Emmanuel Macron remporte l’élection présidentielle 2022 : l’autre combat politique commence

Macron président

Soulagement de ne pas voir l’extrême-droite remporter l’élection présidentielle.

Mais il n’y a pas vraiment de quoi se réjouir non plus. Nous venons de signer pour 5 ans avec un président élu par défaut.

L’autre combat politique commence dès maintenant :

Entre abstention, vote blanc, vote utile et score historique de l’extrême-droite, le vote d’aujourd’hui dit d’abord que la majorité des Français n’a pas confiance en E. Macron, quoi qu’il en dise.

Ne nous y trompons pas : la plupart des candidats n’avaient pas un programme à la hauteur des enjeux écologiques et sociaux, qui ont été très largement éclipsés pendant toute la campagne et y compris pendant le débat d’entre deux tours.

Ceux qui avaient ce programme et la possibilité de rassembler les forces progressistes de ce pays ont préféré jouer une pitoyable bataille d’égo et condamner des millions d’électeurs à un choix par défaut, comme il y a 5 ans, comme c’est le cas désormais à toutes les élections.

Contrairement à ce qui a été dit, ce second tour ne marque pas la défiance vis-à-vis de l’écologie, mais l’irresponsabilité historique des forces porteuses de cette écologie sociale et politique à s’unir autour d’un compromis pour que les électeurs aient une VRAIE alternative.

Les Français ont souffert pendant les 5 dernières années, il est hors de question de revivre la même chose. E. Macron n’aura plus le bénéfice du doute, ou l’occasion de faire ses preuves : c’est déjà fait, avec 5 ans d’inaction climatique et des inégalités qui ont explosé.

Les chantiers sont immenses : décarboner les transports, l’industrie, le logement, les loisirs, l’agriculture, la culture… réduire les inégalités, stopper l’effondrement de la biodiversité. Plus de sobriété. Les défis sont de taille et exigent un changement radical de paradigme.

En tant que citoyens, des milliers de façons d’agir. En famille, au travail, en entreprise, en politique. Interpeller nos élu(e)s et ne plus accepter l’inaction. Il y a également une prochaine étape cruciale où il faudra une mobilisation sans précédent : les législatives.

Quant aux égos qui ont anéanti nos maigres espoirs de mettre les enjeux environnementaux et sociaux au second tour, qu’ils commencent enfin à se remettre en question, au lieu de se rejeter la responsabilité de leur défaite.

Qu’ils discutent ensemble, qu’ils renoncent à leurs petites ambitions personnelles pour se mettre au service de l’intérêt général.

Qu’ils s’unissent enfin pour que les électeurs aient demain une vraie alternative et qu’existe un contrepouvoir démocratique en France.

L’union plutôt que la division.

Bon Pote est un média 100% indépendant, uniquement financé par les dons de ses lectrices et lecteurs. La meilleure façon de soutenir Bon Pote ? Devenez Tipeuse/Tipeur !

 Vos partages et réactions sur les réseaux sont également très précieux :

Facebook
Twitter
LinkedIn

Restez informé.e des dernières parutions

Articles similaires

Commentaires

8 Comments

  1. Grégorille 3 mai 2022

    Il me semble que les Français ne votent pas pour l’écologie aussi parce qu’elle est toujours mélangée avec d’autres idéologies avec lesquelles ils ne sont pas tous d’accord.
    Exemple : un écolo pro union européenne et OTAN ne votera pas LFI. Un écolo anti immigration ne votera pas EELV. Or ce sont des sujets totalement distincts.
    De plus, si l’écologie était absente de la campagne, c’est surtout que les Français la placent assez bas dans leurs préoccupations 🙁

    Répondre
  2. Gregorille 3 mai 2022

    Que Macron soit élu par une minorité de Français est une platitude puisqu’aucun président de la 5e République n’a jamais été élu au 1er tour. D’ailleurs il en est ainsi dans toutes les démocratie. Les scores « soviétiques » au 1er tour sont l’apanage des dictatures.

    Répondre
  3. NNH 25 avril 2022

    Bonjour,

    J’ai quand même l’impression que le mouvement de LFI semble vouloir tendre vers cela non ? Le rassemblement pour faire l’opposition ? J’ai comme la sensation que voter aura beaucoup de poids, il nous faut maintenant voter au legislative avec intelligence !

    Répondre
    1. Claire Lefebvre 28 avril 2022

      Voter avec intelligence?
      Encore faudrait-il qu’à ce stade on nous propose des options réalistes et intelligentes.
      Dans ma circonscription LFI se prépare à sacrifier une de ses meilleures potentielle élue pour garder une bonne relation avec le PC local.
      Elle croit ce qu’on lu dit car elle n’est pas une politique de longue date mais plutôt une activiste lanceuse d’alerte.
      Ils (LFI et le PC) lui disent « tu vas gagner » mais c’est faux la circonscription est trop à droite pour rassembler une majorité derrière elle au second tour contre le tenant du siège LREM.
      Pourquoi font-ils ça?
      Ici on l’analyse que c’est pour protéger la majorité municipale plurielle d’une ville communiste d’un éclatement en cas de non soutien…
      La circonscription est gagnable par une candidature de centre gauche qui additionnerait les voix de la classe moyenne rose-vert à celles des quartiers populaires. C’est une addition pour moi impossible derrière cette candidate LFI qui pourrait tout gagner dans le 93.
      C’est vraiment dommage d’envoyer cette militante au casse pipe alors qu’elle est très légitime… Elle est juste proposée au mauvais endroit.
      Si quelqu’un reconnait la situation (ça m’étonnerait mais on peut rêver) je suis prête à en discuter.

      Répondre
  4. François 25 avril 2022

    Douloureuse piqure de rappel de la réalité : Bonpote, c’est à peine 1% de l’audience Internet de Nabilla…

    Au premier tour, la droite + extrême droite ont fait 37% (Z + MLP + D-A + LR). 42% au deuxième tour.

    Si les institutions sont démocratiques, et fonctionnent correctement, on aura une politique orientée vers la droite-extrême droite pour les 5 ans qui viennent. C’est la première force d’opposition.

    On ne peut pas protéger les gens contre eux même. Ils ont délibérément choisi et voté en connaissance de cause.

    Répondre
    1. Arno37 25 avril 2022

      François,
      Je ne suis pas du tout d’accord avec ton analyse. En France, un vote ne ressemble jamais au suivant. Je m’explique:
      Municipale 2020: Macron: Rien, Extrême droite: Perpignan et pas grand chose d’autre, LFI : Rien, EELV : Marée verte (Tours, Bordeaux, Nantes, Besançon, Lyon, Marseille, Grenable…) Rajoutes un certain nombre de maintien PS : Paris, Lille….
      Régionales: Les Républicains et le PS se partagent la quasi totalité des régions.
      Présidentielles: je ne reviens pas dessus. On s’en souviens je pense….
      Législatives: Ce type d’élection est très défavorables au RN (surtout si Zemmour se maintient….). POur être au deuxièmes tours des législatives, il faut 12,5% mini, le RN fait toujours des mauvais résultats dans les grandes villes, et les députés sont répartis par bassin de population…. Donc non le RN ne fera rien aux législatives (quelques élus en campagnes et dans le Nord et le Sud traditionnellement pro-RN => 8 aujourd’hui).
      ça se jouera entre j’espère un front de gauche et LREM avec LR pour arbitre….

      Rien est joué, tout est encore possible….

      Répondre
  5. Cath 25 avril 2022

    « Ceux qui optent pour le moindre mal tendent très vite à oublier qu’ils ont choisi le mal. Le pire danger pour le soumis est l’homme libre de l’idéologie, ou qui s’en est libéré. » Hannah Arendt

    Déjà deux morts.

    Répondre
  6. Yvonne 24 avril 2022

    oui, et s’unir, ça implique d’apprendre à décider ensemble, à construire nos désaccords ; y’a des outils que propose la sociocratie, dont l’asso « universté du Nous »,, que j’ai expérimenté. Leurs liens et + ici https://www.lecolibrifaitsapart.net/savoir-etre/:

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Restez informé des dernières parutions

RESTEZ INFORMÉ DES DERNIÈRES PARUTIONS