S’il vous plaît EELV, j’aimerais voter en 2022 !

EELV

“Mais EELV, ils sont vraiment écolos ? T’en penses quoi ? Ils ont une chance pour 2022 ?”

Voilà une question qui revient chaque semaine. Depuis les Européennes 2019, Europe Ecologie Les Verts bénéficie d’une visibilité historique, traduisant entre autres l’inquiétude croissante des français pour l’écologie. Mais dans l’élection reine, c’est-à-dire la seule qui compte aux yeux des français, les verts n’ont jamais vraiment existé.

Pour 2022, je vois un vrai boulevard pour l’opposition : mis à part F. Hollande avant les attentats de 2015, jamais un président n’aura été à la fois aussi détesté et bas dans les sondages. Cependant, pour battre Emmanuel Macron, il va falloir proposer autre chose que ce que propose actuellement l’opposition. Ainsi, EELV est-il un parti crédible pour atteindre le second tour, sans être obligé de faire une alliance avec La France Insoumise ? Peut-être. Mais pour cela, il va falloir changer, évoluer… Et se séparer de quelques ancres qui empêchent le bateau d’avancer.

Etat des lieux en 2020

S’il était nécessaire de le rappeler, aucune présidence n’a été écologique (donc soutenable) en France depuis 50 ans. A noter également, tout politique ou économiste parlant de Croissance verte est un pitre dont l’ignorance et l’incompétence deviennent chaque jour un peu plus criminelles (à l’instar d’un Nicolas Bouzou, dont la parole ne vaut pas plus que Jean-Michel CAC40 au bar PMU du coin).

Partant de ce postulat, je souhaitais faire un état des lieux des partis en 2020. Si voter permettait de sauver la planète (imaginons), vers quel parti devrais-je diriger mon vote en 2022 ?

Rassemblement National : moi vivant, je ne voterai jamais pour l’extrême-droite. Si cela arrive, merci de me clouer comme Piotr sur les Champs-Elysées, j’accepterai avec le sourire.
Les Républicains : entre Eric Ciotti, Christian Jacob, Estrosi… Et Bellamy qui est contre l’avortement, non merci.
Les socialistes : sauf miracle, je ne les vois pas faire mieux que Jacques Cheminade.
– LFI : en étant objectif, c’est bien le seul parti qui fasse un peu le travail d’opposition en France. En revanche, je ne voterai jamais pour un parti avec JEANLUK à sa tête. De plus, à l’idée de voir Alexis Corbière premier ministre, j’en viendrais à regretter Manuel Valls. C’est dire.

Enfin, LREM, donc Emmanuel Macron. Elizabeth Borne et son avion zéro carbone en 2035. CETA. Benalla. Belloubet. E.Philippe. Castaner. Sibeth Ndiaye. Djebbari. Bruno Le Maire (croissantiste vert). Darmanin. Sans oublier Kohler, Bayrou, et les dizaines de casseroles du parti depuis mai 2017. J’hésite !

Vous l’aurez compris, il ne me reste pas beaucoup de choix. Dois-je donc donner ma voix à EELV, seul parti qui d’après le nom, serait écologique ?

EELV, ou la difficulté d’exister en tant que parti présidentiable

Les partis écologistes sont nés à l’origine en Allemagne et dans les pays nordiques. Ils sont issus de la mouvance des ‘single issue parties’, qui existent dans les démocraties parlementaires et servent à faire avancer une cause donnée dans une coalition plus large. Malgré ses différentes déclarations où il essaye de nous faire croire qu’il n’aspire pas forcément à devenir Président, Yannick Jadot a bien des ambitions présidentielles.

En 2017, il avait fait le choix de rejoindre Benoit Hamon. Quand on sait qu’il a manqué moins de 2 points à JL.Mélenchon pour passer au second tour… Mais cette fois-ci, il pense que c’est le moment de prendre le pouvoir (enfin, sans trop s’opposer à Emmanuel Macron non plus, qui, n’y voyez aucun rapport, prépare un remaniement ministériel après les municipales). Je vois bien que Yannick Jadot enchaîne les matinales et les interviews depuis les européennes, surfant sur le récent succès du parti. Pourtant, EELV ne s’impose pas comme un parti crédible. Que manque-t-il ?

Les 3 freins au parti EELV

Je vois 3 freins au parti EELV, qui pour l’instant empêchent le parti d’avoir une chance d’être au second tour.

Premièrement, un leader. Yannick Jadot va devoir s’affirmer et s’imposer rapidement s’il souhaite que cela soit clair dans la tête des électeurs. En coulisses, personne ne l’attend, à commencer par Eric Piolle, Maire de Grenoble, qui bénéficie d’un très bon réseau et d’une belle notoriété. Plus vite le leader sera identifié, plus vite le parti pourra se concentrer sur son programme.

Deuxièmement, le manque d’expérience. C’est souvent un argument qui revient dans les débats politiques. Les Municipales 2020 sont une chance pour EELV qui, s’ils veulent gagner en crédibilité, doivent faire tout leur possible pour s’imposer dans des villes françaises qui comptent sur le plan national. Cependant, le manque d’expérience n’est pas forcément un problème fondamental. Je connais un type qui avait au mieux été président du conseil général de Corrèze et qui a fini président de la République, malgré son charisme d’huître. Comme quoi, sur un malentendu

Enfin, et c’est le plus gros hic à mes yeux, EELV et certains de leurs membres clefs semblent s’enfoncer dans un obscur militantisme qui ne marche que sur un public non averti. J’ai déjà précisé que je trouvais honteux plusieurs sorties publiques de Sandra Régol, Secrétaire Nationale Adjointe chez EELV. Les mensonges sur le nucléaire, ça va un moment. Soit c’est par incompétence, soit c’est par clientélisme électoral en jouant sur les peurs. Dans les deux cas, je trouve cela inacceptable.

Autre exemple plus récent, Julien Bayou, Secrétaire national EELV et conseiller Régional IDF, qui nous a fait une sortie sur twitter dont EELV se serait bien passée :

Source : https://twitter.com/julienbayou/status/1272799329539981312?s=20

Pour être un parti crédible (à mes yeux en tout cas), il va peut-être falloir travailler la partie énergie, parce que là, je ne peux pas voter pour vous si les cadres du parti balancent des messages pareils. Embauchez des conseillers scientifiques, des personnes pour relire vos tweets avant de publier, non ? Je ne crois pas que passer pour des débutants donne tant confiance que cela à de potentiels électeurs… Et malheureusement, c’est loin d’être un cas isolé.

Michèle Rivasi, ou le mauvais totem d’immunité

Michèle Rivasi pourrait cristalliser à elle seule le problème EELV. D’abord utile, telle une fenêtre d’overton, Michèle fait désormais figure d’épouvantail. Michèle est anti-tout : anti-OGM, anti-nucléaire, anti-vaccins, anti. Le problème, c’est qu’elle peine à donner un rationnel à ses décisions et déclarations, qui sont bien trop souvent mensongères. Taper sur une filière comme le nucléaire, cela rapporte certes quelques voix. Le problème, c’est que Michèle n’a toujours pas expliqué comment faire pour s’en passer. C’est également un problème lorsque la nouvelle vague d’adhérents est mieux renseignée sur le nucléaire et a bien compris que cela n’était pas forcément une bonne idée de vouloir s’en passer à court terme.

J’ai bien peur que pour gagner en crédibilité, Michèle Rivasi soit obligée de revoir certaines de ses positions… Ou de prendre la porte. Compte tenu de son passé et poids dans le parti, il faudra un sacré culot au parti pour le faire. Mais si cela s’avère être un bon arbitrage politique, désolé Michèle, mais leur sentence sera irrévocable.

Le mot de la fin

Même si je pense qu’ils ne seront pas le premier levier dans la lutte contre le changement climatique, nous aurons besoin des politiques. Ils sont indispensables, et peuvent avoir un effet positif pour le climat en une simple décision. Revenir sur le CETA, limiter la vitesse sur les autoroutes, limiter l’avion (quotas)… UNE décision, impact immédiat.

Une fois les municipales passées, et s’il s’avère que Jadot ne répond pas aux sirènes du gouvernement, il sera temps de marquer le coup et de clairement montrer son opposition à la majorité. La demie mesure n’a jamais été vendeuse. Arrêter ce genre de posture un peu passe-partout pour ne froisser personne, comme lorsqu’il évoquait l’écologie compatible avec le libéralisme. J’ai entendu parler de cette théorie… Ce n’est juste plus tenable d’avoir un discours pareil, ni même un bon calcul politique. Quant à la nécessité d’aligner vos discours avec les réalités scientifiques : il y a urgence. Les totems d’immunité vont peut-être devoir être redistribués à d’autres personnes.

Enfin, j’aimerais insister sur l’importance du vote des municipales ce dimanche. C’est au niveau local que l’impact écologique peut être le plus important et effectif le plus rapidement possible. EELV, malgré certains calculs politiciens pour leur faire barrage, ont une vraie carte à jouer lors de ces élections, afin de prouver qu’ils peuvent également gérer des grandes villes en France et engranger ainsi de l’expérience.

Lorsque je vois les réactions de la droite et de la clique néo-libérale concernant la convention citoyenne, il est évident que nous ne pourrons pas compter sur eux pour tenter d’avoir la moindre chance dans la lutte contre le changement climatique. Alors jetez un œil aux programmes, et allez voter, si vous ne voulez pas le regretter pendant 6 ans. Vous avez peut-être un peu plus de choix que de voter pour Rachida Dati ou Agnès Buzyn…

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir Bon Pote sur Tipeee et sur les réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenez moi sur tipeee !!

Restez informé des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

14 Comments

  1. Angel frost 30 juin 2020

    Que dire de plus sur Bellamy?
    Le classifier sur son seul avis sur l’avortement est léger non?malgré l’importance de ce sujet bien sûr

    Répondre
    1. Bon Pote 30 juin 2020

      Bien sûr, je caricature. Il y a bien plus de choses à dire, et pour chaque parti. J’ai reçu pas loin de 10 messages en privé, me demandant pourquoi j’allumais Jean-Luc Mélenchon. Il aura son article dédié pendant l’été. Bellamy aura un article s’il mérite une attention particulière pour 2022… Pour l’instant c’est loin d’être le cas

      Répondre
    2. Bon Pote 13 septembre 2020

      Bonjour, j’ai un autre argument maintenant : il est raciste. https://twitter.com/fxbellamy/status/1305076173572116480?s=20

      Répondre
  2. cigitmondy 28 juin 2020

    La multitude des candidats au premier tour, en éparpillant les voix, ne peut que profiter d’abord à RN environ 25% au premier tour, ensuite LREM entre 12 et 16%. Ces deux là se retrouveront au 2eme tour.
    Les autres ?
    RN ou Macron : aucun des deux ni dans cette vie, ni dans une autre
    Les socialo, hors de question : socialo-traitres
    les verts : quand vous voyez le débat sur la chaîne parlementaire entre M Auzanneau et les deux femmes représentantes des écolo. Non merci
    les minuscules partis : Asselineau, Cheminade, les communistes et j’en passe, boaf……
    LFI : peut-être mais j’ai du mal avec certains, JLM et d’autres
    La droite : étant fils de prolétaire et prolétaire, je ne peux pas, c’est viscéral
    Non, il faudrait quelqu’un au-dessus des partis, peut-être. Je ne vois pas. Et puis ça fait homme providentiel !!!
    2022, pour moi c’est blanc…. à ce jour.

    Répondre
  3. Nicolas Varbedian 28 juin 2020

    Merci bon article ! Je partage entièrement le point 3 ; il y a un vrai problème de culture scientifique chez certains EELV, avec des postures comme sur les vaccins qui sont inacceptables pour un parti qui doit gagner en 2022 pour essayer de sauver les meubles. Pour le point 1, je suis membre de l’initiative Et Pourquoi Pas Piolle, un collectif de citoyens qui veut participer à l’émergence d’un arc humaniste, en l’occurence autour de la figure du maire de Grenoble que vous mentionnez dans l’article ( lien ici : https://www.facebook.com/etpourquoipaspiolle/ et https://twitter.com/EPPP2022 ). On pense que oui EELV doit évoluer, notamment sur le troisièeme point, mais ce qu’il faudra avant tout, c’est construire un arc plus large, avec des gens de bonne volonté et écologistes convaincus comme François Ruffin, qui a la notion de justice sociale chevillée au corps, mais aussi pourquoi pas des profils comme Mathieu Orphelin, qui n’a vraiment rien à faire à LREM.

    En tout cas continuons tous à pousser pour que les choses progressent. Quand on voit ce qui se passe à Lyon, Marseille, Grenoble… on comprend que la dynamique est la bonne, autour de figures vraiment enthousiasmantes…

    Et allons voter dimanche !

    Répondre
  4. erom 27 juin 2020

    Malheureusement, EELV restent sur une logique du plus pour tout le monde, incompatible avec une nécessaire décroissance. ils peinent ainsi à proposer des mesures contraignantes pour la population (cf. la réponse évasive au sujet du maintien des lignes aériennes https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-politique/l-edito-politique-19-mai-2020). ils promeuvent les contraintes sur les industriels … sans en afficher les contreparties (augmentations des prix, baisse du pouvoir d’achat).
    je partage ton avis sur JLM et A. Corbière. En revanche je trouve le positionnement de F. Ruffin plus intéressant que ce que propose EELV. Il est pour le moment le seul à ma connaissance à promouvoir une décroissance qu’illustre son slogan “moins de bien plus de lien”, qu’il accompagne d’un volet de justice sociale qui me plait également.
    il tergiverse ainsi beaucoup moins sur les questions du type : à quoi devra ‘on renoncer ?
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien/l-invite-de-8h20-le-grand-entretien-02-juin-2020

    PS: J’ai découvert ton site il y a quelque semaines. J’ai depuis dévoré la quasi totalité des articles, tous plus savoureux les uns que les autres. Celui-ci est le premier sur lequel j’ai une divergence de point de vue, j’en profite donc pour commenter 🙂

    Répondre
    1. Bon Pote 27 juin 2020

      Merci pour ton message ! J’ai bien peur, de mon point de vue d’amateur politique du dimanche, que Ruffin et Mélenchon vont se bouffer pour le lead LFI en 2022. En tout cas, si ce n’est pas Mélenchon, je le vois mal laisser le boulevard à Ruffin sans remous. J’ai vu son interview sur la décroissance, mais il manque de précisions, d’un rationnel clair, et s’il manque d’arguments et de clarté, il se fera cartonner par les adversaires pro croissance verte… Il faut avoir les reins solides quand on parle de décroissance 😉
      PS : toujours un plaisir d’avoir des avis argumentés, la critique permet d’avancer !

      Répondre
      1. erom 27 juin 2020

        J’ai bien peur que tu ais raison pour le duel fratricide.

        Répondre
  5. Aldridge 27 juin 2020

    Il semble que EELV soit un parti qui refuse les leaders par culture. Ton 1er frein sera sans doute difficile à lever.

    En tout cas, dans la ville moyenne (moins de 50 K habitants) où je suis, ils soutiennent une liste citoyenne qui n’a aucune chance face aux mastodontes qui sont là depuis plusieurs mandants.
    Ca risque de donner : aucune compromission mais aucun mandat et de l’opposition systématique.
    Dans ma Région et à ce stade ce sont les “anti tout” qui sont aux commandes du parti. Résultat dimanche soir avec le résultat des municipales.

    Dommange car dans les petites et moyennes villes, il me semble qu’il faudrait s’adapter et rentrer dans les équipes dirigeantes, malgré les couleuvres à avaler, pour gagner en expérience et en légitimité (cf ton 2eme frein)

    Merci pour ton travail. Continue !

    Répondre
    1. Bon Pote 27 juin 2020

      Hello, merci pour ton message. l’article a été posté il y a 3 heures , et je suis (presque) surpris des retours sur les RS, Facebook notamment. Il semble qu’ils aient déçu beaucoup de monde par le passé, par calcul politique et alliances avec des mouvements très discutables. Nous verrons bien effectivement ce que cela donne dimanche soir !

      Répondre
  6. Sébastien 27 juin 2020

    Parti de droite et antinucléaire malheureusement. Ce sera donc LFI (certes globalement antinucléaire également…), par vote utile, ou NPA si LFI fait trop de bêtises ou que l’élection est de toute façon perdue.
    Il nous faudrait une coalition Jancovici/Barrau/Lordon.

    Répondre
    1. Sébastien 27 juin 2020

      Et abstention au second tour évidemment, comme en 2017, puisque la prise d’otages via les nazis a assez duré.

      Répondre
    2. Bon Pote 27 juin 2020

      JM.Jancovici a dit qu’il ne voulait pas se lancer dans un parti. Aurélien Barrau je ne sais pas.. En revanche Lordon ça m’étonnerait qu’il souhaite faire de la politique ;)))

      Répondre
      1. Sébastien 27 juin 2020

        Barrau non plus. Je sais bien, hélas. Heureusement nous avons encore Wauquiez, Griveaux et Cambadélis.

        Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS