Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Historique : BNP Paribas mis en demeure !

Publication :
BNP Paribas vignette
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article

C’est historique : la banque BNP Paribas est aujourd’hui mise en demeure pour manquement à son devoir de vigilance en matière climatique par 3 associations : Oxfam France, Les Amis de la Terre et Notre Affaire à tous.

Ces associations alertent depuis des années sur la responsabilité de la finance dans la crise climatique. BNP Paribas est la banque française qui finance le plus les énergies fossiles, avec un total de 141 milliards de dollars pour la période 2016-2021, dont 55 milliards pour le développement de nouveaux projets fossiles. Alors que le changement climatique a d’ores et déjà des conséquences désastreuses partout dans le monde mais également en France où les canicules de l’été 2022 ont fait plus de 10 000 morts, il est temps que l’argent de la finance serve enfin à la transition vers un futur soutenable.

VOUS POUVEZ SIGNER LA PETITION ICI

Contexte de cette mise en demeure

La mise en demeure de BNP Paribas représente le premier pas vers une action en justice inédite, la première au monde à viser une banque commerciale pour ses activités à haut risque climatique dans le secteur pétro-gazier.

Les trois ONG franchissent aujourd’hui une nouvelle étape en mettant BNP Paribas en demeure de cesser immédiatement de soutenir financièrement – directement comme indirectement – les nouveaux projets d’énergies fossiles et de se conformer à l’objectif de limiter le réchauffement global à 1,5 °C.

Rappelons ce que dit le dernier rapport du GIEC. Non seulement il ne faut plus aucun nouveau puits pétrolier ou gazier dans le monde, mais sans fermeture anticipée d’une partie des exploitations de charbon, gaz et pétrole, nous dépasserons un réchauffement mondial de +1.5°C. Malgré les alertes répétées des scientifiques, la banque continue de faire l’inverse.

Alexandre Poidatz, responsable de plaidoyer Oxfam France, rappelle à juste titre que « chaque nouveau projet fossile financé par BNP Paribas c’est davantage de sécheresses, d’inondations, de feux de forêt, et mais aussi de hausse de prix de l’énergie, y compris pour les citoyen·nes en France. Ce qui s’ouvre c’est le procès d’un monde qui change, afin que la finance d’aujourd’hui façonne le monde durable de demain. »

Les demandes des associations à BNP Paribas

Cinq demandes précises ont été formulées par les trois associations à BNP Paribas :

  • Une cartographie présentant, analysant et hiérarchisant les risques d’atteintes graves résultant des activités de BNP dans le secteur des énergies fossiles, régulièrement mise à jour.
  • Une quantification concrète de l’impact de ses activités sur les risques identifiés, analysés et hiérarchisés, incluant les émissions de gaz à effet de serre exhaustives – en valeur absolue et couvrant les scopes 1, 2 et 3 – de BNP et des entreprises soutenues, ainsi que les flux et stocks – montant et part – de financements et d’investissements aux entreprises dans les différents secteurs des énergies fossiles.
  • Des actions adaptées de prévention des atteintes graves et d’atténuation des risques, permettant de s’aligner sur une trajectoire compatible avec l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C de l’Accord de Paris, en cohérence avec l’engagement pris par BNP de financer un monde neutre en carbone à l’horizon 2050 :
    • l’arrêt immédiat de tout soutien financier aux entreprises qui développent des nouveaux projets d’énergies fossiles ;
    • l’adoption d’un plan de sortie du secteur pétro-gazier, conforme aux exigences scientifiques de baisse de la production d’énergies fossiles d’ici 2030, pour une sortie finale d’ici 2050 ;
    • la mise en place de mesures de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane (CH4) – en valeur absolue et couvrant les scopes 1, 2 et 3 – de BNP, au minimum de 45 % en 2030 par rapport à 2010, équivalent à une réduction annuelle d’environ 7 %.
  • Un dispositif de suivi périodique des mesures du plan mises en œuvre et une évaluation régulière de leur efficacité.
  • La mise en place d’un mécanisme d’alerte et de recueil des signalements adapté.

BNP doit par ailleurs conditionner la poursuite de tout soutien financier à la publication et la mise en œuvre effective par ses clients de stratégies climat alignées sur une trajectoire 1,5 °C et respectant a minima les exigences listées ci-dessus.

Vers un procès pour BNP Paribas ?

Les associations rappellent formellement BNP Paribas à ses obligations légales issues de la loi sur le devoir de vigilance entrée en vigueur en 2017. [1]Cette loi française pionnière devrait permettre des avancées considérables en termes de justice environnementale. Elle oblige certaines grandes entreprises multinationales françaises, dont les … Continue reading. Elles considèrent que la banque ne possède pas de plan solide d’identification, d’atténuation et de prévention des risques induits par ses activités pour l’environnement et les droits humains.

Concrètement, BNP Paribas a désormais trois mois pour se mettre en conformité avec la loi, délai à partir duquel, en l’absence de réponse satisfaisante, les associations pourront se tourner vers le juge. Cette action en justice constituerait le premier contentieux climatique au monde à mettre un acteur financier face à ses obligations légales et à demander l’arrêt immédiat du soutien aux nouveaux projets pétroliers et gaziers.

Comment agir en tant que citoyen ?

Cette initiative sera suivie d’une importante campagne de sensibilisation et de mobilisation à l’attention du grand public. En effet, trop peu de personnes connaissent les activités des banques, et encore moins leur rôle dans le réchauffement climatique.

Comme pour l’Affaire du Siècle en France, il y a une pétition, qui espérons-le mobilisera le plus possible de personnes pour alerter sur le rôle de BNP Paribas (et des autres banques) dans le réchauffement climatique. L’objectif est d’obtenir au moins un million de signatures !

SIGNEZ LA PETITION ICI

POURQUOI SIGNER LA PETITION ?

  1. Si vous êtes l’un des 7,7 millions de clients français de BNP, êtes-vous d’accord pour que votre argent soit utilisé pour financer le développement des énergies fossiles ?
  2. Etes-vous préoccupé par le changement climatique ? Les nouveaux projets d’énergies fossiles sont incompatibles avec un scénario 1,5°C. Peu importe la banque dans laquelle vous-êtes, BNP met en danger la possibilité de rester sous la barre des 1,5°C.
  3. La mise en demeure signifie que BNP a désormais 3 mois pour cesser de financer de nouveaux projets de pétrole et gaz. Sinon, les associations se tourneront vers le juge. Dans ce délai, plus les citoyens signeront la pétition, plus grande sera la pression sur la banque.
  4. Le but n’est pas de changer de banques, mais de changer les banques ! Si BNP prend les mesures nécessaires, cela ferait tâche d’huile pour tout le secteur. Cela a été le cas lorsque Crédit Agricole est sortie du charbon en 2019, toutes les autres banques françaises ont suivi…

Références

Références
1Cette loi française pionnière devrait permettre des avancées considérables en termes de justice environnementale. Elle oblige certaines grandes entreprises multinationales françaises, dont les banques et autres acteurs financiers, à prendre des mesures propres à identifier et à prévenir les risques d’atteintes graves aux droits humains, à la santé et à la sécurité des personnes, et à l’environnement résultant de leurs propres activités et celles de sociétés qu’elles contrôlent directement ou indirectement, ainsi que celles de leurs fournisseurs et sous-traitants avec lesquelles elles entretiennent une relation commerciale établie, et ce tant en France qu’à l’étranger. Ces mesures doivent être publiées annuellement dans un plan de vigilance, mises en œuvre de façon effective et suivies par l’entreprise pour s’assurer de leur efficacité
POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

17 Responses

  1. Je suis aussi quasiment sûr que le podium serait le même avec les investissements dans les énergies renouvellables… donc pourquoi sanctionner la plus “vertueuse”?
    Ah oui, sans vent ni soleil, ce sont les énergies fossiles qui prennent le relais… elles sont donc indispensables pour les ENRi…. oups…

  2. Ridicule.

    Faites une pétition pour empêcher ou réduire la consommation de pétrole si vous voulez, ce serait plus pragmatique. Cette initiative est dérisoire.

    Je ne dis pas ça parcequ’il n’y a rien à faire. C’est juste un mauvais projet. Un projet qui ridiculise la gauche bien pensante et lui enlève toute crédibilité.

    Ce que vous faites est une tentative de shaming. Vous pourriez vous attaquer tout autant aux compagnies qui font des pneus de voitures, à celles qui font des intérieures et/ou équipements. Au final, le produit est légal et, malheureusement, nécessaire.

    Mettez l’énergie au bon endroit, Conserver votre crédibilité.

  3. Bonjour Thomas, pr info, les liens pr signer qd on arrive sur cet article depuis linkedin ne marchent pas, j’ai dû retaper l’adresse ds mon navigateur, peur que vs perdiez des signatures à cause de cela. Bon courage et merci pour votre engagement
    Philippe

    1. Rassurez-vous, nous sommes encore dans le consumototalitarisme, et on n’en sort que très lentement.

      (c’est marrant, dans “totalitarisme” il y a “Total” 🙂 )

  4. Désolé de faire mon relou, mais l’illustration des barils de pétrole qui ne sont pas du tout proportionnels aux investissements des banques est carrément trompeuse … Il doit être possible de faire mieux que BFM en la matière.

  5. Bonjour Bon pote,
    Evidemment c’est une très bonne nouvelle en espérant que cela porte ces effets et que les investissements dans les projets d’extractions tendent vers 0…
    Pour aller un peu plus loin, Ne serait-il pas pertinent de faire un focus sur les banques alternatives (la NEF, crédit coopératif… etc) afin que les citoyens place leurs épargnes dans des banques moins nocives pour l’environnement.
    De plus, nous avons vu avec le covid, que c’est la consommation de pétrole qui fait le prix… A ce titre, j’ai vu récemment qu’une tribune signé entre autres par plusieurs présidents de région demandait au gouvernement un plan de 100 Md sur 10 ans pour le chemin de fer. Ne serait-ce pas là-aussi, l’occasion de soutenir cette tribune afin d’apporter des alternatives à la voiture aux citoyens.
    A titre perso, je trouve que tu fais un très bon travail de mise en lumière des abus de certaines entreprises, mais serait-il possible de mettre en lumière certaines alternatives vertueuses…. Bon j’imagine que tes semaines font 7 jours de 24h et que ce ne sont pas les sujets qui te manques. Ce ne sont que des suggestions

    1. Il y a 3 articles sur les banques qui seront publiés dès que possible. Manque de temps et de ressources malheureusement pour les rédiger !

      1. Ok, merci pour ton retour.
        Autant pour le temps, je ne vais pas pouvoir faire grand chose, autant pour les ressources, j’ai prévu d’aller faire un tour sur tipeee prochainement…

    2. Bonjour à toutes & tous,

      Tout à fait d’accord avec Arno37. Mais j’irai plus loin. Pourquoi encore une pétition ? Encore un procès ? Combien BNP Paribas va perdre dans l’affaire ? Quel pouillième de son bénéfice ? Dans combien d’années ? On nous parle d’urgence climatique, vraiment ? Mais c’est une blague, non ? Personne ne prend cette affaire réellement au sérieux, si ? Je vous parie 1000 barils de brent que plus de 90 % des signataires de l’affaire du siècle sont clients d’une banque fossile. Alors, gentiment, tranquillement, pendant qu’ils manifestent contre les grands groupes, pendant qu’ils projettent de la soupe à droite à gauche, leur argent sponsorise la catastrophe… J’entends d’ici Pouyanné : « Amusez-vous bien les enfants, mais surtout continuez à m’envoyer vos sous ! » Appel et rappel et re-rappel du GIEC : Il faut que l’argent investi dans les énergies fossiles soit réaffecté AUJOURD’HUI, il faut que les nouveaux projets de prospection et d’exploitation cessent AUJOURD’HUI. Ce n’est pas une affaire de condamnation morale, de lutte héroïque des gentils contre les méchants, de jeunesse angoissée et sacrifiée, c’est une affaire d’économie, c’est une affaire de grosses, de très très grosses thunes…

      Travaux pratiques pour AUJOURD’HUI :

      1) https://www.oxfamfrance.org/climat-et-energie/calculez-lempreinte-carbone-de-votre-compte-bancaire/.
      2) Expliquez à votre banquier pourquoi vous le quittez
      3) Barrez-vous : https://www.economie.gouv.fr/particuliers/mobilite-bancaire-changer-banque (tout est bouclé en quelques clics, transfert complet en quelques semaines)
      4) Pour où ? Banque postale, crédit coopératif, Helios, Greengot…

      Croyez-moi, si seulement 10 % des signataires de l’affaire du siècle sautaient le pas, ça commencerait à faire des remous…
      Mais comme toute cette histoire, au fond, n’est pas si sérieuse que ça…

      1. Evidemment, ce serait tellement mieux d’élaborer une stratégie collective, de préparer une contre-offensive massive, plutôt que d’ajouter les unes aux autres nos petites colères individuelles, nos microscopiques gestes isolés…Quelques élucubrations supplémentaires : https://wegreen.fr/publication/i-have-cunning-plan-proposition-de-contre-offensive-climatique, https://wegreen.fr/publication/en-2022-il-y-beaucoup-mieux-faire-que-de-manifester, https://wegreen.fr/publication/totalenergies-titre-dexercice
        Parmi les militants, il y a ceux qui signent des pétitions et ceux qui se font embarquer par les flics…Et si on inventait tous ensemble une nouvelle variété de militants ? Pour changer, des militants qui feraient vraiment mal à leur ennemis ?

        1. ben je suis bien d accord, mais:
          Action groupées : force du nombre, plus médiatiques, mais aussi plus entourées par les forces de l ordre
          Action isolées (type la ronce): intraçable, moins risquée mais absolument pas médiatique et efficacité à prouver….
          As-tu des idées qui pourraient faire mal à nos “amis communs”

          1. Attention, j’enfonce une porte ouverte avec fracas : les grands groupes qui mènent le monde à la catastrophe le font pour maximiser leurs profits. Il faut donc clairement s’attaquer à ces profits et cela jusqu’à ce que poursuivre leurs activités carbonées devienne moins rentable ou plus risqué que de basculer leurs investissements vers la nouvelle économie.

            L’activité principale des militants environnementaux devrait être de lister tous les moyens légaux de faire perdre de l’argent aux entreprises climaticides, puis de mettre ces moyens en oeuvre, méthodiquement, les uns après les autres.

            Il y a quelques mois, j’avais pris comme exemple Total Energies…

            https://wegreen.fr/publication/totalenergies-titre-dexercice

            Et bien oui, je pense qu’on peut faire beaucoup plus de mal à Total Energies en s’attaquant au chiffre d’affaires de ses assureurs, de ses financeurs, en démarchant un à un ses clients, en commençant par les collectivités ( dont des mairies socialistes, franchement !) et en finissant par Tatie Jacqueline qu’en bloquant ses assemblées générales ! D’ailleurs, qu’est ce qui a été bloqué exactement ? Je n’ai pas vraiment saisi…Du point de vue de Pouyanné, tout s’est très bien passé le 25/05/2022 : non seulement il a fait voter sa stratégie criminelle, mais cerise sur le gâteau, nous sommes passés pour des charlots ennemis des libertés publiques !

            Il ne faut plus mesurer nos succès en nombre de flics mobilisés mais en masse de fric réaffecté !
            Parce que pour le camp d’en face, il n’y a pas de bien et pas de mal, il y a des pertes et il y a des profits. Nous devons être des générateurs de pertes.
            Arrêtons de dire qu’on a tout essayé, on n’a strictement rien essayé !

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Thomas Wagner
Prendra sa retraite quand le réchauffement climatique sera de l’histoire ancienne

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

17 Responses

  1. Je suis aussi quasiment sûr que le podium serait le même avec les investissements dans les énergies renouvellables… donc pourquoi sanctionner la plus “vertueuse”?
    Ah oui, sans vent ni soleil, ce sont les énergies fossiles qui prennent le relais… elles sont donc indispensables pour les ENRi…. oups…

  2. Ridicule.

    Faites une pétition pour empêcher ou réduire la consommation de pétrole si vous voulez, ce serait plus pragmatique. Cette initiative est dérisoire.

    Je ne dis pas ça parcequ’il n’y a rien à faire. C’est juste un mauvais projet. Un projet qui ridiculise la gauche bien pensante et lui enlève toute crédibilité.

    Ce que vous faites est une tentative de shaming. Vous pourriez vous attaquer tout autant aux compagnies qui font des pneus de voitures, à celles qui font des intérieures et/ou équipements. Au final, le produit est légal et, malheureusement, nécessaire.

    Mettez l’énergie au bon endroit, Conserver votre crédibilité.

  3. Bonjour Thomas, pr info, les liens pr signer qd on arrive sur cet article depuis linkedin ne marchent pas, j’ai dû retaper l’adresse ds mon navigateur, peur que vs perdiez des signatures à cause de cela. Bon courage et merci pour votre engagement
    Philippe

    1. Rassurez-vous, nous sommes encore dans le consumototalitarisme, et on n’en sort que très lentement.

      (c’est marrant, dans “totalitarisme” il y a “Total” 🙂 )

  4. Désolé de faire mon relou, mais l’illustration des barils de pétrole qui ne sont pas du tout proportionnels aux investissements des banques est carrément trompeuse … Il doit être possible de faire mieux que BFM en la matière.

  5. Bonjour Bon pote,
    Evidemment c’est une très bonne nouvelle en espérant que cela porte ces effets et que les investissements dans les projets d’extractions tendent vers 0…
    Pour aller un peu plus loin, Ne serait-il pas pertinent de faire un focus sur les banques alternatives (la NEF, crédit coopératif… etc) afin que les citoyens place leurs épargnes dans des banques moins nocives pour l’environnement.
    De plus, nous avons vu avec le covid, que c’est la consommation de pétrole qui fait le prix… A ce titre, j’ai vu récemment qu’une tribune signé entre autres par plusieurs présidents de région demandait au gouvernement un plan de 100 Md sur 10 ans pour le chemin de fer. Ne serait-ce pas là-aussi, l’occasion de soutenir cette tribune afin d’apporter des alternatives à la voiture aux citoyens.
    A titre perso, je trouve que tu fais un très bon travail de mise en lumière des abus de certaines entreprises, mais serait-il possible de mettre en lumière certaines alternatives vertueuses…. Bon j’imagine que tes semaines font 7 jours de 24h et que ce ne sont pas les sujets qui te manques. Ce ne sont que des suggestions

    1. Il y a 3 articles sur les banques qui seront publiés dès que possible. Manque de temps et de ressources malheureusement pour les rédiger !

      1. Ok, merci pour ton retour.
        Autant pour le temps, je ne vais pas pouvoir faire grand chose, autant pour les ressources, j’ai prévu d’aller faire un tour sur tipeee prochainement…

    2. Bonjour à toutes & tous,

      Tout à fait d’accord avec Arno37. Mais j’irai plus loin. Pourquoi encore une pétition ? Encore un procès ? Combien BNP Paribas va perdre dans l’affaire ? Quel pouillième de son bénéfice ? Dans combien d’années ? On nous parle d’urgence climatique, vraiment ? Mais c’est une blague, non ? Personne ne prend cette affaire réellement au sérieux, si ? Je vous parie 1000 barils de brent que plus de 90 % des signataires de l’affaire du siècle sont clients d’une banque fossile. Alors, gentiment, tranquillement, pendant qu’ils manifestent contre les grands groupes, pendant qu’ils projettent de la soupe à droite à gauche, leur argent sponsorise la catastrophe… J’entends d’ici Pouyanné : « Amusez-vous bien les enfants, mais surtout continuez à m’envoyer vos sous ! » Appel et rappel et re-rappel du GIEC : Il faut que l’argent investi dans les énergies fossiles soit réaffecté AUJOURD’HUI, il faut que les nouveaux projets de prospection et d’exploitation cessent AUJOURD’HUI. Ce n’est pas une affaire de condamnation morale, de lutte héroïque des gentils contre les méchants, de jeunesse angoissée et sacrifiée, c’est une affaire d’économie, c’est une affaire de grosses, de très très grosses thunes…

      Travaux pratiques pour AUJOURD’HUI :

      1) https://www.oxfamfrance.org/climat-et-energie/calculez-lempreinte-carbone-de-votre-compte-bancaire/.
      2) Expliquez à votre banquier pourquoi vous le quittez
      3) Barrez-vous : https://www.economie.gouv.fr/particuliers/mobilite-bancaire-changer-banque (tout est bouclé en quelques clics, transfert complet en quelques semaines)
      4) Pour où ? Banque postale, crédit coopératif, Helios, Greengot…

      Croyez-moi, si seulement 10 % des signataires de l’affaire du siècle sautaient le pas, ça commencerait à faire des remous…
      Mais comme toute cette histoire, au fond, n’est pas si sérieuse que ça…

      1. Evidemment, ce serait tellement mieux d’élaborer une stratégie collective, de préparer une contre-offensive massive, plutôt que d’ajouter les unes aux autres nos petites colères individuelles, nos microscopiques gestes isolés…Quelques élucubrations supplémentaires : https://wegreen.fr/publication/i-have-cunning-plan-proposition-de-contre-offensive-climatique, https://wegreen.fr/publication/en-2022-il-y-beaucoup-mieux-faire-que-de-manifester, https://wegreen.fr/publication/totalenergies-titre-dexercice
        Parmi les militants, il y a ceux qui signent des pétitions et ceux qui se font embarquer par les flics…Et si on inventait tous ensemble une nouvelle variété de militants ? Pour changer, des militants qui feraient vraiment mal à leur ennemis ?

        1. ben je suis bien d accord, mais:
          Action groupées : force du nombre, plus médiatiques, mais aussi plus entourées par les forces de l ordre
          Action isolées (type la ronce): intraçable, moins risquée mais absolument pas médiatique et efficacité à prouver….
          As-tu des idées qui pourraient faire mal à nos “amis communs”

          1. Attention, j’enfonce une porte ouverte avec fracas : les grands groupes qui mènent le monde à la catastrophe le font pour maximiser leurs profits. Il faut donc clairement s’attaquer à ces profits et cela jusqu’à ce que poursuivre leurs activités carbonées devienne moins rentable ou plus risqué que de basculer leurs investissements vers la nouvelle économie.

            L’activité principale des militants environnementaux devrait être de lister tous les moyens légaux de faire perdre de l’argent aux entreprises climaticides, puis de mettre ces moyens en oeuvre, méthodiquement, les uns après les autres.

            Il y a quelques mois, j’avais pris comme exemple Total Energies…

            https://wegreen.fr/publication/totalenergies-titre-dexercice

            Et bien oui, je pense qu’on peut faire beaucoup plus de mal à Total Energies en s’attaquant au chiffre d’affaires de ses assureurs, de ses financeurs, en démarchant un à un ses clients, en commençant par les collectivités ( dont des mairies socialistes, franchement !) et en finissant par Tatie Jacqueline qu’en bloquant ses assemblées générales ! D’ailleurs, qu’est ce qui a été bloqué exactement ? Je n’ai pas vraiment saisi…Du point de vue de Pouyanné, tout s’est très bien passé le 25/05/2022 : non seulement il a fait voter sa stratégie criminelle, mais cerise sur le gâteau, nous sommes passés pour des charlots ennemis des libertés publiques !

            Il ne faut plus mesurer nos succès en nombre de flics mobilisés mais en masse de fric réaffecté !
            Parce que pour le camp d’en face, il n’y a pas de bien et pas de mal, il y a des pertes et il y a des profits. Nous devons être des générateurs de pertes.
            Arrêtons de dire qu’on a tout essayé, on n’a strictement rien essayé !

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

Pour une presse qui brave demain, votre soutien compte aujourd'hui.

Bon Pote repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs en tant que média indépendant. Chaque jour, notre équipe s’efforce d’offrir un contenu précis, de haute qualité, et accessible à tous, afin d’éclairer les enjeux majeurs de notre futur.

À lire également