Scénario RCP8.5 du GIEC : bonne nouvelle, nous pouvons le faire !

RCP8.5

Que de sueurs froides pendant ce confinement : ils nous ont fait peur, avec leur monde d’après ! ‘Je crois qu’on a trop déconné‘ ‘On est allés trop loin‘ ‘Je vais consommer local‘. Qu’est-ce que c’est que ces conneries. Nous étions partis sur un rythme historique, prêts à atteindre le scénario RCP8.5 du GIEC (le plus élevé, donc le meilleur !), et ce covid-19 est venu chambouler les plans.

Heureusement, bonne nouvelle, le Guardian nous annonçait le 11 juin dernier qu’il y avait un rebond plus rapide que prévu des émissions post-confinement. Va-t-on pouvoir le faire ? Ce RCP8.5 ne restera-t-il qu’un rêve, ou deviendra-t-il réalité ?

Que nous racontent ces rigolos du GIEC ?

Le GIEC, ce groupuscule de scientifiques casseurs d’ambiance. Lors de la sortie de leur cinquième rapport (AR5), ils avaient établi 4 scénarios reflétant des trajectoires probables que nous pourrions prendre d’ici 2100, fonction de la concentration des Gaz à Effets de Serre (GES) dans l’atmosphère. Ces scénarios vont du plus optimiste au plus pessimiste, donc du RCP2.6 au RCP8.5…. Qu’est-ce que cela signifie ?

Les scénarios [gros raccourci] traduisent à quel point la température va monter si nous augmentons la concentration en GES de ‘tant de ppm’. Dit plus simplement, plus on remplit la baignoire (de GES), plus ça chauffe. Nous avons donc le RCP2.6 (augmentation du forçage radiatif de +2.6 W/m²) pour le scénario le plus optimiste, RCP4.5, RCP6.0 et enfin RCP8.5… Mon préféré. Ce scénario est celui que la presse appelle parfois le ‘Business as Usual‘, c’est-à-dire le pire des scénarios qui arriverait si on ne changeait rien, si les politiques ne prenaient aucune mesure contraignante, dans un univers de croissance…

Business as Usual ?

Tout d’abord, il est important de préciser que les auteurs eux-mêmes se défendent de l’appeler le scénario ‘Business As Usual‘ : “RCP8.5 was never meant to be a business-as-usual scenario, but as a high-end scenario, consistent with the highest emissions scenarios in the literature“. Et puis c’est complètement faux de dire que c’est du Business as Usual et que les politiques n’ont rien fait depuis ! Macron et sa majorité ont ratifié le CETA pendant l’été 2019, L’Allemagne vient tout juste d’inaugurer une immense centrale à Charbon, et BlackRock a remporté l’appel d’offres lancé par la Commission Européenne pour l’accompagner dans sa stratégie ESG.. Si ça, c’est ne rien faire pour atteindre le RCP8.5, je ne m’y connais pas !

Alors il y aura toujours des rabat-joie pour vous dire que le RCP8.5 se base sur des hypothèses fortes, comme une population toujours croissante, des ressources fossiles toujours autant disponibles, pas de progrès technologiques… Et qu’il est très peu probable. Et bien je pense qu’il faut délaisser ce pessimisme, et viser l’optimisme : moi, j’y crois !

Coup de pouce du destin : les points de bascule !

Passer du scénario RCP2.6 au RCP8.5 ne sera pas simple. Mais si nous le voulons vraiment, tous ensemble, nous pouvons le faire ! Nous avons même une liste de jeux, plus connus sous le nom de points de bascule, dans lesquels nous sommes brillamment en train de gagner. Pour rappel, le GIEC définit un point de bascule comme un changement irréversible du système climatique. Un exemple ? L’Amazonie. Outre le fait que la déforestation menace les écosystèmes et les populations locales, de nombreux papiers alertent sur le fait que l’Amazonie ne soit bientôt plus un puits de CO2.

Le fameux poumon du monde (nom qui n’est d’ailleurs que symbolique) va donc devenir émetteur de CO2. Si ça, c’est pas une performance collective ! Remercions principalement Bolsonaro pour son effort continu, mais pas seulement ! Un immense merci à celles et ceux qui mangent de la viande midi et soir, et qui ne pourront jamais s’en passer parce que merde, c’est trop bon. #Espritdéquipe.

N’oublions pas qu’un modèle climatique est une pile d’équation qui gère des boucles de rétroaction positives ou négatives. On en découvre encore chaque année, tout en ajustant les précédentes : cela a bien sûr une influence sur le résultat global. Bien évidemment, chaque point de bascule atteint a des chances de nous faire un passer d’un scénario à l’autre et de nous faire gagner la partie : atteindre le Graal, le sommet, l’Everest : le RCP8.5.

Quel bonheur nous attend dans le monde d’après ?

De nature curieuse, j’ai regardé ce à quoi nous devions nous attendre avec l’augmentation de la température, résultat des émissions de GES. Pour le RCP8.5, nous sommes environ à 4 degrés de plus en 2100 :

Dans son rapport d’évaluation, les nouvelles sont vraiment réjouissantes. Ainsi, avec un réchauffement de +4 degrés d’ici 2100, nous pourrions avoir une élévation du niveau moyen de la mer de 7 mètres (entre autres grâce à un autre point de bascule, la fonte progressive de la calotte glaciaire du Groenland)… accompagnée par des sécheresses interminables, des incendies comme ceux de cet hiver en Australie de plus en plus fréquents et violents….Avec en ligne de mire une sécurité alimentaire menacée au niveau mondial !

Et oui, c’est là où cela commence à devenir vraiment intéressant. ‘La combinaison de températures et d’humidité élevées dans certaines zones pour certaines parties de l’année devrait compromettre les activités humaines normales, notamment la culture de nourriture ou le travail à l’extérieur‘. Vous voyez les zones en rouge sur cette carte ?

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image-25.png.

Ce sont des millions d’habitants qui devront migrer pour pouvoir vivre. Ou plutôt survivre. Devinez ce qu’il va se passer quand ils voudront échapper à la mort, et migrer, dont en Europe ? Comment ça, c’est déjà le cas, et nous les laissons crever dans l’indifférence générale ? Ça m’étonnerait, je serais au courant. Et puis je suis sûr que l’ensemble des partis politiques s’uniront pour prendre des mesures humaines, et n’essaieront surtout pas de faire de la récupération politique dégueulasse sur l’immigration et l’insécurité. Ce n’est jamais arrivé et n’arrivera jamais.

Le Mot de la fin

Le RCP8.5 est bien plus que ce qu’on en dit dans la presse. C’est un projet de société.

Il est totalement faux de dire que c’est le scénario du business as usual, que les politiques ne prennent aucune mesure… Puisque les politiques nous aident continuellement vers cet objectif ! Regardez notre cher président il y a encore 3 jours ! Qui lors de son allocution, nous incitait à travailler et produire davantage. Il a tout compris Manu ! De toute façon je le dis depuis le début, nous avons enfin un président écologique. Manu ? C’est le meilleur.

Je sais bien que les projections du GIEC sont pour 2100, mais pourquoi attendre ? Lorsque l’on voit ce qui nous attend, pourquoi ne pas faire en sorte de gagner la partie le plus vite possible ? Le RCP 8.5 ne sera possible que si nous jouons collectif. Tous, formons une belle équipe de connards afin d’atteindre ces points de bascule qui ne sont plus très loin. Ne relâchez pas les efforts ! C’est pas un petit Covid-19 qui va vous arrêter tout de même ? Faites comme moi… Les frontières viennent par exemple de rouvrir. Réflexe de vainqueur : je suis allé sur Ryanair et ai réservé des vols pour tout le reste de l’année, le plus loin (et moins cher) possible !

Le BON-HEUR !

Quand je pense que pas plus tard que la semaine dernière, un ami a préféré rentrer chez lui en Vélib, plutôt que de prendre un Uber… Le tocard. L’erreur du débutant j’imagine. Heureusement, nous avons des modèles pour nous inspirer et faire sa part pour le climat. Soyons fiers de nous, nous sommes en très bonne voie pour le RCP8.5. N’écoutez pas les mauvaises langues, continuez les efforts : je suis sûr que cela finira par payer.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

abonne toi
à la lettre BON POTE

Restez informé des dernières parutions