faut arrêter de chercher des conflits d’intérêt partout sérieusement…

  8. J’ai été un peu déçue par cet article et pourtant je suis assez fan de Bon Pote et son travail opiniâtre et d’utilité publique… Ok la VE électrique est moins mauvaise pour le climat et émet moins de CO2, et c’est d’ailleurs l’argument massue utilisé pour nous la vendre. Mais ce discours occulte presque toujours que le corollaire est de renforcer notre dépendance au nucléaire puisqu’il en est ainsi chez nous. Il n’y a pas qu’un seul problème à traiter (le climat) dans la crise écologique. La VE est donc une solution en demi-teinte et il serait honnête de l’assumer comme telle avec toute la complexité du sujet, sinon on n’avancera pas. Soulever une oeillère pour s’en coller une autre sur l’autre oeil ne me semble pas très satisfaisant. En revanche le lobby du nucléaire doit faire couler le champagne à flot en ce moment, je suppose qu’il devient même suspect et anti-patriotique de parler comme ça ! C’est fuir un problème pour se précipiter dans un autre et il me semble important de donner une vision d’ensemble. A moins que le primat de développement du nucléaire sur celui des EnR, la gabegie financière qu’il entraîne, les risques, la nécessité d’importer l’uranium… soient également de scandaleuses idées reçues (et c’est pourquoi je m’attendais à ce que l’article aborde au moins le sujet) 😉

    1. Mais, vous avez bien lu qu’il était écrit que la voiture électrique n’était pas l’avenir de la mobilité ? Que faut-il de plus ? Je m’inquiète vraiment, c’est marqué noir sur blanc.

      1. Sauf que la voiture individuelle (peu importe sa motorisation) restera l’avenir de la mobilité. Nous n’avons aucune solution technique et politique qui permettrait de changer cela. Les citoyens ne le veulent majoritairement pas, les partis politique et les entreprises non plus.
        Et je me demande ce qui permet de dire avec assurance que la VE n’est pas l’avenir de la mobilité. A moins de lire dans le marc de café, si l’on s’en tient aux efforts politiques, aux volontés du capital et à notre “culture” en général, rien ne semble montrer que cela changera (sauf catastrophe extrême).

    2. Refuser l’électrification des véhicules sous prétexte que ça va vaire les choux gras du nucléaire, c’est une abération logique. On peut refuser à la fois le nucléaire ET les GES du transport, tout en condamnant une société basée sur la voiture individuelle. Et d’ailleurs, si on regarde la figure SPM.7 du dernier rapport de synthèse du GIEC, on voit (à l’échelle mondiale au moins) que développer le nucléaire est une bien moins bonne affaire que l’éolien ou le solaire.

      Par contre je suis pessimiste sur le fait que la société se détourne à court ou moyen terme de la voiture individuelle, quelle que soit sa motorisation. Cela demanderait un énorme volonté politique afin de changer l’aménagement du territoire, opérations qui prendrait probablement plusieurs décénies. Or cette volonté est inexistante, sinon complètement inaudible. À nous de la porter !

      1. Cette absence de volonté politique est pour moi la principale raison pour laquelle la VE est néfaste, même si technologiquement parlant il est possible que son bilan carbone soit meilleur que celui de la VT. Mais elle est avant tout la réponse technologique de notre système productiviste à un problème qu’en fait il est incapable de résoudre sans se saborder. Les responsables politiques, biberonnés comme nous tous à la logique de la croissance économique infinie, entretiennent grâce à elle l’illusion qu’on va pouvoir contrôler le dérèglement climatique sans trop se préoccuper de revoir notre niveau de consommation à la baisse – et ce tout en évitant soigneusement d’évoquer les autres limites écologiques déjà plus ou moins largement dépassées. Les utilisateurs de VE contribuent certes à rendre la voie publique plus agréable en n’émettant ni bruit intempestif ni gaz malodorants, mais la liste des bienfaits s’arrête là. Pas plus qu’ils ne réduiront les embouteillages ou les risques d’accident ils n’auront d’incidence positive sur la limitation du réchauffement puisque leur choix s’inscrit dans une logique économique incompatible avec les limites écologiques de la planète Terre, et qui n’est pas près de céder la place à un système réellement soutenable.
        Une société soutenable devrait se baser sur les transports en commun et fonctionner avec peu de véhicules individuels, légers, sans gadgets, de préférence partagés et circulant dans des territoires réaménagés pour limiter les besoins en déplacement. Que voit-on actuellement? Des voitures en nombre croissant, de plus en plus grosses et lourdes, un éparpillement de l’habitat de plus en plus important, la poursuite du développement du réseau routier, et cerise sur le gâteau: la F1 électrique, qui certes permet de booster la recherche, mais qui vise avant tout à entretenir la dévotion populaire pour la voiture individuelle privée. inutile de dire que dans ce contexte, la VE n’est rien d’autre qu’un miroir aux alouettes.

    3. Le lobby nucléaire est insignifiant, comparé aux lobbies pétrolier ou gaziers. Se battre contre des énergies decarbonees (nucléaire comme vous le faites, ou enri pour d’autres) est aberrant et contre-productif.

  9. Certes, la voiture électrique émet moins de CO2 quand elle roule… Par contre, comment produire toute cette électricité? Ce ne sont hélas pas les énergies renouvelables qui vont alimenter toutes les stations de recharge.
    Les voitures électriques étant nettement plus lourdes sont également bien plus émettrices de particules fines que les voitures thermiques, l’usure des pneus étant plus importante.
    Je pense – mais qui suis-je pour penser cela? – que la voiture électrique n’est qu’une solution à court terme. Elle n’est en plus pas pour tout le monde car elle reste hors de prix. Et je pense qu’il existe d’autres alternatives: le chanteur Neil Young roule avec de vieilles américaines bien lourdes et pourtant il ne consomme pratiquement rien. Avec un ingénieur, il a mis au point un système qui permet à ses voitures de rouler au déchets organiques! (https://www.google.be/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwjI_6ud7Of9AhWLxAIHHRhNBWQQFnoECCkQAQ&url=https%3A%2F%2Fwww.whichcar.com.au%2Ffeatures%2Fneil-young-lincvolt-electric-1959-lincoln-continental-mark-iv&usg=AOvVaw2yGPHobP-hRCZT11K_z0Cv)
    Que ce soit pour les voitures thermiques ou les électriques, deux lobbies se font face et, sans vouloir jouer au complotiste de bas étage, personne n’a intérêt à faire rouler des voitures plus ou moins propres…

  10. Un autre sujet non abordé, que deviennent nos voitures thermiques qui ne sont pas en fin de vie ?
    Une bonne partie part polluer en Afrique et dans les pays pauvres. Ces voitures moins chères contribuent à augmenter l’usage de la voiture dans ces pays. Ca s’appelle l’effet rebond.
    Une seule solution : la décroissance matérielle, pas la croissance verte.
    Michel

  11. Merci BonPote . Je vous cite :
    “Attention, vous allez être choqués : une voiture n’a RIEN d’écologique. Donc merci d’arrêter de faire de la pub pour vos voitures vertes/ à hydrogène/etc. ( dans le etc, on pourrait évidemment mettre “électrique”) . Si Volvo veut un “Déclic nature“, qu’ils commencent par arrêter de payer des influenceuses pour jouer le jeu du Business as Usual. Je répète : une voiture n’a RIEN d’écologique. Rien.”

    “Non, la voiture électrique n’est pas écologique”. Merci Reporterre. Dites moi, c’est sympathique de critiquer Reporterre , mais au vu de votre propre texte ci-dessus, ne trouvez vous pas que c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité ?

    Un commentaire de l’article précédent , pour ce qui est de “changer sa voiture” , évoquait un sweet spot à 20 ans … alors, critiquer Reporterre par exemple en disant “cet article est collé partout sur les réseaux sociaux pour expliquer que non, ce n’est pas écologique, donc pas besoin de changer finalement.” , désolé mais thermique ou électrique, si c’est pour changer tous les deux ans, ce n’est certes pas écologique du tout …une autre façon de le dire, c’est que , la sobriété et l’écologie , en la matière, électrique ou pas, passe par augmenter la durée de vie du parc de bagnole …mais non, il faut d’urgence changer pour de l’électrique ( avec ce faisant les émissions immédiates à la construction ( 3/4 des émissions à la construction pour le VE) que cela implique …

    Bref, comme dans l’article précédent, et même si tout est à peu près dit, l’emphase , consciemment ou pas, est de fait au final plus mise sur le nécessaire passage à l’électrique ( cf les tires par exemple ) , que sur le message “L’avenir de la voiture sera assurément électrique, mais la voiture individuelle ne doit pas être l’avenir de notre mobilité.”

    Et on reste de ce fait, même si ce n’est très certainement pas intentionnel, sur une petite impression amère de “technosolutionisme”

  12. Attention, vous allez être choqués : une voiture n’a RIEN d’écologique. Donc merci d’arrêter de faire de la pub pour vos voitures vertes/ à hydrogène/etc. ( dans le etc, on pourrait évidemment mettre “électrique”) . Si Volvo veut un “Déclic nature“, qu’ils commencent par arrêter de payer des influenceuses pour jouer le jeu du Business as Usual. Je répète : une voiture n’a RIEN d’écologique. Rien.

  13. Pendant que l’Europe s’interroge et tourne en rond, ceux qui souffrent le plus de la pollution atmosphérique avancent en se posant moins de questions…

    In 2022, China’s new energy vehicles showed explosive growth, with the production and sales of 7.058 million vehicles and 6.887 million vehicles, up 96.9% and 93.4% year on year, respectively, maintaining the first place in the world for eight consecutive years; The sales of new energy vehicles accounted for 25.6% of the total sales of new vehicles, which has greatly exceeded the expected target.
    It is predicted that the total demand for electrical steel in China will increase by 22.5%~25% on average during the “14th Five-Year Plan” and even the “15th Five-Year Plan”, of which the production and sales of new energy vehicles may reach more than 10 million by 2025 and more than 30 million by 2030.

    Et ceux qui diront, à raison pour l’instant, que l’électricité chinoise est produite à partir du charbon, renseignez-vous sur les projets de production d’électricité nucléaire chinois dans les 20-30 ans à venir…

    1. Et deja sur les productions chinoises d’électricité renouvelable qui à elles seules sont plus importantes que celles réunies de l’Europe et des USA

      1. Et pourtant la Chine est devenue le plus gros émetteur de GES, ce qui signifie que les chinois ne font qu’additionner les différentes sources d’énergie, pas de remplacer les énergies carbonées par des énergies vertes.

  14. Je suis profondément déçu par Bon Pote. Initialement Bon Pote avait tendance à fédérer et à informer objectivement. Maintenant Bon Pote détient la vérité. Ceux qui doutent ne sont pas sur le bon chemin, et c’est pourtant un précepte scientifique. Bon Pote devrait le savoir dans ces affaires, les effets rebonds sont redoutables et nous ne saurons que dans quelques années qui aura eu tord ou raison ?
    Un point crucial peu évoqué : l’origine de la production électrique (fossile, nucléaire, ou renouvelable). Vérité ici, mensonge ailleurs!
    Michel (décroissant)

    1. Les propos se reposent pourtant sur des propos scientifiques… Que vous faut-t-il de plus? A part évidemment la solution parfaite?

      Un point crucial déjà évoquée à d’innombrables reprises : le mix électrique français est largement décarboné. Au passage, tous les articles que j’ai lu ventant les bénéfices des VE mentionnent spécifiquement l’origine de l’électricité comme facteur déterminant. En Chine par exemple avec leur mix actuel, avoir une VE a un impact plus important qu’une VT. EN Chine avec leur charbon, pas en France.

      La quantité de mauvaise foi et de “je lis ce que je veux et j’oublis le reste” dans les commentaires, c’est dingue.

    2. Je suis entièrement d’accord avec vous. Bonpote détient la vérité et il est inutile de discuter avec lui. Dans le cas d’Aurore Stéphant, elle amène quantité d’arguments pour expliquer les problèmes de l’électrique. Mais on ne retiendra que « Le fact-checking de Captain Fact sur la vidéo est quasi inexistant », comme si c’était une mauvaise chose…
      Bonpote déçoit.

  15. surprenant de voir bon pote tomber dans la défense du capitalisme vert et de la bagnole.

    il apparait pourtant assez clair que les changements nécessaires pour limiter le dérèglement climatique imposent de se passer de voiture, qu’elle soit dotée cd’un moteur électrique, ou d’un moteur thermique.

    Les changements à mettre en place sont bien plus radicaux que “continuons à faire pareil en remplacant un type de moteur par un autre”. On devrait plutôt être sur un axe de refondation de nos modes de vie pour ne plus dépendre de la voiture et réduire nos besoins de mobilité.

    Le véhicule individuel pour lutter contre le changement climatique est probablement électrique, mais ce n’est pas une voiture. il faut plutôt regarder du coté des vélomobiles électriques comme le faisait déjé remarquer low-tech mag il y a maintenant 13 ans: https://www.lowtechmagazine.com/2010/09/the-velomobile-high-tech-bike-or-low-tech-car.html
    l’article a été traduit en français en 2018: https://www.lowtechmagazine.com/les-v%C3%A9lomobiles-electriques-aussi-rapides-et-confortables-que-les-automobiles-mais-80-fois-plus-efficaces.html

    Une prise de position somme toute assez décevante de la part de bon pote qui nous a habitué à des publications plus qualitatives que ça. Tomber dans le piège du faux dilemme de voiture thermique ou voiture électrique, c’est oublier que ni l’une, ni l’autre ne sont des solutions viables et qu’il y a d’autres options.

    Cordialement

    1. Bonjour, c’est marqué noir sur blanc qu’il faut réduire la voiture individuelle. A un moment ce serait bien de lire, ou d’apprendre à lire, ou d’arrêter la mauvaise foi. Cordialement.

  16. Bonjour, ça serait cool de modifier la phrase : “De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, il n’y a pas un seul parti politique qui ait clairement exprimé la nécessité de réduire le parc de voitures individuelles en France et d’électrifier autant que possible la flotte des véhicules” ?

    Je ne suis pas responsable de ce que font les partis politiques autres mais en ce qui concerne EELV on a fait le taf et il est juste là : https://energie.eelv.fr/voiture-electrique-la-position-officielle-des-ecologistes/

    ou là (mais c’est la même chose) : https://transports-territoires.eelv.fr/motion-et-note-sur-la-voiture-electrique/

  17. Comme d’habitude la division sert les puissants qui ne changeront rien, ou plutôt qui laisseront faire le marché… qui lui ne nous emmènera jamais sur la bonne voie.
    La meilleure voiture c’est celle qu’on n’utilise pas.
    L’électrique j’ai pas les moyens. Changer de voiture non plus.
    Le discours sur le choix de la voiture c’est un problème de riche, vivement une vraie bonne crise économique qui nous fera tout simplement reduire… quelque soit les solutions technologiques , puisqu’on est incapable de prendre les mesures pour être au niveau d’ici 2050.

  18. Ce qui manque dans ces études, c’est que les voitures électriques – du moins leurs batteries, mais pas seulement – ont une durée de vie beaucoup plus longue que les voitures thermiques. Avec 1500 recharges complètes, une batterie d’une autonomie de 400km garde donc une bonne autonomie jusqu’à 600 000km, soit trois fois plus que la durée de vie typique d’une voiture thermique (200 000km). Et les données qu’on a sur les premières Tesla qui ont maintenant 10 ans semblent confirmer cela. Mais toutes les comparaisons font comme si les VE étaient bonnes pour la casse à 200 000km. La réduction des émissions CO2 est donc en réalité près de 3 fois plus grande que ce qui est annoncé ici.

    1. Vous êtes très optimiste, car comme beaucoup de chose, la qualité va probablement baisser pour faire baisser les coûts prohibitifs de la voiture électrique. Et n’oublions pas que le recyclage des batterie coutera très cher.

      1. Vous dites beaucoup de choses et surtout n’importe quoi .
        1) Je roule VE dejà depuis 9 ans
        2) La qualité est croissante grace à l’évolution de la technologie
        3Le recyclage coutera de moins en moins cher car de marginale il deviendra industriel !
        Je ne m’étonne pas de ne pas trouver votre nom dans le repéertoire des ingénieurs et scientifiques de France !
        Serge Rochain

  19. J’apprécie d’habitude beaucoup vos posts. Mais le problème du message nuancé par lequel vous terminez est qu’il inverse les priorités : écrivez plutôt « la voiture individuelle ne peut pas être l’avenir de notre mobilité, et ce qu’il restera de l’usage de la voiture sera assurément électrique ».
    Électrique ou non, la voiture et son monde sont une impasse écologique et un paradigme de mobilité dont nous devons urgemment sortir. L’article de Reporterre présente peut-être des idées faciles à distordre ou à récupérer, mais il n’en fait pas moins passer le point essentiel.

    1. Je le trouve pour ma part étonnement bien écrit justement par rapport à d’habitude. Par contre la mauvaise foi des commentaires…

      Non sérieusement, vous croyez vraiment à ce que vous dites? Croyez-vous VRAIMENT que les gens vont abandonner la voiture au profit des autres modalités, comme ça, après explication? Avez-vous déjà demandé à des gens d’utiliser moins la voiture? Pour la plupart, la voiture, ce n’est pas juste un produit, c’est une RELIGION. Ils pensent voiture d’abord, le reste SEULEMENT si elle déconne ou est trop chère.

      Je vous invite à vous renseigner sur la pensée magique. TLDR : ce n’est pas parce qu’on rêve de quelque chose qu’il s’accomplira.

      PS : moi aussi j’aimerai sincèrement que ces boîtes de conserve cessent de dominer les villes. J’utilise le vélo quasiment tous le temps, le train, bus et TGV pour les occasions. Leur bruit m’agasse, sentir les gaz d’échappement, la place pas possible qu’elles prennent, etc. Mais voilà, on a une économie, la pub et une culture toute entière basée sur elles.

      1. Petite réaction, la majorité des gens ne renonceront pas à la voiture individuel par choix, ils y renonceront de façon contrainte… Le prix du gasole, de l’électricité, la diminution des ressources ne feront qu’augmenter le prix. De plus, les villes renonceront de plus en plus à la place pour le voiture…

      2. Très juste, et c’est bien pour ça que la VE ne résoudra rien. Dès lors, pourquoi la défendre? J’avoue que cet article me laisse perplexe.

  20. J’aime bien la conclusion “L’avenir de la voiture sera assurément électrique, mais la voiture individuelle ne doit pas être l’avenir de notre mobilité.” ça résume bien.
    Mais le scénario “voiture thermique lowtech” a-t-il était considéré?
    On est capable de faire des voitures qui consomment 2L/100km. Et ce en France en sourçant plus localement que pour les batteries.
    Ne serait-ce pas un scénario souhaitable? (En parallèle d’un changement d’usage bien sûr) il me semble qu’il n’en est jamais question.

  21. Je suis surpris par l’assertion suivante : “Au début du 20e siècle, les voitures à moteur thermique cohabitaient avec celles à moteur électrique”. Il me semble que ce qui a tué la voiture électrique c’est le pétrole qui était infiniment plus pratique et transportable que les batteries. Dans ma compréhension (éclairée par mon activité rémunéré d’ingénieur R&D batterie pour un fabriquant de tchoutchous) C’est la batterie Li-ion qui a viabilisé la voiture électrique. Je ne crois pas qu’on puisse imputer aux lobbies pétrolier la non maîtrise de la technologie Li-ion et ses déclinaisons les plus énergétiques dans les années 1900 lorsque le moteur à combustion interne s’est imposé… Je vais écouter l’émission de France Culture que vous citez et je répondrais à ce commentaire si elle nuance ma réponse.

    Sinon pour le reste je suis tout à fait d’accord. Le problème de la voiture, c’est la voiture et de manière générale le moteur à combustion interne doit laisser sa place au moteur électrique qui leur sont infiniment superieur lorsqu’il s’agit d’utiliser l’énergie et la matière avec parsimonie. A chaque déplacement sa solution de transport optimale. Chaussures/vélo pour les petits trajets du quotidien, TC pour les axes structurants et trains pour la grande distance. Finalement une voiture c’est super efficace pour aller ponctuellement à quelques dizaines/centaines de km là où les flux sont trop faibles pour y mettre en place des moyens de transports collectifs. Pas pour aller chercher son pain, ni pour traverser la France le long d’une voie de TGV.

  22. un peu déçu par l’article, je pensais que vous alliez débunker les fake news habituelles… voici mon debunkage pour info :
    En réalité, elles sont BEAUCOUP moins polluantes que les thermiques ! Voiture électrique=30 kg de matériaux après recyclage, Voiture Thermique=17000 litres d’essence + métaux du moteur +pot catalytique rempli de matériaux rares + cobalt nécessaire au raffinage du pétrole ( https://roulezelectrique.com/le-cobalt-dans-lindustrie-petroliere/ ). AUCUN moyen de transport ne pollue pas, mais la voiture électrique pollue largement moins sur tout le cycle de vie. https://www.novethic.fr/actualite/energie/mobilite-durable/isr-rse/les-voitures-electriques-necessitent-beaucoup-moins-de-matieres-premieres-selon-transport-et-environnement-149594.html
    – on divise par deux l’énergie utilisée grâce à la voiture électrique… car son moteur est DEUX fois plus efficace que les moteurs thermiques! On consommera DEUX FOIS MOINS d’énergie au final… https://www.transitionsenergies.com/voiture-electrique-moteur-rendement/
    – Quand aux émissions de CO2, l’électrique émet de 2 à 6 fois moins de CO2 selon les études (même avec de l’électricité venant de charbon c’est inférieur!) https://fr.wikipedia.org/wiki/Voiture_%C3%A9lectrique#%C3%89missions_de_dioxyde_de_carbone
    et ceci sans compter les puits de pétrole abandonnés qui émettent en permanence! https://www.novethic.fr/actualite/economie/isr-rse/les-fantomes-du-petrole-sur-france-5-le-documentaire-qui-devoile-la-bombe-a-retardement-climatique-des-puits-abandonnes-151321.html
    – Et si vous croyez le contraire (classique) TOUTES les batteries sont recyclées EN FRANCE depuis 2006! https://get-moba.com/recyclage-batteries-voiture-electrique/
    Les nouvelles usines recycleront 97% https://fr.wikipedia.org/wiki/Recyclage_des_batteries#Efficacit%C3%A9_recyclage
    et les nouvelles batteries seront plus écologiques et moins chères!
    sodium-ion: https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1569771_voiture-electrique-recharge-eclair-et-tarif-en-baisse-grace-a-cette-nouvelle-batterie-sans-lithium
    ou fer-air: https://www.fredzone.org/form-energy-va-construire-sa-premiere-usine-pour-fabriquer-ses-batteries-fer-air-415534
    Actuellement on peut les recycler à 95%: https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1628363_vous-pensez-quil-est-difficile-de-recycler-les-batteries-des-voitures-electriques-cette-entreprise-vous-prouve-le-contraire

    Vous n’avez pas entendu parler du rétrofit?? https://www.ecologie.gouv.fr/tout-savoir-sur-retrofit-electrique
    Et elles améliorent notre santé :
    https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/pollution-oui-voitures-electriques-font-baisser-pollution-air-ameliorent-notre-sante-103230/#xtor%3DRSS-8

    1. Mais quel est ce commentaire avec 150 liens alors que l’article sur la voiture électrique est dans l’intro de cet article ? C’est… je ne sais pas quoi vous dire.

      1. parce que votre article ne liste pas les fake news : j’attendais “l’océan de fake news” dont vous parliez… ce qui est le sujet, et votre article sur la voiture électrique n’est pas exhaustif sur les fake news qui tournent sur la toile. Je voulais compléter la liste car comme vous cette désinformation m’énerve.
        Quand aux “150 liens”, vous en avez 35 dans votre article, j’en ai 11. c’est… je ne sais pas quoi vous dire. Comment voulez-vous débunker des fake news sans donner de source?

        1. @seb : Vous pourriez commencer par en donner des corrects. J’ai cliqué sur un seul de vos liens (presque) au hasard «Les nouvelles usines recycleront 97% » qui ne nous apprend rien sur votre taux de 97%. On retrouve ce taux dans cet article wikipédia sous la section juste en dessous « Engagement des constructeurs automobiles ». Comme son nom l’indique, il ne s’agit pas d’un taux effectif mais d’un « engagement ». En matière de «fake-news » vous êtes sur la bonne voie. Par ailleurs, un rapport de la banque mondiale (Minerals for Climate Action: The Mineral Intensity of the Clean Energy Transition) nous dit, page 25, que « le cobalt utilisé dans les batteries doit être extrêmement pur, ce qui limite l’utilisation de matériaux recyclés pour cet usage particulier ». Alors, voyez-vous, pas trop envie de me fier à vos liens hypertextes, pas plus qu’aux promesses des industriels.

          1. Là c’est de la pure mauvaise foi… Vous ne pouvez pas affirmer sans l’ombre d’un doute que ce taux de recyclage ne sera pas effectif…
            car il est apparemment DEJA effectif chez deux constructeurs! redwood materials l’affirme: https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1628363_vous-pensez-quil-est-difficile-de-recycler-les-batteries-des-voitures-electriques-cette-entreprise-vous-prouve-le-contraire et mercedes annonce 96% (bizarrement ce lien vous l’avez zappé… car votre page ne l’a pas reconnu comme tel, et vous avez fait des conclusions hâtives) : https://www.frandroid.com/marques/mercedes-benz/1629215_mercedes-prouve-que-le-recyclage-des-batteries-des-voitures-electriques-nest-pas-un-probleme !
            où est-ce que j’ai dit que le cobalt recyclé était réutilisable? Vous inventez et me faites dire ce que je n’ai pas dit maintenant! Je parlais du cobalt utilisé pour le pétrole! Vous savez lire?
            Je suis halluciné de voir autant d’attaques infondées basées sur des détails (dignes de vrai fake news pour le coup) alors qu’on est tous d’accord sur le fait que la voiture électrique est moins polluante que les thermiques…
            Merci d’arrêter la conversation si vous êtes incapables de lire un post correctement sans attaquer la personne en inventant… FFS

          2. Je ne peux pas affirmer sans l’ombre d’un doute que ce taux de recyclage ne sera pas effectif car ce n’est pas moi qui le dit, c’est la banque mondiale. Les industriels disent le contraire. Quelle surprise ! D’ailleurs, votre second lien qui est censé prouver que ce recyclage est possible, est bourré de conditionnel : « le constructeur allemand promet » ; « Mercedes espère » ; « le constructeur pourrait » ; etc. etc. Ca me fait penser aux promesses de l’aviation qui jure qu’elle pourra s’envoyer en l’air grâce à l’hydrogène en 2050 (suffit de patienter) ou encore aux industriels du plastique qui jurent que leurs cochonneries sont recyclées alors que Greenpeace USA en fin d’année dernière qualifiait le recyclage du plastoc de « fiction ». Votre sacro-sainte bagnole électrique réussira à ne pas émettre de co2 là où elle circule précisément. Et rien d’autre. Pour reste, elle ne fera, et ce dans tous les domaines, que reproduire et amplifier les méfaits de la thermique. On va être bien avancé. Perso j’en ai juste ma claque de ce techno-solutionisme qui depuis un siècle et demi nous promet de résoudre les problèmes qu’il a lui-même engendré, le tout en pompant les richesses du sud pour le plaisir du train de vie du nord. Basta ! Dans ces circonstances, que vous ne pouvez ignorer, que diable voulez-vous que cela me fasse que toute les batteries du monde « pourraient » être recyclées ?

  23. La quasi totalité de ceux qui critiquent le VE n’en n’ont pas, n’en n’ont même jamais conduit ou plus simplement encore ne se sont jamais assis dedans, mais ils pensent tous en savoir plus que ceux qui s’en servent depuis des années.
    Serge Rochain

    1. Ça n’a rien à voir. Le fait d’être conductrice ou passagère ne vous donne aucune autorité particulière pour parler des conséquences du développement de ces voitures.

  24. “De l’extrême-gauche à l’extrême-droite, il n’y a pas un seul parti politique qui ait clairement exprimé la nécessité de réduire le parc de voitures individuelles en France et d’électrifier autant que possible la flotte des véhicules.”

    Je ne pense pas que tout faire en même temps soit réalisable (vu les subventions nécessaires pour l’électrification et les investissements nécessaires pour le développement des transports en communs). De plus, quel message faire passer à la population pour les inciter à écheter électrique TOUT EN les incitant à utiliser les transports publics. Dire qu’il faut tout faire en même temps est aussi un axe de désinformation, car au final on sait que ce n’est pas possible et du coup on avance pas.

    1. “Dire qu’il faut tout faire en même temps est aussi un axe de désinformation, car au final on sait que ce n’est pas possible et du coup on avance pas.”
      J’apporterais de la nuance.
      Il n’y a pas une solution simple applicable à l’ensemble des cas particuliers.
      Donc chacun, en fonction de ses propres contraintes, doit prendre le temps de réfléchir à ce qui est possible dans son cas :
      – marche à pied
      – vélo (à assistance électrique ou pas, cargo ou pas)
      – transport en commun
      – covoiturage
      – petit VE / petit véhicule thermique
      – location ponctuelle
      – partage / copropriété

      L’idée principale, à mon sens, est de remettre en question le réflexe de prendre sa voiture quelle que soit la longueur du trajet.

      A titre personnel, depuis environ deux ans, je tente d’avancer sur plusieurs axes à la fois. Je trouve ça plus facile. Si un axe pose problème, j’en ai d’autres pour essayer d’avancer vers une réduction d’émission de GES.
      Ca passe par l’alimentation, le transport au quotidien, le transport sur de plus grandes distances.
      Profiter de ce moment pour réintroduire du temps de réflexion, d’introspection, de questionnement me semble plutôt intéressant d’un point de vue personnel et sociétal.

      1. Je suis désolé mais mettre la responsabilité sur l’individu est aussi un outil fort de la désinformation. Vous pouvez faire des efforts individuellement pour limiter votre empreinte mais tant qu’il n’y aura pas d’alternative à la voiture pour une majorité de la population, tant qu’on aura des pubs pour perpétuer un idéal de la voiture individuelle ou de la consommation de je ne sais quoi d’inutile, tant qu’il y aura des vols à 50€ pour aller à l’autre bout de l’Europe, vous vous épuiserez pour pas grand chose. Et c’est là aussi le souci: on se satisfait de nos petites actions (qui n’ont pas d’impact), et du coup on n’utilise pas cette énergie pour des actions à plus fort impact.
        J’ajouterai le recyclage aussi qui met la responsabilité sur les individus, permettant ainsi aux grands groupes de continuer à faire du jetable.
        Quoi penser des outils de mesure de l’empreinte carbone dont le pétrolier BP a fait la pub.

        1. Vous avez raison, mais vous y aller trop fort sur Bruno. Au moins, par sa démarche individuelle, ce n’est pas le style à prendre un vol à 50 euros pour aller à l’autre bout du monde ; et c’est bien ca qui compte. La démarche individuelle est inestimable dans le sens où elle nous permet de se porter dans l’action et d’avoir le sentiment de maitriser les choses à notre petite échelle. C’est bon pour le moral. Il nous faut plus de Bruno. J’en suis un.

  25. « il est difficile de faire passer un message nuancé »
    Il faut dire que votre classement doxatique et systématique des gens qui doutent et qui questionnent dans la catégorie des complotistes antivax pro pétrole anti-tout ne permet pas franchement de nuances.

    La critique sérieuse (qui devrait être entendable) de la VE repose surtout sur le fait qu’elle ne fait que remplacer un engin par un autre (et non pas un système par un autre). Rappelons que le VE est tout aussi intrinsèquement lié au PIB que le thermique. Quand Rodolphe Meyer prétend que les « modélisations » des experts prévoient une diminution du besoin de véhicule grâce à la sobriété, c’est de la pensée magique. Meyer devrait lever le nez de son écran et regarder de temps en temps par sa fenêtre.

    1. Je me suis fait la même remarque. La modélisation des experts et scientifiques est surement la voie à suivre, cependant ce n’est pas la voie que nos politiques et économistes ont l’air de prendre/souhaiter. Et je pense que c’est cela que Mme Stéphant dénonce. Ce que je comprend de son discours, c’est que changer tout le parc automobile du thermique à l’electrique 1 pour 1 (sans diminution donc) n’est pas souhaitable pour les raisons environnementales, humaines et sociales qu’elle expose. D’ailleurs elle le dit bien dans sa 2ème interview de thinkerview, si les politiques avaient un plan long terme qui a pour but de faire évoluer le système dans sa globalité (sobriété, remise en cause de la voiture individuelle, …), alors dans un plan comme cela, les VE ont un role à jouer pour des usages spécifiques (ceux qui habite loin des villes, …). Bon après, j’ai en effet un doute lorsqu’elle dit que l’impact des mines pourrait être supérieur à celui du changement climatique, mais ne se concentrer que sur ce point est un peu injuste, je trouve.

      1. Pour moi c’est exactement le même schéma : à la solution imparfaite qui passe pour pourrie et néfaste, correspond le discours d’experte imparfait qui devient désinformation et intox. Mais c’est normal que les expertes se trompent parfois et racontent des conneries. On est toutes comme ça. Et c’est pour ça qu’il faut faire vivre le débat. Pas besoin de coller des étiquettes radicales au moindre faux pas.

  26. Le problème avec la VE, c’est que le véhicule mis en avant pour être propre est le SUV électrique, qui donne bonne conscience aux bourgeois mais qui ne va pas dans le bon sens pour une Sie décarbonée . Le problème de la désinformation est donc partout. La première étape est quand même de réduire les kms parcourus, réduire le nombre de voiture, recycler les voitures existantes puis construire de petites VE. Ce n’est pas la direction qui est prise et je pense qu’il faudrait aussi avoir un article qui explique changer son mode de vie est la priorité et que la voiture doit devenir marginale.

    1. Il existe un article sur le site intitulé “10 idées reçues sur la sobriété des modes de vie” et la nécessité du changement des modes de vie est rappelée dans quasiment 100% des articles sur Bon Pote.

  27. En fait, ce n’est pas aussi simple : Aurélien Bigo présente plein d’études dans lesquelles les hypothèses de kilométrages tournent autour de 200 000 km 5la + faible étant de 180 000 km). Mais avec des résultats très nettement au-dessus de 50% de réduction. A quel kilométrage se situe la bascule ?
    On est tous d’accord pour dire qu’une petite citadine avec une petite batterie est la voiture idéale. Sauf qu’atteindre 200 Kkm avec une citadine en dehors d’un contexte professionnel s’opère en plus de 10 ans c’est clair.
    Ce qui nous manque, c’est la valeur kilométrique par type de voiture à partir de laquelle le VE devient moins impactant. C’est une valeur que l’on pourrait demander au constructeur, et de l’afficher. Mais quel modèle thermique mettre en face pour la comparaison : un modèle de même puissance, de même prix, de mêmes performances, de même poids ?
    Doit-on et peut-on légiférer ?
    Il faut aussi expliquer que la rentabilité du VE n’est pas liée qu’à un seul propriétaire : afficher par exemple 100 000 km comme point de bascule peut faire peur, car beaucoup encore aujourd’hui pensent qu’il faut remplacer un véhicule avant cette échéance. Encore une éducation à faire, en expliquant que l’avenir de la voiture passe aussi par son non-remplacement (donc garder des voitures plus longtemps), et qu’un VE revendu en occasion participe à son cycle de vie. Le véhicule atteindra donc des valeurs kilométriques largement favorables sur plusieurs propriétaires.
    Autant d’arguments à mettre en face des “électro-sceptiques”…

    1. C’est bizarre comme raisonnement. T’en connais beaucoup des gens qui changent de voiture parce que le compteur atteint un nombre magique ? En général on change de véhicule parce que le besoin a évolué ou qu’avec l’âge, l’entretien et les réparation fait exploser le budget.

  28. Chacun croit ce qu’il a envie, j’ai essayé de discuter avec un anti VE, aucun argument ne fonctionne. La réalité ne l’interesse pas. Et je pense que ce n’est pas du tout un cas isolé. Le discours tenu dans l’article peut fonctionner pour les presque convaincus, mais aujourd’hui tout le monde a déjà entendu parler de la voiture electrique.

      1. C’est vrai pour l’Amérique du Nord où là, à coup sûr, le taux de remplacement de la thermique par l’électrique sera de 1:1 comme le dit Aurore Stephant. C’est moins vrai pour l’Europe dont les villes (et ses routes départementales) n’ont pas du tout été conçues pour la voiture. Jusque dans les années 50 ou 60 quand nous nous sommes empressés de vouloir copier … l’utopie américaine.

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

Pour une presse qui brave demain, votre soutien compte aujourd'hui.

Bon Pote repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs en tant que média indépendant. Chaque jour, notre équipe s’efforce d’offrir un contenu précis, de haute qualité, et accessible à tous, afin d’éclairer les enjeux majeurs de notre futur.

À lire également