2

Pourquoi le sex-appeal de l’homme asiatique est-il sous-estimé?

Reading Time: 5 minutes

C’est en cherchant un podcast littéraire que je suis tombé par hasard sur un podcast intitulé ‘Masculinités asiatiques’, de KiffeTaRace, animé par Grace Ly. Sujet sur lequel j’aime plaisanter depuis 20 ans, je vais très largement m’en inspirer dans les lignes qui vont suivre. Alors, envie d’un chinois?

Commençons par les stéréotypes

‘Quelle est la première chose à laquelle tu penses quand je te parle d’un homme asiatique?’ J’adore poser cette question aux femmes. 99.99% des cas, je vois un énorme sourire se dessiner. Vous avez deviné? ”bah oui, petite bite quoi’.

Toi aussi, tu as des origines togolaises?

On peut certes se demander qui a mené l’étude, parce qu’avoir fait une étude worldwide, je ne sais pas si je serais fier de mettre sur mon cv ‘statisticien en taille de zizis’..Bref, que cela soit vrai ou pas, ce stéréotype à la peau dure.
Ensuite, la pilosité. Même si cela a tendance à changer, la virilité est synonyme d’avoir des poils, une barbe…. “#hipster”. Ce n’est pas vraiment sur ce terrain de jeu que l’homme asiatique aura un avantage naturel.

Enfin, l’homme asiatique est également petit. La taille, ça compte. On sait tous que si tu es petit, tu as plutôt intérêt à savoir te servir de ta langue (être drôle donc).
Ces stéréotypes font que l’homme asiatique ne part pas vraiment avec un capital séduction. Il devra cravacher pour passer du statut du pote qui va t’aider à faire tes devoirs de maths, au pote avec qui tu voudras essayer la position Pythagore.

Les chiffres ne mentent jamais

En France, et dieu merci, il est impossible de faire des statistiques ethniques. En revanche, aux US, c’est leur dada. Le site de rencontres OKcupid a d’ailleurs publié des statistiques éloquentes sur l’homme asiatique : en 2008, puis en 2014, il était le moins désiré comparé aux autres ethnies.

En écoutant le podcast, j’ai également appris qu’il existait également des stéréotypes sur les gays asiatiques : ils seraient d’office passifs ! En outre, certains préciseraient d’ailleurs sur les applis de rencontres ‘no ASIAN’, l’asiatique étant catégorisé, stigmatisé par son origine, comme c’est le cas pour les NO ‘FAT’ et NO ‘FEM’ (pas efféminé).

J’ai également entendu plusieurs fois pendant mon enfance, et confirmé dans le podcast, que la femme asiatique n’était pas super fan de l’homme asiatique, et cela pour deux raisons.
La première, c’est qu’elle souhaite éviter l’effet communautaire ‘j’aurais l’impression de coucher avec mon frère’. La deuxième raison est qu’elle pense pouvoir avoir MIEUX en terme de virilité (c à d un homme grand et poilu..)
Nous avons donc d’un côté la femme asiatique, souvent sur-sexualisée (qui a sa propre catégorie sur les sites spécialisés), et de l’autre côté, l’homme asiatique, sous-sexualisé, qui ne serait finalement vu qu’en tant que bon pote.
Pourquoi? Les raisons sont multiples, et en partie explicitées ci-dessous.

‘You can beg better than that’

Pourquoi l’homme asiatique n’est pas sexualisé?

La première raison, la plus évidente, est l’influence des films et de la pop culture dans notre inconscient. Quand on pense ‘homme asiatique’, on le voit de deux façons : soit Bruce Lee, l’expert en arts martiaux qui faisait du kung fu dès la maternelle, soit le geek, fort en maths, incapable de s’exprimer face à une fille sans bégayer.

De plus, il est rare qu’un asiatique ait le premier rôle. Second oui, mais pas premier. Je n’ai pas encore vu d’asiatique sauver le monde en tuant des martiens, ni en espion…. Autant de chance de voir Idriss Elba en James Bond que Jackie Chan.
L’asiatique est en revanche souvent tourné en dérision. Alors oui, cela fait marrer tout le monde, mais ça n’excite personne.

Toujours dans le même sens, l’homme asiatique est très rarement apparenté à un sex symbol. Prenons par exemple les pubs de prêt à porter : je ne sais pas si cela à un rapport avec ce qu’il y a dans le slip, mais qui a déjà vu un mannequin asiatique faire des pubs pour DIM?

L’homme blanc et l’homme asiatique (colonisé)

C’est bien évidemment un sujet difficile à aborder, mais nécessaire. La France a un passé colonial, et l’étudier permet aussi de comprendre les générations d’aujourd’hui (et de ne pas refaire les mêmes erreurs).
Dans son livre sexe race et colonies, Pascal Blanchard explique les dessous de la colonisation, en y abordant le côté sexuel.
L’homme blanc a colonisé. Pour cela, il a fallu asseoir sa domination. Ainsi, lors de la colonisation, la femme était un butin, et l’homme un outil. L’idée est de féminiser l’homme colonisé pour assurer sa supériorité (Ce dernier point est à relativiser, un japonais préférera se suicider que de perdre la face).

Sociologiquement parlant, l’intégration asiatique en France est également particulière. D’abord et avant tout à Paris et en banlieue parisienne, l’emprunte culturelle asiatique a été très forte dans la façon de s’intégrer. Cela pourrait tenir en une phrase : ‘Travaille, et ne te fais pas remarquer‘.
Je n’ai AUCUN exemple autour de moi d’un père asiatique immigré faisant le kéké des îles, cherchant à faire le Don Juan à tout prix. Loin donc de l’image du père viril que d’autres ethnies peuvent renvoyer.
Bien sûr, je tire les traits et il y aura toujours des contres exemples à tout ce qui vient d’être dit, mais ce ressenti est partagé par beaucoup de mes amis à qui j’ai pu poser la question ces dernières semaines.

Le mot de la fin

Pas aidé par le cinéma, ni son histoire, l’homme asiatique a donc du pain sur la planche pour passer outre les stéréotypes.
Les asiatiques sont certes sous représentés dans la sphère médiatique, mais comme toute immigration, il faut laisser le temps agir.
Un bon exemple est Frederic Chau. Tout le monde le connait grâce au film ‘Mais qu’est ce qu’on a fait au bon dieu’, où il redonne un peu de baume au cœur à la communauté. Même si la comédie joue sur les clichés, il réussit à installer un asiatique en haut de l’affiche, et à redorer le blason de nos compatriotes asiatiques.

Ensuite, et surtout, cela ne sert à rien de se plaindre. Vous aurez toujours un con pour vous rappeler lourdement certains clichés. En revanche, vous rencontrerez des personnes ouvertes qui s’intéresseront à vous, à votre culture, et avec qui vous pourrez avancer.
Si une personne n’aime pas l’homme asiatique, ça ne sert à rien de tout faire pour lui plaire et se dénaturer. Ce n’est pas une question de racisme, c’est une question de préférences.
Il en est de même pour les femmes qui aiment les hommes GRANDS d’1M85+. Si tu fais 1M70, tu ne vas pas râler dans ton coin pendant 10 ans! C’est comme ça, next. Nous sommes assez sur terre pour trouver notre bonheur 😉

C’est tout de même Ali Wong qui résume le mieux les asiatiques : ‘Asian men are the sexiest, they have no body hair from the neck down. It’s like making love to a dolphin.’
Qui n’a jamais eu envie de jouer avec un dauphin? Qu’il ou elle lève la main !

Bon Pote

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *