Coronavirus, pétrole et marchés financiers : la stratégie du choc

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

HORS-SERIE ‘ Stratégie du choc’.

Aujourd’hui (lundi 24 février), toute la presse s’est emballée. Le CAC 40 a clôturé à -3.94%… Et ce n’est que le début. Je souhaitais donc cette semaine vous emmener dans un monde où il vaut parfois mieux laisser son éthique à l’entrée : les marchés financiers. Alors que cela fait quelques années que je m’efforce à dire qu’il n’y a pas que des pourris en finance, les quelques lignes qui vont suivre ne vont pas m’aider. Mais gardez bien en tête que ce qui suit n’est pas une généralité. Simplement une minorité… Qui fait beaucoup de mal. Je vais tenter de rester le plus objectif possible, et d’être le plus clair et concis possible.

La stratégie du choc

La stratégie du choc est un ouvrage de Naomi Klein, auteure canadienne à succès. S’appuyant sur plusieurs recherches documentaires, elle soutient que des désastres (catastrophes naturelles, changements de régimes, attentats) conduisent à des chocs psychologiques, et permettent aux chantres du capitalisme d’appliquer la doctrine de l’école de Chicago, dont Milton Friedman est l’un des représentants les plus connus. Ils imposeraient à l’occasion des désastres des réformes économiques que Naomi Klein qualifie d’ultra-libérales telles que la privatisation de l’énergie ou de la sécurité sociale.

Outre un léger ton politique dans son best-seller, c’est un livre que je recommande à tout le monde. Pour celles et ceux qui ont un bambou dans la main (533 pages), l’idée principale à retenir, c’est qu’en cas de désastre, il y aura toujours des petits malins pour en profiter. Cette science de profiter des désastres, je l’ai constatée depuis des années en finance, et plus récemment, avec le Coronavirus.

Halliburton : le diable s’habille en Dick Cheney

Le meilleur exemple pour illustrer la théorie du choc est très certainement la guerre en Irak. Dick Cheney, avant de devenir Vice-président des Etats-Unis, était chez Halliburton, un grand groupe parapétrolier. En quittant Halliburton, Cheney devait recevoir un bonus de 15 millions… Mais comme les membres du conseil d’administration étaient généreux, ils lui en ont offert 30. Sympas les mecs ! Vous imaginez partir d’une boîte, et les gars vous payent le double prévu ?

Comme Dick est un chic type, il a poussé George W à déclarer la guerre à l’Irak. Devinez qui a remporté des contrats d’exploitation du pétrole, sans appel d’offres, juste après l’invasion du pays ? Devinez qui a fait 40 milliards de dollars en 10 ans en IRAK ? Halliburton. Surpris, j’imagine.

stratégie du choc avec Dick Cheney, dans le film VICE
Christian Bale, encore une fois époustouflant dans le rôle de Dick Cheney dans ‘Vice’

Stratégie du choc : JP Morgan s’y met aussi !

Autre établissement éthique, je vous présente JP Morgan. J’ai vu bon nombre de mes contacts Linkedin cette semaine s’emballer sur leur rapport alarmant sur le changement climatique et ses risques. Apparemment, la survie de l’humanité telle que nous la connaissons est menacée, et le marché serait incapable de résoudre la crise climatique. NO SHIT SHERLOCK !!! D’un côté, je suis ravi. Des analystes financiers payés des milliers d’euros viennent de dire ce qu’une jeune suédoise de 17 ans dit depuis deux ans. Mais d’un autre côté, j’ai un peu l’impression qu’on se moque de moi. Attendez, JP Morgan, cela ne serait pas la banque qui a le plus prêté aux entreprises dans l’industrie des énergies fossiles ? Après le pompier pyromane, la banque comique.

PS : Pour les financiers (et les autres), il existe un chinese wall entre les équipes d’un établissement bancaire. Les analystes (la recherche) sont séparés des traders, puisque la publication d’un papier peut avoir un impact positif ou négatif sur les marchés. Les traders pourraient en profiter , en avance. Je serais curieux de connaître les prises de positions avant que ce papier ne soit rendu public…

PS² : Vous voulez savoir qui a développé des produits dérivés sur l’eau, dont on a beaucoup parlé lors des sécheresses en Australie ? hehe…

PS3: Halliburton (encore eux) a provisionné 2.2 milliards de dollars quant au pic de production du pétrole de schiste. Vous pensez un instant que nos amis d’Halliburton n’ont pris aucune précaution sur les marchés ? 😉 Allez, je m’arrête là, passons au Coronavirus.

Coronavirus : c’est pas perdu pour tout le monde !

Nous avions déjà constaté que le grand gagnant de l’arrivée du Coronavirus était la planète (pas les humains, la planète). Outre quelques secteurs qui ont été particulièrement touchés par le virus, comme le luxe ou l’automobile, certains ont en revanche pris leur envol. Toujours la même logique, même en cas de crise majeure, il y aura toujours des petits malins qui vont passer à travers les gouttes. Un exemple ? Novacyt.

Novacyt est spécialisé dans le développement, la fabrication et la commercialisation de solutions automatisées pour la cytologie. Le groupe propose des équipements et des dispositifs de cytologie liquide destinés aux laboratoires pour la détection des cancers notamment. Récemment, ils ont développé un test concluant pour détecter le Coronavirus. Je vous laisse constater sur le graphe ci-dessous, l’évolution du cours, et les volumes échangés sur le titre sur les 3 derniers mois…

Dans ces moments-là, il est toujours intéressant de regarder QUI a pris des positions (acheté/vendu/acheté des options), que nous puissions faire les comptes dans quelques mois. La seule chose que je puisse affirmer, c’est qu’il y a toujours des personnes qui profitent de la volatilité sur les marchés, et que ces mêmes personnes vont continuer à espérer que le virus se propage.

Le mot de la fin

Pas besoin de prendre un ton complotiste pour savoir que le malheur des uns peut faire le bonheur des autres. C’est exactement ce que nous explique Naomi Klein dans la stratégie du choc. Tout le monde devrait avoir la stratégie du choc en tête lorsqu’il arrive un événement international, comme une guerre, ou un virus qui touche le monde entier.

J’évite toujours d’écrire sur la finance et l’éthique en finance de marché car je risque de prendre cela trop à cœur. Quand le sujet est trop proche de vous, vous n’êtes parfois plus objectif. C’est comme si on me demandait de parler de la Remontada ou de mon ex. Terrains glissants. J’espère tout de même vous avoir donné envie de lire Naomi Klein, en attendant le jour où je serai libre d’écrire ce que je veux

Commentaires Facebook
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Tu l'as lu ça ?

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Abonne Toi À La Lettre BON POTE

Une dose hebdo de sarcasme par email

Abonne Toi
À La Lettre BON POTE

Une dose hebdo de sarcasme par email