Bon Pote #4 Loïc : le ski est-il écologique ?

ski

Cette semaine, je pars (enfin) en vacances au ski. Comme tout ce que je fais depuis un an, je me suis remis en question. Je me suis demandé si j’étais un gros con égoïste d’aller au ski. J’étais à peu près sûr que c’était une horreur pour l’écologie, donc comme d’habitude, j’ai commencé à me documenter, et suis tombé sur le mémoire de Loïc Giaccone. Spécialiste de la montagne et du changement climatique, Loïc est le genre de type à qui tu souhaites parler 10 min au téléphone, et quand tu raccroches, il est écrit 1H52min. Il a le malheur d’être intéressant, et en plus, il aime lire ! Le mec détestable quoi.

Vous le savez, les interviews portent sur des expatriés, partis vivre l’aventure à l’étranger. Cela tombe bien, puisque Loïc habite à Grenoble !  Oui, tout ce qui dépasse le périph, c’est plus la France.

C’est parti pour quelques minutes de SKI avec Loïc

Salut Loïc, merci d’avoir accepté de répondre à mes questions. Tu es né en montagne, tu la connais comme ta poche. Peux-tu te présenter et nous rappeler ton parcours atypique ?

Hello ! Alors précisément je ne suis pas né en montagne mais à Pertuis, dans le Vaucluse. En revanche j’y ai grandi à partir de l’âge de 7 ans, dans la vallée du Champsaur (Hautes-Alpes), à 1200 m, entouré par six stations de ski (cinq petites et une grande, Orcières Merlette), elles-mêmes surplombées de nombreux sommets du massif des Ecrins. Voilà pour le côté « enfant du pays ».
Après le bac je me suis perdu un an en fac d’histoire à Nice, puis j’ai voulu fuir la ville et vivre en montagne, alors je revenu dans ma région pour étudier à la fac de sport de Gap, en spécialité ski.

Pour mon stage de licence pro, j’ai été pris à la rédaction de skipass.com, magazine web spécialisé dans les disciplines « newschool » du ski, freestyle (les figures), freeride (hors-piste) et randonnée. J’ai été embauché à la suite du stage, j’ai donc emménagé à Grenoble et j’y suis depuis presque cinq ans. Je me suis intéressé de plus en plus au changement climatique et en particulier à la manière dont les régions de montagne sont touchées. J’ai publié 2 ou 3 articles sur cette question.
En 2018/2019, j’ai suivi un Master à distance sur le changement climatique destiné aux journalistes, en parallèle de mon travail. C’est dans ce cadre que j’ai rendu le mémoire que tu as lu, une analyse de la façon dont les médias traitent du changement climatique en montagne. Tu disais que je suis « spécialiste » en introduction, ça résume bien, je connais bien le sujet, après je ne me considère pas « expert », je ne suis pas scientifique.

Commence pas à être trop honnête stp ! Bon, ton mémoire m’a beaucoup plu, et a répondu à la plupart de mes interrogations. J’aimerais qu’on s’arrête sur une notion très importante. La neige de culture.  Peux-tu nous expliquer ce que c’est, et les avantages et inconvénients  vs la neige naturelle ?

La neige de culture, c’est le nom que l’industrie voudrait que l’on retienne, mais on peut aussi bien appeler ça de la neige artificielle, ou de la « neige à canons ». C’est ce que les domaines utilisent pour assurer la viabilité de leur « produit », l’activité ski. Cela permet de pallier le manque de neige. La météo a toujours été capricieuse, il suffit que l’anticyclone des Açores décide de se poser au-dessus de nos têtes pendant quelques semaines, comme c’est arrivé en début d’hiver 2016-2017, et il ne neige pas pendant une longue période… La neige de culture permet alors de garantir un minimum d’activité pour les stations, dont l’économie dépend directement du matériau « neige ». C’est leur outil de travail.

En pratique, neige naturelle, neige de culture, c’est pareil. La neige, c’est un flocon, c’est en gros de l’eau qui se cristallise autour d’une particule, poussière, etc. Normalement, ça se fait dans les nuages, et puis le flocon tombe, et s’il ne traverse pas une couche d’air supérieure à 0°C, il arrivera au sol sous forme de flocon.
Pour en faire, il faut de l’eau froide sous pression, de l’air comprimé, un peu d’énergie et du froid. Il n’y a pas d’additifs ou d’adjuvants, c’est vraiment rien que de l’eau et de l’air. Tu peux en faire dans ton jardin, il y en a qui en ont fait avec un compresseur et un Karcher (il faut un grand froid avec cette technique « maison »). Après, la neige artificielle peut être un peu plus dure, plus compacte que la neige naturelle. C’est parfois moins agréable à skier, mais elle résiste plus longtemps aux assauts de la météo, des redoux.

Je t’ai donné ici les avantages et inconvénients dans le cadre de l’activité ski. L’inconvénient (neige parfois dure) est largement supplanté par l’avantage (assurance de l’activité). Si on parle environnement, c’est un peu plus compliqué et controversé. Les écolos te diront que c’est un gaspillage d’énergie et un usage inconsidéré de l’eau, que ça nécessite de bulldorizer la montagne, etc. Les stations elles, disent que ça consomme peu d’énergie, que l’eau est restituée, et minimisent les impacts environnementaux directs (constructions de retenues collinaires essentiellement). C’est dur de se faire un avis sur la question.

superbe panorama de la montagne au ski
Photo avec vue très moyenne, je ne te félicite pas Loïc

Question peut-être stupide: la neige de culture et sa gestion vont-elles empirer les problèmes de sécheresses que connaît la France depuis quelques années ?

Question difficile. J’ai lu les deux concernant l’avenir de la ressource en eau. Des études disent qu’il n’y aura pas de problèmes (pour des régions précises, l’Isère, et à court/moyen terme). D’autres disent que des problèmes pourront se développer (pour les Pyrénées notamment, et à moyen/long terme).

Je vais te la faire simple : la montagne, c’est pas un endroit homogène. Vu que ce n’est pas plat. Tu as ce qu’on appelle des « bassins versants », très différents sur un même secteur. Tu peux avoir un souci d’eau quelque part, et à trois kilomètres à vol d’oiseau ne plus savoir qu’en faire. Mais en montagne amener de l’eau d’un endroit à un autre, ce n’est pas comme en plaine, où ce problème est gérable par des canaux, etc.

Ce qu’il faut avoir en tête avec le changement climatique, et c’est valable partout : les températures moyennes vont augmenter, notamment en été (là où on a besoin d’eau). Les précipitations devraient rester stables en cumuls moyens. On pourrait se dire, « ça devrait aller ». Sauf que la température plus élevée augmente « l’évapotranspiration », l’eau qui s’évapore depuis le sol, les végétaux et autres surfaces. Le résultat, c’est un bilan hydrique en baisse, et un risque de stress hydrique qui augmente. En faisant plus de canons à neige (ce qui est prévu), il y aura plus de demande d’eau, mais en hiver. On verra…

J’imagine que tu as vu la nouvelle il y a 10 jours, où une station apportait de la neige par hélico dans les Pyrénées ? Tu ressens quoi quand tu vois ça ?

Quand j’ai vu l’image, je me suis dit « eux aussi ils vont se faire défoncer ».

photo de l'hélico qui apporte de la neige de culture au ski

Je pensais à la petite station de Montclar, dans les Alpes-de-Haute-Provence, qui avait fait pareil en décembre pour rallier les deux parties de son domaine, qui est très éparpillé. Ils avaient eu pas mal de critiques, s’étaient défendus, mais localement. Ça n’avait pas atteint « le national » comme on dit en jargon médiatique.

Pour ma part, ça ne me choque pas l’image, parce que je connais les contextes. Je connais les chiffres de l’industrie du ski, de son poids dans l’économie des vallées. Je sais qu’ils ont besoin de ces deux semaines de Noël, de ces six semaines de février. Des centaines, des milliers de famille vivent pendant des mois grâce à ça. Je sais aussi que les personnes qui vont réagir, souvent à l’emporte-pièce, ne connaissent pas ce contexte. Ils réagissent à une image qui au premier coup d’œil apparaît comme aberrante.

Je sais que n’importe qui, à leur place (à Montclar ou à Luchon), en charge de la station, des employés à payer, des familles à nourrir, aurait pris la même décision. Quelques milliers d’euros et un peu d’image écornée d’un côté, le sauvetage de la saison de l’autre (littéralement, ce n’est pas une métaphore). 

La deuxième raison pour laquelle cela ne me choque pas, c’est parce que depuis le temps, entre mes recherches personnelles et mon Master, j’ai appris à « compter en carbone ». Je sais qu’une poignée de rotations d’hélicoptère, ce n’est pas grand chose, une poignée de tonnées de CO2. Je sais combien c’est l’empreinte d’un français moyen, l’empreinte de telle ou telle activité, l’empreinte du pays, l’empreinte des différents secteurs, etc. Par exemple, le jour où Montclar a fait son héliportage (ou le lendemain), je prenais la route dans les Hautes-Alpes pour aller de chez un ami à ma vallée d’enfance. Et bien le 05 n’était qu’un immense bouchon ininterrompu dans le sens Sud-Nord, depuis la fin de l’autoroute jusqu’aux embranchements des différentes stations de ski. Mais ça, ça passe inaperçu.

Bon bah, je voulais faire une blague sur le ski au Qatar, mais j’ai même plus envie ahah. Parlons un peu Emissions de GES. Tu disais dans un post qu’en termes d’émissions de Gaz à Effet de Serre, les domaines skiables, c’est seulement 2%.  Peux-tu nous en dire plus ?

Le transport, c’est 57% du bilan carbone des stations de ski (d’après une étude de l’ANMSM faite par l’ADEME en 2010, sur 10 stations représentatives). Le gros poste suivant, c’est le logement. Puis la voirie, le fret, les déchets et enfin le domaine skiable, à 2% des émissions. Les dameuses, les télésièges et les canons c’est 2% des émissions. C’est un phénomène typique de notre vision des impacts environnementaux, on se concentre sur ce qui a une image « polluante », mais tout ce qui est invisible, tout ce qui est externalisé, on l’oublie même pas, on n’en a même pas conscience.

Pour finir, le même jour où Luchon se prenait son « bad buzz », qui a remonté jusqu’au ministère des Transport (quand même), l’altiport de Courchevel battait son record de fréquentation. Si on reprend la statistique du transport ci-dessus, parmi elle le plus gros poste ce sont les émissions des visiteurs étrangers (44%), alors que les visiteurs français, qui représentent trois quarts des journées-skieurs, « pèsent » 19% seulement. Les 37% restants sont les résidents.

C’est à peu près le même problème qu’à échelle nationale. Les émissions que nous devons réduire en France, c’est en priorité le transport et le logement. Et tout le monde parle d’électricité, alors qu’elle est déjà presque intégralement décarbonée. Ça n’a aucun sens, et certains (J.M. Jancovici, S. Huet, et bien d’autres) le disent depuis longtemps. Mais l’image des grosses tours de refroidissement, ça fait toujours son effet dans les journaux télévisés.

peu de neige pour skier sur cette photo... mais magnifique !
Ça va, arrête un peu Loïc, c’est juste OK la qualité de ta photo. Je vais t’envoyer une photo du métro le matin… Là ouais, tu voyages !

Peut-on donc dire que je ne suis qu’un gros con égoïste à hauteur de seulement 2% ?

Non. C’est comme si tu allais surfer à Bali, et que tu disais que c’était écolo parce que le surf à Bali, bah ça n’émet pas. Malheureusement en termes climatiques, on ne compte pas « juste » les émissions d’un bout de l’activité (ou d’un bout du cycle de vie, comme nombre d’industries s’amusent à faire), on compte la chaine. On compte le transport pour aller depuis la capitale jusqu’à Bali, on compte ton transport sur place, on compte ton logement, on compte les émissions dues aux produits que tu consommes, alimentation comme biens (ta planche de surf fabriquée dans un pays du Sud, les matériaux nécessaires à sa fabrication, etc.) et services, tout.

Enfin, c’est comme ça qu’il faut compter si on veut réellement s’occuper du problème. Après si on ne veut pas vraiment s’en occuper et laisser ça aux descendants, il suffit de continuer comme on le fait très bien jusqu’ici.

On se concentre trop souvent, et c’est l’erreur du débutant écolo, du rookie, sur le CO2. Pourtant, la biodiversité est encore une fois la grande oubliée. Peux-tu nous expliquer pourquoi les conséquences du dérèglement climatique sont une catastrophe pour nos amis les bêtes ?

L’urgence climatique a effectivement une fâcheuse tendance à prendre le dessus dans les discours écologistes car elle remet en question nos modes de vie (donc on s’en soucie). Alors que la disparition des espèces, pour des gens qui ne voient absolument plus aucune once de « nature » la majeure partie de leur temps, forcément ça les touche moins.

Là tu me poses une question au sens large, sur l’impact du changement climatique sur le vivant. D’abord, il faut rappeler que le changement climatique, c’est la septième cause de disparition des espèces. D’abord il y a la « surexploitation », puis l’agriculture, puis l’urbanisation, puis les espèces invasives, puis la pollution, puis les modifications d’usage des sols, et enfin le changement climatique (la suite c’est les perturbations humaines, les transports, la production énergétique).

En gros, le changement climatique va toucher les espèces animales comme végétales par une modification de leur environnement. Plus chaud, plus humide ou plus sec, etc. Les espèces auront le « choix » : s’adapter, migrer ou disparaître. L’adaptation a ses limites. La migration aussi, c’est notamment une question de vitesse de déplacement. Si je prends l’exemple que je connais, les Alpes, les espèces remontent en latitude et en altitude. En altitude, elles auront physiquement, progressivement, un problème de surface, qui se réduit au fur et à mesure qu’on monte. D’après les scientifiques, au vu des projections des modèles, la part du changement climatique dans l’impact sur la biodiversité va augmenter au fil du siècle.

Parlons maintenant de ton expertise, et une partie qui m’intéresse particulièrement : l’économie en montagne et des stations de ski. Tu as écrit dans ton mémoire ‘en continuant d’investir dans la neige de culture, les stations devraient pouvoir conserver un niveau d’enneigement des pistes similaire à l’actuel’. Je rêve où il y a un problème structurel dans ce que je viens de dire ?

Non, c’est bel et bien la conclusion d’une des études, qui concernait le département de l’Isère, et à l’horizon 2050. L’enneigement naturel va baisser à basse et moyenne altitude (précipitations constantes mais températures plus hautes, il pleuvra à la place de neiger de plus en plus souvent), c’est indéniable et l’avenir « climatique » est à peu près « plié » jusqu’à 2050, la suite dépendra des émissions de ces prochaines années et décennies. Les stations, appuyées par les pouvoirs publics (région Auvergne Rhône-Alpes par exemple, Plan Neige de plusieurs dizaines de millions d’euros) réagissent avec une mesure d’adaptation, la neige de culture, afin de garantir l’outil de travail de nombreuses personnes.

Rapidement, pour donner un ordre d’idée : le ski en France, c’est 120 000 emplois directs (qui dépendent de l’ouverture des stations), 1 milliard de CA pour les remontées mécaniques, environ 8/9 milliards de retombées économiques, une bonne cinquantaine de millions de « journées-skieurs » (unité de comptage de l’activité) et un top 3 mondial. Tout ça n’est pas réparti de manière homogène, le gros de ces chiffres est fait dans les Alpes, et surtout dans les Alpes du nord, et surtout en Savoie.

Mais clairement, les régions de montagne sont aujourd’hui dépendantes de l’activité ski. Historiquement, on peut dire que le tourisme et particulièrement le ski ont « sauvé » ces territoires d’un fort exode rural. Une phrase de Laurent Reynaud, directeur du syndicat des remontées mécaniques, résume bien la situation des régions de montagne : « L’ère du « tout-ski » est peut-être finie, mais sans le ski, tout est fini ». Ce constat a déjà 12 ans, et il n’a pas changé : on ne sait toujours pas par quoi remplacer l’activité ski, au demeurant toujours rentable dans pas mal d’endroits, afin de continuer de faire vivre les vallées.

Est-ce qu’en montagne, on commence à se dire qu’il y aura de moins en moins de jours où la montagne sera enneigée, et qu’il faudrait peut-être commencer à penser à l’avenir ?  A dans 10 ou 20 ans ? Ou la politique de l’autruche l’emporte ?

Je dirais qu’on sent venir une profonde prise de conscience. Le problème est le même qu’avec le changement climatique en général, c’est-à-dire que ce sont des phénomènes qui ne sont pas perceptibles par nos sens « normaux ». Ce sont des phénomènes lents, sur des périodes de temps que nous ne sommes pas habitués à concevoir et encore moins à gérer. A chaque fois qu’on a un moment sans neige, on a quelqu’un pour dire « mais en 1964 on avait déjà eu un hiver sans neige ! ». Et c’est vrai, c’est sûrement un des pires hivers qu’on ait connu d’histoire de relevés. Mais si tu regardes les courbes sur 30 ans (référence climatique), ou plus, tu vois des tendances qui sont claires. Le problème particulier du ski et de la montagne, c’est que l’enneigement est hyper variable de nature. Ça n’aide pas à la prise de conscience. Mais là on cumule des signaux : des redoux de plus en plus récurrents en cours d’hiver qui mettent à mal les stations de basse et moyenne montagne, la fonte inéluctable des glaciers, quelques effondrements rocheux, etc.

Niveau politique, il n’y a pour l’instant pas plus de choses faites concrètement qu’à l’échelle nationale (je fais référence aux conclusions des rapports du Haut Conseil pour le Climat sur la politique climatique française). Je ne dirais pas qu’il y a une politique de l’autruche, c’est assez récent mais il y a, comme je disais, une prise de conscience. Pour l’instant c’est surtout un appel à l’aide de la part de l’industrie des sports d’hiver. Il faut dire qu’ils n’ont jamais été mauvais pour essayer (et réussir) d’obtenir des aides publiques. 

SKi hors piste, la vie !
La poudreuse, meilleure amie de l’homme

Pour que nous ayons un ordre de grandeur, sais-tu à partir de combien de jours d’enneigement une station est rentable ? La fameuse règle des 3 mois ?

Il y a effectivement une « règle » utilisée par les scientifiques dans leurs calculs qui consiste à dire qu’une station doit être ouverte au moins 100 jours par hiver pour être rentable. On l’appelle d’ailleurs la « règle des 100 jours » pour ceux qui veulent fouiller un peu dans la littérature. C’est en pratique relativement discutable, puisque ça dépend surtout des contextes locaux (taille des domaines, organisation, etc.). La gouvernance (complexe) des stations de ski est d’ailleurs un sujet qui remplirait un entretien au moins aussi long que celui-ci. Ce n’est peut-être pas sans lien avec l’inertie que l’on constate pour changer les choses.

On le sait, et plusieurs études statistiques le prouvent, plus on a les moyens (financiers), plus on pollue. Comment je fais, moi, homme lambda qui souhaite sauver la planète, pour rester calme, quand je vois des stations françaises faire les yeux doux aux pays émergents (Inde,Chine) et aux pays du Golfe pour venir skier sur leurs domaines ?

Je peux te rassurer tout de suite, ça ne marchera pas. La clientèle asiatique est une chimère pour le peu que j’ai pu lire dans la presse pro et dans les rapports dédiés (comme celui de l’expert international du sujet, Laurent Vanat). L’industrie du ski a pendant un moment cru à cette « solution » pour freiner la lente érosion de la clientèle qui est constatée depuis une dizaine d’année.

On remonte un peu la pente, mais le marché français est clairement en stagnation, voire en légère baisse si on regarde les deux dernières décennies (et le problème vient notamment de clientèle jeune). Par contre là où l’industrie fait du business avec l’Est, c’est au sens propre de l’industrie : grâce à la vitrine de nos plus belles stations, nous vendons des remontées mécaniques et autres équipements (canons, dameuses, etc.) à l’étranger, notamment en Chine où de nombreux domaines skiables sortent de terre depuis plusieurs années.

Petite question à ma sauce…l’Altiport de Courchevel et sa pub : est-ce qu’il y a pire en montagne niveau foutage de gueule écologique ? Ou c’est le summum ?

Si tu commences à faire attention aux aberrations écologiques, je te conseille d’éteindre ta télé, fermer ton compte Linkedin et même jeter ton smartphone, ta tablette et ton laptop, et de partir loin, très loin…

Après pour ma part je suis trop empathique. Ce sont des personnes qui ont un travail, cette activité est totalement légale, techniquement on ne devrait pas leur vouloir, en tout cas pas à ceux qui font leur boulot et essaient d’en vivre. La croissance économique est toujours l’objectif principal de société, c’est écrit noir sur blanc dans nos loi-cadres, dans les fondements de l’UE, etc. Sur cette histoire, j’en veux plus à la ministre des Transports qui fait de la politique politicienne en répondant aux polémiques. Enfin en répondant… On verra ce qu’il ressort de ce qui est prévu. Les représentants de l’industrie se sont estimés satisfaits, ce n’est pas le cas du président du conseil départemental de la Haute-Garonne. Concernant l’avenir du ski, et plus globalement l’avenir des territoires de montagne, tout reste encore à faire. Comme pour les politiques climatiques à échelle nationale.

En ce moment, mon grand jeu, c’est de tout remettre en question. Dont le sport de haut niveau, avec entre autre le mondial de football de Qatar en 2022 (article à venir). J’ai lu que certains skieurs professionnels allaient s’entrainer en Amérique du sud une partie de l’année, tellement les conditions en France avaient changé sur les 20 dernières années. Tu connais bien le monde du ski de haut niveau, peux-tu nous donner ton avis ?  Es-tu plutôt optimiste ou pessimiste ?

Je vais être peut-être un peu cash, mais je pense que quand on a pris conscience de l’ampleur de la crise écologique, de ce qui attend l’humanité au cours du XXIème siècle, le sport de haut niveau est le cadet de nos soucis. Et c’est un STAPS qui dit ça. Je ne sais pas ce que veut dire être optimiste ou pessimiste à ce niveau. Je suis pessimiste parce que je n’ai pas l’impression que grand monde soit aujourd’hui capable de comprendre cette urgence, de l’accepter et de remettre en question ce qu’il y a à remettre en question. Je suis pessimiste parce que je pense qu’on va encore organiser un paquet d’événements énergivores comme des Jeux Olympiques ou des Coupes du Monde pendant quelques temps, comme si tout allait bien.

Les questions politiques, au sens originel de l’organisation de la société, vont être des questions de ce style : qu’est-ce qu’on garde, et qu’on continue ? Qu’est-ce qui est transformable et qu’on transforme ? Qu’est-ce qu’on arrête ? Si on est réellement des êtres intelligents, on va se poser ces questions et y répondre intelligemment’ .

Là où je suis vraiment pessimiste (ou réaliste ?), c’est que pour l’instant, j’ai du mal à croire que nous en soyons capables. Un exemple : n’importe quelle personne qui a passé quelques heures dans les données, les chiffres, les faits du changement climatique elle ne prend plus l’avion (à moins de se murer derrière une tonne de biais cognitifs et rhétoriques), et elle crie à tout le monde qu’on ne devrait plus le prendre (parmi d’autres actions). Si je ne le fais pas, c’est uniquement parce que j’ai un minimum de santé mentale et de lien social à conserver. Du coup j’en profite pour le dire ici, même si bon, ce n’est pas un secret pour mes proches que je ne prends plus l’avion.

Je vais te citer François-Marie Bréon, climatologue et auteur du cinquième rapport du GIEC, en audience à l’assemblée nationale en juillet 2019 : «Je pense que l’immense majorité des gens ne se rend pas compte de ce que veut dire aller à la neutralité carbone, voire diminuer par 4 nos émissions. Cela demande une modification absolument considérable de nos sociétés et nous n’y sommes très clairement pas prêts. Il y a eu un débat, la semaine dernière (loi mobilité, amendement Ruffin/batho), sur l’interdiction ou non des déplacements en avion au sein de la métropole. On ne devrait même pas se poser la question : il est évident que dans une France qui aura divisé ses émissions de gaz à effet de serre par 4, il n’y aura plus d’avion – on ne peut pas y arriver si on conserve le transport aérien. De nombreuses questions de ce type se posent. Le fait qu’il y ait encore ce genre de débats montre bien que l’on n’a pas réalisé ce que veut dire diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre. »

Merci pour cette note d’optimiste à se jeter du haut de la tour Eiffel Loïc, manquait plus que ça ! 😉 Allez, question plus personnelle. Nous avions parlé de l’étude de Carbone 4 ‘Faire sa part’, sur ce graphe, tu es à combien sur 10 ? Et que manque-t-il ?

Je ne suis pas encore végétarien, j’essaie de m’en approcher. Je suis en train de me débarrasser de ma voiture. Je ne prends plus l’avion. Je fais durer tout ce que je peux. Je consomme essentiellement des livres, ça j’assume.

Ouais ouais, arrête de me draguer en parlant de livres… Quand on a échangé, je te disais que je n’avais pas la voiture à Paris, car je peux facilement m’en passer. En revanche j’ai pas l’impression que ce soit ton cas à Grenoble. Tu as vu une évolution des politiques locales, des politiques, et des citoyens là-dessus ?  J’imagine que la voiture c’est plutôt SUV que 205 en montagne…

La voiture c’est indispensable pour ceux qui vivent en dehors des villes oui. Et ce ne sont pas seulement les ruraux, mais aussi tous ceux qui ont des boulots qui ne leur permettent pas de se payer un logement en ville et qui sont dans les couronnes et qui font des mouvements pendulaires lorsqu’il n’y a pas de transport en commun adapté. Des statistiques l’ont montré pendant la crise des Gilets Jaunes, la taxe carbone telle qu’elle était faite était injuste car elle touche plus fortement les personnes aux revenus les moins élevés (de manière quasi-linéaire), pour plein de raisons et notamment le fait qu’une partie vit en dehors des villes, et parfois y travaille, ce qui oblige à de longs déplacements.

Sachant que les émissions sont, de manière quasi-linéaire aussi, mais dans l’autre sens, indexées sur le revenu. Donc plus on polluait, moins on était impacté par la taxe. Alors qu’on connaît depuis des années ce lien direct entre niveau de vie et émissions. Bien sûr il y a une dispersion et des personnes riches qui font très attention et polluent peu. Mais les moyennes et médianes sont claires. Ce sujet montre bien que l’écologie et le social sont indissociables. L’écologie ce n’est pas juste la « protection de l’environnement », vision Ô combien réductrice, naturaliste (au sens du dualisme de Descola) et occidentale. C’est établir un projet de société qui organise les relations de celle-ci avec l’environnement. On voit bien que ça touche à la façon dont les personnes vivent. Donc c’est du social.

En pratique dès qu’on met en place une loi « écologique » elle touche des personnes, et elle les touche différemment puisque nous sommes une société très hétérogène. Tout ça pour dire que pour l’instant, nous sommes à des années-lumière de politiques qui tiennent compte de ce lien écologie/social et de la complexité de la situation où nous sommes (d’autant plus que la rhétorique depuis la crise des GJ, c’est de dire « regardez on ne peut rien faire »). Et c’est pour ça que notre empreinte carbone stagne, voire augmente légèrement.

J’ai une question très sérieuse… Tu préfères : être coincé 3 heures sur un télésiège, ou prendre 3h le métro à Paris en heures de pointe, sans avoir le droit d’en sortir ?

Ça dépend… Si c’est un jour de poudre avec grand soleil et que je suis coincé trop haut pour sauter à regarder les autres tracer, je préfère encore le métro.

Souhaites-tu évoquer un sujet que j’aurais oublié ? Sur la montagne, le ski, toi, le Dahu ?

Eh bien, qu’en gros si on veut réfléchir en terme d’écologie, que ce soit le ski, la montagne ou autre, on ne peut pas réfléchir de manière isolée, en silos. On est obligés de penser systémique et global, autrement on continue dans la voie actuelle, sur laquelle je ne vous fais pas un dessin. On doit réfléchir à l’ensemble des impacts environnementaux, climat bien sûr, pollution bien sûr, mais aussi tous les impacts invisibles, peu connus, externalisés : extractivisme, anthropisation, biodiversité, etc. On doit réfléchir en valeurs absolues et pas en pourcentages d’amélioration d’efficience : le climat, comme la planète, s’en fout que votre moteur émette 20% de moins, si des millions de plus sont vendus.

Si on observe une activité ou un secteur, il faut tout prendre en compte. Un grille-pain, il y a toute une chaîne derrière depuis l’extraction des matières, leur transport, leur transformation, la production, le transport du produit fini, les intermédiaires, le magasin, vous, l’utilisation, et sa vie en tant que déchet. L’écologie c’est penser à l’ensemble, au sens large : pas juste un bout un bout de la chaine, pas juste l’ensemble des parties, mais le niveau encore au-dessus, l’intérêt global : ce grille-pain est-il vraiment indispensable ?

Saut à ski de 8 mètres
Préparez-vous avant la dernière question…

AHAHAH… Je suis entièrement d’accord. OH PUT***, j’allais oublier l’essentiel. Pour skier écolo, c’est possible finalement ? Comment fait-on ?

Je réfléchis à cette question depuis un moment. Je vais y répondre du point de vue d’un pratiquant qui serait très engagé dans l’écologie, en mettant de côté l’aspect socioéconomique des régions de montagne, dont j’ai déjà abordé la situation complexe. Il faut voir ça comme une expérience de pensée, en imaginant qu’on essaie de coller au monde neutre en carbone que requiert l’Accord de Paris, avec ses 2 tonnes d’empreinte carbone par an et pas personnne.

En préambule, si vous faites du ski, vous faites partie des 8% de français chanceux. Il y a statistiquement des chances pour que vous fassiez partie des classes supérieures, celles-là mêmes qui ont, statistiquement également, les empreintes environnementales (je ne parle pas que d’émissions) les plus élevées : il ne faudra pas réfléchir qu’à l’impact de votre séjour au ski.

«La station verte n’existe toujours pas et n’existera jamais

Au niveau de l’activité elle-même, si on parle d’écologie, c’est-à-dire d’organisation de société et de pratiques réellement durables (je ne vais donc pas te parler ici de dameuses hybrides diesel/électrique), on parle aussi bien de climat que de biodiversité, de ressources, etc. Il est difficile voire impossible de dire exactement où se situe la « limite » entre durable et non durable (ce qui est LE grand problème de l’écologie, laissant la porte grande ouverte à toutes sortes de greenwashing), mais je suis à peu près sûr que le tourisme de masse qui alimente actuellement les stations de ski n’est pas du bon côté de celle-ci. De plus, les stations de ski pourront verdir leur image tant qu’elles veulent, elles sont à l’opposé d’une relation saine et durable avec l’environnement montagnard. On est clairement dans de la “mise en production touristique”, avec de l’anthropisation, de la destruction d’habitats, de l’utilisation de ressources, des émissions de GES, des nuisances sonores et lumineuses, etc. Face à cela, le seul argument valable pour moi est l’argument économique, des vallées qui doivent vivre et de l’emploi. Mais comme je disais, mettons ça de côté.

Une pratique du ski écologique ça commence par la gestion du transport. Soit on ne fait que du transport en commun décarboné, en gros du train (électrique), soit on habite sur place, au contact direct ou quasi-direct de la montagne. Avec tout ce que cela implique à côté en mode de vie pour que l’on soit vraiment « écolos » (en mode « héroïque » pour reprendre les termes de Carbone4), ce qui comprend le logement (chauffage, surface, isolation, matériaux…), la consommation, l’alimentation, etc. Le transport, le logement et l’anthropisation des montagnes (stations et accès aux stations) étant les plus gros impacts, on aura déjà géré (je ne dis pas réglé) une majeure partie de nos impacts.

Là, on pourra commencer à se soucier des choses « dérisoires » en terme d’impacts (mais qui deviendront alors importantes), par exemple de nos déchets ou de notre équipement, avec des choses éco-conçues. Là-dessus, l’industrie est en train de prendre un tournant assez intéressant (face à l’évolution de la demande de la clientèle), même si pour certains produits comme les skis il sera compliqué de faire des choses réellement écologiques (on ne sait toujours pas vraiment recycler un ski). Ce que je veux dire, c’est qu’aujourd’hui ce qu’on entend par « skier écolo », dans les quelques prises de paroles sur le sujet (venant l’industrie ou des médias), cela concerne essentiellement la partie émergée de l’iceberg : les impacts qui nous semblent évidents, en raison de notre culture écologique « mainstream » (déplorable) : toute la palette des éco-gestes, les grands mythes de l’écocitoyenneté, etc. Mais qui ne sont pas forcément les plus importants, les plus problématiques ; ou alors on « règlera » 5% d’un problème, dans un monde qui de toute façon est en croissance. Un classique en écologie, qui dans le ski se traduit par des vêtements « bio », des ramassages de déchets en fin de saison, du recyclage, des labels, du covoiturage, des installations d’ENR, etc. Rien de tout ça ne suffira à rendre l’activité durable. Des esprits un peu taquins diraient même que ces actions permettent de prolonger une pratique insoutenable en la faisant passer pour « verte ».

Si tu m’as suivi jusqu’ici, tu auras compris que c’est une pratique de ski de montagne, de ski de randonnée. Pas de stations, pas de remontées, pas de pistes lissées au bulldozer, pas de canons à neige, pas de parkings, pas de boites de nuit, etc. Il restera tout de même un détail : une pratique, aussi profondément « verte » soit-elle individuellement, dépend dans tous les cas de la masse, du volume, du nombre de personnes qui pratiquent. C’est quelque chose qui est en train de monter dans les consciences, notamment en tourisme (« overtourism ») et en sports de pleine nature (les Alpes du nord sont saturées, été comme hiver). Cinq passages, dix passages, ça va, mais 100, 500 passages par jour, cela peut devenir problématique, pour la faune, pour la flore, pour les paysages avec l’érosion, etc.

Ce qui fait l’insoutenabilité d’une activité, ce qui fait son impact environnemental global, c’est la multiplication de l’impact individuel par le nombre d’individus (équation IPAT pour les curieux, ou équation de Kaya dans le cas des émissions de CO2). En tant que pratiquant, cela nous place dans une situation qui nous pousse à réfléchir de manière égoïste, puisque l’on sait que notre propre pratique, notre propre plaisir, nos loisirs ne sont pas généralisables, démocratisables. C’est une situation paradoxale, puisque cela va à l’inverse des discours dominants autour du sport et activités de loisirs (qui prônent le partage, la convivialité…). Pour ma part, je n’ai pas résolu ce paradoxe.

Bien sûr, je préfère encore appuyer là-dessus : cette pratique du ski “écologique” ne fera pas vivre les massifs français, en tout cas pas dans le système socioéconomique actuel. Je ne pense pas qu’on arrive à cette situation, avec des stations de ski désertées, de gré. En revanche, les évolutions futures et notamment climatiques pourront y mener, de force.

———————————————————————————

Si cet article vous a plu, pensez à soutenir Bon Pote sur Tipeee et sur les réseaux sociaux !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Soutenez moi sur tipeee !!

Restez informé des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

2 Comments

  1. Tanguy Jvt 24 mars 2020

    J’ai un pote qui parfois part de chez lui à vélo, les skis sur le dos, jusqu’à un départ de randonnée pour faire une sortie de ski en peaux de phoques !

    Bon faut être solide et avoir de sacrées jambes, mais j’ai du mal à voir une manière plus écologique de skier. xD

    Bon bien sûr il faut toujours considérer les choses dans leur globalité, comme dit dans l’article, très intéressant, merci !

    Répondre
    1. Bon Pote 24 mars 2020

      L’activité en elle-même peut se pratiquer sans polluer, fonction de comment sont fait les skis, et si tu montes la montagne à pieds… Oui là aucun problème.

      Le problème comme l’explique Loïc, c’est d’aller au ski, de se chauffer, et dans un moindre mesure, les remontées. C’est sûr que s’il faut gravir la montagne à pieds, y aura moins de monde sur les pistes 😉

      Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS