MGTOW : le mouvement Men Going Their Own Way

MGTOW. les quoi? les MGTOW. Prononcé ‘MIG TOW’. Men Going Their Own Way.  Lorsque l’on m’en a parlé, j’ai tout de suite senti que je tenais mon invité pour dîner mercredi soir. Mais comme toujours, pour pouvoir juger, critiquer, il faut lire, comprendre, et être à même d’argumenter. Rentrons dans l’univers de nos Femens à nous.

Les MGTOW : qui sont-ils?

Le mouvement est né (comme toujours) aux Etats-Unis dans les années 2000. Définition du manifeste sur leur site : ‘MGTOW est une déclaration de propriété sur la souveraineté’. C’est le droit de dire NON. C’est rejeter les idées préconçues et les habitudes culturelles idiotes qui définissent un homme aujourd’hui. Ne pas chercher à rentrer dans les normes sociales. 
Refuser de s’agenouiller et d’être asservi comme un vulgaire objet. Vivre d’abord pour ses propres intérêts dans un monde où c’est contre indiqué’.

Jusque là, rien de bien clivant. Sauf peut-être la dernière phrase : si tout le monde pense d’abord à son propre intérêt avant celui des autres ou de la société, notre petit cocon de confort va très vite se transformer en ligne 13 en heure de pointe.

Logo officiel des MGTOW, Men Going Their Own Way. Un panneau de route, avec 2 choix, soit tout droit, soit prendre à droite, le chemin de la liberté
Logo officiel des MGTOW

Quels sont les points clefs des MGTOW ?

Après des heures passées sur leur site officiel et forums annexes, voici en quelques points ce qu’il en ressort :

-La nature intrinsèque de la femme est très intéressée, elles vont par conséquent chercher le partenaire le plus puissant. Dans nos sociétés modernes, cela se traduit par l’homme le plus riche (très vrai post-études, avant les études, le pouvoir réside dans la beauté : oui, tu peux sortir avec Jean-Kévin, le gros débile du lycée, même avec 3 de moyenne générale, il est quand même le plus beau).

La nature de la femme inclut l’hédonisme, l’incapacité à penser sur le long-terme, le matérialisme et une agressivité sexuelle traduite par une séduction permanente latente.

Image illustrant Leonardo Dicaprio, totalement victime des charmes de sa femme, bien loin de ce que souhaite les MGTOW
Calm down, Leo

-Les changements technologiques et les actions politiques ont favorisé les femmes et exposé les hommes à une situation difficile : la pilule contraceptive ou les divorces en sont un exemple, où l’avantage est très clairement donné aux femmes concernant la garde des enfants.

Contrairement à ce qu’annoncent les féministes, ce sont les hommes qui sont désavantagés dans la société : le taux de suicide chez les hommes est supérieur, il y’a plus de chômage chez les hommes, et ils sont très souvent impliqués dans un travail considéré comme pénible (réparation de routes, l’armée…).
C’est factuel. Les chiffres parlent ici pour eux.
Mais comme tout le monde le sait, les chiffres se manipulent aussi facilement qu’un amateur de BFM TV #CourbeduchômageHollande. C’est en revanche très facile à réfuter : l’égalité des salaires, le droit de vote tardif… C’est une invention Jean-Luc?

MGTOW & the red pill

En référence au film Matrix, les ‘vrais’ MGTOW prennent la pilule rouge, et sont donc prêts à voir le monde tel qu’il l’est. En opposition à la pilule bleue, où l’homme reste dans un monde artificiel, cherche à tout prix à plaire et à satisfaire les attentes des femmes,
C’est ici l’un des points clefs du mouvement : se détacher de l’attraction sexuelle exercée par les femmes pour être libre. Quand on sait que l’homme pense au sexe en moyenne une fois toutes les 28 minutes, il est vrai qu’après réflexion, nous serions très certainement plus intelligents si nous pensions un peu moins avec notre jouet préféré.

La pillule rouge, celle des MGTOW, ou retourner au monde classique, sans intérêt
Bien joué, NEO

L’homme ne peut pas gagner contre la femme

Si nous nous basons sur tout ce qui a été dit auparavant, l’homme sera perdant dans tout type de relation incluant une femme dans nos sociétés modernes. Par conséquent, l’homme doit suivre ‘son propre chemin’ jusqu’à ce que la société subisse une révolution ou une réforme profonde.
D’abord et surtout présent sur internet, le mouvement voit beaucoup de youtubeurs prêcher la bonne parole et présenter leur vie incroyable post pilule rouge : libre d”esprit, et surtout, plus besoin de dépenser la moitié de ton salaire pour sortir Jeanine le samedi soir. une vidéo en exemple :

Je ne vous cache pas que sa façon de parler et sa façon d’être à 300% américain ont eu raison de ma patience. En revanche, la partie ‘commentaires’ est assez révélatrice des membres de ce mouvement :
‘Men going their own way? Men guarding their own wallets.’

‘No child support… No alimony, No complaining… sounds good to me..’

‘If you waste your youth chasing females you will end up nowhere. Chase excellence’

‘The only thing a woman hates more than a man is seeing a man not under her control.’ ‘Smart men don’t get married. MGTOW’

Critiques et réflexions

Avant toute chose, ce mouvement a le mérite d’être apolitique : aucun homme politique s’est vanté d’être affilié à ce mouvement. Ensuite, deux points importants : un MGTOW ne cherche pas le pouvoir, ni l’argent : il cherche juste à avoir les moyens de vivre sa vie comme il l’entend (de la playstation à la lamborghini, selon ses envies), mais ne vit pas pour les autres.

Il y’a rarement de fumée sans feu. Les extrêmes politiques n’existeraient pas si les partis classiques faisaient leur travail. Les femens n’existeraient pas si la misogynie n’existait pas. Les extrémistes religieux n’existeraient pas si la religion en question ne laissait pas place à l’interprétation.
Il en est de même pour les MGTOW. Si certains hommes se sentent lésés, plutôt que de leur tomber dessus, il est important d’essayer de comprendre leurs maux et d’essayer de les solutionner.

Si un homme rejoint les MGTOW, et qu’il s’en tient aux idées, il n’aura aucune conséquence néfaste pour votre existence. Mieux encore, il n’essayera pas de vous piquer votre copine. La religion devrait d’ailleurs marcher exactement de la même façon : la liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence. Comme le disait l’ami MC Jean Gabin ‘sache que la religion n’est pas un sprint mais une course de fond, donc pense à ceux qui pratiquent depuis 40 ans, et qui n’en font pas tout un boucan’.
A partir du moment où une personne trouve dans un mouvement de quoi s’épanouir, sans nuire aux autres, pourquoi pas?

L’effet communautaire

Ce qu’il y’a de déplorable depuis quelques années, c’est qu’on ne peut plus lever un petit doigt sans être apparenté à un mouvement. Tu ne bois pas d’alcool? Ohhhhhh, t’es forcément musulman, straight edge ou taré. Tu ne manges pas de poisson? Et voilà… encore un vegan. D’une lourdeur sans nom.

Comme toutes les communautés, il n’y a pas que des génies chez les MGTOW. vous verrez d’ailleurs nombre d’entre eux étaler leur haine des femmes (cf leur page FB française). Une belle majorité de frustrés qui n’ont surement pas réussi à choper Jennifer, la belle blonde du lycée.
Enfin, leur façon de présenter qui vire au sensationnel (sur leur site officiel) et le simple fait d’utiliser des auteurs, voire citations de scientifiques s’apparente vraiment à de la manipulation intellectuelle pour décérébrés. Pas sûr qu’Isaac Newton aimerait être cité sur votre site, les gars.

Le mot de la fin

Jusqu’à aujourd’hui, les deux sujets explosifs étaient simples. Si tu voulais voir s’énerver tes collègues, tu lançais les mots ‘religion’ ou ‘politique‘, tu prenais un peu de recul, un bol de popcorn, et tu prenais ton pied. en 2018, nous avons la chance d’avoir à disposition la sauce piquante : le VEGAN.
MGTOW en a les mêmes caractéristiques : tout le monde sera sur la défensive après avoir explicité ces cinq mots : MEN GOING THEIR OWN WAY. Regardez bien les visages, ça marche.
Ensuite, avant d’aller chercher le bol de popcorn, remettez-en une couche:

-Attends mais, tu n’as pas remarqué comme la parisienne se prend pour une princesse et néglige les mecs???’
-Pourquoi c’est à l’homme d’être galant, et de payer des verres?
-Tu trouves pas ça injuste que les femmes aient le contrôle à 100% des natalités? Pourquoi, alors que nous ne sommes pas d’accord pour garder l’enfant, elle le garde quand même et nous force à verser une pension?
Effet garanti. 

Je pense très sincèrement monter un mouvement en 2019 : les hommes qui aiment les femmes, fascinés par leur complexité, qui s’en amusent et qui ne pourraient s’en passer. Avant d’avoir la haine envers les femmes, souvenez-vous bien d’où vous venez, et de qui a changé vos couches il y’a quelques années.

BONUS : Garcia à son apogée

Edit 23/07/19 : A chaque fois que j’ai parlé de ce sujet, les gens le découvraient. Je crois que cela mérite d’être discuté. Ce mouvement a le mérite d’être apolitique, ce qui est fortement appréciable… Et triste à la fois ! Nous n’aurons jamais de débats intelligents entre un leader MGTOW et Marlène Schiappa à la télé 😀

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenez moi sur tipeee !!

Restez informé des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

10 Comments

  1. William 7 novembre 2020

    I’ve been a MGTOW all my life it just wasn’t named this way i was just called independent / marginal / original / funny guy etc, well let me tell you there was not so much thing that were fun with my life and in my relationships the good thing is (even if it might not sound like it) my heart was broke into pieces multiple times when i was young leading me to suicidal behavior during my teenage years and early adult years but eventualy i grew out of it to be some years later a pretty muscular guy with a pretty enviable situation and assets not to boast about it at all i couldn’t care less if you think i’m a liar or whatever i’m far from being Elon Musk lol but at least i can afford his cars. Well you know when i think about these girls now that i’ve regretted to have met the vast majority of my life, i thank them for making me aware of what there was to fear about relationships and what fatal poison a girl can be. Today with all my knowledge and possibilities i don’t view women as opportunities, nor something to care for at all, i use them when i need them and tell them to get the fuck out of my view when i want to because i can, and i made a lot of girls and grown women cry i’m not going to lie because i’m truly and exactly what they want, a man that they will never be able to get whoever she is or whatever she’s doing and let me tell you that fucks with their brain so bad that it kind of amuse me even if it’s sad for them to be such f*cked up beings i mean there’s plenty of guys that needs their attention and well watching sociology studies i’ve understood that i’ve entered the realm of the 10% guys that women will actually hit on pretty hard while ignoring the rest, and well let me tell you that’s way more cringe than it sounds but that’s fun and i don’t even see it as a revenge for my past life i truly just couldn’t care less i have enterprises projects, sports projects with friends etc i mean women are as the bottom of my problems as having fruits in the basket on my table, i mean yeah if i want fruits i’m going to get some but hell if there’s none i know i can always get some and that’s it, maybe you will insult me for viewing women like that but that’s just my way and i feel really great like that, the day that i will want a son i think i’ll pay a woman of my choice to give birth to my children and she’ll get the fuck out of my view and i’ll pay him a nurse and take care of him and that’s it…

    Répondre
  2. Toto 1 juin 2020

    Je parle en prose depuis longtemps sans savoir que c’est de la prose. La prose n’est pas un mouvement. J’adore les femmes mais je fuis les relations affectives avec les femmes depuis longtemps, vous m’apprenez que je fais partie d’un mouvement MGTOW : je vous démontre par là que ce n’est pas un mouvement mais une philosophie de vie INDIVIDUELLE : d’ailleurs vous êtes le premier à qui je le dis… De plus, les gays sont-ils des MGTOW? Les femmes qui fuient la maternité et le mariage sont-elles des WGTOW ? Laissez les gens tranquilles vivre leur vir privée, il y a autre chose à faire sur de mettre une femme dans sa vie, non ? “Si voulez vivre une vie heureuse, attachez la à un but, et non pas à une personne ou une chose!”. Einstein. C’est clair, non? Quand on n’y comprend rien, on s’abstient de mettre des étiquettes… Néanmoins, je suis content, grâce à vous de m’avoir fait connaître la prose/le MGTOW…

    Répondre
    1. Bon Pote 1 juin 2020

      Bien loin de moi l’idée de mettre des étiquettes. Tant que tout le monde est heureux et n’emmerde pas les autres, je signe tout de suite, je vous rassure !

      Répondre
      1. toto 7 novembre 2020

        Ah mince.
        Je suis un MGTOW. Je l’ai appris récemment. Parce qu’avant, je l’étais sans le savoir: j’ai enfin mis un nom sur mon concept de ma vie et de mon comportement. J’ai toujours refusé d’appartenir à un mouvement, je préfère ne pas m’investir, car selon le vieil adage « tout ce qui dépasse le nombre de deux individus devient de fait une bande de cons ». Me voila rattrapé par la définition MGTOW. Je baisse les armes, j’en suis un. Pourquoi pas? On ne va pas contre son destin, après tout 🙂

        Il faut comprendre une chose: être MGTOW n’est pas un pis-aller de gens qui y sont contraints (Pas assez beaux, pas assez riches, pas assez valorisant pour une femme, bref ceux qui ne peuvent pécho. Sans forfanterie, ce n’est pas vraiment le cas. Mais bon, il faudra me croire sur parole et je sais bien que sur internet c’est difficile).
        C’est juste un choix. Qui nous convient. Ce qui n’est pas un crime, si?

        On est misogynes. Ben oui, comme tous ceux qui ont beaucoup pratiqué l’autre sexe, qui l’ont expérimenté et qui en ont démonté les ficelles. Ce qui ne veut pas dire qu’on n’apprécie pas les femmes. J’ai des amies, des amantes, des voisines charmantes. Il y a des filles tout à fait brillantes et intelligentes, pleines de gentillesse et pleines d’empathie. Et qui en plus sont tout à fait convenables voire performantes dans des activités plus intimes. Pas de souci.

        Mais bon, on n’a pas que ça à faire. Avoir plaisir à échanger (des mots, des idées, des Tupperware, des recettes de cuisine, des fluides corporels) de temps à autres, c’est très bien. Mais il y a tant d’autres choses à faire, de bien plus créatif, amusant, personnel, sensuel que pour ne pas apprécier de ne pas les avoir à demeure .

        Je me rappelle que même il y a des années, oh… vers les 25/30 ans, lorsque je me retrouvais raccompagnant une jeune femme chez elle-chez moi- à l’hôtel, je me disais « et voila! on recommence les conneries. Ca va prendre encore du temps, de l’énergie, des cris et des larmes de ruptures. Mince de perte de temps. Mais la victime est si belle et le crime si gai… »

        Et plus on prend de l’âge, plus les désavantages semblent si évidents: au lieu de gérer cette relation, j’aurais pu peindre un chef d’oeuvre, découvrir le monde, écrire un roman (ou deux) …
        Et il ne faut pas oublier que le désir profond et en général bien planqué des filles est diamétralement opposé au nôtre. Et que certaines, que j’ai prudemment évitées, ou qui se sont très vite rendu compte qu’avec moi, il n’y avait pas l’ombre d’une chance d’obtenir un bon divorce (je ne me marie pas) et donc une pension alimentaire (qui aurait été conséquente). Car des garces, il y en a . Des filles bien aussi. Mais bon…..

        Et ce n’est qu’une petite part du problème. J’insiste: non, les relations que j’ai eues se sont bien passées, en règle général, ce furent des femmes tout à fait charmantes. Mais ce n’est pas pour ça qu’on ne réalise pas qu’en grattant un peu on a des visions tout à fait opposées: non, je ne compte pas nidifier, inutile de tenter toutes les manipulations féminines pour m’entraîner dans ton trip, petite. Et non, je ne t’accompagnerai pas dans une soirée au bout du monde où se retrouveront toutes tes copines pourries. Et non, je ne me ferai pas assistant de gestion à la Sofinco pour satisfaire ton besoin de normalité. No one chance.

        Et puis, en lisant cet article (du Chevalier Blanc TM de Slate…), qui est une tentative de propagande idéologique d’expliquer ce mouvement nouvellement anciennement déclaré, on oublie aussi une ou deux positions qui selon moi sont importantes dans le « cahier des charges » – j’évite le mot « philosophie » – MGTOW:
        – on ne veut pas et on ne cherche pas le pouvoir, contrairement au reste du monde: on s’en fout, on vous laisse à vos jouets, et notamment à votre guerre des sexes qui ne nous concerne pas
        – on n’a aucune velléité concernant l’argent: si on a de quoi financer notre manière de vivre et nos jeux (de la Playstation à la Lamborghini, selon les envies et les normes de chacun) on préférera profiter de la vie (la nôtre surtout et vous laisser à la vôtre). Sans remords.

        Bon, tout ça doit être plein de fautes de frappe, voire de syntaxe ou de style: je ne relis pas.
        Je vais de ce pas assumer « ma charge mentale » si chère aux féministes, ces derniers temps. 🙂

        See you, folks!

        Répondre
  3. Sophie 22 mars 2020

    Et bien moi qui suis une femme et débarque sur ce site, en cherchant à comprendre ce MGTOW, j’ai trouvé cet article éclairant.
    Merci

    Répondre
    1. Bon Pote 22 mars 2020

      Une femme peut s’intéresser à ce mouvement, tout comme un homme peut s’intéresser aux mouvements féministes (j’ai d’ailleurs écrit un article sur le sujet !). Je serais curieux de savoir ce que vous avez tapé comme recherche pour tomber sur ce sujet 😀

      Répondre
  4. fjdhnsnlfsflnsnvsdnf 22 mai 2019

    Vive MGTOW et fuck les pouffiases qui n’aiment personne a part elles meme, la femme est un etre impur responsable de tous les maux terrestres !

    Répondre
    1. Bon Pote 22 mai 2019

      bonne journée également!

      Répondre
  5. BENJAMIN 12 mai 2019

    Et sinon écoute du Brassens et vois du haut de ta supériorité morale, que le mouvement MGTOW à toujours existé. Risque toi au débat et aux échanges avec quelques auteurs de neomasculin et du café des hommes, ça m’intéresse de te voir étaler ta culture MC Jean Gabin mon pauvre ami…

    Répondre
    1. Bon Pote 12 mai 2019

      Si j’écris sur le mouvement, que je passe 20h à écouter des figures du mouvement, leurs idées, et que je m’y intéresse, ce n’est pas pour critiquer, mais comprendre. En revanche, je trouve Brassens formidable, et j’aime beaucoup MC Jean Gabin!

      Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS