Sortir des énergies fossiles: quand l’impossible devient l’indispensable

Poutine MBS cover

Depuis le début de la guerre en Ukraine, les digues sautent une à une. Ce qui était impossible hier devient aujourd’hui indispensable. Deux semaines après le début de l’invasion de l’Ukraine par Poutine et son armée, l’ensemble de la classe politique française semble se réveiller et appelle à réduire la consommation d’énergies fossiles. Le mot est lâché : sobriété.

Des années que les « écolos » le répètent, malgré les moqueries, insultes, diffamations et procès d’intention. Auraient-ils finalement raison?

Les énergies fossiles gangrènent le monde

Stupéfaction chez certains politiques et salles de rédaction. Depuis le 24 février 2022 et l’invasion de l’Ukraine par le gouvernement russe, il semblerait que les dangers de notre civilisation ne soient plus le wokisme, les féministes, les musulmans ou les écolos.

Jusqu’à aujourd’hui, consommer à outrance des énergies fossiles ne posait pas vraiment de problème aux dirigeants de ce monde. Réchauffement climatique, effondrement de la biodiversité, marées noires, des millions de morts de pollution, financement de guerres, etc. Tout cela était acceptable. Mais cette fois, c’est différent. Vladimir Poutine a envahi l’Ukraine, et nous occidentaux, allons directement en pâtir.

Certains semblent découvrir en 2022 que Poutine est un dangereux psychopathe, un dictateur qui ne recule devant rien. Un homme qui n’hésite pas à tuer les journalistes ou emprisonner les opposants qui contestent sa politique. C’est au mieux de la bêtise, sinon une vraie hypocrisie. Poutine a bénéficié d’une extraordinaire complaisance depuis au moins 15 ans.

Les milliardaires russes se pavanent sur la côte d’Azur dans leur yacht, dans nos stations de ski, à Paris dans des villas et appartements tous plus luxueux les uns que les autres. Comment se sont-ils payés tout cela ? Le fruit de leur dur labeur ? Pas vraiment. Nous, occidentaux aujourd’hui offusqués et choqués, avons financé Poutine et ses amis à coup de milliards pendant deux décennies. Nous, occidentaux, avons permis à Poutine d’acquérir une telle force de nuisance par notre dépendance aux énergies fossiles.

L’hypocrisie must go on

C’est d’ailleurs dans l’hypocrisie la plus totale que nous continuons depuis le début de la guerre à donner des centaines de millions chaque jour au pouvoir russe en lui achetant du gaz et du pétrole. Nos politiques refusent de prendre des mesures strictes, au risque de froisser leurs électeurs, pendant que des enfants, femmes et hommes meurent ou fuient leur pays.

Javier Blas avait annoncé dès le 23 février que l’Union Européenne achetait quotidiennement pour environ 700M de dollars d’énergies fossiles à la Russie. Vous avez bien lu. Quotidiennement. Depuis le début du conflit, nous continuons d’acheter pour des centaines de millions d’énergies fossiles, qui financent directement la puissance de Poutine et la guerre qu’il a décidé de mener à l’Ukraine.

Vous verrez les mêmes discours chez certaines entreprises qui continuent leurs activités lucratives dans les énergies fossiles, main dans la main avec les oligarques russes. Les banques françaises sont peut-être ce qu’il y a de pire en terme d’hypocrisie. C’est ainsi qu’une semaine après le début de la guerre, le Crédit Agricole communiquait la main sur le cœur qu’il allait créer un fond de solidarité d’urgence pour leurs collègues ukrainiens. Quelle générosité !

Ce serait oublier que le Crédit Agricole finance des activités fossiles en Russie pour plusieurs milliards, avec des records ces dernières années, et dont l’un des clients principaux est… Gazprom. 10 millions d’un côté pour se donner bonne conscience, des milliards chaque année qui ont armé Poutine et anéantissent littéralement l’avenir de millions de personnes sur Terre. Comment appeler cela, « war washing » ?

Cette banque est loin d’être la seule. BNP est dans le même cas. Société Générale est dans le même cas. Total, client de ces 3 banques et pseudo acteur de la transition écologique, continue ses activités en Russie et Arctique alors même que d’autres pétroliers ont réduit leurs activités. « Pas de pression de la part des plus hautes autorités françaises pour quitter la Russie », a déclaré le PDG de TotalEnergies. Traduisez : Emmanuel Macron pourrait prendre des décisions politiques fortes, mais en même temps, c’est Emmanuel Macron. Les morts de la guerre attendront.

Les Ukrainiens et les autres

Dans le Monde, Serge Haroche déclare qu’en coupant le gaz et le pétrole russes, nous allons certes avoir plus froid, mais nous « pourrons nous regarder en face avec moins de honte« . Il semblerait que la question morale soit enfin posée. Dans d’autres cas de figure, nous pouvions nous regarder dans la glace sans trop de honte. Mais là, c’est « différent« .

Avec potentiellement 3.3 milliards de personnes touchées par les aléas climatiques, ce n’était pas honteux de carburer aux énergies fossiles. Lorsque les dirigeants des pays du Nord hypothèquent notre avenir et celui de nos enfants, ce n’est pas honteux.

Quand l’Arabie Saoudite, l’un des plus importants producteurs mondiaux d’hydrocarbures tue des enfants yéménites depuis 6 ans avec des armes françaises, ce n’est pas honteux. Quand la France livre du matériel militaire à la Russie entre 2015 et 2020, c’est sûrement pour préparer la paix comme on peut l’observer en 2022 en Ukraine. Quand les Etats-Unis, grand donneur de leçon de démocratie depuis 2 semaines et plus grand pays impérialiste des dernières décennies, envahissent des pays, pillent et tuent avec des pratiques aussi mafieuses que celles de Vladimir Poutine, ce n’est pas si honteux.

L'un des plus grands vendeurs d'énergies fossiles au monde, et un président de BDE
Le président français Emmanuel Macron accueille le prince héritier d’Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, à Paris, le 10 avril 2018
Crédit : LUDOVIC MARIN

Vous voyez, il y a la bonne et la mauvaise énergie fossile, comme il y a le bon et le mauvais migrant. Le mauvais migrant, il est en Afghanistan ou en Syrie, y a la guerre dans son pays, il se tire mais c’est un mauvais migrant. Le bon migrant, il est en Ukraine, y a la guerre dans son pays, il se tire, mais c’est un bon migrant.

Qui sont les vrais extrémistes ?

Il est enfin temps de prendre de la hauteur et de se demander sur quoi repose le confort occidental, grâce à qui, aux dépens de qui, et avec quelles conséquences.

La France, grâce à ses colonies, ses industries à l’éthique douteuse, ses ex présidents va-t-en-guerre et son mix énergétique dépendant très largement des énergies fossiles, n’a à vrai dire aucune leçon de morale à donner.

Les énergies fossiles sont majoritaires dans le mix énergétique français
Mix énergétique français, 2021
Source : MTE

Maintenant que nous avons rappelé que « l’impérialisme carbure encore et toujours aux énergies fossiles », sortir du déni collectif est une question de survie. Les militant(e)s écologistes sont-ils/elles toujours des extrémistes en demandant de réduire drastiquement la consommation d’énergies fossiles et de tendre vers une sobriété énergétique ?

Qui sont les extrémistes ? Le GIEC qui rappelle qu’il n’y aura pas de transition écologique sans justice sociale, ou les dirigeants européens qui ferment les yeux sur les 11300 milliards des Pandora Papers et qui se présentent comme des héros lorsqu’ils saisissent 3 yachts d’oligarques russes sur la côté d’Azur ?

Qui sont les extrémistes ? l’AIE qui encourage celles et ceux qui le peuvent à baisser un peu leur thermostat, qui appelle à ne plus investir dans les énergies fossiles, ou les Etats qui bloquent les négociations diplomatiques par peur de froisser leurs électeurs, pendant que les morts s’accumulent en Ukraine ?

Impossible n’est plus une excuse

Ce volte-face des politiques français sur la sortie des énergies fossiles et la sobriété nous rappelle une chose : tout est une question de volonté politique.

George Monbiot le rappelle très justement cette semaine dans le Guardian :

« Lorsque les États-Unis ont rejoint la Seconde Guerre mondiale, ils sont passés d’une économie essentiellement civile à une économie militaire dans un laps de temps similaire. L’industrie manufacturière, les services, l’administration : tous ont été complètement réorganisés. Presque tout le monde, d’une manière ou d’une autre, a été mobilisé pour soutenir l’effort de guerre. Le gouvernement fédéral a dépensé plus d’argent entre 1942 et 1945 qu’entre 1789 et 1941 ».

La France est un pays riche et a très largement les moyens d’assurer une transition rapide et juste. Si ce n’est pas fait, ce n’est pas par manque de moyens, mais par manque de volonté politique. Si nous sommes aujourd’hui cruellement dépendants des énergies fossiles russes, c’est en très grande partie à cause de choix politiques désastreux. Très en retard dans la rénovation énergétique des logements, très en retard dans la transition de la décarbonation des transports, et plus globalement dans tous ses objectifs climatiques.

Certes, si le gouvernement Macron arrêtait de se comporter comme un BDE d’école de commerce dont la seule ambition est de multiplier les followers sur Tiktok, les Français ne souffriraient pas autant des variations de prix des matières premières. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Pour assurer une transition juste, et au lieu de faire porter uniquement les conséquences sur les ménages les plus précaires, Bruno le Maire pourrait par exemple demander des comptes aux 600 français listés dans les Pandora Papers et/ou aller chercher les (minimum) 60 milliards d’évasion fiscale chaque année en France ?

Est-ce que ce sera suffisant ?

« Il faut sortir des énergies fossiles pour arrêter les guerres ». Voici ce que nous pouvons lire et entendre depuis deux semaines. Ce serait effectivement une très bonne nouvelle, mais cependant insuffisant.

Ce qu’il faut, c’est réduire la consommation d’énergie, l’extractivisme. Sinon, les guerres continueront pour d’autres matières premières, comme le cobalt, le cuivre, l’uranium, etc. Ce qu’il faut, c’est mettre fin au colonialisme sous toutes ses formes. Ça semble dur à comprendre pour certains, mais c’est un prérequis pour une société soutenable. Le GIEC vient de le rappeler.

Ce qu’il faut, c’est mettre fin à l’impérialisme, qu’il soit politique ou économique. Vœu pieux ? Comment y arriver ? Les faits explicités précédemment et la concentration de pouvoir mènent à cela. Ce n’est qu’en sortant de ces économies ultra capitalistiques qui ne profitent qu’à quelques personnes qu’une certaine stabilité en France et dans le monde pourra être possible.

Le mot de la fin

Il aura fallu qu’une guerre éclate pour qu’on entende moins parler des dernières frasques de Zemmour et un peu plus de sujets fondamentaux : l’énergie, l’indépendance énergétique française, la place et le rôle des énergies fossiles dans l’échiquier géopolitique international.

Les énergies fossiles tuent et continueront de tuer si nous ne mettons pas un terme à leur consommation outrancière. Pour les Ukrainiens, pour le climat, et pour toutes les guerres qui ont eu lieu et auront lieu si nous n’arrêtons pas. Nous avons l’obligation morale d’agir. La décroissance ou la guerre titrait Vincent Liegey, qui accueille à Budapest des réfugiés venus d’Ukraine depuis deux semaines :

Je vous invite à Budapest à accueillir avec nous tous les jours femmes et enfants qui fuient les conséquences d’un modèle civilisationnel qui nous pousse à la barbarie. Non, je ne suis pas heureux que la décroissance politique ait échoué face à la fuite en avant libérale, capitaliste et productiviste et d’être aujourd’hui face à cette tragédie aussi prévisible que prévue. J’aurais préféré que l’on choisisse la sobriété et le partage avant qu’il ne soit trop tard.

Pour agir et sauver des vies, il ne manque que la volonté politique. Aucun citoyen(ne), notamment les plus aisé(e)s, ne peut continuer à vivre comme si tout cela n’arrivait qu’aux autres et que nous n’étions pas responsables. Nous le sommes, de façon différenciée. Aux politiques d’aligner la parole aux actes et d’arrêter de mentir aux Français.

Nous avons les moyens de réduire très rapidement notre dépendance aux hydrocarbures russes. Nous avons les moyens de sortir des énergies fossiles, vœu désormais formulé par l’ensemble des politiques français. La planification énergétique n’est plus un gros mot mais une obligation. Cela ne se fera pas sans contrepartie, c’est certain. Aussi certain que si nous ne changeons pas, il y aura d’autres guerres et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.

Bon Pote est un média 100% indépendant, uniquement financé par les dons de ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

40 Comments

  1. Matthieu 15 mars 2022

    Intéressant mais un peu trop facile à mon goût : les premiers à ne pas vouloir diminuer leur niveau de confort en baissant la température d’un seul degré, c’est nous. Notre démocratie et le système électoral arrive au bout de ses limites, dans une société rempli d’individus incapables de prendre des décisions par soucis d’intérêt collectif. Nous sommes programmés pour être incapables de réagir. Seul le mur nous arrêtera-t-il ? J’en ai bien peur.

    Répondre
    1. jean sireyjol 15 mars 2022

      Matthieu, je suis assez d’accord avec vous. Et concrètement si vous regardiez la pétition 110 km/h pour le Climat et pour l’Ukraine, une proposition de s’appliquer le changement personnellement et de le faire savoir pour que ce changement devienne la nouvelle règle avec un impact réel en réduction d’émissions de ges et en réduction d’achats de petrole russe et de financement de cette armée d’invasion?
      Merci de signer et faire signer. Lien: https://agir.greenvoice.fr/petitions/sur-autoroute-110-pour-le-climat-du-concret-pour-la-presidentielle

      Répondre
  2. François 14 mars 2022

    Y aura t il un jour des sanctions économiques ou un jugement au tribunal de la Haye contre les écolos allemands, qui par leurs décisions irresponsables, ont permis et favorisé le massacre de dizaines de milliers d’Ukrainiens. Dont le seul tord a été d’avoir rêvé d’avoir un jour les mêmes élections libres , le même droit de manifester, et la même pluralité de presse que les écolos allemands.
    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/509343/allemagne-manifestations-nucleaires
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_%C3%A0_cycle_combin%C3%A9_gaz_de_Landivisiau
    La propagande d’état Russe ne se gène pas pour rappeler tous les jours le cubage de gaz vendu a l’Europe, et le paiement rubis sur ongle via des banques qui sont toujours connectées au réseau bancaire mondial et qui financent l’armée russe. Et même des mercenaires syriens ou tchétchènes …

    Répondre
    1. Bruno 15 mars 2022

      La consommation de gaz en Allemagne est stable depuis 1997 (source : https://jancovici.com/transition-energetique/series-longues/allemagne/)
      Il n’y a pas que l’électricité dans les besoins énergétiques. Si l’Allemagne n’avait pas décidé de sortir du nucléaire, elle serait toujours aussi dépendante de la Russie pour le gaz (en ordre de grandeur).
      Nous (Europe, y compris Allemagne) sommes aussi dépendant à plus de 40% du pétrole Russe.
      Bref, rejeter la responsabilité du massacre de dizaine de milliers d’ukrainien sur les « écolos allemands » me semble être complètement hors de propos

      Répondre
  3. Ddu 14 mars 2022

    Nos démocraties occidentales ne doivent leur pérrenité que grâce aux énergies fossiles. Une majorité de gens se fout éperdument du chagement climatique. Par contre, on a tous peur des bombes nucléaires de Poutine: c’est beaucoup plus parlant dans l’imaginaire des gens. Il va être beaucoup plus facile pour les gouvernements européens de faire passer enfin la sobriété auprès de leur population en présentant l’argument Poutine plutôt que celui du changement climatique. Sasissons cette chance et faisons d’une pierre deux coups. Malheureusement, ce sont les Ukrainiens qui trinquent. Le mauvais côté des choses, parce qu’il y en a toujours, est que cette guerre à nos portes va inciter tous les gouvernements à investir massivement dans du militaire, autant d’énergie qui ne se retrouvera plus dans l’éducation, la recherche, la santé, etc… Bref, les investissements militaires sont redevenus un mal nécessaire et ça, ce n’est vraiment pas bon…
    Une remarque: je préfèrerai toujours une démocratie imparfaite occidentale à un quelconque régime autoritaire. Mettre sur le même plan le régime de Poutine alors qu’il est indéboulonable (25 ans de pouvoir) avec nos démocraties occidentales, c’est de mon point de vue aller un peu loin. Oui, nos démocraties sont super hypocrites. Oui elles ont exploité et exploitent encore des pays tiers. Mais nos dirigeants ne se balladent pas en yacht et jet privé en laissant sur le carreau une grande partie de la population qui dans ces régimes autocrates est aussi privée de liberté. A choisir, je préfère encore la France plutôt que la Russie. D’ailleurs, une majorité écrasante des populations des pays frontaliers avec la Russie l’a bien compris. J’ai des collègues tchèques, slovaques, polonais et finlandais. Je peux vous dire que la Russie, ils s’en sont toujours méfié. S’il y a des échanges, c’est qu’ils ne peuvent pas faire autrement de par la proximité géographique.

    Répondre
    1. jean sireyjol 14 mars 2022

      D’accord avec vous Ddu, la sobriété face à la guerre. Réduire la vitesse sur autoroute à 110 km/h, faisons le pour le Climat et pour l’Ukraine!
      Lien vers la petition: https://agir.greenvoice.fr/petitions/sur-autoroute-110-pour-le-climat-du-concret-pour-la-presidentielle

      Répondre
  4. manon 12 mars 2022

    En vous lisant j’ai retrouvé cet esprit … c’est ainsi que votre article est brillant, car oui ce que nous allons devoir changer c’est nos maux « systémiques, mortifères.  » (Re)parler d’Ethique, de justice sociale, d’équilibre, de Paix peut etre … un jour … , d’Idéal et de héros car il en faudra… ca fait tant de temps qu’ils ont disparus et nous sommes tous capables d’en être.

    L’esprit d’Albert Londres résonne avec votre article et ce n’est pas « rien »

    « Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de rose. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort.
    Il est de porter la plume dans la plaie. « 

    Répondre
  5. manon 12 mars 2022

    Article brillantissime ! merci à vous … ca fait un bien monstre de vous lire…

    Répondre
  6. Francis Cautain 11 mars 2022

    Effaré par certains commentaires anti nucléaire qui manifestement sont sous informé sur les échelles de valeurs . L exemple catastrophique de l Allemagne ne semble pas suffisant . Sans nucléaire massif + ENR massif + surtout une sobriété massive ( qui implique donc forte décroissance et pib personnel très a la baisse ….) , on y arrivera pas !! Pourquoi à t on tant de difficultés à comprendre cette équation simple ? La fête est finie et il serait préférable de choisir ce fait et en l organisant , que de le subir bien plus douloureusement ( c est hélas ce qui se passera …) .

    Répondre
  7. jean sireyjol 11 mars 2022

    Je trouve un peu dommage ce ton donneur de leçon et la connotation « tant qu’on ne sortira pas du capitalisme, rien n’arrivera ». Personnellement j’espère que cette crise ne terminera pas en catastrophe absolue, et sera l’occasion de soutenir l’exemple remarquable du peuple ukrainien (LA bonne nouvelle, prolongée par notre prise de conscience collective!).
    Dans ce registre nous proposons de participer activement à l’effort de sobriété en signant et faisant signer la pétition « sur autoroute 110 pour le climat » , que ce soit pour l’Ukraine ou pour le Climat (en soutien de la proposition courageuse de la Convention Citoyenne pour le Climat).
    Lien vers la pétition: https://agir.greenvoice.fr/petitions/sur-autoroute-110-pour-le-climat-du-concret-pour-la-presidentielle

    Répondre
    1. Arno37 11 mars 2022

      C’est une bonne initiative mais n’y avait-il pas d’autres proposition de la CCC plutôt que celle très clivante et contestée du 110 sur autoroute??? (ex: régulation de la pub , limitation du poids des voitures, rendre obligatoire la rénovation énergétique des bâtiments, développer le ferroviaire et les petites lignes qui sont également ambitieuse et plus rentable en terme de CO2)

      Répondre
      1. jean sireyjol 11 mars 2022

        Arno, bonjour. Merci de trouver que c’est une bonne initiative. Et merci pour les critiques qui suivent. On est d’accord, il y a des tas de choses à faire pour réduire les émissions de ges. Mais nous on trouve intéressant de se focaliser sur un sujet concret pour essayer de créer une mobilisation. Les autres mesures que vous citez ont été beaucoup moins débattues que le 110 sur autoroute qui clairement nous concerne pratiquement tous.Et aussi c’est une mesure concrete de sobriété, donc un excellent sujet de débat. Que ce soit pour le climat ou pour l’Ukraine, arriverons nous à nous mettre d’accord pour réduire à 110 la vitesse sur autoroute? Prenez le temps de lire la pétition.

        Répondre
        1. Arno37 11 mars 2022

          Jean j ai été lire la pétition et je l ai même signée après tout sur le fond nous voulons tout les 2 la même chose… 💪et c est pas le temps que ça m a pris…
          Toutefois je maintien mon premier commentaire…
          Je m explique:
          La CCC a fait 150 propositions, une a été retoqué par un vote de la CCC elle même, 3 retoquées par Mr le président lui même: la taxe sur les transactions financière (bizarre venant d un financier!) le crime écocide dans la constitution et les 110 km/h sur autoroutes… Et c est là que, sur la forme, je suis sceptique pour votre pétition… Les 146 propositions restantes auraient dû être débattu « sans filtres » par le parlement, avec le résultat qu on connait et qu on déplore et le retournement de veste qui a suivi… Mais aujourd’hui la seule proposition que les français ont retenu de la CCC, c est les 110km/h car elle était très clivante et les français ne parlait que de cette proposition la et ont totalement occultés les autres du débat qu elle auraient dû suscité, ce que perso, je trouve très dommageable.
          Voila pour mon point de vue… mais je vous souhaite bien sur un maximum de signatures… et que votre proposition aboutisse a du concret… ça nous changerai… 😉

          Répondre
          1. jean sireyjol 12 mars 2022

            Merci Arno d’avoir pris le temps de lire la pétition, et aussi de l’avoir signé. D’accord avec vous les autres mesures proposées par la CCC sont utiles, mais le fait que le 110 sur autoroute soit celle qui a le plus concerné les français, en pour ou contre (clivante) est un fait super important. Aujourd’hui tout le monde dit on ne parle pas de climat dans la présidentielle. Alors parlons du 110 sur autoroute, ça nous interesse. Mais les français sont a priori contre. Les 150 citoyens de la CCC, comme le président Macron d’ailleurs, étaient au début a priori contre et à la fin des travaux, des infos reçues, des débats ils se sont retrouvés à 60% à soutenir la proposition. Ce n’est que par des débats comme ça qu’on arrivera à se mettre d’accord sur les mesures importantes à prendre pour réduire les émissions de ges. La guerre en Ukraine ajoute un argument très fort, besoin de plus acheter de pétrole russe, parlons en, interpellons les candidats sur ce sujet concret, signons et faisons signer cette pétition, on peut changer le cours des événements, car comme vous le dites à la fin, du concret ça changerait.

            Répondre
  8. Alix 11 mars 2022

    Les extrémistes se sont aussi les lobbies de l’agro-alimentaire, des énergiesfossiles, etc. J’entendais hier sur une chaîne d’info qu’un intense lobbying se fait déjà auprès des gouvernements européens pour assouplir les règles concernant l’utilisation de certains pesticides par exemple pour pouvoir produire plus plus vite, vu les difficultés d’approvisionnement qui se profilent dans certains secteurs. Idem pour le charbon.. J’ai bien peur que la transition énergétique et la sobriété ne soient pas encore pour cette fois.

    Répondre
    1. Justin 11 mars 2022

      J’entendais hier sur une chaîne d’info qu’un intense lobbying se fait déjà auprès des gouvernements européens pour assouplir les règles concernant l’utilisation de certains vaccins par exemple pour pouvoir produire plus plus vite, vu les difficultés d’approvisionnement qui se profilent dans certains secteurs.
      Tiens , ça marche aussi…

      Répondre
  9. Jacques Delvaux. 11 mars 2022

    Merci pour ce que vous nous apprenez, ce que vous nous rappelez, ce que nous avions voulu oublier .

    Répondre
    1. Jacques Delvaux. 11 mars 2022

      Comme nous le rappelait le philosophe Carl Gustav Jung : nous sommes dépendants des polarités. Il nous faut l’enfer pour apprécier le paradis, la guerre pour aimer la paix, l’égoïsme pour vouloir le partage.

      Répondre
  10. Francis Cautain 11 mars 2022

    Jancovici , alerte déjà de cela depuis des années et des années sans que le politiques bougent ,  » on verra plus tard  » et  » investissons dans les ENR et désormais le nucléaire  » ….sauf que désormais cette crise ukrainienne finalement salutaire sur un plan climato énergétique va secouer le cocotier des politiques mais aussi des peuples drogués au fossiles . Mais ….ENR et nucléaire , mêmes massifs , ne suffiront jamais à compenser les fossiles ( par ex 76 000 kms de barils consommés chaque jour ds le monde !!! ) . Jamais ! C est pourquoi en effet la fête est finie et il va falloir décroître très fortement ( et pas qu un peu ! ) Vers une sobriété si possible intelligemment choisie . Sinon elle sera plus douloureusement subie . Aie aie !
    Perso je viens de troquer mon vieux espace 3 polluant pour une saxo diesel qui consomme 3,3 l /100 ( imbattable ) et ai équipe ma vieille mobylette 103 Peugeot vintage d un moteur électrique ( si si ça existe ) rechargee grâce aux panneaux solaire de mon bateau entièrement autonome . À ma façon ainsi je fais ma part . Chaque français pourrait en faire autant . Devrait ….

    Répondre
  11. Joaquin Keller 11 mars 2022

    Il faut sortir du nucléaire aussi. Je vous invite à lire ce rapport de Greenpeace:

    « L’industrie nucléaire française, une alliée du régime de V. Poutine »
    https://www.greenpeace.fr/lindustrie-nucleaire-francaise-une-alliee-du-regime-de-v-poutine/

    Ou encore cet article dans le Figaro:

    « Malgré la guerre en Ukraine, la filière française maintient ses liens étroits avec le géant russe du nucléaire. »
    https://www.lefigaro.fr/societes/nucleaire-l-etat-pret-a-ceder-20-d-arabelle-au-russe-rosatom-20220308

    Répondre
    1. Olivier Modard 11 mars 2022

      Ne soyez pas ridicule ! Sortir des énergies fossiles ne pourra se faire qu’avec de la sobriété mais aussi de l’électrification massive. Et se passer du nucléaire c’est se compliquer la tâche au delà du raisonnable.
      Et si des bâtons n’étaient pas mis systématiquement dans les roues des solutions de retraitement proposées, il n’y aurait presque plus de problème !

      Répondre
      1. Arno37 11 mars 2022

        L’urgence absolue est de diminuer les émissions de CO2 et autres GES, les ENR sont fortement décarbonées, le nucléaire également… J’ai eu beaucoup de mal à l’admettre, mais on ne pourra pas se passer de nucléaire avant 30 ou 40 ans. Le débat sur le nucléaire ne devrait pas avoir lieu, il occulte beaucoup de points autrement plus sensible (sobriété énergétique, développement des alternatives à la voiture individuelle (minimum 800 kg de bagnole pour transporter juste un cul, avouez que c’est beaucoup non????) et développement d’une agriculture durable et moins dédiés à la production de viande).
        Aux élections présidentielles et (surtout) législatives…. Votons….

        Répondre
        1. Joaquin Keller 11 mars 2022

          Le nucléaire est très utile, il faut utiliser les centrales existantes jusqu’au bout. Mais il faut éviter la construction de nouvelles centrales, car le nucléaire est trop cher, trop long à mettre en œuvre, polluant (déchets radioactifs) et dangereux (accidents).

          Donc pourquoi s’obstiner sur le nucléaire alors que l’on peut se débarrasser des énergies fossiles avec uniquement des EnR et du stockage. C’est tellement moins cher, tellement plus rapide à déployer…

          P̧lus les coûts des EnR baissent, plus les pays voisins s’équipent et plus ça devient ridicule de continuer à prôner du nucléaire. Risible même. Si l’on démarre un chantier maintenant le réacteur sortira en 2038 (selon EDF) à cette date là l’allemagne prévoit du 100% EnR.

          Répondre
          1. François 11 mars 2022

            « Donc pourquoi s’obstiner sur le nucléaire alors que l’on peut se débarrasser des énergies fossiles avec uniquement des EnR et du stockage. C’est tellement moins cher, tellement plus rapide à déployer… »

            Très bonne moquette, j’ai l’impression.

            Je peux avoir vos explications détaillées pour du stockage électrique pas cher ? Avec des capacités compatibles avec la consommation électrique du lien :

            https://www.reseau-chu.org/article/un-lot-electricite-de-3-000-mds-de-wh-le-plus-gros-appel-doffres-du-secteur-public-signe-uniha/

            Répondre
          2. Justin 11 mars 2022

            Le stockage, hors barrages hydroélectriques/STEP, c’est complètement annecdotique.
            L’intégralité des batteries du monde entier, c’est même pas 1 journée de conso française pour un prix TRES largement suppérieur à toutes les centrales nucléaires du monde.
            Et l’extraction de matières pour les batteries, c’est extrêmement polluant et c’est en quantité infiniment plus importantes que pour le nucléaire

            Répondre
          3. Joaquin Keller 11 mars 2022

            Oui, le stockage hors STEP (pumped hydro) est anecdotique aujourd’hui mais cela ne veut pas dire qu’il le restera. En France STEP représente déjà 4.5% de la capacité installée et on pourrait en installer plus quand le besoin se fera sentir.

            Pendant ce temps là l’Ecosse a atteint 2020 97.4% d’EnR dans sont mix électrique https://www.bbc.com/news/uk-scotland-56530424
            Avec surtout du stockage hydroélectrique mais aussi des batteries. Ah oui, et ils exportent vers l’Angleterre.

            Le principe c’est qu’il faut de la surcapacité, il faut installer suffisamment d’éoliennes (ou de panneaux solaires). Exemple: si tu as assez de panneaux solaires pour subvenir à tes besoins la pire journée de l’année, une journée de ciel gris en hiver, alors une capacité de stockage pour tenir la nuit est suffisante.

            L’intox du lobby nucléaire français (merci Janco) est tellement puissante que les français pensent que les écossais sont dans l’erreur et qu’ils n’y arriveront jamais. Le ridicule de la position pro nucléaire dont je parlais…

            Répondre
          4. Justin 11 mars 2022

            L’exemple de l’écosse (ou de la Norvège) n’est pas transposable au reste du monde qui soit manque de montagne, soit d’eau pour faire des STEP.
            En France, hormis noyer Grenoble on n’aura jamais suffisamment de STEP. Le rapport RTE donne un grand maximum à x2 par rapport à aujourd’hui et encore vu le barrage de Sivens, c’est pas gagné…
            Concernant les surcapacités, vous n’avez pas idée de ce qu’il faut:
            Je vous cite: « si tu as assez de panneaux solaires pour subvenir à tes besoins la pire journée de l’année »
            Prenons un exemple en plein hivers sans vent, on arrive péniblement à 5% des capacités du solaire et du vent….
            Pour founir toute la france avec des éoliennes quand il n’y a pas de vent il faudrait 600 000 éoliennes de 3MW (une par km² sur la France entière).
            ET si je prend la dernière centrale solaire inaugurée en France on a:
            « la centrale est composée de 43.000 panneaux photovoltaïques sur site qui s’étendent sur quinze hectares qui permettent de produire 15 Mégawatts . »
            La France peut consommer jusqu’à 80 000MW en pointe et si les panneaux solaires tournent à 5% de leur capacité il en faudrait 1 600 000 hectares… soit recouvrir environ 2 départements français.
            et bien sûr en cas de soleil ou de vent, l’électricité serait gâchée, les capacité de stockage ne pouvant pas absorber le flux…
            ET je ne vous explique pas la quantité de matière première (pensez mines polluantes) pour produire toutes ces éoliennes et panneaux solaires sans compter les batteries (avec des esclaves ouighours dans les mines)…
            Pour finir RTE est en train de construire une méga batterie qui pourrait stocker presque rien (30MWh) pour un cout faramineux de 80 millions d’euros (projet RINGO), mais pour fournir la France pendant une semaine d’hivers (~10 000 000MWh) il en faudrait pour ~25 000 milliards d’euros (VINGT CINQ MILLE MILLIARDS d’EUROS)…

            Répondre
          5. Joaquin Keller 12 mars 2022

            J’imagine que l’Allemagne qui prévoit d’être à 100% d’EnR ne sait pas calculer….

            Point par point:

            STEP: généralement le stockage dans des barrages hydroélectriques se fait en aménageant des barrages existants pas en inondant Grenoble. Donc on peut doubler la capacité en STEP selon RTE, ce qui devrait porter la puissance installée à 12 GW, soit environ 10% du total français. Ce n’est pas négligeable.

            Installer des panneaux solaires sur les toits de France produirait 600TWh par an. C’est à dire plus que le total actuel. Bien sûr cette énergie est produite surtout en été et on ne peut pas tout stocker mais ça donne un ordre de grandeur.

            Au nord on a plus de vent et au sud plus de soleil. Le mix doit prendre en compte la latitude. En France en gros il faut 2/3 d’éolien et 1/3 de solaire. Oui, il faut installer beaucoup d’éoliennes. C’est faisable. Le royaume uni produit 27% de son électricité avec de l’éolien. Donc c’est faisable.

            Construire des nouvelles centrales nucléaires c’est difficile et ça prend du temps et c’est cher. Aujourd’hui il n’y a aucun EPR en service. Toutes les centrales en construction on pris du retard et des surcoûts. EDF promet d’être capable de fournir des EPR2 dès 2038, traduction: au plus tôt en 2038. Bref le nucléaire n’est pas vraiment une alternative c’est pour cela que le lobby du nucléaire consacre beaucoup d’efforts à essayer de convaincre les français que 100% d’EnR ce n’est pas possible.

            Par ailleurs la discussion est sensée porter ici sur les rapports avec la Russie. Et si j’ai bien compris la France achète une bonne partie de son uranium aux russes. Si l’argument de l’indépendance vis à vis de la Russie est valable pour les énergies fossiles, il est tout autant valable pour le nucléaire. Oui, sortons du nucléaire. Et espérons qu’il n’y aura pas d’accident sur une centrale ukrainienne. Et que ce qui arrive à l’Ukraine n’arrive pas à la France. Espérons qu’aucune armée étrangère n’envahisse la France tant qu’il y a des centrales en service.

            Répondre
          6. François 12 mars 2022

            « J’imagine que l’Allemagne qui prévoit d’être à 100% d’EnR ne sait pas calculer…. »

            Ben NON.

            Pratiquement plus personne ne parle de El Hierro aujourd’hui.

            Les promesses en 2014 100% autonome en énergie renouvelables :
            https://www.lemonde.fr/planete/article/2014/06/27/l-ile-d-el-hierro-bientot-100-autonome-en-energies-renouvelables_4446956_3244.html

            Aujourd’hui (2021) La réalité cruelle et cinglante 40% à 50% seulement en énergie renouvelables. A un tarif de 12 à 15 fois le tarif de l’Arenh (515€ à 630€ le MWh en fonction du vent, contre 42 MWh pour l’arenh) :
            https://www.eldiario.es/canariasahora/energia/gorona-viento-autosuficiencia-energetica-hierro-queda-medio-camino-produccion-renovables_1_7958779.html

            Accessoirement, le montant de cette gabegie, c’est entre 60 millions à 80 millions d’euros, soit 6000€ à 8000€ par habitant. Il y a 65 millions d’habitants à peu près en France.

            Aujourd’hui, la réalité de l’Allemagne, c’est qu’elle est sévèrement tenue par les couilles par Poutine et ne peut que regarder sans rien faire des dizaines de milliers d’Ukrainien se faire massacrer.
            Elle a peut être bloqué un yacht d’oligarque, et envoyé 5000 casques. Mais TOUS les jours, avec ses achats de pétrole et de gaz, elle finance des dizaines de yacht et des centaines de chars pour Poutine.

            Dans 5 ans, elle n’achètera plus de gaz russe. Promis juré, craché. Elle achètera juste du gaz Biélorusse, de la République de Louhansk, de la Transnistrie, ou d’Ossétie du Sud. Promis juré, il n’y a rien qui vient de Russie.
            A moins que Poutine ne décide de siffler la fin de la partie, en préférant vendre son gaz aux Chinois. Auquel cas l’Allemagne se retrouverait à un niveau économique entre la Biélorussie et la Syrie.

            Accessoirement, les Chinois ont construit 2 réacteurs EPR en 9 ans. Sans faire un effort de guerre particulier.

            Accessoirement encore, il y a beaucoup plus de mines d’uranium dans le monde que de gisements de pétrole.

            Accessoirement encore, Poutine, avec plus de 6000 têtes nucléaires à sa disposition, n’a absolument pas besoin d’une centrale nucléaire pour créer un très gros problème nucléaire ou il veut.

            Accessoirement encore, Poutine, dès l’instant ou un pays devient plus ou moins indépendant énergétiquement, perd un gros moyen de pression sur ce pays. Il va donc tout faire pour manipuler les idiots qui lui sont utile pour que ceux ci empêchent leur pays d’être énergétiquement indépendant le plus rapidement possible. D’où le petit jeu avec les centrales nucléaires Ukrainiennes pour faire peur à une partie de la population. Alors qu’il a plus de 6000 bombes atomiques à sa disposition. Y compris des armes tactiques de « faible » puissance.

            Répondre
          7. Pedro 17 mars 2022

            Alors juste concernant les STEP : non, on ne peut pas réaménager n’importe quel barrage. Une STEP a besoin d’un bassin amont ET d’un bassin aval, là où l’immense majorité des barrages n’ont qu’un bassin amont. En France, on a déjà 5 très grosses STEP (dont la plus puissante d’Europe), mais on aura beaucoup de mal à faire plus, sauf a noyer des les vallées aval des barrages, celles de basse altitude qui sont très peuplées. Dont justement Grenoble, si on veut transformer la centrale de Monteynard en STEP…

            Répondre
          8. francis CAUTAIN 12 mars 2022

            Excellente reponse de Justin !! les anti nucleaire n ont pas idee des echelles de valeurs au niveau national ni des consequences extractivistes du gigantisme que suppose les ENR au regard de leur faible rentabilité . En l allemagne va en payer le prix cher ! y compris et surtout avec les Russes …. par contre je suis totalement d’accord pour du solaire chez chaque particuliers : et le prouve dans mon cas personnel : je vis sur un bateau totalement autonome avec 2500 W de panneaux solaire + 800 AH de batterie tubulaire ( le top en duree de vie ) et un convertisseur chargeur de 8000 W + un groupe electrogene d’appoint . voila c’est simple . Chacun peut en faire autant ! Adios EDF !

            Répondre
          9. Joaquin Keller 12 mars 2022

            Oui, c’est vrai ça, c’est tellement chouette le nucléaire que la capacité installée stagne et les énergies renouvelables c’est nul mais ça croît exponentiellement. Même le Texas pétrolier et ses climatosceptiques est déjà à 25% d’éolien. https://www.france24.com/fr/émissions/focus/20210614-le-texas-poids-lourd-méconnu-de-l-énergie-éolienne

            En France ça va être pareil. Les EnR c’est beaucoup moins cher et ce n’est pas dangereux, donc ça va s’imposer, même avec un président qui pousse le nucléaire. Le temps de construire la première centrale nucléaire nouvelle génération EPR2 et toute la planète sera déjà équipée en EnR, la France y compris. Le lobby nucléaire a déjà perdu mais il ne s’en est pas encore aperçu.

            Ça me fait penser à Trump qui voulait relancer le charbon aux USA. Peine perdue bien sûr, le charbon c’est plus cher que les autres formes d’énergie. Qui voudrait d’une énergie à la fois plus sale et plus chère?!

            Répondre
          10. François 12 mars 2022

            Plutôt que de faire des imprécations dans votre sermon idéologique, ne serait il pas plus simple d’expliquer techniquement pourquoi :

            L’ile d’Hierro qui devait être une vitrine du 100% renouvelable, s’avère en fait être un flop démentiel, avec moins de la moitié de production par les ENR, malgré un prix du MWh 12 à 15 fois plus cher que le tarif Arenh.
            https://www.eldiario.es/canariasahora/energia/gorona-viento-autosuficiencia-energetica-hierro-queda-medio-camino-produccion-renovables_1_7958779.html

            Et pour l’écosse, que vous citez, et donc voici le lien officiel : https://www.gov.scot/binaries/content/documents/govscot/publications/statistics/2018/10/quarterly-energy-statistics-bulletins/documents/energy-statistics-summary—march-2021/energy-statistics-summary—march-2021/govscot%3Adocument/Scotland%2BEnergy%2BStatistics%2BQ4%2B2020.pdf

            On voit que la consommation électrique de l’écosse est de = 31.8 (production totale) – 20.4 (exportations brutes) + 1.1 (importations brutes) = 12.5 TWh.

            Pour fournir ces 12.5 GWh, l’écosse a installé un parc de 11.9 Gw. Il a 365 *24 heures dans une année. Donc ce parc à 100% de facteur de charge, a la capacité théorique de produire 11.9 GW * 8760 h = 104.2 TWh.

            Donc ce parc est dimensionné pour produire 104.2 / 12.5 = 8.34 fois la puissance réellement consommée.

            Et malgré ce surdimensionnement colossal, il a fallu importer 1.1 GWh sur 12.5GWh, soit 8% de la consommation.

            8% sur 365 jours = 32 jours. Donc statistiquement, malgré un parc dimensionné pour produire plus de 8 fois la consommation électrique totale, il a fallu importer du courant électrique pendant plus d’un mois.

            C’est ça la triste réalité du 100% renouvelable que certains veulent nous faire gober par pure idéologie, sans être capable de fournir le moindre argument technique.

            On remarquera aussi, que dans le cas de l’écosse, sur les 12.5 GWh consommés, 5.4 GWh, donc près de 43% viennent de l’hydroélectricité. Qui est nettement moins intermittente que l’éolien ou le solaire.

            Répondre
          11. François 13 mars 2022

            J’étais tellement énervé en écrivant ce message, que j’en ai mélangé les unités en l’écrivant.
            Voici le texte avec les unités correctes :

            Pour fournir ces 12.5 TWh, l’écosse a installé un parc de 11.9 Gw. Il a 365 *24 heures dans une année. Donc ce parc à 100% de facteur de charge, a la capacité théorique de produire 11.9 GW * 8760 h = 104.2 TWh.
            Donc ce parc est dimensionné pour produire 104.2 / 12.5 = 8.34 fois la puissance réellement consommée.
            Et malgré ce surdimensionnement colossal, il a fallu importer 1.1 TWh sur 12.5TWh, soit 8% de la consommation.
            8% sur 365 jours = 32 jours. Donc statistiquement, malgré un parc dimensionné pour produire plus de 8 fois la consommation électrique totale, il a fallu importer du courant électrique pendant plus d’un mois.

            On remarquera aussi, que dans le cas de l’écosse, sur les 12.5 TWh consommés, 5.9 TWh, donc près de 47% viennent de l’hydroélectricité.

            A titre de comparaison, UNE SEULE centrale nucléaire (celle de Bugey) https://www.enviscope.com/la-centrale-nucleaire-de-bugey-a-produit-201-twh-en-2021/ peut produire 1,2 à 1.6 fois la consommation totale de l’écosse..
            Et c’est loin d’être la plus importante.

            Répondre
          12. Pierre 15 mars 2022

            Je n’ai pour l’instant aucune opinion (et surtout aucune expertise) concernant les avantages/inconvénients entre Nucléaire vs EnR mais j’aimerais réagir sur 2-3 points de votre commentaire.
            -> l’Ecosse produit 5.9TWh d’hydroelectricité par an sur son total de 31.8TWh, donc environ 19% de l’électricité produite provient de l’hydroelectricité. Votre 47% signifie que l’Ecosse consomme toute cette production, mais je ne vois rien dans votre source qui le mentionne. Donc il me semble plus juste de se contenter de dire que 19% de la consommation de l’Ecosse provient de l’hydroelectricité, en partant du principe qu’elle consomme indifféremment ce qu’elle produit.
            -> Ca me semble un peu fallacieux d’insister sur le 1.1TWh importé en occultant les 20.4TWh exportés. Grâce à l’Ecosse, c’est donc 20,4 TWh d’EnR que d’autres pays ont pu utiliser. Alors certes, sur un an, le pays a été dépendant de l’extérieur pendant un mois, mais pendant les 11 autres mois, ce sont d’autres pays qui ont été en partie dépendants de l’Ecosse.
            -> L’Ecosse a été capable de fournir 2,5x plus d’électricité qu’elle n’en a besoin (31,8/12,5), ce qui me semble malgré tout un très bon chiffre, puisque c’est largement supérieur à ses besoins.

            A 1e vue le résultat de l’Ecosse semble plutôt positif. Peut-être pas généralisable et réplicable pour répondre aux besoins de la France, mais en tout cas ça me semble quand meme plutôt un modèle de réussite puisqu’ils sont quasiment autonomes en électricité qui a le mérite d’être renouvelable, et exportent beaucoup + qu’ils n’importent. Je n’arrive donc pas vraiment à comprendre ce que vous reprochez à l’Ecosse.

            Répondre
          13. François 16 mars 2022

            « Donc il me semble plus juste de se contenter de dire que 19% de la consommation de l’Ecosse provient de l’hydroélectricité, en partant du principe qu’elle consomme indifféremment ce qu’elle produit. »

            Ce n’est pas correct non plus. Le facteur de charge, la facilité de commande et de stockage d’un barrage hydroélectrique n’ont rien à voir avec celui d’une éolienne. La « houille blanche » date de 1869, bien avant les écologistes…

            Le problème des 1.1 GWh importés, C’est qu’il faut un fournisseur capable de fournir QUAND l’écosse en a besoin. C’est a dire que la production instantanée de son parc ENR ne couvre pas le consommation instantanée. Sinon pourquoi importer de l’électricité si la production est suffisante ?
            S’il n’y a pas de fournisseurs extérieurs prêts à fournir à la demande, il y a simplement un blackout en écosse.
            .
            Et le problème des 20.4 GWh exportés, c’est qu’il faut trouver des clients capable d’absorber cet énorme surplus d’électricité (1.5 fois la consommation de l’écosse) QUAND elle est produite.
            Et s’il n’y a pas de clients, l’écosse peut ne pas la produire. Mais le prix de l’électricité en écosse sera multiplié par 2,5 parce que l’investissement est toujours le même, que la production excédentaire soit vendue ou pas.. Il n’y aura simplement plus le chiffre d’affaire des exportations qu’il faudra compenser sur la facture des écossais.
            .
            L’écosse peut faire illusion parce qu’elle représente 4% de la consommation électrique du royaume uni. (12.5 GWh vs 300 GWh).
            Transposé à la France, ça veut dire qu’il faudra trouver des fournisseurs pour 8% de la consommation totale Française, concentrée à priori aux heures de pointes et quand les ENR produisent pas.
            Et qu’il va falloir trouver des clients pour acheter 1,5 fois la consommation électrique totale de la France…

            Répondre
        2. Claire Lefebvre 11 mars 2022

          Regardons sérieusement le compte carbone.
          Le double paiement en euros et en point carbone donné la liberté au consommateur de choisir ses priorités. Les entreprises rivaliseront d’imagination pour proposer des produits ayant nécessité peu de carbone pour leur fabrication.

          Répondre
          1. François 11 mars 2022

            Sérieux, mais utopique.

            C’est une malheureuse augmentation de la taxe carbone qui a déclenché la crise des gilets jaunes.
            Et combien demandent aujourd’hui que l’état intervienne pour faire baisser le prix des carburants.

            Répondre
          2. Claire Lefebvre 16 mars 2022

            Ce que je n’ai pas précisé c’est que dans le projet « compte carbone » la dotation de points carbone est faite par l’état une fois par an. les plus pauvres en euro en auront surement trop et les plus riches pas assez. C’est surement ça qui va déranger les riches…

            Répondre
          3. François 17 mars 2022

            Le marché noir ne dérange personne. Il n’y a qu’a voir le trafic de points de permis.
            .
            Sinon, avec ce système vous allez casser la notion d’effort. Je connais personnellement des gens qui bossent comme des damnés. (un artisan plombier qui s’installe à son compte, un étudiant en médecine). Mais c’est bien parce qu’ils espèrent récupérer un jour le fruit de leur travail. Sin on leur dit non, pas plus de points carbone, j’ai peur que ça casse très violement leur motivation au travail…
            .
            Je reconnais qu’il y a des trucs pas très moraux dans le prix de l’énergie. Genre l’électricité coute moins cher pour chauffer la piscine que pour chauffer un F2 (tarifs dégressifs) ou faire le plein d’un yacht coute moins cher que faire le plein pour aller bosser. (99.99% des yachts sont plus ou moins des sociétés de location ou des sociétés de transport maritime, et ont donc du gasoil détaxé, sans parler du fait qu’il n’y a pas de TVA sur le prix du yacht).
            Mais je n’ai pas de solution.

            Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS