Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Aidez-nous à grandir et à imposer l’écologie dans les médias !

Moins de 1% de nos lecteurs et lectrices soutiennent Bon Pote !

Pour multiplier nos analyses et enquêtes tout en conservant la rigueur indispensable pour une information de qualité, nous avons besoin de vous.

3000

4000

Plus que 30 Jours

Bon Pote est un média indépendant et sans publicité, entièrement financé par ses lectrices et lecteurs. 

Pourquoi devrais-je perdre mon emploi pour économiser 3,6 tonnes de CO2

Publication :
Mis à jour :
perdre mon emploi 3.6 vignette
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article

L’Institut de Kiel menace de licencier Gianluca Grimalda, un chercheur en climatologie qui travaille sur le terrain en Papouasie-Nouvelle-Guinée, parce qu’il a refusé de prendre l’avion comme moyen de transport pour rentrer en Allemagne.

Gianluca Grimalda est chercheur principal à l’Institut de Kiel pour l’économie mondiale (IfW) en Allemagne. Il a effectué un travail de recherche de six mois sur le terrain à Bougainville, en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), pour étudier la relation entre la mondialisation, le changement climatique et la cohésion sociale.

M. Grimalda est également un militant écologiste qui a pris des mesures en faveur du climat avec Scientist Rebellion, et il pratique des déplacements à faible émission de carbone pour se rendre sur les lieux de ses recherches. Cela implique de choisir des moyens de transport alternatifs à l’avion, étant donné le niveau élevé d’émissions de gaz à effet de serre (GES) de ce dernier, qui sont responsables du réchauffement climatique, lequel est à son tour responsable de l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes météorologiques extrêmes.

Il envisage de retourner en Europe sans prendre l’avion, en embarquant sur des cargos, des ferries, des trains et des autocars. Cela permettrait de réduire les émissions d’un facteur 10, puisque l’avion émettrait quatre tonnes de gaz à effet de serre, tandis que les voyages lents en émettraient 400 kg.

Trajet du chercheur Gianluca Grimalda, publié sur Twitter

Menace de licenciement de l’institut

Néanmoins, le vendredi 29 septembre, l’IfW a émis un avertissement officiel exigeant la présence du Dr Grimalda à Kiel le lundi 2 octobre, ce qui signifie l’obligation de prendre l’avion. S’il ne se présente pas à l’IfW, il sera licencié. L’IfW motive cette décision par la nécessité de respecter le plan initial de la durée de la recherche, l’autorisation de la période d’absence ayant pris fin le 10 septembre.

La durée du travail sur le terrain du Dr Grimalda a été prolongée plus longtemps que prévu en raison de plusieurs menaces de sécurité qui ont interrompu la recherche. À une occasion, des ex-combattants ont organisé un barrage routier, pris en otage le Dr Grimalda et ses assistants sous la menace d’une machette, confisqué tous les biens du Dr Grimalda et demandé une rançon pour leur libération. 1814 participants de 30 villages de différentes régions de Bougainville ont participé à cette recherche.

Le Dr Grimalda se trouve actuellement dans la ville de Buka, à Bougainville, en attendant d’embarquer sur un cargo le jeudi 8 octobre pour la première partie de son voyage. Voici sa lettre traduite en français.

Lettre de Gianluca Grimalda

Je viens de terminer le travail de recherche sur le terrain le plus intense de ma carrière. J’ai passé six mois dans les zones rurales de Bougainville, une île située au milieu de l’océan Pacifique, pour étudier la relation entre l’exposition à la mondialisation et au changement climatique, d’une part, et l’égalitarisme, d’autre part. Je suis venu en Papouasie parce que c’est un environnement idéal pour étudier ce sujet. La plupart des communautés ont une économie de subsistance et avaient l’habitude de partager la nourriture selon des normes égalitaires avant l’introduction des marchés. L’intégration des marchés reste toutefois limitée, ce qui permet de comparer les communautés plus ou moins exposées à l’économie de marché. En outre, le changement climatique frappe durement ces régions, car l’élévation du niveau de la mer oblige les personnes vivant sur la côte à se déplacer de plus en plus loin à l’intérieur des terres, et les périodes de sécheresse deviennent plus intenses et la nourriture se raréfie.

Le travail sur le terrain devait se terminer à la fin du mois de juillet, mais il a duré 45 jours de plus. J’ai dû interrompre mes recherches à deux reprises en raison de graves menaces pour la sécurité. À une occasion, des ex-combattants du conflit civil de 1990-8 ont organisé un barrage routier, nous ont pris en otage, mes assistants et moi, sous la menace d’une machette, ont confisqué tous mes effets personnels et ont demandé une rançon pour leur libération. À une autre occasion, nous avons entendu des rumeurs crédibles selon lesquelles un autre barrage routier était prévu. Certains assistants ont avoué avoir utilisé ma carte de débit pour prélever l’équivalent de 2 000 euros sur mon compte bancaire. Un grand nombre d’objets de recherche et de mes effets personnels – des banques d’énergie aux lampes solaires en passant par mon pull, mon pantalon et mon shampoing – ont été volés. Certaines communautés se sont retirées après avoir été initialement sélectionnées, et d’autres ont dû être annulées en raison de l’activité volcanique.

Il faut du temps pour établir la confiance entre les communautés et un “homme blanc” (comme on m’appelle toujours), si bien que plusieurs communautés m’ont demandé d’aller expliquer le contenu de la recherche deux ou même trois fois avant le début du travail sur le terrain. Après tout, il n’est pas surprenant que ce travail de terrain ambitieux ait pris plus de temps que prévu. Je sais que de nombreux chercheurs auraient donné la priorité à la sécurité et seraient rentrés chez eux par avion à la première menace. Je n’ai jamais envisagé cette option. Mon désir de connaissance est trop grand. J’ai échantillonné 1814 participants de 30 villages – allant de communautés côtières reliées à la principale ville marchande par une route goudronnée à des communautés éloignées accessibles seulement après plusieurs heures de marche pour monter et descendre la colline et traverser la rivière.

Je devrais me réjouir de la conclusion de ce travail sur le terrain, mais au lieu de cela, je suis extrêmement triste. Triste parce que vendredi dernier, le président de mon institut et le directeur administratif m’ont posé un ultimatum : je dois être à Kiel lundi prochain ou je serai licencié. Être à Kiel lundi signifie prendre l’avion, ce qu’ils savent que je déteste. Voyager en avion produirait environ 4 tonnes de CO2, le gaz à effet de serre responsable du réchauffement de la planète. À l’aller, j’ai limité mes émissions à 2 tonnes en voyageant par voie terrestre et maritime pendant 35 jours et en parcourant 16 000 km sur 22 000. Pour mon voyage de retour, je prévois de parcourir la totalité de la distance sans prendre l’avion, ce qui limiterait les émissions de CO2 à 400 kg, soit dix fois moins que le voyage en avion.

Je ne sais pas pourquoi mon institut a fixé cet ultimatum et cette pénalité si je ne le respecte pas. Il est vrai que, selon mon plan initial, j’aurais dû être à Kiel le 10 septembre. Il est vrai que je n’ai communiqué mon retard qu’à mon chef de secteur et non au service du personnel. Mais est-ce suffisant pour perdre mon emploi ? D’un point de vue juridique, l’employeur peut déterminer le lieu de travail et peut licencier un employé s’il refuse d’effectuer son travail. Or, il n’y a rien, absolument rien, qui exige ma présence à Kiel. Je n’enseigne pas, je n’ai pas à participer à des séminaires ou à d’autres réunions. Lorsque je suis à Kiel, je passe la plupart de mes journées de travail seul à mon bureau. Il n’y a rien que je doive faire à Kiel que je ne puisse faire à bord d’un bateau ou d’un train lors d’un voyage. Ils savent que je suis très productif lorsque je voyage. En fait, je n’ai jamais eu une année aussi prolifique que celle en cours en termes de résultats de recherche.

Mon employeur pourrait faire valoir que le voyage lent implique de traverser des zones dangereuses, comme l’Iran et le Pakistan, et qu’il serait légalement responsable de tout ce qui pourrait m’arriver. Néanmoins, j’ai proposé de prendre un congé sans solde pour la durée qu’il jugerait appropriée – toute la durée de mon voyage ou plus. De cette façon, ils n’auraient aucune responsabilité légale. J’ai mis par écrit que je les libérais de toute responsabilité pour tout ce qui se passerait au cours de mon voyage. Mais cela n’a pas suffi. Je devrais être à Kiel lundi.

Je suis maintenant confronté à ce dilemme : garder mon emploi en reniant mes principes, ou perdre mon emploi en restant fidèle à mes principes. Je sais que la plupart des gens avaleraient la pilule amère, prendraient l’avion et poursuivraient leur travail – à la fois en tant que professionnel et en tant qu’activiste. Mon contrat est fabuleux à bien des égards. Je suis absolument libre de mener les recherches que je souhaite, pour autant qu’elles soient conformes à la mission de mon institut. Mon salaire est élevé (3 700 euros de revenu mensuel net d’impôts) et j’ai 30 jours de vacances par an. Grâce à cet emploi, j’ai suffisamment de stabilité économique et de temps libre pour me consacrer à des causes environnementales.

Néanmoins, je pense que nous avons atteint le point où la rationalité instrumentale n’est plus applicable. Les preuves scientifiques les plus récentes indiquent que nous avons transgressé 6 des 9 frontières planétaires et que plusieurs écosystèmes sont proches de l’effondrement (ou ont probablement dépassé leur point d’effondrement) en raison de l’augmentation de la température, elle-même causée par les émissions de gaz à effet de serre. Selon l’évaluation d’un scénario par le Hamburg Climate Futures Outlook, l’objectif de rester en dessous de 1,5°C, que de nombreux scientifiques considèrent comme une limite de sécurité naturelle pour notre planète, et qui est également inscrit dans l’accord de Paris, n’est plus réalisable. Comme le montre clairement le graphique ci-dessous, l’augmentation des températures que nous connaissons est sans précédent et actuellement incontrôlable.

Face à cette urgence et à ce que Gus Speth a appelé la cupidité, l’indifférence et l’apathie qui caractérisent les dirigeants économiques et politiques ainsi que la majorité du public, je pense qu’il convient d’appliquer la morale déontologique. Si une action est intrinsèquement mauvaise, elle ne doit pas être poursuivie. Pour moi, prendre l’avion alors qu’il existe une alternative moins émettrice de carbone est immoral. C’est la mauvaise chose à faire. Fin de l’histoire.

Bien sûr, il y a aussi l’espoir que ce type d’action sonnera une fois de plus l’alarme aux oreilles d’un pouvoir politique inactif et d’un public dormant, qui semblent tous deux en léthargie face aux événements météorologiques extrêmes qui deviennent de plus en plus nombreux et intenses – des dirigeants et un public qui sont apparemment incapables de relier les points et de voir que ces événements sont causés par une chose simple : la combustion de combustibles fossiles. En tant que scientifique, j’estime avoir la responsabilité morale d’être proactif et de tirer la sonnette d’alarme. Il est vrai que jusqu’à présent, des centaines, voire des milliers, de protestations sont restées lettre morte et n’ont pas changé grand-chose. Néanmoins, des “points de basculement sociaux” ont existé pour de nombreux changements sociaux progressifs et les choses ont rapidement changé pour le mieux après qu’une masse critique de soutien a été recueillie.

Enfin, il y a la grande déception d’être embauché par un employeur qui ne partage manifestement pas mes valeurs et qui semble prêt à exiger un acte de soumission de ma part pour le plaisir. Il n’est pas impensable que leur position soit en fin de compte causée par mon implication dans des actions antérieures de désobéissance civile, qui ont pu être considérées comme jetant le discrédit sur le nom de mon Institut.

Je sais que ma décision de ne pas prendre l’avion n’aura aucune incidence sur la protection de l’environnement. Cet avion volera même si vous ne montez pas à bord, m’ont déjà dit de nombreuses personnes. C’est vrai, mais si l’on donne moins d’argent à l’industrie aéronautique, il y aura peut-être moins d’avions à l’avenir. Quoi qu’il en soit, toutes les données scientifiques que je connais, toutes les preuves que je vois, indiquent que nous sommes dans une situation d’urgence. Dans une situation d’urgence, des mesures extraordinaires doivent être prises. C’est pourquoi, avec une immense tristesse, j’ai décidé de ne pas prendre l’avion et d’affronter toutes les conséquences qui en découleront. Peut-être que cela signifiera renoncer à la chose que j’aime le plus dans ma vie et pour laquelle j’ai beaucoup sacrifié, c’est-à-dire faire de la recherche. Je suis prêt à payer ce prix, si cela permet de sensibiliser le public et les dirigeants de la société à la situation désespérée dans laquelle nous nous trouvons. C’est mon acte d’amour envers les générations actuelles et futures, envers les espèces animales menacées d’extinction, envers l’idée d’humanité à laquelle j’adhère instinctivement et de manière imméritée.

Il y a quelque temps, j’ai lu quelques lignes de David Maria Turoldo. “Marié, j’ai la douleur / De ne jamais être heureux / Tant que les autres ne sont pas heureux”. Elles ne me représentent que trop bien. C’est douloureux. Parfois, j’aimerais pouvoir me désintéresser de la dégradation du climat. Vivre les 30-40 ans qui me restent en m’amusant le plus possible. Fermer les yeux sur les vagues de chaleur, les inondations, les ouragans, les humains et les non-humains qui en meurent. Fermer les yeux sur les milliards de morts supplémentaires qui surviendront lorsque les températures dépasseront 1,5 °C dans peut-être moins de dix ans – un niveau que de nombreux climatologues associent à un possible point d’effondrement pour de nombreux écosystèmes. Je n’ai qu’à me mettre au travail et boire une bière après. Je ne peux pas. Le philosophe grec Philolaus disait : “certaines pensées sont plus fortes que nous”. La pensée de la perte possible de la civilisation telle que nous la connaissons est assez forte pour moi. Je n’accepterai pas que les choses se passent comme d’habitude. Je ne monterai pas dans cet avion.

Hangan, Bougainville, 30.9.23

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

16 Responses

  1. Quoique chacun en pense, boycotter est en notre pouvoir à toutes et à tous. Bravo à lui !

    Se boucher les oreilles , se voiler la face ne donne rien. Ne laissons pas les politiques décider pour nous. Ils sortent tous (ou presque ) des même écoles, des même milieux…

    Si l’humain avait plus d’empathie, de bienveillance pour tous les êtres vivants, du bon sens, de l’humilité et ne pensait pas uniquement à son “confort” en tous genres, l’on pourrait avoir encore un brin d’espoir.

    Il y a des solutions pour ralentir ! Encourageons les belles initiatives et il y en a ! Soyons inventifs, solidaires et sobres (qui ne veut pas dire malheureux ! Bien au contraire), ne régressons pas comme on le fait finalement…

    Tout est interdépendant !

    Protégeons le VIVANT ! La Terre ne nous appartient pas, nous ne sommes que des locataires !

    Pensons à nos enfants !

  2. Pas une lumière cet homme.
    Que l’avion, qui de toute façon a décollé et volé ce jour-là, ait transporté 100 ou 101 passagers l’économie de 3,6 tonnes de CO2 n’a jamais été réalisée par lui.
    Militantisme bête.

    1. Il faut réfléchir avec un point de vue plus global. Effectivement si une personne ne prend pas l’avion, l’avion décollera toujours. Si 100 personnes décident de ne pas prendre l’avion alors l’avion ne décollera pas. On pourrait dire qu’il décollera même avec une personne dedans parce que la compagnie ne peut annuler le vol pour la personne restante ou qu’elle doit faire voler ses avions pour garder ses routes aériennes. Mais si ces 100 personnes qui avant auraient toutes prises l’avion ne le prennent plus. Ce n’est plus un avion qui ne décollera pas mais des dizaines et des dizaines. Et les compagnies n’aimant pas perdre d’argent elles annuleront ses vols (ou les rendront beaucoup plus petits et donc moins polluants). Et c’est là que les tonnes de CO2 sont économisées. Effectivement, sur le moment peut-être que cela ne changera rien mais les effets à long terme sont très importants. Je ne sais pas ce que vous en pensez. Je suis curieux de votre avis ou de celui d’autres tant qu’il est bienveillant et construit.

    2. Je le trouve au contraire admirable.

      C’est ce genre de raisonnement qui fait que le trafic aérien continue à augmenter : tous ceux qui voyagent se disent que “l’avion décollera avec ou sans eux”. Ce qui est vrai à l’échelle individuelle. Mais c’est bien aussi la somme de ces choix individuels qui fait que le trafic augmente encore aujourd’hui, alors qu’on devrait tout faire pour qu’il diminue.

      J’ai d’autant plus de tristesse et de respect pour lui, qui a perdu son travail, quand je pense à toutes ces personnes qui prennent l’avion pour passer un weekend à Ibiza, sans réfléchir une seconde.

    1. malheureusement il a été licencié. bravo Mr Gianluca Grimalda pour votre exemplarité. j’espère que vous retrouverez une sécurité financière rapidement (travail ou autre)

  3. Très bel article merci! En tant qu’enseignant chercheur, je me reconnais tout à fait dans ce dilemme.

    Par contre pour le titre j’aurais ajouté le verbe vouloir:

    “Pourquoi devrais-je perdre mon emploi pour VOULOIR économiser 3,6 tonnes de CO2.”

    Sinon on a l’impression que s il perd son emploi, il économisera 3,6t de CO2.

  4. J’aurais trouvé intéressant d’avoir le raisonnement de son entreprise. Cela permettrait de mettre en lumière les enjeux des organisations face à ce genre de situation et comment faire évoluer ses pratiques en tant qu’organisation C.’est l’occasion de reflechir sur le fond comment les entreprises peuvent gérer ces conflits de valeurs avec des politiques et contraintes organisationnelles.

      1. vous semblez projetter vos valeurs (argent) sur l’autre : Rachel n’a pas écrit le mot argent, il y a bien d’autre moyen de soutenir quelqu’un, par exemple transmettre l’information, s’indigner, éviter que pareil cas se reproduise ailleurs, participer à sa lutte (il dit lui meme que la perte de son travail ne serra pas vain s’il arrive à sensibiliser d’autres personnes, …

  5. Le Graphique date de 2020 et ne correspond pas du tout au scenario du business as usual. en dehors de cela, cette lettre est très intéressante pour une multitude de raisons comme le fait pour ce chercheur de joindre ses actions à ses convictions ce qui est admirable

  6. Le Graphique dans l’article n’est il pas incorrect sur les prévisions pour 2100? il prévoit 4 degrès avant 2100 et il provient d’une présentation de l’OCDE tenue en 2020 et intiulée “The Integration of Economic, Social and Climate Policies to face the Systemic Challenges of the 21st Century”. dans cette présentation, il me semble qu’il se réfère au scénario du pire qui nous emmènerait à 4 degrés de réchauffement en 2100 comme celui du “Business as Usual”.

    Je tiens à préciser que je ne cherche pas à dénigrer l’article du tout je trouve simplement étrange de ne pas utiliser des prévisions plus récentes comme celle de Zeke Hausfather ou encore du GIEC.
    Cordialement

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Thomas Wagner
Prendra sa retraite quand le réchauffement climatique sera de l’histoire ancienne

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

16 Responses

  1. Quoique chacun en pense, boycotter est en notre pouvoir à toutes et à tous. Bravo à lui !

    Se boucher les oreilles , se voiler la face ne donne rien. Ne laissons pas les politiques décider pour nous. Ils sortent tous (ou presque ) des même écoles, des même milieux…

    Si l’humain avait plus d’empathie, de bienveillance pour tous les êtres vivants, du bon sens, de l’humilité et ne pensait pas uniquement à son “confort” en tous genres, l’on pourrait avoir encore un brin d’espoir.

    Il y a des solutions pour ralentir ! Encourageons les belles initiatives et il y en a ! Soyons inventifs, solidaires et sobres (qui ne veut pas dire malheureux ! Bien au contraire), ne régressons pas comme on le fait finalement…

    Tout est interdépendant !

    Protégeons le VIVANT ! La Terre ne nous appartient pas, nous ne sommes que des locataires !

    Pensons à nos enfants !

  2. Pas une lumière cet homme.
    Que l’avion, qui de toute façon a décollé et volé ce jour-là, ait transporté 100 ou 101 passagers l’économie de 3,6 tonnes de CO2 n’a jamais été réalisée par lui.
    Militantisme bête.

    1. Il faut réfléchir avec un point de vue plus global. Effectivement si une personne ne prend pas l’avion, l’avion décollera toujours. Si 100 personnes décident de ne pas prendre l’avion alors l’avion ne décollera pas. On pourrait dire qu’il décollera même avec une personne dedans parce que la compagnie ne peut annuler le vol pour la personne restante ou qu’elle doit faire voler ses avions pour garder ses routes aériennes. Mais si ces 100 personnes qui avant auraient toutes prises l’avion ne le prennent plus. Ce n’est plus un avion qui ne décollera pas mais des dizaines et des dizaines. Et les compagnies n’aimant pas perdre d’argent elles annuleront ses vols (ou les rendront beaucoup plus petits et donc moins polluants). Et c’est là que les tonnes de CO2 sont économisées. Effectivement, sur le moment peut-être que cela ne changera rien mais les effets à long terme sont très importants. Je ne sais pas ce que vous en pensez. Je suis curieux de votre avis ou de celui d’autres tant qu’il est bienveillant et construit.

    2. Je le trouve au contraire admirable.

      C’est ce genre de raisonnement qui fait que le trafic aérien continue à augmenter : tous ceux qui voyagent se disent que “l’avion décollera avec ou sans eux”. Ce qui est vrai à l’échelle individuelle. Mais c’est bien aussi la somme de ces choix individuels qui fait que le trafic augmente encore aujourd’hui, alors qu’on devrait tout faire pour qu’il diminue.

      J’ai d’autant plus de tristesse et de respect pour lui, qui a perdu son travail, quand je pense à toutes ces personnes qui prennent l’avion pour passer un weekend à Ibiza, sans réfléchir une seconde.

    1. malheureusement il a été licencié. bravo Mr Gianluca Grimalda pour votre exemplarité. j’espère que vous retrouverez une sécurité financière rapidement (travail ou autre)

  3. Très bel article merci! En tant qu’enseignant chercheur, je me reconnais tout à fait dans ce dilemme.

    Par contre pour le titre j’aurais ajouté le verbe vouloir:

    “Pourquoi devrais-je perdre mon emploi pour VOULOIR économiser 3,6 tonnes de CO2.”

    Sinon on a l’impression que s il perd son emploi, il économisera 3,6t de CO2.

  4. J’aurais trouvé intéressant d’avoir le raisonnement de son entreprise. Cela permettrait de mettre en lumière les enjeux des organisations face à ce genre de situation et comment faire évoluer ses pratiques en tant qu’organisation C.’est l’occasion de reflechir sur le fond comment les entreprises peuvent gérer ces conflits de valeurs avec des politiques et contraintes organisationnelles.

      1. vous semblez projetter vos valeurs (argent) sur l’autre : Rachel n’a pas écrit le mot argent, il y a bien d’autre moyen de soutenir quelqu’un, par exemple transmettre l’information, s’indigner, éviter que pareil cas se reproduise ailleurs, participer à sa lutte (il dit lui meme que la perte de son travail ne serra pas vain s’il arrive à sensibiliser d’autres personnes, …

  5. Le Graphique date de 2020 et ne correspond pas du tout au scenario du business as usual. en dehors de cela, cette lettre est très intéressante pour une multitude de raisons comme le fait pour ce chercheur de joindre ses actions à ses convictions ce qui est admirable

  6. Le Graphique dans l’article n’est il pas incorrect sur les prévisions pour 2100? il prévoit 4 degrès avant 2100 et il provient d’une présentation de l’OCDE tenue en 2020 et intiulée “The Integration of Economic, Social and Climate Policies to face the Systemic Challenges of the 21st Century”. dans cette présentation, il me semble qu’il se réfère au scénario du pire qui nous emmènerait à 4 degrés de réchauffement en 2100 comme celui du “Business as Usual”.

    Je tiens à préciser que je ne cherche pas à dénigrer l’article du tout je trouve simplement étrange de ne pas utiliser des prévisions plus récentes comme celle de Zeke Hausfather ou encore du GIEC.
    Cordialement

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

soutenez-nous pour de l’information à la hauteur des enjeux climatiques

Bonpote est un média 100% indépendant, en accès libre et repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs.

À lire également