53°C en Iran, record mondial de l’année 2022

Iran 53°C

53°C. Alors que la France souffre avec des températures dépassant 40°C, la ville d’Abadan en Iran vient d’atteindre 53°C. C’est la température la plus élevée au monde en 2022, et à seulement 0.3°C du record d’août en Asie.

Les superlatifs vont très probablement manquer pour expliquer ce que représente cette température. Ce n’est pourtant pas la première fois de l’année que le thermomètre dépasse les 50°C, puisqu’il avait fait 52.2°C le 21 juin 2022 à la même station. Un record battu seulement deux mois après, alors que le précédent avait été enregistré 70 ans auparavant.

Le plus inquiétant, c’est que le thermomètre mouillé se rapproche de la valeur où la température devient insupportable pour l’humain. En d’autres termes, si vous n’êtes pas rapidement à l’abri pour retrouver des conditions supportables, les conséquences peuvent devenir mortelles.

Risque de mourir de chaud ?

Il y a plusieurs indices qui permettent de représenter les températures et leur dangerosité. Prenons par exemple ici le Heat Index et le thermomètre mouillé (wet bulb).

A un certain seuil, le mélange de chaleur et d’humidité rend tout simplement la température insupportable pour l’humain et même en excellente santé, cela peut être mortel en seulement quelques heures. Même si l’humidité est au plus bas à cette période, avec plus de 50°C, même 5 ou 10% d’humidité peut suffire à avoir un coup de chaleur, avec parfois des conséquences mortelles. Ci-dessous, l’humidité selon la période dans la ville d’Abadan en Iran :

Pour connaître le Heat Index, il suffit de rentrer la température de l’air et l’humidité relative dans ce simulateur, et vous obtenez le résultat. Avec un Heat Index de 51°C (124°F), nous sommes dans une situation où la température peut mettre en danger votre santé :

Nous pouvons également le visualiser à l’aide du thermomètre mouillé. Rappelons que même avec un thermomètre mouillé de 20-25 Tw, la température est d’ores et déjà dangereuse (on estime qu’elle est mortelle autour de 31, cf l’article “Mourir de chaud“).

Des millions de personnes concernées par la canicule

La canicule touchant à la fois l’Irak (52.6°C à Bassora (Basra-Hussen) et l’Iran, ce sont des dizaines de millions de personnes concernées, avec plusieurs régions à plus de 45°C, parfois 50°C. Le changement climatique augmentera le nombre de jours d’exposition à une chaleur extrême dangereuse – mesurée par l’indice de chaleur pour la santé (Health Heat Index, HHI).

(a-c) Nombre moyen de jours par an où la température maximale dépasse 35°C ;
(d-f) Nombre moyen de jours par an où l’indice de chaleur NOAA (HI) dépasse 41°C.
Source : Chapitre 12, AR6 WG1

Cette canicule exceptionnelle qui touche les deux pays n’est que l’expression d’une tendance commencée il y a plusieurs décennies. Des scientifiques ont par exemple démontré que le WBGT (Wet Bulb Global Temperature) est statistiquement en hausse dans certaines régions d’Iran, notamment dans les régions semi-arides.

Analyse des tendances et distribution temporelle et spatiale du thermomètre mouillé global (WBGT) comme indice de stress thermique en Iran pendant la saison d’été sur les 30 dernières années. Source

Une surveillance accrue et des mesures préventives doivent absolument être mises en place pour éviter des catastrophes humaines. Malheureusement, et jusqu’à preuve du contraire, ce n’est ni une priorité pour les gouvernements iranien ou irakien, ni pour les autres gouvernements du monde.

Une vie à l’arrêt

Même si les habitants sont habitués à avoir de très fortes chaleurs, lorsque le thermomètre dépasse les 50°C, la vie n’est pas du tout la même qu’à 40°C. A nouveau, nous retrouvons de très fortes disparités quant aux possibilités de s’adapter face à ces températures. Certaines personnes ont les moyens de profiter de la climatisation, d’adapter leurs horaires de travail, etc. Ce n’est pas le cas pour la majorité de la population qui n’a pas ce luxe et doit subir de plein fouet ces températures records.

Au-delà des heures de travail perdues et d’une baisse de productivité, à long terme, l’exposition au stress thermique entraîne des troubles de fatigue thermique, des crampes musculaires, des coups de chaleur, une léthargie, des lésions des principaux organes du corps, une diminution des performances physiques et mentales, une augmentation du nombre d’accidents et une réduction des niveaux de sécurité sur le lieu de travail. A Erbil (Irak), il a fait plus de 42°C toute la semaine et la température ne descend pas en dessous de 25°C, même la nuit.

Le mot de la fin

Alors que les records de chaleur s’accumulent partout dans le monde, les priorités des gouvernements sont ailleurs. C’est vrai en Iran, en Irak, mais aussi en Union Européenne, où aucun gouvernement n’est à la hauteur de la situation.

L’objectif de cet article n’est pas uniquement d’annoncer qu’il fait 53°C en Iran ou 52.2 en Irak. L’objectif, c’est de comprendre la tendance. Le réchauffement climatique augmente la fréquence et l’intensité des canicules et ce que vous venez de lire sera amené à se répéter dans les mois et années à venir. Des températures qui deviennent insoutenables, des villes qui ne vivent plus.

Que va-t-il se passer ? Les plus fortunés s’adapteront tant bien que mal ou migreront, pendant que l’immense majorité des habitants resteront et subiront les excès des pays du Nord. Ces pays qui préfèrent encore et toujours quelques points de croissance du PIB plutôt que d’assurer la survie d’une partie de l’humanité. Si les vulnérabilités étaient hétérogènes, les conséquences de ces canicules sont et seront très inégalitaires, rappelant ainsi le besoin urgent de justice climatique.

Bon Pote est un média 100% indépendant, uniquement financé par les dons de ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

13

  1. Tom B 25 August 2022

    La conclusion de l’article est vraiment impeccable. A encadrer. On pourrait même la mettre sur un T-shirt 😉

    Reply
  2. Arno37 8 August 2022

    Merci pour cet article, c’est juste effarant qu’on en entende pas plus parler dans les journaux “d’informations”.
    La volonté est vraiment d’endormir le bas-peuple.

    Reply
    1. Thomas 25 August 2022

      Bof, vous croyez vraiment à cette histoire de volonté intentionnelle ? ça viendrait de qui ? Par quel biais ?

      Reply
  3. Toto 7 August 2022

    La chaleur augmente, les gouvernements n’en ont rien à foutre, les riches migrent… Et donc, Monsieur? Je suis disponible, que dois-je faire, que puis-je faire, après tous vos constats qu’un élève de 6ème pourrait faire? Ça y est, je suis devenu écolo… Agir plutôt que de parler, que préconisez vous? Dites nous? Pour l’instant je ne vois rien… (La bombe atomique fait-elle plus peur que le réchauffement climatique ou pas?)

    Reply
    1. Justin 7 August 2022

      Voter NUPES pour fermer au plus vite nos centrales nucléaires… Oups !

      Reply
      1. Toto 7 August 2022

        2027? NUPES, ça existera encore?

        Reply
    2. Tom B 25 August 2022

      Le site de bonpote fourmille de solutions, il n’y a qu’à se baisser …

      Reply
  4. Domi2b 7 August 2022

    Comment croire que les politiques qui ont le pouvoir de décision en ont quelque chose à faire de la vie du commun des mortels ainsi que du vivant sur terre ?
    On aimerait avoir très vite la preuve du contraire

    Reply
    1. Justin 7 August 2022

      Le commun des mortels manifeste pour une hausse du prix des carburants d’une poignée de centimes…
      C’est comme ça qu’a commencé la guerre civile en Syrie, les manifestations au Myanmar, les gilets jaunes en France & cie…
      Bref les gouvernements du monde entier tremblent face au commun des mortels !

      Reply
      1. Toto 7 August 2022

        Pas NUPES en 2027?

        Reply
      2. Toto 7 August 2022

        Une hausse ou une baisse du prix du carburant? Lapsus révélateur…

        Reply
        1. Galou 8 August 2022

          Je ne le comprends pas comme un lapsus, je pense qu’il a voulu dire (Justin corrigez-moi si je me trompe) “le commun des mortels manifeste à cause d’une hausse du prix”. C’est “pour” dans le sens de la causalité, pas du but.

          Reply
          1. Justin 9 August 2022

            Oui “Pour” de causalité…

            Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS