Média indépendant sur l'environnement, 100% financé par ses lecteurs

Dérèglement, réchauffement ou changement climatique ?

Publication :
Mis à jour :
Dérèglement climatique vignette crédit Matt Palmer Unsplash
©Crédit Photographie : Unsplash
Sommaire
Dépliez le sommaire de l’article
Getting your Trinity Audio player ready...

Doit-on dire dérèglement climatique, réchauffement climatique ou changement climatique ?

Et pourquoi pas chaos climatique ? Ou effondrement climatique, comme le suggère le climatologue Peter Kalmus ? Crise climatique ? Enfer climatique ? Dérive climatique ? Dans un sondage Instagram sur le compte Bon Pote, avec plus de 13 000 réponses, en posant la question “que faut-il dire?” et avec les 3 termes réchauffement / changement / dérèglement, l’expression dérèglement climatique l’emportait très largement avec 68% des votes.

Nous verrons que ce n’est pas forcément l’expression privilégiée par les scientifiques. Mais est-il seulement possible d’avoir un consensus sur le meilleur terme à utiliser ?

Changement climatique : le plus juste ?

Adoptée lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992, la Convention Cadre des Nations-Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) a dès le début reconnu le danger des changements climatiques : “conscient que les changements du climat de la planète et leurs effets néfastes sont un sujet de préoccupation pour l’humanité tout entière“.

La version anglaise n’inscrit pas le changement climatique au pluriel. Le changement climatique est général et donc au singulier en anglais, comme les concepts de façon générale :

CCNUCC-1992-definition-changement-climatique-1
CCNUCC-1992-definition-changement-climatique

La CCNUCC établit ainsi une distinction entre les changements climatiques attribuables aux activités humaines qui altèrent la composition de l’atmosphère et la variabilité du climat imputable à des causes naturelles. Qu’est-ce que cela signifie ? Si les émissions humaines de gaz à effet de serre sont à l’origine de la tendance au réchauffement à long terme, la variabilité d’une année sur l’autre est dominée par les phénomènes comme El Niño et La Niña sur le Pacifique ou l’Oscillation Nord Atlantique qui affecte le continent européen.

De son côté, le GIEC définit le changement climatique comme :

Variation de l’état du climat qu’on peut déceler (au moyen de tests statistiques, etc.) par des modifications de la moyenne et/ou de la variabilité de ses propriétés et qui persiste pendant une longue période, généralement pendant des décennies ou plus. Les changements climatiques peuvent être dus à des processus internes naturels ou à des forçages externes, notamment les modulations des cycles solaires, les éruptions volcaniques ou des changements anthropiques persistants dans la composition de l’atmosphère ou dans
l’utilisation des terres

Le terme changement climatique semble être le plus utilisé par la communauté scientifique. Mais un autre terme est également très présent : le réchauffement climatique.

Réchauffement climatique : le plus clair ?

Le réchauffement climatique global désigne une modification du système climatique global, rapide à l’échelle de son évolution normale, provoquée par un forçage anthropique dont l’ampleur n’a cessé de s’amplifier depuis le début de l’ère industrielle. Le réchauffement climatique est bien d’origine humaine, c’est sans équivoque, comme le rappelle le premier volet du 6e rapport du GIEC sorti en août 2021.

fig SPM1
fig. SPM1 WG1 AR6

La climatologie analyse l’état moyen de l’atmosphère et des océans sur les grandes échelles de temps et étudie les processus physiques qui sont pertinents sur le long terme. En communication, il est parfois préféré réchauffement climatique au terme changement climatique pour insister sur l’importance des conséquences avec un climat qui se réchauffe. En effet, le changement climatique actuel, donc un réchauffement climatique, augmente par exemple l’intensité et la fréquence des canicules.

Si changement climatique est préféré à réchauffement climatique, c’est aussi pour éviter que des climatosceptiques puissent utiliser des arguments fallacieux. Car même dans un climat qui se réchauffe, vous pouvez très bien avoir un record de froid.

10 records de chaleur, un record de froid

En effet, dans les simulations d’évolution du climat qui sont faites, quand on rajoute des gaz à effet de serre, on a toujours des hivers qui sont plus froids que la moyenne, mais cette moyenne devient de plus en plus chaude. Si nous avons de temps en temps des records de froid qui sont battus, nous avons beaucoup plus de records chauds.

Les prévisions climatiques donnent des tendances, une moyenne. Même avec +2 degrés à l’année, cela n’empêche en rien les variations de la météo ni les évènements extrêmes. Notons tout de même qu’en moyenne, pour 10 records de chaleur battus, nous battons un record de froid.

Source : Météo France

Dérèglement climatique : le moins juste ?

Si le terme dérèglement climatique semble avoir la faveur des lectrices et lecteurs Bon Pote, il n’est pas forcément du goût du Haut Conseil pour le Climat. Dans son avis de février 2021 portant sur le projet de loi climat et résilience, le HCC explique clairement pourquoi :

Par ailleurs, le terme « dérèglement climatique », qui suggère que le climat aurait été « réglé », n’est quant à lui pas ou peu utilisé dans le contexte international et académique en lien avec le changement climatique. Les termes « changement climatique » ou « réchauffement climatique dû à l’influence humaine et ses conséquences » sont retenus par le GIEC.

Quelques mois plus tard, le gouvernement a ignoré cette remarque pour la loi climat et résilience. “Issue des travaux de la Convention Citoyenne pour le Climat, la loi portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets a été promulguée et publiée au Journal officiel le 24 août 2021“.

Copie d'écran de la loi portant lutte contre le dérèglement climatique et le renforcement de la résilience face à ses effets a été promulguée et publiée au Journal officiel le 24 août 2021
Source : Légifrance

Selon une spécialiste de la communication climatique interrogée pour Bon Pote, c’est le terme anglais “disruption” qui pourrait être mal traduit. “Le climat n’est pas réglé. Nous pourrions dire perturbation du système climatique.” Le terme dérèglement climatique n’a donc pas les faveurs de la communauté scientifique, mais est très largement utilisé par le grand public et nos politiques. Et si le choix des mots avait été orienté ?

A-t-on manipulé les termes réchauffement climatique et changement climatique ?

L”origine du terme réchauffement climatique, ou “global warming” en anglais, remonte à 1975, et a été utilisé pour la première fois dans un article de Science par le géochimiste Wallace Broecker de l’université de Columbia, explique le site Skeptical Science.

L’expression “changement climatique” a des origines plus anciennes. En 1956, le physicien Gilbert Plass a publié une étude fondamentale intitulée “The Carbon Dioxide Theory of Climatic Change”. En 1977, la revue Climatic Change a fait sa première apparition. En l’espace d’une décennie, le terme “changement climatique” est devenu d’usage courant et a été intégré dans le nom du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC), qui a été créé en 1988.

Faire moins peur avec le terme changement climatique ?

Des rumeurs disent que le terme réchauffement climatique a été remplacé par changement climatique (global warming remplacé par climate change) pour faire moins peur. Ce terme aurait même été inventé par Frank Luntz, un spécialiste américain de la communication politique.

Interrogé pour Bon Pote, Jean-Baptiste Fressoz (historien des sciences, des techniques et de l’environnement) réfute cette idée : “dans les rapports américains depuis les années 1950 on utilise indifféremment d’abord “climate change » (années 50-80) ou “CO2 problem » puis global warming. Donc il est faux de dire que Luntz a inventé climate change“.

Y aurait-t-il un enjeu pour les négociations climatiques ? Une personne spécialiste des négociations climatiques interrogée pour Bon Pote nuance très largement cette hypothèse :

“à ma connaissance pas d’enjeu de négociation derrière ça, ou alors en tout cas pas depuis longtemps. S’il y a un enjeu, il est plutôt scientifique. Global warming fait plus référence à la température terrestre, climate change à l’ensemble des conséquences de l’augmentation des GES. Il faudrait dire ” accelerated and man-induced climate change”‘. La CCNUCC parle de Climate change et c’est très bien. Ceux qui pensent réduire le phénomène en utilisant des litotes relèvent de la NovLangue de 1984…

Tant qu’on en parle…

Si vous deviez choisir entre réchauffement, changement ou dérèglement climatique, les scientifiques préfèreront utiliser changement ou réchauffement climatique. Les politiques utiliseront les trois, jusqu’à inscrire le terme dérèglement climatique dans la loi.

Lequel est le plus efficace pour communiquer auprès du grand public ? Très difficile, voire impossible de répondre à cette question. Même si le terme dérèglement climatique n’a pas la faveur des scientifiques, imaginez que tous les bords politiques se mettent à parler de “dérèglement climatique” et en fassent une priorité, comme cela devrait être le cas ? Serait-ce si grave de ne pas avoir utilisé les deux autres termes ? Probablement pas.

Comme expliqué dans un article sur les youtubeurs qui ont des millions d’abonnés, “quoi qu’il en soit, si les débats se focalisent autour des solutions pour lutter contre le changement climatique plutôt que le dernier voyage à Dubaï de Jean-Michel influenceur, c’est que nous aurons collectivement passé une étape”.

Nous n’avons plus vraiment le luxe des mots. Si une personne parle de dérèglement climatique et participe à changer le système économique actuel pour le rendre soutenable, personne ne devrait lui en tenir rigueur.

POUR ALLER PLUS LOIN

Envie de creuser le sujet ? Cet article pourrait vous intéresser !

5 Responses

  1. – L’être humain fait partie de la nature donc si la nature ne voulais pas que les être humains émettent du CO2 elle n’aurait pas mise à disposition les énergies fossiles….C’est un peu comme les religieux qui disent faites pas ci faites pas ça et soyez comme ci ou soyez comme ça mais si dieu existe il ferait en sorte que nous nous comportions de la façon dont il le souhaite…

    -Aucune science n’est exacte sur le très long terme donc le climat en fait partie…

    – L’univers est une création de notre esprit donc ne vaudrait-il pas mieux se poser la question chacun sur ce qui en soi créer un monde tel qu’il est ?

  2. “changer le système économique actuel pour le rendre soutenable”

    Ce n’est pas le sujet, le sujet, c’est le climat… sinon ça fait penser que le climat est juste un argument pour changer le système et qu’en fait on n’en a rien à faire du climat et qu’on irait juste à la recherche d’un autre argument pour changer le système économique…

    Et d’ailleurs, est ce qu’un système économique peut être soutenable?
    C’est quoi un système économique soutenable?
    Soutenable pour qui? pour quoi? où? quand?
    En quoi ça aura un impact sur le climat? Si tout l’argent de Bernard Arnault était distribué équitablement à tous les terriens, il serait vite dépensé en conneries pas très “réchauffement climatique” compatible, non?

    ça n’a pas plus de valeur pour le climat que de dire de changer les rapport hommes/femmes/”autres” pour qu’ils soient plus soutenables…

    Bref , ça ne veut rien dire.

    La convergence des luttes brouille le message et ce n’est pas dans l’intérêt de chaque lutte d’avoir un message brouillé y compris celle du climat!

    PS: ne vous méprenez pas, je suis pour plus d’égalité sociale/économique (même s’il n’y avait pas de problème de climat)

  3. > Même si le terme dérèglement climatique n’a pas la faveur des scientifiques, imaginez que tous les bords politiques se mettent à parler de “dérèglement climatique” et en fassent une priorité, comme cela devrait être le cas ? Serait-ce si grave de ne pas avoir utilisé les deux autres termes ?

    Grave non. Par contre, ça en dit long sur le niveaux de culture scientifique de nos « élites ».

  4. Réchauffement climatique, global warming, sont les 2 termes qui identifient le mieux le problème que nous avons à résoudre car ils impliquent directement la solution centrale, réduire les émissions de gaz à effet de serre, solution évidente mais si difficile à mettre en œuvre collectivement. Comme dit dans l’article les autres termes sont des litotes et nous éloignent de la solution.

    1. Il n’y a pas que les gaz à effet de serre qui produit les changements sur notre climat. Il y a aussi tout ce qui permet d’absorber ces gaz que nous modifions aussi.

      Les termes “réchauffement” et “changement” ne sont pas vraiment perçu comme tel car peut-être cela est dû a encore des périodes de froid ; par exemple de la neige en Afrique du Sud. Ce qui est très rare (car leur hiver ne comporte pas de neige) et ce n’était pas arrivé depuis onze ans. https://www.rts.ch/info/monde/14164853-inhabituel-le-retour-de-la-neige-en-afrique-du-sud-rend-ses-habitants-heureux.html C’est possiblement pour cela que “dérèglement” est plus plébiscité. Pour autant, comme relève l’article, cela équivaut à dire que le climat est “réglé” alors que nous avons jamais entendu cela ou lu. Par contre, notre climat est stable depuis dix mille, cela a permit l’agriculture. Ne devrions-nous pas dire alors “instabilité climatique” plutôt que “dérèglement climatique” ?

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Sommaire
Auteur
Thomas Wagner
Prendra sa retraite quand le réchauffement climatique sera de l’histoire ancienne

Article 100% financé par ses lecteurs​

Bon Pote est 100% gratuit et sans pub. Nous soutenir, c’est aider à garder cet espace d’information libre pour tous.

5 Responses

  1. – L’être humain fait partie de la nature donc si la nature ne voulais pas que les être humains émettent du CO2 elle n’aurait pas mise à disposition les énergies fossiles….C’est un peu comme les religieux qui disent faites pas ci faites pas ça et soyez comme ci ou soyez comme ça mais si dieu existe il ferait en sorte que nous nous comportions de la façon dont il le souhaite…

    -Aucune science n’est exacte sur le très long terme donc le climat en fait partie…

    – L’univers est une création de notre esprit donc ne vaudrait-il pas mieux se poser la question chacun sur ce qui en soi créer un monde tel qu’il est ?

  2. “changer le système économique actuel pour le rendre soutenable”

    Ce n’est pas le sujet, le sujet, c’est le climat… sinon ça fait penser que le climat est juste un argument pour changer le système et qu’en fait on n’en a rien à faire du climat et qu’on irait juste à la recherche d’un autre argument pour changer le système économique…

    Et d’ailleurs, est ce qu’un système économique peut être soutenable?
    C’est quoi un système économique soutenable?
    Soutenable pour qui? pour quoi? où? quand?
    En quoi ça aura un impact sur le climat? Si tout l’argent de Bernard Arnault était distribué équitablement à tous les terriens, il serait vite dépensé en conneries pas très “réchauffement climatique” compatible, non?

    ça n’a pas plus de valeur pour le climat que de dire de changer les rapport hommes/femmes/”autres” pour qu’ils soient plus soutenables…

    Bref , ça ne veut rien dire.

    La convergence des luttes brouille le message et ce n’est pas dans l’intérêt de chaque lutte d’avoir un message brouillé y compris celle du climat!

    PS: ne vous méprenez pas, je suis pour plus d’égalité sociale/économique (même s’il n’y avait pas de problème de climat)

  3. > Même si le terme dérèglement climatique n’a pas la faveur des scientifiques, imaginez que tous les bords politiques se mettent à parler de “dérèglement climatique” et en fassent une priorité, comme cela devrait être le cas ? Serait-ce si grave de ne pas avoir utilisé les deux autres termes ?

    Grave non. Par contre, ça en dit long sur le niveaux de culture scientifique de nos « élites ».

  4. Réchauffement climatique, global warming, sont les 2 termes qui identifient le mieux le problème que nous avons à résoudre car ils impliquent directement la solution centrale, réduire les émissions de gaz à effet de serre, solution évidente mais si difficile à mettre en œuvre collectivement. Comme dit dans l’article les autres termes sont des litotes et nous éloignent de la solution.

    1. Il n’y a pas que les gaz à effet de serre qui produit les changements sur notre climat. Il y a aussi tout ce qui permet d’absorber ces gaz que nous modifions aussi.

      Les termes “réchauffement” et “changement” ne sont pas vraiment perçu comme tel car peut-être cela est dû a encore des périodes de froid ; par exemple de la neige en Afrique du Sud. Ce qui est très rare (car leur hiver ne comporte pas de neige) et ce n’était pas arrivé depuis onze ans. https://www.rts.ch/info/monde/14164853-inhabituel-le-retour-de-la-neige-en-afrique-du-sud-rend-ses-habitants-heureux.html C’est possiblement pour cela que “dérèglement” est plus plébiscité. Pour autant, comme relève l’article, cela équivaut à dire que le climat est “réglé” alors que nous avons jamais entendu cela ou lu. Par contre, notre climat est stable depuis dix mille, cela a permit l’agriculture. Ne devrions-nous pas dire alors “instabilité climatique” plutôt que “dérèglement climatique” ?

Nouveau commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PARCOURS THÉMATIQUE

Pour une presse qui brave demain, votre soutien compte aujourd'hui.

Bon Pote repose entièrement sur le soutien de ses lecteurs en tant que média indépendant. Chaque jour, notre équipe s’efforce d’offrir un contenu précis, de haute qualité, et accessible à tous, afin d’éclairer les enjeux majeurs de notre futur.

À lire également